mediacongo.net - Actualités - Vital Kamerhe, ou l’art du caméléon

Retour Politique

Vital Kamerhe, ou l’art du caméléon

Vital Kamerhe, ou l’art du caméléon 2018-03-12
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/09-septembre/4-10/kamerhe_vital_18_003_1.jpg -

Tour à tour proche du pouvoir et opposant, l’ancien président de l’Assemblée nationale se dit prêt, aujourd’hui, à laisser le premier rôle à Moïse Katumbi lors de la prochaine présidentielle. Sans contrepartie ?

Il est plus de minuit, et Vital Kamerhe s’attarde dans un restaurant italien du centre-ville de Kinshasa. En ce mois de septembre 2016, l’opposant, chef de l’Union pour la nation congolaise (UNC), vient de tenter un énorme coup de poker en participant à des négociations avec le camp du président Joseph Kabila sous la médiation de l’ancien Premier ministre togolais Edem Kodjo. Parmi les grandes figures de l’opposition dont Étienne Tshisekedi et Moïse Katumbi, il est le seul à faire ce choix hasardeux.

Le « kamerhéon »

Kamerhe le sait : il prend le risque de perdre la stature d’opposant qu’il s’est patiemment construite pendant sept ans. Mais cette nuit-là, il rêve grand. Il se voit bientôt nommé Premier ministre, à la tête d’un gouvernement de transition. Il veut donner à Kabila, qui s’accroche au pouvoir, « l’occasion de partir sans qu’un seul coup de feu soit tiré ». Certains de ses lieutenants le présentent même comme le dauphin que Kabila pourrait se choisir. « Ça passe ou ça casse », soupire l’intéressé.

Mais au réveil, les projections de « Vital » ressemblent à des chimères. Pour occuper la primature, Kabila lui préfère Samy Badibanga (depuis remplacé par Bruno Tshibala). Pis, le passage éphémère de son parti au gouvernement lui coûte cher. Il y perd une part de sa crédibilité d’opposant ainsi que son conseiller spécial et ami personnel, Pierre Kangudia, qui choisit de rester ministre du Budget plutôt que de retourner dans l’opposition.

Le cruel surnom dont on l’affuble revient de plus belle : le « kamerhéon », une créature mi-homme, mi-caméléon dont les prises de position s’adaptent à ses ambitions. Mais ce Shi de 59 ans né à Bukavu (Est) n’en a cure : « La politique n’est pas une ligne droite, clame-t‑il. Il faut être constant dans ses objectifs mais tenir compte de l’évolution du contexte. On ne peut rester figé. »

De Mobutu aux Kabila

Il est vrai que personne ne maîtrise l’art du rebond mieux que lui. Lorsqu’il entre pour la première fois dans un cabinet ministériel, c’est sous Mobutu, en 1989. Il a à peine 30 ans. Il en fréquentera douze jusqu’à la chute du dictateur, en 1997.

Puis il connaît une spectaculaire ascension auprès du tombeur de ce dernier, Laurent-Désiré Kabila, et de son fils. D’abord consultant auprès du Service national, structure paramilitaire « d’éducation, d’encadrement et de mobilisation » où sa verve fait merveille, il devient ensuite commissaire général adjoint du gouvernement, ministre, secrétaire général du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD, au pouvoir), puis directeur de la campagne de Joseph Kabila en 2006…

À en croire Kamerhe, le président lui aurait même affirmé vouloir en faire son successeur lors d’un entretien au Palais de la nation, le 7 décembre 2006. Une confidence que confirment plusieurs caciques de la majorité. Kamerhe, lui, jure n’y avoir jamais cru : « C’était un piège. » Il se contentera de l’Assemblée nationale.

Mais, en 2009, il se permet de dénoncer l’entrée des troupes rwandaises sur le territoire congolais avec l’accord du pouvoir. Il est contraint de démissionner. « J’ai tout de même fait attendre Kabila cinquante-huit jours avant de rendre mon tablier », se félicite-t‑il. Mais « Kabila ne lui a jamais pardonné cette trahison », souffle un proche du chef de l’État.

Kamerhe arrivera tout de même troisième à la présidentielle de 2011, rassemblant 1,4 million de voix et raflant 18 sièges à l’issue des législatives. Cela lui permet de conserver un bon ancrage dans l’Est aujourd’hui. Malgré ses désillusions, il demeure convaincu que ses « potentialités » lui permettront de rebondir.

Il sait toutefois que la donne a changé. Il ne dispose plus des ressources financières suffisantes pour faire campagne dans un pays près de quatre-vingts fois plus grand que la Belgique. D’ailleurs, « pour faire fonctionner son parti, il a été obligé de vendre certaines de ses maisons et de ses vaches », confie Molendo Sakombi, l’un de ses conseillers et président fédéral de l’UNC à Kinshasa.

Resté longtemps loin de la gestion de l’État, il a également vu ses soutiens dans la sous-région s’effriter. Certaines de ses entrées dans les palais présidentiels se sont refermées. Brazzaville ne lui a par exemple pas pardonné d’avoir critiqué le pouvoir sur un plateau de télévision français en 2016. Fin décembre, le Guinéen Alpha Condé, alors président en exercice de l’Union africaine, l’a toutefois reçu dans un hôtel parisien.

Opération rédemption

« Ce qui m’importe, ce n’est pas d’obtenir tel ou tel poste, mais de nous unir pour éradiquer la dictature »

Fin stratège, Kamerhe se lance désormais dans une opération rédemption. Objectif : reconquérir sa place au sein de l’opposition. Une acrobatie difficile qu’il parvient à réaliser avec tact, courage et surtout méthode. D’abord un coup de fil passé à son vieil ami Moïse Katumbi, transfuge du PPRD comme lui.

Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi en février 2017, l’ex-gouverneur de la riche province du Katanga contraint à l’exil à Bruxelles fait figure de principal opposant à Kabila. Et Kamerhe peut se prévaloir d’avoir été l’un des rares, jadis, à avoir appuyé son investiture pour prendre la tête de ce puissant gouvernorat.

N’est-ce pas le moment de lui rendre la pareille ? « Katumbi a toujours prôné l’unité. Sa porte n’a donc jamais été fermée », souligne un proche de l’ex-gouverneur. Traduction : Kamerhe est de nouveau le bienvenu. En retour, Kamerhe semble, pour l’instant, avoir revu à la baisse ses ambitions. Briguer la magistrature suprême n’est plus, assure-t‑il, « une question de vie ou de mort ». Il ne voit donc plus d’un si mauvais œil la candidature annoncée de Katumbi à la présidentielle à venir. Les deux hommes échangent d’ailleurs régulièrement, en swahili, au téléphone.

L’ambitieux Kamerhe appelle même à l’unité de l’opposition : « Ce qui m’importe, ce n’est pas d’obtenir tel ou tel poste, mais de nous unir pour éradiquer la dictature. Sinon, nous tomberons dans le piège de Kabila. Il compte sur nos ego et se dit : “Félix [Tshisekedi, le fils d’Étienne] n’acceptera pas Vital pour chef ; Vital refusera que Moïse le devienne. Idem pour Jean-Pierre Bemba, en prison à La Haye.” Nous devons nous surpasser. »

En quête d’alliances

Pour y parvenir, Kamerhe propose, « le moment venu », une « mini-primaire dans un cercle restreint pour désigner le candidat unique de l’opposition ». Il plaide même pour la mise en place de regroupements électoraux entre l’UNC et les autres formations anti-Kabila, en vue des législatives et des provinciales. La dernière réforme électorale ayant imposé un « seuil de représentativité » qui contraint certains partis à se regrouper dans de grandes coalitions pour espérer obtenir des sièges.

Dans cette optique, les contacts avec le Mouvement de libération du Congo (MLC) de Bemba avancent plutôt bien, de même qu’avec les plateformes soutenant la candidature de Moïse Katumbi à la présidentielle. Dans le camp de Félix Tshisekedi, en revanche, on accorde peu de crédit à la rédemption de Kamerhe.

« C’est une girouette. Sa seule obsession aujourd’hui c’est de devenir Premier ministre, et il est prêt à suivre quiconque lui garantit le poste », peste un cadre de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS). Le rapprochement Félix-Vital affiché ces dernières semaines ne serait donc que de façade. Ils ont beau se nommer bokunda en public (« beau-frère », en tshiluba, l’épouse de Félix étant originaire du Sud-Kivu comme Vital), « ils ont chacun leur agenda », reconnaît un proche de Kamerhe.

En attendant, lorsque ce passionné de football ne regarde pas les matches de son club favori, le Real Madrid, il se retranche dans l’une de ses concessions de la N’Sele, dans la banlieue de Kinshasa, où il dit avoir aménagé, entre autres, « quatre étangs de 40 ha chacun pour élever des alevins ». Père de dix enfants la plupart vivent en Grèce, il a récemment refait sa vie avec Amida, l’ex-femme du chanteur de ndombolo JB M’Piana, ce qui suscite de nombreux commentaires.

Mais c’est toujours la politique qui le fait vibrer. Un long chapelet sur sa chemise d’un blanc immaculé, main dans la main avec les prêtres catholiques, il défie Kabila dans les rues de Kinshasa lors de chacune des marches des chrétiens qui, depuis fin 2017 et malgré une répression sanglante, exigent le respect de l’accord du 31 décembre 2016. Cela lui vaut un nouveau surnom : « Monseigneur Kamerhe ». Pour combien de temps ?


Jeune Afrique / MCN, via mediacongo.net
6951 suivent la conversation
26 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
maitretinkpon - 13.03.2018 17:09

Grand marabout vaudou sorcier Maitre TINKPON, roi des puissant fétiche vaudou,prêtre et grand voyant, spécialiste des problèmes de couple, rituel de retour affectif rapide en 7 jours, puissance sorcier vaudou de tous les travaux occultes vaudou, retour affectif rapide le plus efficace, amour,argent,couple,devenir riche,pacte avec diable,porte monnaie magique,porte feuille magique,problèmes de la sorcellerie... NB: les rituels d'amour et de retour d'affection du maître marabout TINKPON peuvent être fait à distance ou par déplacement. CONTACT MAITRE TINKPON #Email: voyant.tinkpon@outlook.com #Téléphone et whatsapp: +22996050409

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Joseph - 13.03.2018 12:41

Les 5 chantiers étaient réalisables, mesurables et repondaient a un besoin réel, un bon programme malheureusement après le depart de VK de la MP, il n’est resté personne à la MP pour sa réalisation.

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Joseph - 13.03.2018 12:15

Il est intelligent ce Monsieur, je le respecte bcp. Les multinationales ne peuvent pas le laisser dirige ces pays malheureusement. Apres les 5 chantiers qu'il avait rediger pour Kabila en 2006 et que lui est parti du PPRD, rien n'est plus reste. La MP a essaye de nous embrouiller avec la revolution de la modernite pour ne rien dire car on ne revolutionne jamais le vide, ce qui n'existe pas.

Non 2
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme - 13.03.2018 11:43

C'est le dynamisme politique de VK. Les autres bébés politique reste statique dans leurs positions.

Non 1
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Le sage - 13.03.2018 11:10

C'est du malin malin, de la ruse ce que fait Vital. Il est convaincu que Kanambe n'acceptera jamais la candidature de Katumbi. Il veut ainsi créer un sentiment de devoir moral au groupe de Katumbi pour que celui-ci lui apporte son soutien au cas ou MOKAT serait certainement injustement écarté de la course par la médiocrité au pouvoir. C'est du calcul politique bien réfléchi.

Non 1
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
JEAN - 13.03.2018 10:19

j'admire sa flexibilité voilà pourquoi il est là et moins inquiété. Tout congolais sait que ce Mr est intelligent. les brutaux sont à l’extérieur et ne peuvent pas venir au Congo. je pense le c Congo Convoité par ses richesses devrait avoir un chef comme lui car la CI est pleine des criminelles économiques et alors il faut savoir faire le deal avec chacun de ses membres.

Non 4
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jckmzlo - 13.03.2018 10:19

Un KATUMBI qui ne sait pas s'il sera retenu sur la liste des présidentiables mais VK se met à genoux pour lui demander une alliance dans le but de chasser la dictature, C'est rêver débout. KATUMBI ne sera jamais PRÉSIDENT DE LA RDC suite à sa double nationalité car l'article 72 de la constitution ne lui sera pas favorable. Et aussi KATUMBI a un dossier avec la justice congolaise son cas n'est pas politique. Donc qu'il cesse de rêver. VK il est grand temps de chercher les autres alliances sinon tu le regretteras à l'avenir.

Non 6
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme - 13.03.2018 10:18

Surpassez-vous à l'heure actuelle la Médiocrité Présidentielle a peur du regroupement des opposants. La MP croyait que le seuil de représentativité ne sera jamais atteint par les opposants. Alors que KANAMBE a son candidat préféré Moïse KATUMBI

Non 3
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
DBB - 13.03.2018 10:04

LA POLITIQUE EST DYNAMIQUE ET NO STATIQUE .......C'EST L'ART DES COMPROMIS ET NON DE COMPROMMISSION....TOUS CEUX QUI ONT BATTU CAMPAGNE POUR KABILA ET AUJOURDHUI A L OPPOSITION (Voir candidat President de la republique sont aussi des caméléons?

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
VERITE' - 13.03.2018 09:45

L'opposition doit seulement s'unire comme un seule homme. Muzito n'est pas opposant, il est de la MP. C'est lui qui etait alle' acceullire les vaches au Bandundu, les images sont LA et jusque LA il n'a fait aucune declaration. Comme KATUMBI vient de commencer ENSEMBLE POUR LE CHANGEMENT, que l'opposition soit reellement ensemble, liberons d'abord le pays, les autres après.

Non 2
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
FASTER - 13.03.2018 09:32

Article de jeune Afrique.... innover un peu mediacongo, malgré le copier coller, nous allons tjrs suivre vos info mais il faudra améliorer vos rédactions.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Ntshiakala - 13.03.2018 09:28

De la même manière qu'il avait compliqué l'élection nette d'Etienne en ne retirant pas sa candidature,ce monsieur reste très dangereux pour tout regroupement qui va l'accueillir, sans y être forcé.Vital demeure au service de JKK et il n'en pouvait être autrement.C'est un chargé de mission et il ira jusqu'au bout de la sape de l'opposition.

Non 10
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Néron - 13.03.2018 09:25

KIMIA. Quel choix?! Les trois que tu cites sont de quelle origine? On veut déshabiller Pierre...et tu choisi d'habiller Paul? Observe toutes les répressions des marches du CLC. Les paroisses VK va les font sans problème. Les oppresseurs sont ses alliés. Fayulu, Tshikedi et autres ont reçu des gaz lacrymogènes à Saint Joseph. Mais Kamerhe qui était à Christ Roi, paroisse voisine à la LENI et saint Joseph marchait comme si de rien n'était. ATTENTION A CET INFILTRE DE KAMERHE...

Non 9
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Casqueblanc - 13.03.2018 09:25

la stratégie du tout ou rien de l'UDPS, puis les négociations et enveloppes en cachette avec le pouvoir, n'a donné aucun résultat palpable pour le pays, et Thisekedi est mort, en laissant son opposition dans le désarroi et les divisions actuelles. Nous devons encourager les initiatives de regroupement pour créer un front uni contre la MP. Penser autrement, c'est travailler pour le maintien de la kabilie.

Non 0
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Casqueblanc - 13.03.2018 09:20

Pour le moment, le pays a besoin de l'alternance. Regardez comment agissent les peuples et politiques autour de nous. En afrique du Sud, c'est un proche de Zuma, Cyril ramaphosa, qui l'a fait tombé. En Angola, c'est un proche de Dos santos, qui l'a remplacé, puis chassé sa fille de la société de petrole qu'elle gérait comme un bien familial. Alors si nous voulons changer notre pays, cessons de tomber dans le piège du pouvoir qui consite à faire croire que celui qui a été proche de kabila ne peut pas contibuer au changement. Katumbi, Kamerhe, Pierre Lumbi, kamitatu, Mwando nsimba,...tous ont été avec kabila un moment donné. S'il se mette ensemble aujourd'hui pour sauver le...

Non 0
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Bondekwe - 13.03.2018 09:16

Moi je le trouve plutot realiste, proactif. L'intransigeance de l'UDPS a oblige papa Tshisekedi d'acceder a certains desiderata de la MP actuelle apres avoir laisser passer toutes les meilleures occasions. Si Felix continue dans la meme voie, vu qu'il n'a meme pas la carrure de son pere, il restera sur le banc de touche eternellement. Kamerhe a raison, il faut que les gens se surpassent et presentent un seul candidat presidentiable pour changer de systeme. Le pays se meurt chaque jour.

Non 3
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Papy tamba - 13.03.2018 09:03

Omoni ndenge osuki likolo ya mbongo aujourd'hui tu es prêt accepter Moise katumbi comme ton candidat président mawa toi kamerheon tu n connais pas la politique oza bolole

Non 6
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Aiglonne - 13.03.2018 08:44

Si le peuple congolais ne se range pas derrière l'Eglise catholique pour créer une nouvelle classe politique avec un leader fort de la trame de Mosengwo, tous ces politiciens sans idéologie, sans coeur, ni morale vont continuer à se moquer de nous. Il est temps de déjouer ces politiciens dont personne ne connait les vrais calculs avec le régime en place. Nous ne voulons plus nous retrouver à la dernière minute pour risquer de choisir un diable comme ce fut le cas en 2006

Non 2
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Emma - 13.03.2018 08:22

avant de penser au candidat tout ce beau monde peut mettre en place une structure comme au zimbabwe ou en RSA à laquelle on a recours chaque fois qu'un se comporte mal

Non 1
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
ko kimate - 13.03.2018 08:16

C'est maintenant que VItal K. revient à la raison quand il chanté Kisanola en 2006, je pense on peut l'observé et dire quoi après

Non 2
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Kimia - 13.03.2018 08:02

je tiens juste à corriger un frère : il y a 3 personne pour le moment qui sont credibles ; il s'agit de : MATATA PONYO, MOÏSE KATUMBI et KAMHERE; MUZITO ne fait pas partie

Non 10
Oui 10
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Michka - 13.03.2018 07:56

si nous regardons tous ensemble dans la même direction et acceptons de mettre nos EGO de cote, nous vaincrons l ennemie du peuple ( la Médiocrité) tous ensemble. UDPS,MLC,UNC,PALU,UNAFEC,MSR etc avec Moise Katumbi comme candidat de l opposition = victoire titanesque, ensuite la gestion des institutions sera au prorata des différent siégè raflé par tel ou tel autre parti politique. simple

Non 3
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
mulumba - 13.03.2018 06:58

l'histoire ne vous dit rien,qu'est ce qui est de nouvelle en RDC,ces bêtises nous les avion vu en 2006-2011 où nous étions en train de parler des elections théorique,mais en pratique c'étaient outres,mais je sais que,tout coule,tout passe et rien ne demeure...un jour la RDC aura sa vrai couleur

Non 1
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
BOZINDO - 13.03.2018 06:48

Il faut des leaders pareils dans l'opposition pour booster les choses. Tous sont novices dans la politique. Il faut des chevronnés qui savent comment manipuler les affaires politiques. Opposants ne le perdez pas.

Non 2
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
LES KABILISTES PRETS A TOUT VENDRE POUR JKK - 13.03.2018 03:08

Vital Kamhere fait la politique à la manière des pays civilisés où les politiciens sont des adversaires et non des ennemis mais en Afrique,les politiciens se comportent comme des ennemis. C'EST POUR CELA QU'IL N'EST PAS COMPRIS.Je pense qu'il est parmis le moins médiocre et quand il parle,on sent qu'il aime la RDC et que s'il avait le pouvoir,il ameliorerait les conditions des congolais.IL S'EST ÉFFACÉ à l'OUA au profit de Badibanga alors qu'à la CENCO, personne ne voulait s'éffacer au profit de l'autre. Malgré ses erreurs,je croit qu'il est parmis les 4 personnes présidentiables qui peuvent redresser reellement la RDC.(MATATA PONYO,MOISE KATUMBI,VITAL KAMHERE ET MUZITO)

Non 6
Oui 19
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
BOT95PARIS - 12.03.2018 22:56

CE COMMENTAIRE A ETE SUPPRIME (PROPOS INJURIEUX)

Non 8
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

L'acquittement de Jean-Pierre Bemba salué par les tenors de l'Opposition

Politique ..,

Présidentielle 2018 : l'UNC en congrès du 14 au 16 juin pour désigner son candidat

Politique ..,

Enjeux politiques : Vital Kamehre éclaire ses abonnés lors d’un échange sur twitter

Sur le net ..,

Bataille pour l'alternance : UDPS, MLC et UNC font bloc

Politique ..,