Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 02 mai 2024
mediacongo
Retour

Politique

Elections : Tout a été dit, tout a été écrit !

2017-12-27
27.12.2017
2017-12-27
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/12-decembre/25-31/kinshasa_manifestation_policiers_17_0001.jpg -

On a souvent tendance à croire que ce qui nous arrive, c’est la faute à l’Occident. Les États-Unis d’Amérique en tête ! Mais on oublie que nous-mêmes, tel des mauvais esprits, en sommes responsables. En votant, par referendum, la constitution de février 2006, les Congolais pensaient, en tout cas, fermement, que l’esprit républicain allait triompher sur la dictature et que la République démocratique du Congo se remettrait rapidement des années de guerre pour devenir un État émergent.

Mais les atermoiements de la classe politique escagassent, depuis, la population. Déjà qu’elle ne sait plus bien où elle va, ces temps-ci. C’est pourquoi la revendication de la majorité silencieuse qui est d’aller vite et à tout prix aux élections, est si réjouissante. Ici et là, en effet, les gens ruminent leur colère et ne mettent pas leur drapeau dans la poche. En l’espèce, ils attendent impatiemment de porter un coup dur, à la manière d’un carton rouge, à la classe politique de Majorité présidentielle (MP) ou de RASSOP, sans distinction. Le vote attendu sera sans nul doute un vote sans appel, c’est-à-dire un vote sanction.

Dans la RDC d’en bas, le sentiment partagé par tous est désormais que tous (ministres, députés, sénateurs, généraux, chefs d’entreprises publiques, haut-fonctionnaires…) sont pourris. Et dans les revendications exprimées, la population donne toutes les bonnes raisons de ne plus croire à la classe politique actuelle.

Tout peut arriver

Rien à faire, les élections sont l’occasion tant rêvée pour dynamiter toutes les bêteries que tant de politiciens de MP ou de RASSOP – sans parler des médias – débitent à longueur d’ondes et de colonnes à propos de ces futures élections. Pour aggraver le cas, la population dénonce l’orgueil congolais ou l’arrogance des politiciens qui se plaisent à confisquer le jeu démocratique. Avec l’efficacité d’un rouleau compresseur, les cris qui viennent de la RDC d’en bas démontre que tout peut arriver à tout moment. Ou encore que la classe politique joue avec le feu. On se dit qu’il faut décidément être bien ignorant pour ne pas voir la réalité en face.

La question qui vient juste à l’esprit est de savoir comment sauver la RDC. Tout a été dit, tout a été écrit. Les 12 prochains mois risquent d’être beaucoup plus rudes que prévu. Un ancien ambassadeur belge a eu cette phrase laconique peu avant de quitter Kinshasa à la fin de son mandat : « L’Occident a exactement ce qu’il vous faut ».

En 2010, l’Occident a laissé faire la majorité au pouvoir supprimer de la constitution le second tour de l’élection présidentielle. Ce fut formellement légal, mais il avait prévenu qu’il était hors de question de faire sauter le passage qui limite l’exercice du pouvoir au-delà des deux mandats pour le président de la République.

Alors que les responsables politiques plongés, une fois de plus, dans leurs tourmentes spasmodiques, qui jalonnent leur existence, sont à la recherche de la « formule magique » qui permettrait d’organiser les élections. En imposant la tenue des élections en 2018, l’Occident a perturbé sérieusement les desseins des politiciens de tous bords. Et les évêques catholiques n’en démordent pas.


Business et Finances
C’est vous qui le dites : 7 commentaires
8432 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


Potus @VY6R1SH   Message  - Publié le 28.12.2017 à 13:21
La liberté a toujours eu un prix à payer. Nous devons nous battre pour sauvegarder ce que nous avons hérité de nos ancêtres, nous devons défendre le Congo, et ce, à n'importe quel prix.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
monomosi @SBGULOE   Message  - Publié le 28.12.2017 à 10:32
C'est beau dire que le peuple veut aller aux élections Ce qu'il faut retenir que celui qui organise ces élections n'a pas envie de partir. Et comme il ne veut pas partir, il fait Quoi? Il y a pour cette question plusieures réponses: soit on le chasse par la force,ça devient anormale, soit on le laisse organiser les élections TRICHEES d'avance et le peuple n'a qu'à faire couler ses larmes. Attention cher média à tout ce que vous écrivez.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Potus @VY6R1SH   Message  - Publié le 28.12.2017 à 07:59
J'aime le phrase de Mohandas Karamchand Gandhi dit Mahatma Gandhi, Je cite " Dès lors qu'un individu prend conscience de les lois qui régissent sa société sont injustes et arbitraires, il a le droit et devoir de se révolter et de les combattre " Fin de citation

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Salima @TTYVYQL   Message  - Publié le 27.12.2017 à 22:50
"CELUI QUI N'A PAS LE COURAGE DE SE REBELLER N'A PAS LE DROIT DE SE LAMENTER" (Ernesto Che Guevara )!

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Musa @G14FZFF   Message  - Publié le 27.12.2017 à 21:21
Kabila n'organisera pas les elections puisque la constitution lui interdit de n'est pas se presenter et il est DICTATEUR. Joseph Kabila doit partir.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Mampuya @GFNVXBG   Message  - Publié le 27.12.2017 à 17:49
La démocratie c'est une pillule très amère à prendre. Si nous avons choisi cette voie difficile, injuste, nous devons y accepter les conséquences, meme si votre candidat de coeur n'est pas élu.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
right
Article suivant CNSA: Marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy en vue de la décrispation de l'arène politique
left
Article précédent Promulgation de la loi électorale : le Rassop veut saisir la Cour constitutionnelle

Les plus commentés

Politique Félix Tshisekedi a reçu ce jeudi le cardinal Ambongo

16.05.2024, 22 commentaires

Politique Le président Tshisekedi prévient les députés nationaux : « Je n’hésiterai pas à dissoudre l’Assemblée nationale et renvoyer tout le monde à de nouvelles élections, si ces mauvaises pratiques persistent »

18.05.2024, 19 commentaires

Politique Assemblée nationale : l’élection du bureau définitif reportée

17.05.2024, 10 commentaires

Politique La France, un allié indéfectible du Rwanda : Les dessous d’une alliance stratégique

19.05.2024, 10 commentaires

Ont commenté cet article



Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance