mediacongo.net - Actualités - FEC : les principales sociétés minières claquent la porte de l’organisation patronale

Retour Economie

FEC : les principales sociétés minières claquent la porte de l’organisation patronale

FEC : les principales sociétés minières claquent la porte de l’organisation patronale 2018-03-16
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/03-mars/12-18/fec-siege-social-kinshasa.jpg -

Le siège national de la FEC, à Kinshasa. (© Radio Okapi)

La FEC, organisation patronale de la RDC, vient de perdre d'un seul coup sept adhérents : les principales sociétés minières du pays, qui estiment « ne pas être représentées de manière adéquate » par l'organisation présidée par Albert Yuma. Cette annonce intervient alors que ces sociétés se sont vues le mois dernier signifiées une prochaine renégociation de leurs partenariats avec la Gécamines, la société d'État dirigée par un certain... Albert Yuma.

Randgold, AngloGold Ashanti, Glencore, Ivanhoe Mines, China Molybdenum Co… Les principaux acteurs du secteur minier congolais ont annoncé, ce jeudi 15 mars, leur décision de quitter la Fédération des entreprises du Congo (FEC), l’organisation patronale de RDC, « avec effet immédiat ».

Dans un communiqué commun, sept sociétés représentant 85 % de la production de cuivre, de cobalt et d’or du pays, expliquent que l’organisation « ne représente pas leurs intérêts de manière adéquate ».

Une critique qui vise directement – tout en ne le citant pas nommément – Albert Yuma Mulimbi, président de la FEC depuis 2005… Et également président de la Gécamines, la société minière de l’État congolais.

Sous cette casquette, ce dernier avait, lors du forum Mining Indaba, début février au Cap, signifié à ses 17 partenaires privés internationaux de la Gécamines du lancement au second semestre de 2018 de la renégociation de l’ensemble de leurs conventions, les accusant d’avoir spolié le pays et sa population et n’hésitant pas à évoquer des pratiques délictueuses.

« En 2016, les sociétés internationales minières présentes au Katanga ont réalisé 2,6 milliards de dollars (2,11 milliards d’euros) de revenus, sur lesquels seulement 88 millions de dollars ont été versés à la Gécamines. C’est inacceptable ! » avait-il tancé, en présentant les premiers résultats d’un audit réalisé par le cabinet Mazars.

Période de concertation

Ce départ groupé intervient alors que le président Joseph Kabila vient de promulguer, le 9 mars, le nouveau code minier de la RDC, qui prévoit notamment la hausse des royalties de 2 à 3,5 % du chiffre d’affaires sur les minerais « classiques » (tels que le cuivre ou l’or) et de 2 à 10 % sur les minerais « stratégiques », et en particulier le cobalt.

Deux jours avant cette promulgation, le président avait rencontré les représentants des principales compagnies minières et leur avait promis « un dialogue constructif », tandis que le ministre des Mines, Martin Kabwelulu, annonçait « des ajustements au cas par cas ». Le communiqué des sociétés minières évoque une période de concertation de 30 jours, qui a pris effet hier, mercredi 14 mars.

« Comme convenu avec le président, une liste de préoccupations et propositions de l’industrie concernant le code minier a été remise au ministre des Mines [avec lequel] les sociétés attendent à présent un rendez-vous pour convenir du programme de concertation avec le groupe de travail gouvernemental », précise le communiqué. Après la validation de ce texte, les miniers mettent leurs espoirs dans les clauses de stabilité figurant dans le code minier de 2002 et dans certaines conventions minières, leur garantissant une stabilité de dix ans à compter des changements apportés au code minier ; et s’inquiètent de la disparition d’un tel dispositif dans le nouveau texte.

« Cette période de stabilité s’est traduite par plus de 10 milliards de dollars américains d’investissements directs par l’industrie minière générant plus de 20 000 emplois permanents en RDC », soulignent les sept sociétés.

Nelly Fualdes
Jeune Afrique
2467 suivent la conversation
6 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Bondekwe - 16.03.2018 13:58

C'est des capitalistes qui trouvent la RDC comme un Etat faible. Consequence des mauvaises negociations minees par des operations retour immorales et illegales. Certes leur investissement est important, mais ils doivent savoir partager le gain avec l'Etat proprietaire. 88 millions a la GECAMINES contre plus de 2 milliards de gain, on se moque de qui ? C'est ca le pays de la MP au bilan largement positif.

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme - 16.03.2018 11:54

Albert Yuma est juge et partie, c'est par médiocrité qu'il est président de la FEC, c'est un paradoxe.Comment un type aussi proche du pouvoir, représentant de l'Etat au sein de la GCM peut etre syndicaliste des entreprises associées de la GCM et prétendre défendre leurs intérets.

Non 1
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mukumbane - 16.03.2018 11:01

Il n'y aura pas de cas par cas mon cher. Ou elles se soumettent au nouveau code minier, ou elle quittent nos mines et on les remplaces par d'autres investisseurs qui attendent. Finis le temps de considérer la RDC comme une pays d'aveugles!!!!. La FEC n'a qu'à le laisser faire ce qu'elles veulent!!!!

Non 0
Oui 9
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Songinzila - 16.03.2018 10:20

Qui dit fédération dit aussi cotisation financière. Ça prouve une fois de plus la mauvais fois de ses sociétés qui n'ont rien à foutre de la misère du peuple. Pour eux, la RDC leur appartient à 85% et le reste, ce n'est pas leur problème. Que le cas par cas soit banni de ce code minier pour ne pas favoriser la corruption car ces sociétés sont capables de tout pour préserver leurs intérêts.

Non 0
Oui 9
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Congolais débouts - 16.03.2018 09:23

FEC mediocre et Kabiliste!

Non 4
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Ntshiakala - 16.03.2018 09:19

Qu'ont-ils à faire avec la FEC alors que leurs préoccupations seront résolues "cas par cas" par la "Haute hiérarchie".Ils s'en foutent de cette FEC de merde.Les minerais ne sont pas des ressources renouvelables,nous n'auront que nos yeux pour pleurer le jour qu'il n y aura plus rien dans notre sous-sol.Voyez la misère ds laquelle croupissent les riverains congolais de ces mines...mawa trop.

Non 1
Oui 11
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : RDC-Ouganda: appel à cesser l'activité pétrolière autour du parc des Virunga
left
ARTICLE Précédent : Le Chef de l’Etat Joseph Kabila préside la réunion de l’équipe économique du gouvernement
AUTOUR DU SUJET

Mines : Désaccord sur les entreprises exonérées

Economie ..,

Investissement minier : des entreprises zimbabwéennes concluent des partenariats de près de...

Economie ..,

Migrations : 2.500 mineurs non accompagnés en Grèce en "situation périlleuse" (ONG)

Monde .., Athènes, Grèce

Ituri : 8 enfants mineurs capturés au sein de la milice FRPI selon l'armée

Provinces .., Bunia, Ituri