Recherche
  Home Elections Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 05 février 2024
mediacongo
Retour

Monde

Brexit: à l'international, certains s'inquiètent, d'autres jubilent

2016-06-24
24.06.2016
2016-06-24
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2016_actu/juin/du_20_au_24/brexit_16_001.jpg -

Les résultats du référendum sur le Brexit ne seront connus que vendredi matin, pas avant l'aube. Ces résultats s'annoncent serrés et ils seront scrutés à travers le monde entier. Si certains dirigeants se sont prononcés très clairement pour le maintien du Royaume-Uni dans l'UE, d'autres jubilent, et d'autres encore s'inquiètent.

Pas d'unanimité sur la question au sein du gouvernement britannique

Pour rappel, au sein même du Royaume-Uni, le gouvernement conservateur est lui-même divisé sur la question. Le premier ministre David Cameron a fait campagne pour le maintien de son pays dans l'Union mais il a très vite compris qu'il ne tiendrait pas son gouvernement sur cette ligne pro-européenne. Les ministres étaient donc libres de faire campagne pour le maintien ou la sortie. Plusieurs ministres se sont engagés pour le Brexit comme le ministre de la justice notamment. Le gouvernement de David Cameron est à l'image du parti conservateur, divisé lui aussi sur la question européenne. Du côté travailliste, on soutient officiellement le maintien dans l'UE, mais là aussi l'enthousiasme est très variable. En revanche, le parti souverainiste UKIP est radicalement contre l'Union européenne et les libéraux démocrates, eux, sont radicalement pro-européens.

Mais le Royaume-Uni, comme son nom l'indique, est un ensemble de plusieurs nations. Et là aussi on note des différences majeures. L'Ecosse n'a jamais caché qu'elle ne voulait pas quitter l'UE, que s'il y avait Brexit, il y aurait sans doute un référendum pour savoir si décidément l'Ecosse veut rester au sein de ce Royaume-Uni. Le pays de Galles vote traditionnellement pour l'UE, de même que l’Irlande du Nord dont le processus de paix est soutenu financièrement par l'Union européenne. Reste les Anglais dont on pense qu'ils soutiendront plus facilement un Brexit.

Dans l'Union européenne, aucun Etat ne se prononce pour le Brexit

Si on élargit encore le spectre, au sein de l'Union européenne, aucun Etat membre ne souhaite officiellement le départ du Royaume-Uni. Aucun. Et ce, même si certains dirigeants se disent agacés par ce qu'ils appellent le chantage de David Cameron. Donc, les 27 sont favorables au maintien mais, là encore, avec des tonalités différentes.

Beaucoup de chefs d'Etat européens se disent que l'Union n'a pas besoin d'une crise supplémentaire, qu'ils ont d'autres chats à fouetter dans les prochaines années que de négocier un divorce compliqué avec le Royaume-Uni. Et puis, l'Union a besoin de stabilité. Mais il y a aussi quelques pays qui vont au delà et qui déclarent plus ouvertement leur soutien à la vision de l'Union défendue par David Cameron. On peut citer les Pays-Bas, le Danemark, mais aussi la Hongrie ou même la Pologne, la République tchèque ou encore Malte. Ces pays veulent que David Cameron reste parce qu'ils défendent la même Europe que lui, le grand marché, les échanges commerciaux, etc.

De Barack Obama à Vladimir Poutine, en passant par Donald Trump

Mais l'intérêt pour le référendum de ce jeudi et ses conséquences dépassent les frontières de l'Union européenne. Pas mal de chefs d'Etat ont montré leurs inquiétudes quant à un éventuel Brexit. Le président américain Barack Obama s'est rendu exprès en Grande-Bretagne pour expliquer combien les bonnes - très bonnes - relations entre Londres et Washington dépendaient aussi du fait que la Grande-Bretagne était dans l'Union, qu'elle était un peu le porte voix de certaines positions américaines à la table du Conseil européen, et que sa position au sein du grand marché intéressait les Américains.

Le candidat républicain aux élections américaines Donald Trump de son côté a reconnu qu'il n'y comprenait pas grand'chose, mais qu'il était néanmoins favorable au Brexit.

Le russe Vladimir Poutine lui ne cache pas sa joie de voir l'Union vaciller. Et la perspective de voir précisément la Grande-Bretagne, alliée traditionnelle des Etats-Unis dans la plupart des conflits, quitter cette Union le réjouit.

Les dirigeants asiatiques de leur côté se sont inquiétés d'un possible Brexit. Il faut dire que l'Union se préoccupe peu de ses partenaires asiatiques. Les rares fois où elle s'y intéresse, c'est précisément quand la Grande-Bretagne met le dossier sur la table. Or, l'Asie représente un marché important pour l'Union, et inversement.


RTBF
C’est vous qui le dites :
8485 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


right
Article suivant Brexit: sept conséquences pratiques pour les Britanniques
left
Article précédent Brexit : ce qui attend le Royaume-Uni et l'Europe

Les plus commentés

Politique Constant Mutamba recommande des poursuites judiciaires contre les Congolais qui prennent des armes pour accéder au pouvoir

03.03.2024, 18 commentaires

Société Assainissement public de Kinshasa : à Antalya, Félix Tshisekedi séduit par les assurances d'un Groupe d'experts turcs en construction

03.03.2024, 14 commentaires

Politique Agression rwandaise : Lamuka réitère ses vœux de dialoguer avec Félix Tshisekedi sans "compromission"

02.03.2024, 12 commentaires

Politique L’ECC recommande au Président Tshisekedi d’organiser un dialogue en vue de résoudre les questions de paix, de sécurité et de la gouvernance

03.03.2024, 12 commentaires


Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance