Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 02 mai 2024
mediacongo
Retour

Politique

Présidentielle en décembre 2023 : Denis Mukwege va-t-il être écarté de la course à la présidentielle ?

2023-08-29
29.08.2023
2023-08-29
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2023_actu1/8-aout/28-31/mukwege_fatshi_23_233.jpg -

Alors que le Dr Mukwege ne s’est jamais ouvertement présenté à la présidentielle congolaise, ses partisans n’ont pas présenté suffisamment de candidats en vue des élections générales qui se tiendront le 20 décembre. Ils dénoncent une « manœuvre politique ». Il reste quelques jours avant la clôture du dépôt des candidatures pour les élections de fin d’année.

A mesure que se rapprochent les échéances, le climat se tend en République démocratique du Congo (RDC) : d’ici le 1er septembre, la Cour constitutionnelle fera connaître les noms des candidats autorisés à se présenter au scrutin présidentiel qui, le 20 décembre prochain, sera couplé aux élections générales.

A ce stade de la course, le plus célèbre des candidats présumés qui auraient été « recalés » est le prix Nobel de la paix et médecin Denis Mukwege. Le regroupement intitulé Alliance des Congolais pour la refondation de la nation (ACRN), qui entendait proposer sa candidature, n’aurait pas atteint le quota exigé des 290 candidats pour les 484 sièges en jeu, soit 60 %, le « seuil de recevabilité ».

Roger Puati, président du regroupement des amis du Dr Mukwege, dénonce une « manœuvre politique » et assure que son mouvement a déposé 449 candidatures.

«La Cour constitutionnelle dispose d’encore 8 jours, d’ici le 1er septembre, pour examiner la validité de ces dernières et, dans l’hypothèse où cent candidatures seraient rejetées, il en resterait encore 350, donc nous serions bien au-dessus du seuil fixé à 290».
Albert Moleka, conseiller politique du Prix Nobel de la paix, ne dit pas autre chose : «On attend la suite, car c’est entre le 9 septembre et le 8 octobre que seront ouverts les bureaux de la Commission électorale indépendante chargés de réceptionner et de traiter toutes les candidatures à l’élection présidentielle». Autrement dit, rien n’est joué.

Katumbi, Muzito et Matata dans l’arène

A noter cependant que le prix Nobel de la paix ne s’est jamais jeté clairement dans la bataille, préférant appeler ses partisans à s’organiser d’abord et à faire appel à lui ensuite. En réalité, de nombreux amis du médecin, refusant de faire confiance au pouvoir en place, auraient préféré voir le prix Nobel prendre la tête d’une «transition» de plusieurs mois, accompagnée d’un «dialogue» – la formule favorite des Congolais –, précédant des élections réellement démocratiques et inclusives.

Si l’Union sacrée de la nation (majoritaire au Parlement) et le parti de Félix Tshisekedi, l’UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social), répètent à l’envi que les élections générales auront lieu dans les délais impartis, d’autres formations politiques ont déjà dépassé le «seuil de recevabilité» et pris place dans la course.

Ainsi, le parti de Moïse Katumbi, Ensemble pour la République, arrive en tête avec 549 candidats ; l’ancien Premier ministre Adolphe Muzito présente 301 candidats ; et un autre ancien Premier ministre Matata Ponyo peut compter sur 383 candidats. L’indépendant Delly Sesanga, à la tête de la formation ENVOL, a lui aussi passé le cap de la «recevabilité» avec 333 candidats.

Quant à Martin Fayulu, qui s’était toujours considéré comme le vainqueur des dernières élections, il s’est retiré. Cette course à l’élection présidentielle est cependant théorique car le scrutin présidentiel de décembre se jouant en un seul tour, le président sortant détient un avantage presque mathématique.

Pas de coalition de l’opposition

En réalité, seule une coalition des principales forces d’opposition autour d’un candidat unique pourrait, théoriquement, changer la donne, mais on en est loin : 66 structures politiques ont été provisoirement retenues. Cet émiettement n’empêche pas un durcissement « préventif » qui vise particulièrement Moïse Katumbi, resté très populaire. Son porte-parole Simon Kalonda est toujours en état d’arrestation.

Et l’assassinat du député Cherubin Okende, voici 45 jours, n’a pas été élucidé et son corps n’a pas été restitué à sa famille. «Il faut que l’enquête suive son cours», répète au Soir Christophe M’Boso, le président de la Chambre, de passage à Bruxelles, soulignant qu’il a été fait appel à deux experts, belge et sud-africain, ainsi qu’aux services de la Monusco (Mission de l’organisation des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo). Aucune information n’a encore été livrée alors que ce crime non élucidé plombe lourdement le climat de la campagne.
Christophe M’Boso relève cependant un élément d’apaisement : «La loi Tshiani n’a pas été votée». Ce projet de loi, très controversé, projetait de réserver le droit de se présenter aux seuls candidats pouvant prouver qu’ils sont «de père et de mère» congolais.

Compter sur d’autres forces

Outre les candidatures au scrutin présidentiel, la pondération des forces en présence retient également l’attention : c’est l’AFDC (Alliance des forces démocratiques du Congo) créé par le président du Sénat, Modeste Bahati, qui apparaît comme le premier parti ayant présenté 2.600 candidats, suivi par le MLC (Mouvement de libération du Congo) de Jean-Pierre Bemba, puis Ensemble pour la République de Moïse Katumbi, et en quatrième positionl’UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social), le parti du Président Tshisekedi.

A quatre mois du scrutin, «les chiffres ne disent pas tout», conclut le politologue JokOga. «La légitimité n’est pas que juridique. Il faut aussi compter avec d’autres forces, comme la CENCO (les évêques catholiques) ou l’ECC (les Eglises protestantes) et s’assurer de la loyauté de l’armée…».

A ce sujet, Christophe M’Boso assure qu’à l’Est du pays, toujours occupé par les rebelles du M23, l’état de siège pourrait être levé d’ici les élections, et le pouvoir rendu aux civils.


Belga / MCP, via mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 2 commentaires
2928 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


VALAVALA @P9MCDS5   Message  - Publié le 30.08.2023 à 15:05
Que Signifie le Mot " BANYAMULENGE" ? Le mot "BANYAMULENGE " est une appellation frauduleuse que les refugiés Tutsi rwandais (BANYARWANDA) se sont octroyés pour infiltrer la RDC et forcer à obtenir l'identité congolaise . MULENGE est une colline appartenant à la Tribu BAFULIRU sur laquelle ont été accueillis les refugiés tutsi rwandais en 1961 et 1963 par le HCR . En 1964 , il était interdit aux refugiés Tutsi BANYARWANDA installés sur les sites de MULENGE , KATOBO et LEMERA de faire la politique au Congo conformément à un circulaire de l'Administration coloniale Belge et du HCR. Qui les a autorisé à faire la politique au Congo ? Rappelons que sur 450 Tribus existantes au Congo et archivées par l'administration coloniale belge, il n'existe pas en RDC une tribu appelée BANYAMULENGE . Le Mot " BANYAMULENGE " a été crée en 1978 par Gisaro , un Tutsi Rwandais ( soit 18 ans après l'indépendance du Congo) . Selon l'article 10 de la constitution de 2006 , il n'existait au Congo Aucun groupe ethnique appelé " BANYAMULENGE" à la date du 30 JUIN 1960. Ce sont des Tutsi "BANYARWANDA "( citoyens Rwandais) en quête des terres et de l'identité congolaise

Réagir

31
Répondre
@
Insérez un émoji
Grace de Dieu @BAXR2BG   Message  - Publié le 30.08.2023 à 06:23
Bien sûr s’il ne peut pas prouver sa nationalité d’origine de la même manière comme ce Chef de délégation des étudiants d’un pays que je refuse de citer par respect aux millions de morts dans les forêts à l’Est de la république.

Réagir

44
8
1
Répondre
@
Insérez un émoji
right
Article suivant Élections 2023 : candidat à la députation nationale et provinciale, Peter Kazadi annonce une campagne électorale à « l’américaine »
left
Article précédent Élections 2023 : le peuple doit-il sanctionner Vital Kamerhe ?

Les plus commentés

Afrique "Nous avons demandé : le M23, les membres de ce groupe sont-ils des Rwandais ou des Congolais ? Et la RDC nous a dit : ce sont des Congolais. Fin du débat" (William Ruto)

22.05.2024, 22 commentaires

Politique Coup d’État raté à Kinshasa : « Ces agents étrangers sont liés au Rwanda et ses alliés » , (L’opposant français Jean-Luc Mélenchon)

20.05.2024, 15 commentaires

Politique Tentative de coup d’état : « stratagème de diversion à la Poutine pour détourner l’attention des congolais du chaos actuel », [Prince Epenge]

21.05.2024, 11 commentaires

Politique Assemblée nationale : 2 candidats de l'opposition retenus pour l'élection du bureau définitif

22.05.2024, 10 commentaires

Ont commenté cet article



Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance