Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Media & tendance Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - IMCongo (habillage new site)
Retour

Politique

Boshab recadre Bahati, il prend position pour Matata

2021-12-11
11.12.2021
2021-12-11
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2021_actu/12-decembre/06-12/boshab_evariste_21_1.jpeg -

Evariste Boshab

Ça brûle au Sénat. Mais, jusqu'à quand? Personne ne le sait vraiment. Après l'affrontement direct entre Augustin Matata Ponyo et Modeste Bahati Lukwebo, en pleine plénière, le sénateur Evariste Boshab a choisi son camp. Il a pris position pour l'ancien Premier ministre, expliquant qu'il "défend un point de vue de droit et non le militantisme abject".

Défendre ce point de vue, a amené Boshab à administrer quelques leçons de Droit à Bahati qui, du haut du perchoir, a laissé comprendre que Matata Ponyo est bien justifiable devant la Cour constitutionnelle, brandissant son statut de co-auteur de la Constitution du 18 février 2006 en sa qualité de parlementaire.

"Il est étonnant que le président du Sénat écoute les juristes de dimanche pour donner, face à la nation, une interprétation totalement erronée de l’article 164 de la Constitution, en prétendant corriger la Cour Constitutionnelle", a posé Boshab dans son entrée en la matière, avant de développer sur la "signification exacte" de l’expression "les infractions commises dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice des fonctions".

"C’est une expression technique pour dire *directement ou indirectement par personne interposée*, rien de commun avec tout ce qui a été débité" par le speaker du Sénat à la plénière du jeudi dernier. Pour s'en rendre compte, ce prof de Droit public a invité à "consulter le Code pénal de l’article 145 à 150 pour comprendre la constance du législateur s’agissant de l’expression dont question".

Voici comment Evariste Boshab, professeur de Droit public à l'Université de Kinshasa, a recadré l'Economiste Modeste Bahati. Et ce, dans le seul souci de ne "pas être jugé par le tribunal de l’histoire", car, a-t-il avancé, "il est de notoriété publique que ceux qui savent et qui se taisent, sont coupables par leur silence".

Ci-après, l'intégralité du point de vue du sénateur Evariste Boshab.

Mes chers collègues,

J’enseigne le droit public à l’université de kinshasa et ailleurs, je suis avocat près la Cour d’Appel de kinshasa /Gombe depuis 1987, accordez-moi la présomption de connaître quelques notions de droit, puisque celui-ci est vaste.

Grand est mon étonnement, de me voir traité d’hypocrite parce que je défends un point de vue de droit et non le militantisme abject. Ceux qui brillent par les insultes savent eux-mêmes ce qu’ils représentent.

Revenons au droit : dans une assemblée législative, le droit à la parole est sacré, puisque c’est l’unique instrument de travail dont dispose chaque élu. Ce n’est ni l’aumône, ni une libéralité.

Il est étonnant que le président du Sénat écoute les juristes de dimanche pour donner, face à la nation, une interprétation totalement erronée de l’article 164 de la Constitution, en prétendant corriger la Cour Constitutionnelle. En effet, tous ceux qui ont fait les bonnes études de droit, connaissent la signification exacte de l’expression ” les infractions commises dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice des fonctions “.

C’est une expression technique pour dire ” directement ou indirectement par personne interposée”, rien de commun avec tout ce qui a été débité hier. Il suffirait de consulter le Code pénal de l’article 145 à 150 pour comprendre la constance du législateur, s’agissant de l’expression dont question.

Je suis intervenu dans l’affaire opposant le sénateur Matata au Ministère Public puisqu’il est de notoriété publique que ceux qui savent et qui se taisent, sont coupables par leur silence. Humblement, je ne voudrais pas être jugé par le tribunal de l’histoire.

Je suis intervenu dans l’affaire opposant le sénateur Matata au Ministère Public puisque l’affaire Dreyfus qui mit plus tard la République Française en péril, commença de la même manière : mépris du droit, indifférence des acteurs politiques, silence des sachants…

Je suis intervenu, puisque la démocratie est assise sur certaines valeurs et certains principes qu’il faut défendre et préserver quel qu’en soit le prix.

Honni qui mal y pense.

 

Professeur Evariste Boshab

Gabin K.
Opinion Info / MCP, via mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 14 commentaires
9226 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


0 réponse
S'il a dit le droit, il faut simplement clore l'affaire! On ne peut corrompre la science si non c'est un monde absurde!!!!!!

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Shaka, Quelcun qui n'a pas des enfants biologiques comme Lukwebo ne voit pas l'intérêt de cet université. Il vole l'argent de l'État congolais pour laisse un jour ces bien à l'état congolais. Lukwebo n'a jamais été élu au Sud kivu comme députés

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Matata est un homme intègre qui déteste le luxe ,tout ce qu'il a fait se construire son pays pour l'interet générale ,KINDU ce la RDC vos enfants peuvent aller étudiés a KINDU a l'université Mapon mais ce connus vous preferez tous l'europe a l'ouest, qui ne sait pas en RDC que Bahati est plus affairistes que Matata Poyon ? Bahati a votre grace parce qu'il est passé dans l'union sacrée ,oublier les années passées de Bahati il est dans le camp maintenant de Kimbuta, Muzito,Badibanga, Tshibala ,Bemba, Tshilombo ,Bandubola, Kankonde, Mwaba, Longondo ect le camp des épargnés de la diasporas

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
les faux demandeurs d'asile nous cassent des couilles avec des commentaires ridicules sans aucune verité a part la vanité bidon de matongé sur chaussée de wavre a Bruxelles ou chateau rouge en France ,laver les casseroles en europe vous ne comprenez rien naba licence na bino ya mayuya ,merdes

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Le 1er Ministre est poursuivable que pendant l'exercice de ses fonctions, dixit la CONSTITUTION de la RDC. Or, Augustin MATATA, ne plus 1er Ministre, donc, il n'est pas poursuivra pour de faits commis pendant l'exercice de ses fonctions la loi est claire. Ce n'est pas lui qui a rediger cette constituion. Ce sont des legislateurs de l'epoque en 2006.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Boshab doit avoir honte,il ne recadre personne au contraire il se ridiculise et se masturbe pr un voleur,pitie a lui soit disant prof na ba theories ya patafunia Bahati mema bango kaka likolooo Boko lela na munoko ya mboka,Igf azalaka na raison ke miyibi ba kenda ko kima na sima ya ba immunites,boshab pe aza na ba dossiers ya snel ba cadavres na plaquards yango bomoni solidarite ya ba criminels economiques!!?Matata kende o se defendre na justice senat eza justice te,soit mema note ya justice c tout,awa o bandi ko se victimiser wana strategie na bino mbongo yango oliaka yango na biso luka compassion epayi ya ba complices,beneficiaires na ba collaborateurs nayo,Ki moyibi elengiiii kiekiekie boteyema.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Dites au moins qu'il a raison, après vous pouvez le massacrer avec des débats de rue. Le malheur de ce pays: c'est qu'on a peur d'un future meilleur : Une notion ignorée est en train d'être divulgué, on préfère toucher a ce qu'est Boshab. On lira un jour : Boshab avait raison.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Congo mon pays, tu ne vois pas le recadrage dans ces propos? Bahati a fait une intervention indigne de son rang. C'est dommage, à cette position on fait passé la raison et la sagesse avant les sentiments et le militantisme. Aujourd'hui les deux chambres sont entre les mains des inconstants mobutistes, kabilistes, tshisrkedistes et bientôt katumbiste. Fatshi doit-il vraiment faire confiance en ces deux là? En cas d'échec ils vont s'allier au nouvel homme fort.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Cher journaliste,en quoi Boschab a-t-il recadré Bahati ? Soyez professionnel svp

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Les loups ne se mangent pas dit-on! N'est-ce pas cet inventeur des théories à dormir debout,pur fanatisme qu'il prétend combattre ? Il est parmi les artisans de la théorie de l'homme providentiel(Kabila)

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Ki prof na bino kaka na ba futilites,les egoistes boko yoka!!Nyonso oyo faute na bino oyo bo personalisaka mibeko,bozwa peuple en otage na ba droit na bino ya patakunia

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Lui son droit c'est quand il defend les mediocres,antivaleurs!!La il sort tte ses connaissances,matieres et energies mm ses casquettes de prof,pratiquant et connaisseurs des droits et lois,si cela etai,s'il agissait de la mm maniere qd il s'agit de l'interet du peuple de la nation en prenant conscience comme c le cas avec dossier Mapon le congo serait tres loin.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Boshab veut réinventer le français de moulière. D'après son français, 'pendant l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de leur pouvoir' veut dire directement ou indirectement. Bizarre !

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Est-ce ce meme Boshabu qui detourna $20 Millions de la SNEL? Ce qui d'ailleurs mena a sa defenestration du cabinet de la Presidence. Alors, quelle morale ce Voleur de Boshabu a-t-il a prodiguer en defendant son pote-Voleur Matata? Qui se ressemblent s'assembent inclu au Senat devenu repere des brigands, detourneurs et voleurs.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
right
Article suivant CENI-Participation des délégués de l’opposition : « La raison tient à la nécessité d’assurer l’inclusivité… » (Mboso)
left
Article précédent "On nous vante tous les jours le peuple d’abord, je suis désolée Monsieur le Président, les chiffres disent autre chose" (Francine Muyumba)

Les plus commentés

Politique La Balkanisation de la RDC : une mauvaise solution (Analyse d’Oasis Kodila Tedika*)

02.02.2023, 26 commentaires

Politique Félix Tshisekedi isolé sur la scène africaine ? (Lembisa Tini, Ph.D)

02.02.2023, 19 commentaires

Afrique Exclusion des officiers rwandais dans la force régionale : l'EAC demande des explications aux autorités de Kinshasa !

03.02.2023, 18 commentaires

Politique Présidentielle 2023: le phénomène Mukwege

01.02.2023, 15 commentaires

Ont commenté cet article



Infos congo - Actualités Congo - IMCongo Application - bottom - 30 août 2022

Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance