Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Media & tendance Immobilier Recherche Contact



mediacongo
Retour

Provinces

Est du pays : enrôlement "compliqué" des électeurs suite aux activités des groupes armés

2023-03-18
18.03.2023
2023-03-18
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2023_actu1/03-mars/16-19/enrolement_electeurs_nord_kivu_23.jpg

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a accordé 15 jours supplémentaires à l'opération d'identification et d'enrôlement des électeurs dans les provinces de l'Est de la RDC qui devaient, en principe, prendre fin ce vendredi 17 mars dans la 3ème aire opérationnelle.

Dans la province du Nord-Kivu, le taux de participation est encore faible, indique la Ceni. Sur plus de 4 millions de requérants attendus, seul 1 million ont obtenu leurs cartes soit 22 %. Ce faible taux s’explique par l’activisme des groupes armés qui prennent de plus en plus de l’ampleur, notamment avec l’avènement de la rébellion du M23, les massacres des civils par les rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF) à Beni et Ituri, ainsi que les activités des miliciens.

Pas plus tard que la semaine passée, un centre d’enrôlement à Beni a été attaqué par des miliciens qui ont emporté les matériels d’enrôlement, poussant les responsables du centre à suspendre les opérations. (Reportage)

Porte cassée, des papiers jetés pêle-mêle à même le sol, la salle de l'école primaire "Tuendelee" qui sert de bureau d'enrôlement des électeurs à Butuhe, localité située dans le groupement Malio en territoire de Beni, est restée vide après l'attaque des miliciens. Des matériels d'enrôlement qui s'y trouvaient ont été emportés. Ce centre qui ne comportait qu'un seul bureau n'est plus opérationnel depuis une semaine suite à cette attaque que l'armée congolaise attribue aux miliciens Maï-maï. Paluku Kamuha, chef de ce centre, indique que les assaillants qui ont emporté le kit d'enrôlement ont également blessé par balle deux policiers qui montaient la garde.

"Ils ont attaqué le centre, ils ont attaqué les policiers qui étaient commis à la garde. Les activités sont toutes arrêtées parce qu'il n'y a plus moyen de fonctionner, le kit a été emporté par les assaillants. Ils n'ont laissé que la batterie mais tout est parti", a-t-il expliqué.

Butuhe est une localité de plus de 12 000 ménages, mais tous ne se réfèrent désormais qu’à un seul centre, situé à l'école primaire Butuhe, ce qui fait trainer l'opération d'enrôlement. Chaque matin, les requérants en provenance de plusieurs villages environnants se rendent dans ce centre. Ils s’alignent en files indiennes devant le bureau d'enrôlement pour l’obtention de leurs cartes.

Madame Masika Mwirima, 70 ans révolus, a fait trois fois le tour dans ce centre sans obtenir la carte.

"Nous sommes en difficulté ici. Je suis revenu ici au moins 3 fois, ça c'est la 4ème fois. Apparemment, nous allons encore rentrer aujourd'hui sans carte parce qu'on ne nous a pas encore appelés jusque-là", s'est-elle lamentée.

Les agents de la Ceni affectés dans la zone se sentent débordés par les requérants. Ils sont en difficulté de les satisfaire tous faute d’outils, une seule machine est mise à leur disposition, indique Kasereka Balikwisha Jean, agent de la Ceni.

"Nous ne restons qu'avec un seul centre à Butuhe. Les gens sont nombreux par rapport au centre qui les accueille. Nous recevons ici plus de 150 personnes par jour alors qu'auparavant, nous recevions une affaire de 80 personnes, nous sommes débordés", a-t-il expliqué.

La société civile de la place demande le renforcement des mesures sécuritaires dans ce centre pour faire face à d'éventuelles attaques pouvant compromettre l'opération d'enrôlement et d'y ramener d'autres kits d'enrôlement pour permettre le bon déroulement de l'opération dans le délai, plaide Maître Maombi Kahongya, son président.

"Nous voulons que les autorités compétentes puissent faire de tout leur possible afin de nous ramener un autre kit d'enrôlement ici à l'école primaire Tuendelee. Parce que vu l'engouement de la population et le nombre de gens qui ne se sont pas encore enrôlés, nous sommes dans une grande difficulté de les faire tous enrôler. Nous demandons aussi aux autorités de renforcer la sécurité parce qu'hier c'était l'école primaire Tuendelee on ne sait pas si demain ça sera quel autre centre".

Il n'y a pas que le centre d'enrôlement de Butuhe qui a été attaqué. En ville de Butembo, c'est le centre de Mavono qui a été aussi la cible des hommes armés qui ont tué un policier et emporté son arme.

 

Delphin Mupanda (Correspondant au Nord-Kivu)
congo-press.com (MCP) / mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 1 commentaire
1277 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


0 réponse
Linon @477Y1R1    - Publié le 18.03.2023 à 13:32
Gouvernement Sama Lukonde, gouvernement des warriors invalides ou autrement mbwarriors , gouvernement des inhumains Messieurs et mesdames, vous êtes incapables de mettre fin à un conflit que vous avez vous mêmes monté de toutes pièces et que vous désignez par conflit Bayaka - Bateke. Vraiment , vous ne pouvez pas mettre fin à cette pièce de théâtre très dramatique? Un hélicoptère, un bataillon de 500 soldats et les services de renseignement suffisent pour mettre fin à cette pièce dramatique pendant un mois. On tue, on égorge, on pille et vous n'en parlez même pas au cours des vos réunions. Ah, non ! Vous racontez qu'un c'est un conflit inter communautaire alors que les assaillants venaient de tuer plus de 100 personnes sur 200 dans one embarcation qui devait rejoindre l'équateur. Un chef d'un village du Congo Brazza a aussi été tué et l'embarcation est introuvable. Monsieur le Chef des warriors invalides, vous ne dites rien et pas même démissionner?

Réagir

2
Répondre
@
Insérez un émoji
right
Article suivant Kasaï : des élèves finalistes ont abandonné les salles de classe depuis la signature des fiches E01
left
Article précédent Sud-Kivu : l’Assemblée Provinciale suspend la perception des frais de participation à l’EXETAT et au TENASOSP 2023

Les plus commentés

Politique Congolité : La proposition de loi de Noel Tshiani parmi les matières à traiter par l'Assemblée nationale

28.03.2023, 33 commentaires

Politique Mushobekwa: «La Loi Tshiani va nous faire reculer»

30.03.2023, 30 commentaires

Politique « La question de la Congolité a été déjà vidée de toute substance par la Constitution » (Francine Muyumba)

28.03.2023, 21 commentaires

Politique Joseph Kabila, candidat du Fcc à la présidentielle de 2023 (Ferdinand Kambere)

28.03.2023, 21 commentaires

Ont commenté cet article



Infos congo - Actualités Congo - IMCongo Application - bottom - 30 août 2022

Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance