mediacongo.net - Actualités - Dark web : une mère de famille derrière la plateforme française Black Hand



Retour Sur le net

Dark web : une mère de famille derrière la plateforme française Black Hand

Dark web : une mère de famille derrière la plateforme française Black Hand 2018-06-18
Femme
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/06-juin/11-17/dark-web-admin.jpg -

La plateforme de la Main noire a été démantelée mardi. Un lieu caché sur Internet où s'échangeaient armes et drogues et qui était dirigé par... une mère de famille de 28 ans.

Une mère de famille de 28 ans sans casier judiciaire: ce profil "original" dirigeait l'une des plus importantes plateformes illégales en France, démantelée mardi, sur le "dark web", partie cachée d'internet propice aux trafics divers.

Son profil est pour le moins atypique : jeune (28 ans), mère de deux enfants, sans emploi et au casier judiciaire vierge... « Anouchka » n'avait rien d'une dirigeante du « dark web », et pourtant. C'est bien cette jeune femme qui, selon un enquêteur, dirigeait le forum Black Hand, la main noire, l'une des plus grosses plateformes illégales en France à officier sur le « dark web », cet espace caché sur Internet propice aux trafics d'armes, de drogues ou encore de données d'identité.

La plateforme proposait à la vente depuis plus de deux ans de nombreux produits et services illicites. Elle a été démantelée mardi dernier par les services de douane. Quatre personnes ont été interpellées.

L'administratrice, arrêtée dans la région de Lille, était « connue sous le pseudonyme d'Anouchka, mais elle en a eu plusieurs autres, comme Hadès », détaille Nicolas, responsable de l'opération menée par la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED).

« Une femme active à ce niveau-là, c'est assez original », commente-t-il. Anouchka n'était pas la créatrice de Black Hand, elle en avait récupéré la gestion, mais elle n'en était pas à sa première expérience sur le « dark web » (ou « dark net »), même si elle n'avait pas un « profil d'ingénieur informaticien geek », selon lui.

Le dark web tremble

Anouchka n'était pas la créatrice de Black Hand, elle en avait récupéré la gestion, mais elle n'en était pas à sa première expérience sur le dark net -dont le contenu n'est pas indexé par les moteurs de recherche classiques-, même si elle n'avait pas un "profil d'ingénieur informaticien "geek", commente encore le responsable.

Elle et les deux modérateurs se rémunéraient de diverses manières: d'abord via les inscriptions (entre 25 et 50 euros), mais également grâce à un système de garantie dans les transactions, appelé « Escrow », sur lequel ils percevaient entre 2 à 5% de commission environ. Enfin, les vendeurs pouvaient payer « des cotisations pour avoir un référencement de qualité sur le site ».

Après une enquête d'environ un an, deux modérateurs-vendeurs ont également été arrêtés et mis en examen, ainsi qu'un « simple vendeur », parmi « des dizaines » présents sur ce forum qui comptait 3 000 membres.

Au-delà de ces flux d'argent, il y a « une tout autre économie pour les vendeurs, qui, eux, touchaient beaucoup d'argent », ajoute le responsable de la DNRED.

« On a pas pu avoir tout le monde », reconnaît-il, mais « on continue de s'intéresser aux acheteurs » de ce forum qui existait au moins depuis 2015, « ce qui est long pour le dark net, les plateformes y étant souvent volatiles, car les escrocs partent souvent avec la caisse ».

Une quarantaine d'agents de la DNRED ont été mobilisés sur l'opération, « première du genre en France », selon le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin. Les interpellations ont eu lieu lors d'une opération « simultanée » dans les régions de Lille, Montpellier et Marseille, « pour qu'ils ne s'avertissent pas les uns les autres par messagerie cryptée ». « Même s'ils ne se connaissaient pas in real life (en chair et en os), ils échangent bien souvent ».

Nicolas ne veut pas livrer les « secrets de fabrique » de la section de la DNRED qui traque les fraudeurs sur le net, ni les détails de l'enquête qui a permis le démantèlement de la plateforme, les utilisateurs du dark web étant, selon lui, extrêmement attentifs à tout ce qui pourrait être divulgué.

« On n'a pas fait tomber une inconnue », souligne-t-il, « on voit les réactions, les inquiétudes sur les forums du dark net: ça réagit, ça s'inquiète. Et ils ont raison de s'inquiéter. C'est ce qu'on recherchait. »

L'enquête, qui se poursuit, a été confiée à l'Office central de la lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC).

 

S'il est « très difficile » d'évaluer le volume du chiffre d'affaires du forum, Nicolas estime à « plusieurs dizaines de milliers d'euros par an » les gains pour l'administratrice. « On n'a pas fait tomber une inconnue », souligne Nicolas : « On voit les réactions, les inquiétudes sur les forums du dark net. Ça réagit, ça inquiète. Et ils ont raison de s'inquiéter. C'est ce qu'on recherchait. »


Le Point / La Libre / MCN,via mediacongo.net
314 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Yahoo! réduit la voilure
left
ARTICLE Précédent : Bitcoin en 2021 : un investissement malin ou simplement un effet de mode ?