Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Media & tendance Immobilier Recherche Contact



Retour

Musique

L’Or Mbongo : « La piraterie est le plus grand problème…»

2017-10-16
16.10.2017
2017-10-16
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/09-septembre/4-10/lor_mbongo_17_004.jpg -

Musicienne professionnelle, L’Or Mbongo Lemba a eu la chance d’évoluer sous l’encadrement de son mari, le chantre Christian Lemba, fondateur du groupe musical chrétien « La Mano Di Dio ». C’est grâce à ce dernier, nous dit la chanteuse, qu’elle a été poussée dans sa carrière. A ce jour, l’artiste a acquis une renommée internationale par son travail.

Mère de cinq enfants dont un garçon, L’Or Mbongo évolue au sein du groupe « La Mano Di Dio » depuis sa création en 2001 comme responsable de la branche musique. Toutefois, ce groupe musical compte aussi la branche d’intercession pour le monde et celle de la mère de compassion. En 16 ans d’existence, le groupe a déjà réalisé 5 albums et 1 maxi-single.

Diplômée d’Etat en section Commerciale et administrative au Lycée Sainte Germaine de N’djili en 1997, L’Or Mbongo s’inscrira à l’Université de Kinshasa (UNIKIN) avant d’interrompre ses études par manque de moyens financiers. C’est alors que vers la fin de l’année 1999, son chemin se croisera avec celui de Christian Lemba, l’homme qu’elle  appelle actuellement « maestro », pour qu’elle puisse réellement retrouver la voie de son destin. Elle doit la réussite de leur carrière à la bonne communion entretenue avec leur Dieu, non pas par leur propre force. « C’est par la prière que nous arrivons à le servir », fait-elle savoir.

Cette jeune dame a eu plusieurs modèles. Il s’agit également de Maman Lili Sumbela, Denis Ngonde, Kanguma, le groupe Gaël, etc. C’est plutôt la Sud-africaine Rebecca Malope qui est son idole à cause de son dynamisme, de ses recherches et de son dévouement. « Elle m’a vraiment influencée et je me suis approché d’elle pour savoir sa façon de travailler. Je vous informe que nous partageons une chanson commune composée par  Christian Lemba et reprise dans nos albums », a confié la chanteuse.

Parcours de l’artiste

C’est dans son église que L’Or Mbongo a commencé à chanter dans un groupe d’adoration. Elle fut également parmi les chantres de son école pour agrémenter les manifestations culturelles et autres. Cependant, elle ne pensait pas faire de la musique toute une carrière sans pour autant imaginer qu’elle allait un jour rencontrer son mentor, devenu par la suite son mari.

« Je me suis rencontrée avec mon mari par le canal de notre claveriste de l’église. Il était passionné de la musique, de la découverte des talents et aussi animé de la volonté d’encadrer les jeunes cherchant à devenir chantres. Ce n’est qu’après que nous avons parlé du mariage et notre relation a été officialisée en 2000. En 2001, il a créé le groupe musical « La Mano Di Dio », a révélé la star de la musique chrétienne.

Cette musicienne reconnaît que dans ses débuts, elle avait beaucoup d’incertitudes même lorsque son mari, à l’époque un simple frère en Christ, l’encourageait à faire de la musique afin d’exploiter son talent, après avoir rompu avec les études. Malgré ces encouragements, elle déclare : « J’avais beaucoup d’incertitudes parce que je me voyais incapable de le faire. D’ailleurs, c’est pour cette raison que j’avais pris du temps dans la prière avant d’adhérer au sein du groupe « La Mano Di Dio » parce que je ne me sentais pas du tout capable de faire ce que mon mari me demandait artistiquement. »

Selon elle, il fallait un signe venant de Dieu pour se rendre compte qu’elle pouvait se lancer définitivement dans la musique sans aucune crainte. « Je dirais que ma participation à l’album de la sœur Getou Kabika au studio ASIFIWE du défunt chantre Charles Mombaya était pour moi l’accomplissement d’un signe de la part de Dieu pour que je ne puisse plus me sous-estimer.

Le fait de chanter avec cette sœur a été comme une blague, or c’était le chemin que Dieu avait tracé pour moi, afin d’être découverte par Charles Mombaya et de pouvoir chanter également avec lui. En aucun jour, je m’imaginais chanter avec ce baobab de la musique chrétienne de mon pays. Cela avait donné du courage à Christian Lemba pour m’encourager et me conscientiser davantage », a-t-elle dit.

Mariage et carrière

Certes, l’artiste L’Or Mbongo travaille à côté de son mari comme chef d’orchestre, mais le couple sait faire la part de chose entre mariage et métier. Concernant leur collaboration sur le plan artistique, la jeune dame indique que chaque partenaire reconnaît sa place et l’assume. Et de préciser : « J’aime être dirigée et je suis à ses pieds comme un enfant parce que c’est lui le maestro sur le plan artistique.

J’accepte ses remarques en tant qu’un maître ayant appris le métier avant moi. Comme chacun connaît son rôle, notre partenariat a fait que nous totalisons aujourd’hui 16 ans de carrière. En plus, lui et moi connaissons nos droits et devoirs étant donné que nous savons faire la part de chose entre le mariage et le métier. Car pendant le travail, je suis un enfant, mais à la maison, je suis sa femme. »

Cherchant à savoir ce qu’elle ressent d’avoir partagé le même podium avec son mari, L’Or Mbongo n’a pas caché sa satisfaction puisqu’ils ont réalisé leur rêve. « Nous étions animés de cette joie de nous voir sur un podium. Moi avec mon maestro qui me voit à l’œuvre en train de rendre ce qu’il m’a enseigné dans le secret. Naturellement, je suis timide, mais il a beaucoup travaillé dans ce sens pour que je sois capable de me tenir devant les gens, tout en me conseillant de demander l’assistance du Saint-Esprit dans le but de chasser la frousse.

Parfois, il ne preste pas avec nous dans certains concerts en prenant tout simplement la place de coach pour regarder notre prestation. Je vous assure que quand il est là, nous faisons de choses en qualité de professionnels, et sa présence sait contenir l’excès de zèle qui anime souvent les artistes ». Etant la star du groupe, L’Or Mbongo est consciente d’une telle responsabilité.

Puisque le regard du public est tourné vers elle, la vedette travaille durement pour être toujours à la hauteur de sa tâche dans l’objectif de préserver la bonne marche de son groupe musical. « Je dois être à la hauteur pour que je sois une source de bénédictions pour mon groupe ainsi que pour les enfants de Dieu qui attendent recevoir quelque chose venant de nous », a-t-elle martelé. Face à cette responsabilité, elle dit pouvoir protéger la grâce que Dieu a mise en elle en se disciplinant sur le plan de la prière et de la méditation biblique.

Une discipline qu’elle s’est également imposée pour entretenir sa voix et la garder en forme. Ainsi, elle contrôle son alimentation, ne prend pas de boisson froide et ne crie pas beaucoup même en prière. C’est seulement sur le podium qu’elle explose sa voix. « Je ne suis pas indispensable malgré le fait que le Seigneur a fait de mon image celle du groupe. Il s’agit d’une grâce et non d’un mérite parce qu’au sein de notre groupe, il y a de filles qui chantent plus que moi », lance-t-elle.

A en croire la chanteuse, c’est avec tout son cœur qu’elle est dévouée à son métier. Outre sa belle voix, elle excelle en pas de danse, question de donner totalement à son public tout ce qu’elle ressent en elle. « J’ai appris à danser parce que je me sens redevable vis-à-vis de mon Dieu et de son peuple racheté par son sang précieux. C’est pourquoi j’aime chanter, sourire et danser puisque je fais mon travail de tout mon cœur », a souligné L’Or Mbongo.

Souvenirs, œuvres et piraterie

La musicienne congolaise garde les souvenirs de plusieurs spectacles ayant marqué leur carrière professionnelle. Il s’agit notamment de leurs concerts en Israël sur le tombeau de Jésus-Christ, en Belgique, en France, en Angleterre, au Canada, y compris ceux livrés dans la ville de Kinshasa et à l’intérieur de la République démocratique du Congo (RDC).

S’agissant de la composition des chansons interprétées par les musiciens de « La Mano Di Dio », elle prévient que c’est son mari qui s’en charge. Au fil du temps, L’Or Mbongo a su composer aussi quelques chansons parmi lesquelles « Lokito », « Anna », « Mibange »… Leur source d’inspiration reste Dieu lui-même. Néanmoins, soutient-elle, Dieu peut utiliser plusieurs canaux d’inspiration, à savoir la Bible, la prédication, la méditation, les faits de société, la nature ainsi que certains événements.

Pour elle, « la piraterie est le plus grand problème dans l’exercice de leur métier ». Malgré leur lutte, poursuit-elle, ils sont incapables de la vaincre suite à l’inexistence des structures fiables censées protéger les artistes contre cette mauvaise pratique. « C’est ce qui fait que les artistes ne savent plus vendre leurs disques et sont également frustrés parce que ça ne vas pas. De notre côté, on s’en sort puisque nous avons fait de la musique une mission pour sauver énormément de personnes, et nous avons les témoignages qui nous reviennent par rapport à notre travail », renseigne l’artiste chantre.

Perspectives

« Nous comptons officialiser une école d’encadrement pour coacher les jeunes et leur montrer que l’art seul ne suffit pas du fait qu’il y a des choses à prendre en compte pour faire briller son étoile et savoir comment maîtriser son succès. Dieu peut accorder l’élévation, mais si l’on ne sait pas se maintenir, il y a un problème », pense-t-elle. Avec la Fondation L’Or Mbongo (FONDOR), ils comptent s’occuper de l’encadrement des femmes et de la prise en charge des enfants.

Le couple pense construire une maternité, un orphelinat, une salle de spectacle et un studio musical moderne dans l’optique d’aider les artistes à moindre coût. A cela s’ajoute l’encadrement des mariés.


La Tempete
C’est vous qui le dites : 2 commentaires
8797 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs

right
Article suivant Vient de paraître : « Papa Wemba, la voix de la musique congolaise moderne »
left
Article précédent Coolio, le rappeur qui s'est fait connaître du grand public avec « Gangsta's Paradise », est mort.

Les plus commentés

Société État major Général des FARDC, Garde républicaine, Renseignements militaires, opérations… la liste complète de tous les généraux nommés par Félix Tshisekedi

04.10.2022, 15 commentaires

Société Un Casque bleu tué, le SG de l’ONU en colère réagit

03.10.2022, 14 commentaires

Politique Géopolitique de la région des Grands Lacs. La fin d’un cycle : Paul Kagame du Rwanda sur les traces de Mobutu du Zaïre-Congo !

03.10.2022, 12 commentaires

Politique "La guerre de l'Est est programmée et désirée par des étrangers à travers la Constitution de 2006" (Des scientifiques)

03.10.2022, 12 commentaires


Infos congo - Actualités Congo - IMCongo Application - bottom - 30 août 2022

Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance