mediacongo.net - Actualités - Elections : l'enrôlement des Congolais de la diaspora fait jaser

Retour Diaspora

Elections : l'enrôlement des Congolais de la diaspora fait jaser

Elections : l'enrôlement des Congolais de la diaspora fait jaser 2018-05-08
Politique
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/05-mai/07-13/enrolement-des-electeurs-rdc.jpg -

Enrôlement d'électeurs en RDC. (© Radio Okapi/Joël Bofengo)

Certains membres de l’opposition et d’autres activistes de la société civile craignent de voir l’enrôlement de la diaspora congolaise constituer un alibi pour ne pas organiser les scrutins à la fin de l'année.

La problématique du vote des Congolais de l'étranger continue à se poser avec acuité alors que le calendrier électoral est en train d’être exécuté avec bonheur, nonobstant quelques retards du reste justifiés.

En principe, c'est au plus tard le 8 mai que le fichier électoral en passe d’être audité devra être promulgué par le président de la République. Un fichier qui ne prend pas en compte les Congolais de la diaspora. Il s’agit là d’un hiatus que la Centrale électorale est appelée à corriger pour gagner le pari de l'inclusivité, gage de la fiabilité des scrutins. Toutefois, si la volonté d’inclure la diaspora congolaise dans le processus de vote est là, il s’avère que dans la pratique, les choses ne sont pas aussi simples qu’on le pense.

Le vote de la diaspora, un impératif ?

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) qui tient à respecter l’échéance du 23 décembre pour la tenue des élections est obligée de procéder à l'enrôlement des Congolais de l’étranger, question de se conformer aux exigences constitutionnelles qui font du vote de la diaspora un impératif. Il serait donc malaisé d’exclure ces Congolais qui ont aussi le droit de réaliser leur droit civique.

« En conséquence, nous nous préparons pour le faire. Nous avons préparé les kits d’enrôlement pour nous déployer », a assuré le président de la Ceni, Corneille Naanga, à la suite d’un entretien avec le speaker de la chambre basse, Aubin Minaku.

A l’en croire, son institution s’était déjà engagée dans le processus d’enrôlement de ces Congolais vivant à l'étranger avec deux cent vingt kits électoraux déjà apprêtés. En outre, les sites sur lesquels les opérations étaient censées se dérouler étaient déjà identifiées. Il ne restait plus qu’à donner le top d’une opération qui, somme toute, était encore techniquement possible.

Mais, comme l’a fait remarquer Corneille Nangaa, il y a des contraintes liées à cette activité qui n’ont pas encore été résolues. Planifiée du 1er juillet au 28 septembre 2018 selon le calendrier électoral, à trois mois de la première séquence électorale, l’enrôlement des Congolais de l‘étranger peine à démarrer. Et pour cause ? A la Ceni, on évoque, entre autres, la complexité de l’opération qui requiert du temps et une bonne planification pour garantir sa réussite.

Il est mis en relief la difficulté de n’enrôler que les Congolais ne possédant qu’une seule nationalité, comme l’exige la loi, alors qu’il est de notoriété publique que la plupart d'entre eux détiennent des nationalités concurrentes à la nationalité congolaise. Outre les contraintes financières et logistiques, la sécurité des agents électoraux et des sites demeure un grand défi lorsqu’on connaît l’aversion que nourrissent de nombreux Congolais de la diaspora vis-à-vis du régime de Kinshasa. Un incident est vite arrivé.

Une proposition qui ne convainc pas l'opposition

Face à toutes ces difficultés tendant à hypothéquer le vote des Congolais de la diaspora, la Ceni pense qu’il faille lever une option pour annuler cette opération à la fois complexe et laborieuse. La balle est donc lancée du côté des députés et sénateurs, appelés à lever ensemble une option républicaine sur cette question, c’est-à-dire supprimer carrément l’enrôlement des Congolais de la diaspora, afin de permettre au processus électoral d’avancer.

Cette prise de position a, comme il fallait s’y attendre, fait jaser dans l’opposition et dans la société civile. De part et d’autres, l’on craint justement que l’enrôlement des Congolais vivant à l’étranger ne constitue un alibi pour ne pas organiser la présidentielle en décembre 2018.

« Les exigences légales, la nature psychologique sensible et la complexité technico-opérationnelle exposent le respect de l’échéance du 23 décembre 2018 à un risque évident. Celui-ci pourrait constituer un autre déclencheur de la future crise politico-électorale », note, pour sa part, la plateforme Agir pour les élections transparentes et apaisées, dans un récent communiqué.

Dossier à suivre...

 

Alain Diasso
Adiac-Congo
1704 suivent la conversation
6 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
anaonyme - 08.05.2018 16:25

En Europe, au Canada et aux Etats unis,CHACQUE étranger en situation régulière est sur une base de donnée accessible.Si on le demande à en 3 jours on aura un fichier des majeurs congolais aptes à voter dans ces pays .5 JOURS pour le RWANDA,10 jours pour l Afrique du Sud.40 Jours pour l'ensemble des pays limitrophes.C EST JUSTE UNE QUESTION DE VOLONTE

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya - 08.05.2018 13:49

La solution la plus simple faire voter ceux qui sont inscrit sur le fichier de chaque ambassade. Celui qui veut voter se presente avec son passeport et on lui donne la carte électoral au meme moment. Enrolement en soit comme nous l'entendons ou comprenons est impossible et finirà par un fiasco totale.

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
judas_jordan - 08.05.2018 13:30

En 2016 parmis les raisons évoquées pour ne pas organiser les elections : 1)fichier électoral corrompu pcq contenant des doublons 2)fichier corrompu pcq contenant des mineurs 3) fichier electoral non inclusif pcq ne contenant pas les congolais de la diaspora. on a dit ok on recommence tout. Auj en 2018 après enrôlement nous avons: 1) fichier electoral contenant 6 millions de doublons 2) fichier électoral contenant des mineurs 3) fichier électoral sans diaspora. Bon dite mois mr Nanga, qu'avons nous resolu comme problème? alors comment expliquer qu'en 2018 il est possible d'aller aux elections avec les memes lacunes pour lesquelles il était impossible d'organiser les elections en...

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
"Justice" ya mboka na biso - 08.05.2018 13:12

En fait c'est quoi la diaspora(et leur hostilité!!), certains activistes vivant dans certains pays européens, ou les Congolais vivant à Brazzaville,Pointe-Noire,en Angola,Afrique du Sud,Côte d'Ivoire, Sénégal, Bénin,Maroc,Gabon...La faute à qui?Ce ne sont pas eux qui ont décidé et demandé à la Ceni de publier le calendrier pour leur enrôlement ???

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
KABILA MOYIBI - 08.05.2018 12:43

Pourquoi ne pouvait il pas organiser simultanément l'enrollement au Congo et celui des cogolais de l'étranger, pourquoi travailler séquentiellement au lieu de faire en parallèle. Nous avons des missions diplomatiques qui pouvaient aider dans cette opération. Après avoir perdu du temps par manque de management sérieux de ce dossier. Le people doit se prendre en charge et chasser ou capturer Kabila c'est tout ce qui reste à faire.

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : Moïse Katumbi communie avec la population zambienne
left
ARTICLE Précédent : Basket-ball : l’ex-internationale Philo Bompoko inhumée en France
AUTOUR DU SUJET

Kisangani : des universitaires lancent une pétition contre un 3e mandat de Joseph Kabila

Provinces ..,

Présidentielle: Monique Mukuna Mutombo, la femme qui défie les hommes

Femme ..,

Présidentielle 2018: « Moïse Katumbi est mieux placé pour représenter l’Opposition »...

Politique ..,

Bas-Uele : une synergie de femmes leaders pour soutenir les candidatures de la gente féminine

Femme ..,