Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Media & tendance Immobilier Recherche Contact



Retour

Economie

Pour faire face au contexte économique actuel, la Bralima se "restructure"

2017-10-18
18.10.2017
Société
2017-10-18
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/09-septembre/4-10/bralima_usine_17_003.jpg -

Avec l'arrêt de ses deux sites de Boma et Mbandaka suite à la détérioration de la situation socio-économique que connaît le pays, la société brassicole Bralima a décidé de se restructurer.

Dans un mémorandum signé par son directeur général, cette mesure de mise à la retraite concerne tous les agents qui ont totalisé 58 ans et plus. Ils bénéficieront d'une pre-retraite, souligne-t-il  dans le document, d'un paiement du préavis conventionnel et d'une indemnité additionnels au-delà de ceux exigés par la loi pour tous les agents qui quittent l'entreprise.

Par ailleurs, les agents de la sous-traitance concernés par cette réorganisation de la Bralima recevront également le payement du préavis confornément à la loi.

Le directeur général de la Bralima justifie cette restructuration par le fait que la Bralima souffre depuis 2013 de l'augmentation des droits des assises de plus de 50%, l'augmentation des tarifs d'eau et d'électricité de plus de 20% et de l'augmentation du cost of doing bassines en général.

Il a souligné que cette crise avait conduit l'année dernière à la fermeture des usines de Boma et Mbandaka et la dépréciation des actifs de 286 millions d'euros.

Le directeur général de la Bralima fait noter, enfin, la détérioration de la situation économique qui se traduit notamment par la baisse du taux de croissance du PIB, la dépréciation du franc congolais, l'inflation galopante, la baisse du pouvoir d'achat des consommateurs...


MCN TEAM / mediacongo.net

2017-10-18-12-57-13_Bralima_Memo.pdf (0.17Mb)

.pdf
C’est vous qui le dites : 9 commentaires
8553 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs

0 réponse
Il y a du mensonge dans cet article. L'usine de Mbandaka a fermé il y a plus de 8 ans et non l'année dernière comme dit dans l'article. Aussi du point de vue économique il faut plus parler d'une adéquation entre les charges d'exploitation et le revenu à réaliser, démarche tout à fait normale qui n'a rien de politique. Avec ses réserves légales et libres depuis plus de 50 ans que cette entreprise existe, elles est loin de mettre la clé sous la porte.

Réagir

Répondre
@
0 réponse
Mr le journaliste il y a aussi de jeunes qui ont quitté l'entreprise pas seulement les veiux

Réagir

Répondre
@
0 réponse
C'est ne pas étonnant, en ce qui concerne le franc congolais, la banque centrale elle même publie un communiqué pour montrer les diférent signes et lettres pour identifier les vrais billets mais l'on decouvre que même les faux billets ont les mêmes signes. N'est-ce pas un jeu monté des toutes pièces ?

Réagir

Répondre
@
0 réponse
Quand la bière coule à flot, le peuple s'endort. Il y a des emplois perdus dommages mais ces brasseries, opium des congolais, vendant de l'alcool et tout le reste en désordre totale n'ont qu'elles-même à blâmer. Et comme l'on a lu, Bemba a 5% dans le capital social de Bralima. Est-ce son péché mortel pour qu'il n'y ait pas ces colonels et généraux qui généralement "couvrent " ces entreprises qui foulent du pieds le paiement des ces taxes et assises?

Réagir

Répondre
@
0 réponse
augmentation des droits d'accises de plus de 50%, des factures d'eau et d’électricité de 20%, etc. Et on parle de l’amélioration du climat des affaires au gouverne-et-ment. Nos dirigeants ont-ils besoin de révolte populaire ou quoi ?

Réagir

Répondre
@
0 réponse
les institutions financières ferment du jour au jour, on peut ajouter aussi les entreprises de production qui font des restructurations mais ceux qui voient le soleil la nuit disent que tout marche bien et qu'il y a même une croissance et une paix durable,si cela n'est pas la sorcellerie? c'est la sorcellerie.

Réagir

Répondre
@
0 réponse
NOUS ASSISTONS A LA DESTRUCTION DE NOTRE NATION SANS RÉACTION

Réagir

Répondre
@
0 réponse
Qu'avons nous fait au bon Dieu, avec un taux de chômage déjà très élevé et voilà que d'autres chômeurs s'ajoutent. aucune politique d'accompagnement pour les entreprises qui souffrent déjà de la surtaxation par l’état, à cela s'ajoute la situation économique précaire où les consommateur n'ont de pouvoir d'achat suite à la dépréciation du francs congolais... vraiment RDCongo bololo.

Réagir

Répondre
@
right
Article suivant RDC-Ouganda: appel à cesser l'activité pétrolière autour du parc des Virunga
left
Article précédent Kasaï : hausse de prix du maïs sur le marché, le gouverneur annonce une patrouille dans les entrepôts

Les plus commentés

Diaspora Incursion rwandaise en RDC : après New-York, Félix Tshisekedi a sollicité le soutien de la diaspora congolaise à Bruxelles !

29.09.2022, 24 commentaires

Politique Olive Lembe sur Joseph Kabila : « Mon mari est le savant politicien Congolais »

27.09.2022, 17 commentaires

Politique « C’est le Rwanda et l’Ouganda qui soutiennent les milices, il faut les condamner » (Herman Cohen)

27.09.2022, 16 commentaires

Politique Félix Tshisekedi : l’envers sans le revers de la médaille

27.09.2022, 14 commentaires

Ont commenté cet article



Infos congo - Actualités Congo - IMCongo Application - bottom - 30 août 2022

Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance