mediacongo.net - Actualités - Le Razer Book 13 : Un sérieux concurrent au MacBook Pro



Retour MC Geek !

Le Razer Book 13 : Un sérieux concurrent au MacBook Pro

Le Razer Book 13 : Un sérieux concurrent au MacBook Pro 2021-02-16
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2021_actu/01-fevrier/15-21/razer_21_0214.jpg -

Avec son design sobre et esthétique, le MacBook Pro est le modèle de l’ultrabook haut de gamme performant, sobre, élégant et avec une bonne autonomie. En réalité, le seul petit point qui pourrait faire passer un utilisateur vers un PC Windows, c’est la connectique, reconnaissons-le, assez limitée. Mais Razer ne se laisse pas faire à ce jeu là et a fait le choix de s’attaquer à Apple là où il excelle depuis des années, le domaine des ultrabook. Si bien des fabricants font des ultrabooks, peu arrivent à la cheville du MacBook Pro en termes de finitions et de qualité générale. Le Razer Book a donc relevé le défi de nous surprendre.

Habitué des PC gamer avec sa gamme Razer Blade, le fabricant ne souhaite plus s’y limiter et étend sa gamme de produits à des usages plus occasionnels ou professionnels. On garde bien évidemment le petit côté Razer pur jus, qui nous rappelle que la marque est avant tout destinée au gaming. On peut le constater par exemple au clavier rétro-éclairé et à la connectique assez large. Toutefois, on ne voit pas vraiment d’autre côté gaming avec ce PC ultra-portable, qui s’avère très bien fini.

DESIGN


Quand on voit la Razer Book pour la première fois, la première impression est saisissante. En effet, le PC est beau et agréable au toucher, il respire la qualité à chaque endroit et on a une seule envie, l’utiliser avec plaisir pour remplacer le MacBook Pro le temps du test. On peut constater cependant qu’il est un peu plus épais, pour plusieurs raisons. Premièrement, Razer a fait le choix de proposer un « large » panel de connectique. On s’entend dans le terme « large », c’est assez complet pour un ultrabook il faut dire.

 
Mais ça n’est pas tout car le fabricant a également fait le choix de proposer un écran tactile sur la version que nous avons en test. C’est en réalité sur les versions Full HD+ et UHD+ avec écran tactile – il existe une version Full HD+ sans écran tactile – que nous retrouvons ce petit cerclage qui, bien que pas toujours très esthétique, a été bien intégré par le fabricant.

Au dos du PC, la sobriété règne, on ne retrouve que le logo, brillant mais pas rétro-éclairé, à l’instar des MacBook Pro dernière génération. Cette certaine élégance peut s’avérer un peu dommage mais ici, le fabricant veut accentuer le côté professionnel / travail, qui ne devrait pas laisser transparaître que le PC est un modèle gamer à tout va. Déjà, le clavier RGB c’est très bien. Si l’on ouvre cet ordinateur, on retrouve sur les côtés, deux haut-parleurs et un peu plus bas, une petite étiquette de certification THX, ce qui nous en dit un peu plus sur leur qualité sonore que l’on souhaite très bonne.

Comme sur tous les ordinateurs sous Windows, on retrouve également un petit autocollant indiquant que le processeur est un Core i7, de dernière génération cette fois-ci. Au centre du PC se trouve le clavier, en blanc contrairement au MacBook Pro argenté. On doit reconnaître que l’on apprécie de voir un clavier blanc, qui se marie bien mieux avec la couleur du PC que tout autre clavier.

Sous ce clavier se trouve le trackpad. Exit ici un modèle XXL, on fait comme on peut avec la place que l’on a. On constate toutefois que Razer a fait l’effort de mettre un trackpad assez grand par rapport à la taille disponible, ce que nous ne pouvons que saluer.

Sous le PC on retrouve deux grilles d’aération pour faire sortir l’air des ventilateurs, ce qui permet de rafraîchir un peu la bête lors de tâches intenses. Mais ça n’est pas tout car on retrouve également deux larges patins permettant de maintenir le PC en place et de le surélever pour laisser l’air des ventilateurs passer. On doit reconnaître que face à un MacBook Pro, ce système est préférable, même s’il est certes un peu moins esthétique.

Pour ouvrir le PC cependant, cela ne peut pas se faire d’une seule main, c’est dommage. Il faut tenir la partie inférieure et l’écran avec les deux mains, du fait que l’encoche proposée sur la partie inférieure ne soit pas très profonde. Sinon, il vous faut des ongles mais attention à ne pas rayer l’écran. Autre petit détail, assez important tout de même quand on achète un PC aux alentours des 1500€, le bruit qui fait un « clac » lors de la fermeture et non un « poc » doux et léger comme sur un MacBook Pro, surprend et déçoit. C’est toutefois un petit détail qui ne gênera en rien l’utilisation du PC et qui ne l’endommagera en aucun cas.

RAZER BOOK 13 : FICHE TECHNIQUE

Modèle Razer Book 13
Type de PC Ultrabook
Processeur Intel Core i7 1165G7
RAM 16 Go DDR4 @4200 MHz
Stockage 256 Go SSD M.2
Chipset graphique Intel Iris X
Résolution1920 x 1200 px
Diagonale:14 pouces
Type de dalle: IPS
Fréquence 60 Hz
Écran tactile :Oui
Type de clavier Chiclet
Nombre de touches :80
Clavier :rétro-éclairé
Oui : 16,8 millions de couleurs
Trackpad :Oui
Haut-parleurs:2
Connectique: 2 USB-C
1 HDMI:1 USB-A
1 Jack 3,5 mm1 micro-SD
Wi-Fi:Wi-Fi 6 (ax)
Bluetooth: Bluetooth 5
Poids:1.4 kg

PERFORMANCES

Vous pensiez que Razer nous avait sorti un petit PC ultra-portable tout simple et avec juste un bon processeur ? C’est en réalité une machine assez véloce qui se cache à l’intérieur. Cependant, l’absence de carte graphique nous empêche de jouer car ça n’est pas avec un Intel Iris X que l’on va faire grand chose, il faut le reconnaître. Quelques petits jeux passeront sans soucis, ne comptez certainement pas jouer à Cyberpunk en ultra ni même à GTA 5 en ultra (San Andreas ça passera sans soucis par contre).

Cependant, on retrouve des composants performants à commencer par un processeur Intel Core i7 1165G7, un modèle de dernière génération, mais surtout 16 Go de RAM à 4200 MHz en Quad-chanel ! C’est bien plus rapide que mon PC fixe, environ 1 GHz de plus et près de 2 GHz de plus que dans mon MacBook Pro. Enfin, on retrouve dans les composants notables, un SSD Samsung de 256 Go, performant et aux bons débits.

Nous avons effectué quelques benchmarks avec nos applications habituelles à commencer par celui du processeur, testé avec GeekBench dans un premier temps. Le score Geekbench du Razer Book 13 est de 3707 points. C’est un bon score pour un processeur mobile qui ne comporte que 4 cœurs et 8 threads. En effet, il n’est pas toujours évident de mettre un processeur 8 cœurs dans un ultrabook. Le processeur est performant et véloce comme on peut le voir sur les captures d’écran ci-dessous

 Quant à la RAM, elle se montre performante et fiable, avec de très bons débits en lecture, écriture et copie. Nous obtenons les scores suivants :

-57133 Mo/s en lecture
-66571 Mo/s en écriture
-63389 Mo/s en copie


Côté latences, on doit avouer que l’on est très bien placés avec seulement 68,2 ns de latences. C’est tout à fait respectable pour un PC portable qui n’a pas de prétention à des performances exceptionnelles.

Un autre point qui nous a grandement satisfaits, c’est le SSD. On retrouve un modèle de chez Samsung ici, une valeur sûre La promesse de ce SSD sur sa fiche technique est de 3500 Mo/s en lecture et de 2200 Mo/s en écriture. Visiblement, Samsung en a rajouté un peu car les débits dépassent bien nos espérances, pour notre plus grand bonheur. On repassera toutefois sur le fait de proposer encore des ordinateurs portables avec seulement 256 Go de stockage … Le Razer Book 13 est disponible en version 512 Go également, fort heureusement !

Enfin, pour ce qui est du chipset graphique, cet Intel Iris X qui équipe le Razer Book, il fait le travail correctement, sans vraiment plus mais permet de brancher un écran 4K 60 Hz par exemple via le port HDMI ou via le port USB-C / Thunderbolt 3 disponible sur la gauche ou la droite de l’ordinateur, au choix. On voir un score qui n’est pas mauvais avec 17876 points sur GeekBench 5.

Températures

En termes de températures, on constate que le PC a tendance à chauffer pas mal quand on lui demande des tâches assez exigeantes, il faut le reconnaître. Cependant, cela reste modéré et les bonnes performances générales permettent de ne pas trop tirer sur les composants. Nous avons essayé de jouer un peu avec, malgré le fait qu’il ne soit pas fait pour ça, le résultat est satisfaisant sur certains jeux comme CS:GO, avec lequel il n’a pas vraiment de mal. Gardez cependant en tête qu’un SSD de 256 Go est très rapidement rempli et qu’il vous faudra certainement opter pour un SSD de jeu externe comme un WD Black P50.

Après une petite séance de jeu, on peut constater des températures qui montent à 80°C, ce qui est tout de même important mais loin d’être extrême toutefois. On peut également saluer le silence des ventilateurs, qui, s’ils tournent de manière sûre, restent assez discrets et très efficaces.

ÉCRAN

Sur ce modèle, exit les écrans Full HD 360 Hz voire plus ou les écrans QHD 240 Hz, nous avons ici un écran Full HD+ de 1920 x 1200 pixels avec une fréquence de 60 Hz. Vu que le PC n’est pas conçu pour jouer, ce n’est pas un souci. Razer casse ici une nouvelle fois le coté « gamer » de l’appareil en se contentant d’un écran somme toute assez classique.

Malgré tout, on retrouve plusieurs versions de l’écran. Sur notre Razer Book en test, nous avons une dalle tactile. Il existe un autre modèle, moins onéreux avec entre autres, une dalle non tactile, mais aussi un autre modèle, plus cher mais avec, parmi plusieurs améliorations, une dalle Ultra HD+. Sur le modèle intermédiaire, on retrouve un très bel écran, lumineux avec une parfaite justesse dans les couleurs qui est à saluer. On apprécie la luminosité maximale supérieure à 500 cd/m², ce qui est assez rare sur un PC portable.

Niveau colorimétrie, on retrouve un espace colorimétrique sRGB couvert à 100%, ce qui est très bon. Cependant, l’espace DCI-P3 n’est pas couvert entièrement, à moins de 80%, ce qui est aurait pu être amélioré si l’on veut être tatillon. L’espace NTSC, encore plus large, se retrouve quant à lui bien derrière.

 La luminosité est également excellente et permet de voir sans soucis en pleine journée, même avec quelques reflets de soleil sur l’écran. Le revêtement est par ailleurs recouvert d’un traitement an-reflets, permettant d’éviter à la perfection tous les reflets, habituellement inhérents aux écrans en verre. C’est pourquoi j’essaie de prendre un PC avec un écran mat la plupart du temps. On note également la présence de la luminosité automatique, qui, comme sur un smartphone, s’adapte à la luminosité ambiante pour votre confort oculaire.

Les angles de vision sont très bons, nous avons ici un écran IPS qui nous propose des angles de vue maximum. C’est l’idéal et surtout indispensable pour un PC portable, qui doit conserver des angles de vue excellents, peu importe la manière dont on oriente l’écran.

On doit reconnaître que si certes, l’écran du Razer Book n’égale pas celui du MacBook Pro en termes de définition, les performances de la dalle n’ont aucunement à rougir devant ce dernier. Le petit surplus de pixels en hauteur est également très appréciable pour ce format 16:10.

L’écran est tactile sur ce modèle, comme sur la version avec écran Ultra HD. En effet, avec Windows 10, il est intéressant, surtout quand on utilise le mode tablette, de retrouver un écran tactile, à une seule condition : que ce dernier soit très bon. Nous avons une bonne nouvelle pour vous, c’est le cas. Le tactile est fiable et précis et surtout, les traces de doigts ne se font pas trop visibles, si vos doigts sont propres bien sûr. N’utilisez pas le PC après avoir avalé un Mcdo, vous aurez du temps de nettoyage à passer dessus ! On apprécie en tout cas le revêtement oléophobe, résistant – dans une certaine limite – aux traces de doigts.

Webcam


Comme une très large majorité de PC portables, pour ne pas dire … tous, le Razer Book 13 a une webcam. Cette dernière se situe sur la partie supérieure de l’écran et non cachée dans une touche ou en bas de l’écran, comme on peut le voir parfois. Malgré toute la qualité et tous ses avantages, la caméra n’est pas exceptionnelle, il faut le reconnaître.

Avec seulement 1 MP, elle permet de prendre des vidéos au format HD maximum. Cependant, ça n’est pas très grave. La webcam sur un PC portable n’a pas la même vocation que sur un smartphone et vous n’allez pas prendre des snaps ou des photos pour Instagram avec. Elle vous servira lors d’un entretien d’embauche en visio, d’une réunion au travail ou pour discuter avec des amis an face-cam, il aurait été inutile de mettre une caméra d’une grande qualité ici.

CLAVIER ET TRACKPAD


Le clavier du Razer Book 13 est un clavier chiclet, assez classique. La course est relativement réduire, contrairement à ce qu’on peut avoir sur un Razer BlackWidow V3 mais quand on vient d’un clavier mécanique, il n’est pas déroutant. Il y a toujours ce petit temps d’adaptation au début qui est nécessaire lors de tout changement de clavier toutefois. Il faut appuyer clairement sur les touches si vous ne souhaitez pas faire d’erreurs de frappe. L’erreur la plus fréquente : l’oubli de lettres.

Au bout de quelques heures toutefois, vos doigts s’habituent et votre frappe redevient « normale ». On apprécie le clavier blanc qui se marie très bien avec le gris clair du PC ! Les touches sont au nombre de 80 et on retrouve l’essentiel, les touches F1 à F12, une touche Suppr, les flèches dirctionelles, le pack classique que l’on a sur tout PC portable. Bien évidemment, sur cette version au format réduit, nous n’avons pas droit à un pavé numérique, qui n’est de toute manière déjà pas présent sur un Razer Blade classique.

Le toucher des touches est assez agréable, elles ont l’air de bonne qualité et le marquage est toujours aussi fin comme toujours chez Razer. Le seul petit souci cependant, c’est au niveau du rétro-éclairage. Ce dernier utilise la technologie Chroma de Razer, compatible bien évidemment avec Razer Synapse. Toutefois, le fabricant a toujours l’idée de faire le choix entre un rétro-éclairage très convenable de la fonction principale de certaines touches, ou un rétro-éclairage à peu près correct sur la globalité de la touche. C’est la première option qui a été choisie ici.

 En effet, le rétro-éclairage est quasi-impeccable sur les touches du haut par exemple, cependant, les fonctionnalités secondes ne sont pas rétro-éclairées. Le « è » est donc illuminé mais pas le « 7 ». C’est dommage mais c’est comme ça, au final ça n’est pas si gênant il faut le reconnaître. On aurait toutefois apprécié plus d’attention sur l’éclairage des touches « Alt Gr », Windows ou le verrouillage des majuscules, pas forcément très bien illuminées. Concernant cette dernière touche d’ailleurs, on retrouve une petite LED d’activité nous indiquant si la fonction Ver Maj est activée ou non.

A coté de ce clavier, nous aurions apprécié retrouver un capteur d’empreintes digitales, soit intégré dans une touche, soit correctement intégré au Razer Book 13 de manière à conserver son esthétique élégante et sobre. Cependant, Razer a fait l’impasse mais nous a offert un système de déverrouillage performant via Windows Hello, qui utilise la reconnaissance faciale.

 Pour ce qui est du trackpad, on connaît l’excellence d’Apple et la domination incontestable du Mac dans ce domaine. Mais c’est une des rares fois où je m’avoue surpris par un PC sous Windows, proposant un trackpad de très bonne qualité. En effet, ce dernier est agréable à utiliser et surtout, d’une douceur assez rare. Là où habituellement, les trackpads font un bruit pas forcément agréable et où le clic n’est pas vraiment très qualitatif en termes d’expérience comme en termes de sonorité, ici, il faut en effet reconnaître que le trackpad est bon, clairement très bon même.

AUTONOMIE


Si un point est bien important sur un PC portable, c’est l’autonomie, d’autant plus sur celui-ci. On connaît tous le férocité d’Apple en termes d’autonomie sur ses appareils, surtout les Mac. Razer saura-t-il être à la hauteur de nos espérances ?

Avec sa batterie de 55 Wh, il propose mieux que certains ordinateurs portables d’une gamme supérieure, ce qui est déjà clairement notable. On arrive avec les paramètres classiques à obtenir un peu plus de 7 heures d’autonomie, ce qui n’est pas vraiment exceptionnel. La déception est un peu là mais en ajustant les paramètre de Windows avec l’autonomie de la batterie optimiser au maximum, on peut sans souci tenir près de 11h30, ce qui est déjà bien plus respectable !

 

Côté chargeur, on apprécie le format compact du transformateur, cependant, on aurait préféré un adaptateur façon Apple pour le coup, vraiment. Le fait d’avoir un transformateur en plein milieu n’optimise pas vraiment la portabilité. D’autres constructeurs comme Asus ont fait le choix de proposer un chargeur secteur plus pratique, pas forcément sur des ordinateurs haut de gamme. Le seul avantage que ça lui donne, c’est qu’il est assez long. On note également que le câble USB-C est tressé, ce qui lui confère une plus grande solidité.

CONNECTIVITÉ

Les ultrabooks ne sont pas vraiment connus pour leur connectique exceptionnelle. En effet, avec deux ports USB-C et un port jack sur le MacBook Pro, ça reste assez léger. On est alors contraints de passer par des adaptateurs qui peuvent parfois coûter assez cher. Cependant, Razer a décidé de garder son Book 13 un peu plus épais que chez son concurrent à la pomme. Ainsi, le panel de connectique est élargi. On retrouve :

2 ports USB-C
1 port USB-A
1 port jack 3,5 mm
1 port HDMI
1 port micro-SD


Quelle tristesse de ne plus avoir de ports SD classiques dans les PC portables, mais certains fabricants font de très bon adaptateurs qui sauront vous faire profiter de toutes les performances de votre carte SD, comme le lecteur de cartes SD Lexar.

Nous avons donc le plaisir de retrouver des ports performant, avec du Thunderbolt 4 sur les ports USB-C, permettant de connecter un écran par exemple, si vous souhaitez brancher plusieurs écrans. Le PC se recharge également via un Thunderbolt 4, avec son chargeur fourni (assez compact par ailleurs). Tout cela est donc très complet et on ne peut que reconnaître que le fabricant a fait des efforts pour nous éviter des achats imprévus.

 
En termes de connectivité sans fil, on retrouve des connexions Wi-Fi 6 et Bluetooth 5, ce qui est la norme sur ce genre d’appareils. Tout est une nouvelle fois très bon ici, on ne peut qu’apprécier les débits, à la condition d’avoir la fibre cependant, indispensable pour profiter de débits corrects.

QUALITÉ SONORE


Ce Razer Book n’a pas fini de nous impressionner avec ses qualités vraiment au top ! Parmi elle, on retrouve aussi, un son d’une très belle qualité, permettant d’écouter des musiques ou de regarder des films sans avoir à sortit des écouteurs ou un casque.

Les deux haut-parleurs sont situé sur les côtés du clavier de l’ordinateur. Ils délivrent un son limpide, clair et agréable. Les équilibres sont bons avec assez de basses pour ne pas rendre le son agressif, des médiums au rendez-vous et des aiguës assez présentes pour une bonne clarté, mais pas trop non plus pour ne pas rendre le son cassant à l’oreille.

On aurait toutefois pu demander un peu plus de puissance sonore, quelques watts en plus n’auraient pas été de refus. Cependant, on se contentera de ce que l’on a et c’est déjà suffisant dans la majorité des utilisations. Si vous avez une vidéo à montrer à plusieurs personnes dans une salle de réunion (une vingtaine de personnes) par contre, il faudra garder un silence de cathédrale pour laisser place au son du Razer Book afin de l’entendre correctement.

Pour ce qui est du micro, il n’y en a pas un mais quatre. Ces derniers sont placés sur la partie supérieure de l’écran, avec la caméra et le capteur de luminosité ambiante. Le son qu’ils restituent est correct mais pas transcendant cependant. Ils captent en fait pas mal de bruits de fond et ont tendance à améliorer la clarté de la voix, ce qui offre pas mal d’aiguës et de médiums, mais pas beaucoup de basses. On remarque également un peu de distorsion par moment, qui n’est pas vraiment agréable à l’oreille.

TEST RAZER BOOK 13 : AVIS

Avec de belles performances, le Razer Book 13 se montre véloce et puissant face à une concurrence acharnée. D’un côté, se trouvent Apple et son indétrônable MacBook Pro, de l’autre, se trouvent tous les autres constructeurs de PC sous Windows comme Dell, Asus, Acer, …

Si le Razer Book se montre plus épais que ses concurrents ultrabooks, c’est pour la bonne cause. Il propose une connectique respectable et surtout, un écran tactile, qui, bien que pas forcément indispensable, fait toujours la différence pour les adeptes de ce type de technologie.

Le processeur est très bon et la RAM excellente ! On apprécie également le SSD qui ne rougit pas face à la concurrence. Bien qu’il ne soit pas aussi bon que certains autres modèles que nous avons eu l’occasion de tester, il reste très performant et offre un confort d’utilisation parfait.

En somme, le Razer Book est un petit concentré de tout le savoir-faire de Razer dans le domaine des ordinateurs portables performants, élégants et agréables à utiliser. Tout est presque parfait, certaines choses sont parfaites et les petits défauts sont vite gommés, quand on regarde le PC dans sa globalité, avec un côté esthétique proche de la perfection. Il reste toujours l’autonomie qui n’est pas parfaite, mais Windows en est plus le responsable que le fabricant de l’ordinateur.

Test Razer Book 13

Avec une bonne qualité sonore, un très bel écran lumineux et un design vraiment beau, il est incontestable que le Razer Book 13 a toute sa place sur votre bureau. C’est également un ordinateur ultra-portable qui peut vous accompagner partout avec une autonomie correcte, tout en conservant de très bonnes performances.

Équipé d’un processeur Intel Core i7 de dernière génération, de RAM performante et d’un SSD rapide, c’est l’anti-MacBook par excellence qui vous accompagnera partout !

L'écran 13,4 pouces est bien incrusté dans le capot, ses bords latéraux sont plus fins que leurs homologues supérieurs et inférieurs. On note à ce propos que la webcam est cernée de 2 petits micros de chaque côté (4 en tout), et qu'un capteur de luminosité ambiante est aussi caché juste à côté d'elle. 

La surface d'affichage est plus que confortable et elle s'incline assez pour faire pencher légèrement la machine vers l'avant et, ainsi, faciliter la frappe. On apprécie que l'écran ait, aussi, une fermeture un peu aimantée et qu'il ne dépasse pas d'un millimètre par rapport au plateau intérieur. Sans transition, parlons finitions.

On nous avait promis de l'aluminium de couleur claire, découpé à la machine numérique et usiné avec soin, c'est le cas. La finition argentée, presque blanche, est très jolie et rien ne dépasse. Même l'incrustation des prises - deux Thunderbolt 4, une prise USB plein format, une sortie HDMI plein format, un lecteur micro SD et la prise jack combo - est impeccable. Certaines grandes marques auraient bien quelques inspirations à puiser sur ce Book 13. On n'atteint pas le savoir-faire d'un Apple en la matière mais honnêtement, on s'en approche pas mal.

Seul regret, l'ensemble de la machine marque toutefois très vite. Les différentes parties du boîtier adorent conserver vos traces de doigts un peu partout. 

Un clavier gamer adapté aux tâches quotidiennes

Toutes blanches, les touches du clavier du Book 13 ont un gabarit assez standard et, bien qu'elles soient cernées, à droite et à gauche, par les enceintes (anémiques) de la machine, elles occupent bien le terrain.

De fait, après quelques minutes, les doigts tombent naturellement sur les touches et y courent à toute allure. Notre unité de test avait une disposition QWERTY et non AZERTY, mais il y a fort à parier que les forces et les faiblesses soient les mêmes. Les forces tout d'abord : le silence. Vous tapez du texte, un peu fort, comme nous, le clavier absorbe les bruits de frappe.

Certains trouveront le répondant un peu mou ou pas assez franc, ils n'auront pas forcément tort. Mais en matière de clavier, c'est comme en matière de couleur, tout est affaire de goût. Et des couleurs, justement, il y en a sous les touches.

Via le logiciel Synapse, vous pouvez régler la couleur des touches comme il vous plaît. Soit par zone, soit par touche, avec ou sans effet d'animation (spirale, cascade) : si vous aimez le RGB même pour travailler, vous allez adorer. Vous pouvez, comme sur les machines de jeu, créer des profils d'illumination en fonction des applications que vous lancez.

Bien entendu, si vous avez d'autres équipements Razer (ou des produits compatibles avec la technologie lumineuse Chroma de ce dernier), vous pourrez faire en sorte de tous les synchroniser pour que les couleurs changent en même temps, pour tout le monde.

Le touchpad, pour sa part, est peut-être un ou deux centimètres trop large à notre goût mais, surtout, il est trop mou. Nous qui sommes habitués à avoir des surfaces de glisse bien fermes sous les doigts, là, c'est la douche froide. Il manque un peu de répondant aussi et nous nous sommes parfois surpris à préférer faire des sélections à même la dalle tactile que sur la surface de glisse prévue à cet effet. Et pourtant... nous n'apprécions pas spécialement les écrans tactiles sur les PC portables de format classique.

Pourquoi ? La première raison est simple : la forme de la machine, classique (ou clamshell dans le jargon), ne se prête pas à utiliser ces doigts pour piloter Windows 10. Deuxièmement, le tactile, ce n'est pas toujours bon pour l'autonomie, même si de gros progrès ont été réalisés par l'industrie du PC ces dernières années.

Enfin, le tactile, ça ajoute un peu de poids à un appareil. La vitre qui protège la matrice est bien plus lourde qu'un simple revêtement mat. Un revêtement qui, en plus, permet de lutter contre les reflets. Alors qu'ici, malgré un sommaire traitement anti-reflets justement, vous aurez l'occasion d'admirer le vôtre assez fréquemment dans l'écran du Book 13.

Un écran 13,4 pouces qui doit s'améliorer sur la colorimétrie

Pour vous aider à ne pas trop vous voir dans l'écran 13,4 pouces FHD+ (1920 par 1200 pixels) justement, vous allez pouvoir jouer sur le niveau de luminosité de la dalle. Celle-ci a été évaluée à 452 cd/m2 en moyenne maximale, bien au-dessus de celles des ultraportables testés par la rédaction. Au centre, elle est même de 481 cd/m2 et, sur l'ensemble du panneau et, avec le curseur à fond, elle ne descend pas sous la barre des 430 cd/m2. Belle performance.

À l'usage, positionner la réglette entre 50 et 70% dans l'interface de Windows 10 est largement suffisant pour ne pas vous éblouir tout en maintenant une bonne visibilité du contenu affiché.

Le taux de contraste, lui, a été mesuré à 1675:1 en moyenne maximale. Là encore, c'est mieux que les concurrents éprouvés ces derniers temps (1474 environ). Et pour ne rien gâcher, l'homogénéité est très bonne. Notre indice est donc tombé à 0,016 ce qui place le Razer Book 13 parmi les meilleurs élèves de sa classe.

Razer nous a assuré avoir mis le paquet sur la colorimétrie. Ça, c'est un refrain qu'on entend de plus en plus ces dernières années dans la bouche des représentants des marques de PC. Mais il n'y a que notre sonde qui ait notre confiance.

Le Razer Book se distingue plutôt bien du peloton. Son Delta E, en mode par défaut (sRGB couvert à un peu plus de 100%), est de 2,65 en moyenne globale.

Dans le détail, on remarque que les bleus sont un peu moins justes que les rouges et les verts. Les gris, eux, sont verdâtres et le blanc... n'est jamais vraiment pur. Dommage.

En mode DCI-P3, couvert à tout juste 90%, le Delta E monte à 3,55 et là, ce sont les rouges et les verts qui accumulent les fausses notes. Et les gris n'arrivent pas non plus à redresser la barre, comme en sRGB.À découvrir aussi en vidéo :

Autonomie : vraiment pas mal pour un débutant

Avant d'aborder la partie performance, voyons si ce premier ultraportable taillé pour le travail et construit par un spécialiste du gaming propose une bonne autonomie. Comme il n'y a aucun processeur graphique 3D dédié dans la machine et que, nous le verrons, c'est une configuration Intel dernier cri qui est à la barre, nous nous attendons à pouvoir emporter le Razer Book 13 partout. Et sans avoir besoin de nous « charger » de son tout petit chargeur USB Type-C mais dont le format reste classique : un bloc, deux câbles.

Il a toutefois le mérite de recharger la batterie à 50% en moins de 40 minutes et de complètement faire le plein en 2 heures. Deux très bons temps à inscrire à son palmarès. Et ce ne sont pas les seuls !

En autonomie polyvalente, le Razer Book 13 tient un peu plus de 12 heures, ce qui le positionne à deux heures de plus que la moyenne actuelle.

C'est même 30 minutes de mieux que le Dell XPS 13 classique de fin 2020, presque une heure de mieux que le MacBook Pro 13 en Core i5 sorti l'année dernière. Le champion incontesté de la discipline reste toutefois le MacBook Pro 13 M1, qui dépasse les 17 heures .

En autonomie de lecture vidéo streamée en continu, là, la batterie tient 9 h 16, une heure de plus que la moyenne calculées sur ces derniers mois.

Là, le Dell XPS 13 le surclasse d'une heure, le MacBook Pro équipé de processeur Intel Core i5, le bat d'une bonne heure également. Et la version en Apple M1 survole tout le monde, avec 14 heures au compteur.

Le Core i7 de 11e génération pour assurer de la polyvalence nomade

Pour jouter à armes égales contre la concurrence, le Razer Book 13 choisit les derniers composants Intel pour faire tourner vos applications et Windows 10. Selon la configuration de la machine, ce sera - au choix - un Core i5 ou un Core i7 qui jouera le chef d'orchestre. Sur notre unité de test, c'est le Core i7-1165G7 - accompagné de 16 Go de mémoire LPDDR4x (soudés à la carte mère) et d'un SSD de 512 Go amovible - qui se charge de tout.

(Nota : notre unité de test, non-finale, n'avait que 256 Go de SSD).

On précisera que le Core i7 est ici alimenté de manière classique et qu'il offre donc une vitesse de croisière de 2,8 GHz sur tous ses coeurs, avec activation du mode Turbo jusqu'à 4,7 GHz lorsque cela est possible.

C'est en effet la puce Intel qui va se charger des calculs purs et durs, mais aussi de l'affichage des fenêtres. Voire même des quelques jeux vidéo que vous pourrez lancer sur la machine, le contrôleur graphique flambant neuf étant capable de faire tourner quelques polygones sans trop souffrir.

Parmi tous les usages classiques et quotidiens (surf, retouche de photo pour la publication, saisie), aucun ne met le Book 13 en défaut. Et d'après les scores obtenus dans les différents tests analytiques, il est même souvent au coude-à-coude avec le Dell XPS 13. C'est un peu normal : tous les deux ont presque la même plate-forme Intel de 11e génération.

Reste qu'en performance pure et dure, il se fait souvent distancer par le Yoga Slim 7 et sa puce AMD Ryzen 7 4800U dans les épreuves, notamment celle de création numérique.

Dans les jeux, les indices de performances sont bons à condition de ne pas trop en demander à la partie graphique Intel Iris Xe intégrée. Elle a beau être proposée ici dans sa version la plus complète, elle n'est pas capable d'égaler un GPU dédié digne de ce nom. Dans les titres assez anciens, en 1080p avec une bonne quantité de détails, vous maintiendrez le cap au-delà des 60 images par seconde.

Sur les jeux plus récents ou sur lesquels vous pousserez le curseur des détails trop loin tout en conservant une taille d'image Full HD, l'Iris fera les gros yeux. La ventilation et la chauffe sanctionneront aussi ce manque de civilité de votre part. Toutefois, la première aura la décence de ne pas vous perforer les tympans, et - la seconde - de vous faire rougir les cuisses.

Pas trop de bruit, pas trop de chauffe

Grâce à l'utilitaire logiciel Synapse de Razer, faire varier le profil de ventilation selon deux modes (Auto ou manuel) est possible. Nous avons effectué tous nos tests en mode Auto. Quand vous stressez la machine, les deux ventilateurs montent progressivement en charge pour atteindre une vitesse de rotation assez élevée (5500 rotations par minute max). On les entend. Et même... bien. Mais jamais ils ne hurlent.

Notre dispositif de mesure indiquait 34 dB maximum, c'est très raisonnable. Lorsque vous sollicitez uniquement la partie calcul, à plein, on peut monter un peu plus haut (+ 2 dB).

Si vous ne faites rien qui ne puise dans la puissance outrageusement de la puce Intel, les ventilateurs s'arrêtent et il n'y a pas un bruit.

La chauffe, elle, est maîtrisée. Tant dedans que dehors. Ainsi, lorsque vous occupez tous les cœurs du processeur ET la partie graphique, il y a des oscillations de fréquences mais à aucun moment, nous n'avons constaté d'effets de throttling très important, au pire 100 MHz de moins.  Ça passe tout à fait inaperçu. Si vous ne sollicitez que le processeur pour du calcul, pas de baisse de voilure. Au contraire, il enclenche le Turbo de manière régulière sur un ou plusieurs threads suivant les besoins de l'appli.

En promenant notre dispositif de relevé thermique sur toutes les parties du boîtier, nous avons relevé une pointe 43,5°C au niveau des aérations sous la machine. On retrouve cette même température, juste au-dessus du clavier, sur la partie où est logée la charnière de l'écran. Les reposes-paumes, quant à eux, restent à des températures comprises entre 31 et 31,8°C. Il n'y a qu'au milieu du clavier que la chauffe atteint presque les 39°C. Chapeau, nous sommes bluffés : Razer ne nous a pas toujours habitués à ce genre de prestation par le passé.


charlestech.fr / MCP, via mediacongo.net
450 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Le smartphone, un outil d'aide au dépistage du cancer du col de l'utérus
left
ARTICLE Précédent : TikTok s’apprête à débarquer sur les téléviseurs Samsung