Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Media & tendance Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - IMCongo (habillage new site)
Retour

Santé

Des paralysés ont pu remarcher grâce à la stimulation de ces neurones

2022-11-18
18.11.2022
Science & env.
2022-11-18
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2022_actu/11-novembre/07-13/paralyses-ont-pu-remarcher-suisse.png -

Des chercheurs viennent d’identifier les neurones qui, activés par stimulation électrique de la moelle épinière, ont permis à neuf patients paralysés de marcher à nouveau. La cartographie moléculaire constituée pourrait permettre de cibler les neurones endommagés par les lésions de la moelle épinière.

Pour marcher, nous avons besoin des neurones situés dans la moelle épinière lombaire, qui sont activés en cascade descendante à partir du tronc cérébral.

Une lésion grave de la moelle épinière peut alors perturber cette connexion cruciale entre le cerveau et les réseaux de cellules nerveuses dans la partie inférieure de la colonne vertébrale. La conséquence de la lésion est une paralysie permanente.

En 2018, des neuroscientifiques ont montré qu'une technique connue sous le nom de « stimulation électrique épidurale » (SEE) pouvait réactiver tout de suite les neurones non fonctionnels de la moelle épinière lombaire, ce qui permet aux personnes paralysées de marcher à nouveau, en association avec un entraînement intensif. Toutefois, les principes biologiques par lesquels la SEE remodèle la moelle épinière pour restaurer la marche restaient flous.

Une stimulation électrique qui restaure la marche

 

Une équipe de chercheurs du centre NeuroRestore, en Suisse, rapporte aujourd'hui dans Nature que ce même type de stimulation électrique a permis de restaurer la marche et d'améliorer l'état neurologique de neuf personnes atteintes d'une lésion grave de la moelle épinière.

Dans un premier essai clinique humain, les neuf participants (dont trois complètement paralysés et sans aucune sensation dans les jambes) ont participé à un entraînement en plus de recevoir l'électrostimulation délivrée par des dispositifs implantés dans leur colonne vertébrale.

Cette récupération de la marche suggère que la stimulation déclenche un remodelage des neurones spinaux. Pourtant, en visualisant de plus près l'activité de la moelle épinière chez un modèle de rongeurs, les chercheurs ont fait une découverte étonnante.

« La récupération impliquait une réduction de l'activité neuronale dans la moelle épinière lombaire pendant la marche. Nous avons émis l'hypothèse que cette réduction inattendue reflète la sélection, en fonction de l'activité, de sous-populations neuronales spécifiques qui deviennent essentielles pour qu'un patient puisse marcher après une lésion de la moelle épinière », écrivent-ils.

Des neurones spécialisés dans la récupération

Dans des échantillons de tissu spinal de souris, les neuroscientifiques ont mesuré l'activité génétique de milliers de neurones individuels, afin d'obtenir une cartographie moléculaire détaillée de la marche.

Ils ont ensuite utilisé un algorithme d'apprentissage automatique pour rechercher les neurones de souris qui présentaient des changements dans l'activité génétique, similaires à ceux observés dans la rééducation à la marche chez les humains.

La précision de cet atlas montre que la stimulation de la moelle épinière active un type de neurones spécifiques : les neurones Vsx2, qui ne sont pas sollicités pour la marche des personnes ne présentant pas de lésion.

Pour s'assurer de la découverte, l'équipe a inactivé ces neurones en particulier. « Chez les souris souffrant d'une lésion, cette inactivation des neurones Vsx2 a immédiatement stoppé la marche, alors qu'elle restait sans effet sur les souris saines. Ceci indique que les neurones Vsx2 sont à la fois nécessaires et suffisants pour que le traitement d'électrostimulation soit efficace et entraîne la réorganisation du système nerveux », indique un communiqué.

La constitution de cet atlas moléculaire est une avancée importante qui permettrait aux neuroscientifiques de manipuler directement l'activité de neurones spécifiques avec d'autres traitements, comme la thérapie génique.

D'après le neurologue Marc Ruitenberg, les thérapies à base de cellules souches pourraient, à terme, remplacer les neurones endommagés lors de lésions de la moelle épinière.


Futura Sciences/ MCP, via mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 0 commentaire
496 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


right
Article suivant Tshuapa: une maladie semblable au choléra fait de nombreuses victimes à Ikela
left
Article précédent Covid-19 : nouveau record de cas en Chine, la population s'agace des restrictions

Les plus commentés

Politique Publication du calendrier électoral : "Ces élections auront lieu dans les temps voulus par les législateurs" (Lambert Mende)

26.11.2022, 14 commentaires

Provinces Nord-Kivu : zone tampon ou balkanisation de fait du pays

25.11.2022, 11 commentaires

Politique Menaces de balkanisation de la RDC : Bernadette Tokwaulu tire la sonnette d'alarme et interpelle Félix Tshisekedi

25.11.2022, 9 commentaires

Afrique Résolutions du mini-sommet de Luanda : « Avec la partie rwandaise, le respect de la parole donnée n’a jamais été au rendez-vous » (Christophe Lutundula)

25.11.2022, 9 commentaires


Infos congo - Actualités Congo - IMCongo Application - bottom - 30 août 2022

Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance