Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 02 mai 2024
mediacongo
Retour

Afrique

Mali : la nouvelle Constitution adoptée avec 97 % des voix

2023-06-23
23.06.2023
2023-06-23
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2023_actu1/06-juin/19-25/mali_constitution_23.png -

Les Maliens ont approuvé, à une très large majorité de 97 % des voix, des amendements constitutionnels soumis aux urnes par la junte militaire au pouvoir, a déclaré vendredi la commission électorale malienne. Cette adoption ouvre la voie à des élections en février 2024.

Les résultats représentent un plébiscite en faveur des militaires au pouvoir depuis 2020. Les Maliens ont approuvé le projet de nouvelle Constitution qui leur était proposé avec 97 % des voix.

Le taux de participation s'élève à 39,40 %, a annoncé l'autorité électorale, qui a proclamé ces résultats provisoires vendredi 23 juin lors d'une cérémonie au Centre international de conférences de Bamako.

La participation est traditionnellement faible au Mali mais le vote, qui a eu lieu dimanche dernier, a aussi été entravé dans de nombreuses localités du centre et du nord du pays, soit par la crainte des attaques jihadistes, soit par des désaccords politiques.

Le scrutin a été émaillé d'incidents et d'irrégularités, selon des observateurs et opposants à la réforme.

Les détracteurs du projet le décrivent comme taillé sur mesure pour un maintien des colonels au pouvoir au-delà de la présidentielle prévue en février 2024, malgré leur engagement initial à rétrocéder la place aux civils après les élections.

Elle renforce les pouvoirs du président, fait la part belle aux forces armées et met en exergue la "souveraineté", mantra de la junte depuis son avènement puis la rupture avec l'ancienne puissance dominante française et le pivotement vers la Russie.

Le référendum constitue une importante étape sur le chemin censé aboutir en mars 2024 à un retour des civils à la tête du pays.

C'était le premier scrutin depuis que les militaires ont pris le pouvoir par la force en août 2020 et qu'ils exercent depuis quasiment sans partage.

Le référendum, matérialisant un calendrier de réformes et de consultations prévues jusqu'à la présidentielle, était scruté attentivement pour les indications qu'il pouvait livrer sur le soutien de la population à la junte et à son chef, le réputé populaire colonel Assimi Goïta, ainsi que sur la situation intérieure.

Une opposition hétérogène

Les autorités ont défendu la réforme comme une pierre essentielle de la refondation qu'ils entendent conduire de l'État malien.

La nouvelle Constitution est censée remédier aux insuffisances de celle de 1992, volontiers désignée comme un facteur de la faillite de l'État face à la multitude des défis : propagation jihadiste, pauvreté, ruine des infrastructures ou délabrement de l'école.

Le référendum a coïncidé avec un autre acte de rupture de la part de la junte : la demande de retrait la semaine dernière des plus de 11 000 Casques bleus et près de 1 600 policiers de la mission de l'ONU déployée dans le pays depuis 2013.

La réforme de la Constitution prévoit l'amnistie pour les auteurs de coups d'État antérieurs à sa promulgation, et alimente les spéculations persistantes sur une éventuelle candidature du colonel Goïta à la présidentielle.

Elle a cristallisé une opposition hétérogène, qui a réussi à se faire entendre.

Les groupes armés du Nord qui ont combattu l'État central avant de signer avec lui un fragile accord de paix en 2015, et qui exercent un large contrôle dans le Nord, ont empêché la tenue du vote sur un texte dans lequel ils disent ne pas retrouver l'accord de 2015.

Ils ont dénoncé des bourrages d'urnes dans les localités du Nord où le vote a eu lieu.

D'influentes organisations religieuses se sont liguées contre le maintien du principe de laïcité de l'État dans la Constitution.

L'une des figures de cette mobilisation, l'imam Mahmoud Dicko, s'est livré lors d'un meeting pour le non à une violente diatribe contre le texte et la junte.

D'abord soutien de la junte avant d'en devenir un ardent détracteur, il s'est vu confisquer son passeport jeudi à l'aéroport de Bamako alors qu'il rentrait de Mauritanie, selon son entourage.

 


AFP / France 24 / MCP, via mediacongo.net
C’est vous qui le dites :
705 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


right
Article suivant Luanda : début des travaux préparatoires de la quadripartite CEEAC-EAC-CIRGL-SADC
left
Article précédent Est de la RDC : le Kenya prépare le déploiement du 3e contingent de la Force de réaction rapide dans le cadre de la Monusco

Les plus commentés

Politique L'Union Sacrée annonce la sortie du gouvernement ce week-end

25.05.2024, 14 commentaires

Politique Augustin Matata Ponyo: « Un coup d’Etat ne vise pas un ancien ministre de l’Economie mais un Président en fonction »

24.05.2024, 12 commentaires

Politique Formation du Gouvernement : la Première Ministre Suminwa Tuluka soumet une liste de candidats triés sur le volet au Président Tshisekedi

24.05.2024, 11 commentaires

Politique L'attaque du 19 mai pourrait-elle attiser des tensions au sein de l'Union Sacrée ?

24.05.2024, 8 commentaires


Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance