mediacongo.net - Actualités - Pont entre les deux Congo: une réunion de mise au point sans représentants du gouvernement de la RDC !

Retour Afrique

Pont entre les deux Congo: une réunion de mise au point sans représentants du gouvernement de la RDC !

Pont entre les deux Congo: une réunion de mise au point sans représentants du gouvernement de la RDC ! 2018-05-11
Economie
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/05-mai/07-13/Kinshasa_vue_brazza.jpg Brazzavilles, Congo-

La ville de Kinshasa vue de Brazzaville.

Les experts de la BAD, de la CEEAC et des ministres représentant le Congo-Brazza ont examiné, le 8 mai à Brazzaville, au cours d’une séance de travail, deux projets d'integrations sous-regionales financés par la BAD et initiés dans le cadre du nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad).

Le premier type de projet débattu a concerné la construction en vue du Pont-Route-Rail sur le fleuve Congo, reliant Kinshasa à Brazzaville, les deux capitales les plus rapprochées du monde.

A ce propos et après donc avoir débattu sur les différents aspects, les trois parties présentes, en l'absence de la RDC, ont voulu donner une nouvelle impulsion à ce projet, en le confiant à Africa fifty, un fonds stratégique pour l’Afrique créé par la BAD pour financer les infrastructures dans la sous-région d’Afrique Centrale. Le but de ce fond sera de constituer un partenariat public-privé avec un partenaire qui sera choisi pour la construction de l’ouvrage. 

Des contraintes pour le Pont-Route-Rail

Les experts de la BAD, de la CEEAC et des ministres représentant le Congo-Brazza au cours de la séance de travail sur le Projet du Pont-Route-Rail de Maluku le 8 mai à Brazzaville. (© Adiac-Congo)

La réunion de ce matin avait pour objectif de confier le projet Route-Rail à un développeur qui s’appelle Africa 50. Elle a pour mission de conduire ce projet jusqu’à sa bancabilité, en vue de constituer un partenariat public-privé avec un partenaire qui sera choisi pour la construction de l’ouvrage », a précisé le président du Comité technique interministériel brazzavillois, Oscar Otoka.

Le ministre brazzavillois Jean Jacques Bouya a indiqué qu’en dehors du pont Route-Rail à construire, il y a aussi les raccordements à prendre en ligne de compte, car aucun concessionnaire ne peut prendre une infrastructure non raccordée.

Quant à l’étude du Pont-Route-Rail entre le Congo et la République Démocratique du Congo, réside une complexité pour la réalisation du projet. En termes d’avancement, le choix du site imposé (Maluku) présente des contraintes physiques et particulières. Du point de vue de la topographie et géophysique, pas du tout facile, mais le Congo a décidé de le construire à cet endroit.

Du côté de la RDC, c’est encore pire car il faudrait affronter le relief et d’autres contraintes. Le consultant chargé de la question a proposé des pistes. Reste aux deux Etats de mettre les moyens conséquents, afin que ce projet intégrateur, dans le cadre de la facilitation des échanges sorte de terre. Un travail de communication est impérieux sur cette notion de juxtaposition qui semble ne pas être perçue par les uns et les autres.

Pour financer l’étude de ce projet, la BAD a accordé deux dons aux deux Etats et à la CEEAC à hauteur d'environ 8 millions USD. Ces dons ont été complétés par les fonds de contrepartie versés par les deux pays à hauteur de 2 088 099 USD.

Le pont, qui est un projet de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), sera constitué d’une route pour automobile et de rail pour le chemin de fer Kinshasa-Ilebo.

Les autorités des deux pays s'étaient mis d’accord, en décembre 2013, sur le site où le Pont-Route-Rail sera érigé. Le site de Maluku, des deux côtés congolais, a été retenu pour ce projet.

Les deux Congo implanteront des zones économiques spéciales (ZES) sur les deux rives pour intensifier les échanges économiques grâce à cette infrastructure.

La réalisation du projet permettra de toucher trois piliers de cette démarche d’intégration sous régionale. Il renforcera la libre circulation des biens et des personnes entre les deux pays. Il conduira à une réduction de délais d’attente lors de la traversée du fleuve, d’un pays à l’autre.

Enfin, il améliorera la qualité des services de transport et réduira les coûts associés.

Par la suite, le groupe de travail a examiné un projet de construction d’une route sur plus de 1.200 km reliant Brazzaville à Ndjamena (Tchad) en passant la République démocratique du Congo (RDC) et Bangui (RCA). Il ressort de leurs échanges que cette route moderne, qui rentre dans le cadre de l’intégration sous-régionale, sera appelée « Corridor treize ».

La délégation de la BAD a été conduite par le chef de division de la région centre et ouest du département des transports et des technologies de l’information et de la communication, Jean Kizito Kabanguka. Il était accompagné de l’ingénieur des Transports en chef, Augustin Karanga et l’économiste des Transports, Jean Paterne Megne Ekoga. La délégation brazzavilloise, quant à elle, était composée des ministres de l’Aménagement et des Grands travaux, Jean Jacques Bouya, des Finances, Calixte Nganongo, du Plan, Ingrid Olga Ebouka Babackas, de l’Equipement et l’Entretien routier, Emile Ouosso, des Transports et de l’Aviation civile, Philippe Dimou. 


Les Echos du Congo Brazzaville / Adiac-Congo / MCN, via mediacongo.net
3012 suivent la conversation
14 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Manu - 14.05.2018 11:15

Les Dirigeants Rwandais s'investissent bien dans ces Institutions Régionales et Sous- Régionales partant de la B.A.D, de l'UA et bientôt l'OIF , ils y prennent position en faveur des ouvertures économiques de leur pays et de la main-mise dans les Grands Lacs. Les dirigeants congolais réfléchissent encore sur "Moise KATUMBI".

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
anonyme - 11.05.2018 19:25

Les authorities congolaises ne sont Pas invites. Ce katumbi qui est derriere cette oubli

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Abdoul - 11.05.2018 18:26

La RDC a raison d ne pas y participer; relier les deux capitales c bien mais les deux peuples seront ils unis? aussi longtemps qu'on connait cet adage d "boma zairois tika nioka", les refoulement d 2014 où bcp d nos fréres ont éte tués qu'elle decision en est sortie? Et prq le congo veut relier par chemin d fer Ilebo-Kin? il veut concurencer l'Angola où les produits d katanga doivent passer pr lobito.Le congo veut donner du poids à son port.Que le gouvernement se concentre bcp plus à Banana, ns ne manquons l'ocean pour avoir un port en eau profonde.

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
"Justice" ya mboka na biso - 11.05.2018 18:17

Je comprends pas,le gouvernement est aux abonnés absents.Mais "pour financer l’étude de ce projet, la BAD a accordé deux dons aux deux Etats et à la CEEAC à hauteur d'environ 8 millions USD. Ces dons ont été complétés par les fonds de contrepartie versés par les deux pays à hauteur de 2 088 099 USD."Quelqu'un peut m'expliquer????

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
bana - 11.05.2018 17:04

on se souvient de ce projet qui a commencé depuis longtemps. mais le pouvoir doit être là pour dire NON et avancer les raisons de notre refus. nous ne pouvons pas nous adhérer à cette vision qui va freiner le développement du Congo central en terme de commerce maritime. MAIS LE POUVOIR VOUS ETES Où?

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Le sage - 11.05.2018 15:59

Ils ne sont jamais là où ils devraient être.Ils ne connaissent pas le sérieux, d'où leur mépris de tout ce qui est sérieux. Voyez la mobilisation du coté de Brazza, c'est quasi tout le gouvernement qui s'est mobilisé, mais en RDC, ils ne sont bons que pour monter des cabales contre Moise Katumbi.

Non 1
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Salima - 11.05.2018 15:44

Et qui est derrière la BAD? Allez-y voir

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
myimona - 11.05.2018 14:45

Meme si on n, est pas d, accord il faut y etre, mediocre

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
DinadaniAnonyme - 11.05.2018 14:25

N'oublions pas que le Kongo Central était contre ce projet qui allait anéantir le projet du port de Banana dont les travaux vont démarrer bientôt. Je donne entièrement raison au Gouvernement de n'y avoir pas participer. C'est le Groupe Bolloré qui est derrière ce projet pour rentabiliser le port de Pointe Noire qu'il gère. Son objectif est de relier Pointe Noire à l'ex province minière du Katanga. Cher compatriotes, ouvrons les yeux ?

Non 2
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
VERITE' - 11.05.2018 12:48

Ces projets sont pour le developpement d'Afrique, ces mediocres n'ont pas de projet de leur projet c'est KATUMBI, c'est pourquoi ils sont ecarte's. "..deux projets d'integrations sous-regionales financés par la BAD et initiés dans le cadre du nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad)".

Non 2
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
derekNk - 11.05.2018 12:22

Et curieusement, quand il s'agit de la RDC comme trop souvent les décisions se prennent à l'absence de nos autorités... bizarre ! est-ce parce qu'ils n'ont pas récu des EPAKOLAMI ??

Non 0
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Je suis RDC - 11.05.2018 12:22

Ils ont bien agit: régime illégitime hors mandat.La RDC est ignorée les autres vont décider a sa place. Mende va encore dire que C'est katumbi qui est derrière tout ça.

Non 4
Oui 11
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
PAIX-JUSTICE-TRAVAIL - 11.05.2018 11:55

ho! genial!

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
mbunza mabe - 11.05.2018 11:50

main il fallait associer le ministre des infrastructure rdcongolaise thomas louhaka,mawa

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : RDC: le Burundais Egide Mwéméro bientôt devant la justice militaire?
left
ARTICLE Précédent : Ghana : le président de la fédération de football arrêté à son retour au pays