mediacongo.net - Actualités - La DC de Diomi Ndongala qualifie d'"irresponsables" les propos tenus par Thambwe Mwamba



Retour Politique

La DC de Diomi Ndongala qualifie d'"irresponsables" les propos tenus par Thambwe Mwamba

La DC de Diomi Ndongala qualifie d'"irresponsables" les propos tenus par Thambwe Mwamba 2018-07-17
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/07-juillet/16-22/diomi_ndongala_18_0001.jpeg -

Eugène Diomi Ndongala

Le bureau politique de la Démocratie Chrétienne (DC) a rendu publique une mise au point ce mardi 17 juillet 2018, signée par son porte-parole Marc Mawete, par rapport aux propos "irresponsables" de Thambwe Mwamba, ministre de la Justice, concernant le président de la Démocratie Chrétienne, l’honorable Eugène Diomi Ndongala, "otage du régime Kabila depuis 2012 à cause de sa lutte acharnée pour la vérité des urnes et l’alternance démocratique en République Démocratique du Congo".

A ce propos, la Démocratie Chrétienne tient à préciser ce qui suit, "afin que la vérité soit dite, et que les mensonges du régime soient démasqués, encore une fois, au grand jour".

L’honorable Eugène Diomi Ndongala a lutté activement contre le hold-up électoral de 2011 avec une cohérence exceptionnelle, boycottant, entre autre, son siège de député national, estimant que participer à l’accompagnement de la mise en place des institutions issues de la fraude électorale de 2011 aurait été contraire à ses convictions politiques ainsi qu’ à sa volonté d’agir pour l’amélioration des conditions de vie du peuple congolais, martyrisé aussi bien politiquement que socialement. Les faits ont démontré que son sacrifice était justifié car, unanimement, tous les observateurs objectifs de la politique congolaise reconnaissent que la majorité factice mise en place au lendemain des élections contestées de 2011, n’a rien fait pour l’amélioration des conditions socio-économiques du peuple congolais et encore moins pour renforcer l’état de droit.

Victime d’un montage grossier orchestré par les services de sécurité, il fera l’objet d’un harcèlement politico-judiciaire violent et de longue date, avec plusieurs arrestations jusqu’à sa condamnation, en 2014, à l’issu d’un procès kafkaïen, face à une Cour de Cassation se réunissant tard la nuit, à huis clos, sans électricité, et surtout ne respectant même pas la composition légale de la chambre chargée du jugement sans appel ! Mené sans témoins, sans preuves, sans plaidoiries des avocats et sans que l’honorable Eugène Diomi Ndongala, malade, ne soit entendu, il sera condamné, sans droit de recours, à une lourde peine totalement injustifiée. Son interpellation de ses juges, qui feront l’objet d’ une « Prise à partie » régulièrement déposée à la Cour Suprême, ne fut jamais traitée par celle-ci, dans un déni de justice coupable et sanctionnable, dans un vrai état de droit.

Eugène Diomi Ndongala saisit, en septembre 2014, le Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies, CDH/ONU, pour attaquer sa condamnation injuste et scélérate devant cette instance juridictionnelle des Nations Unies, issue du traité « Pacte International relatif aux droits civiles et politiques » ainsi que de son "Protocole additionnel", les deux traités signés par la RDC en 1976.

Le CDH/ONU, après une procédure contradictoire à laquelle le gouvernement congolais a participé – y compris M. Tambwe Mwamba en personne, en sa qualité de Ministre de la Justice – ordonnera à l’état congolais, reconnu coupable de 98 violations de droits, la libération immédiate d’Eugène Diomi Ndongala, l’annulation de sa condamnation scélérate, nulle en droit, ainsi que son indemnisation, par le jugement N°2465/2014, disponible sur le site de l’ONU.

L’Accord Global et Inclusif signé le 31/12/2016, dans son chapitre 5 dédié à la décrispation politique et signé, au nom de la MP, aussi par M. Thambwe Mwamba en personne, cite nommément l’honorable Eugène Diomi Ndongala comme un des prisonniers politiques emblématiques qui devaient être libérés à l’issue de la signature dudit Accord Politique, sur base duquel repose la légitimité des institutions politiques hors mandat électoral depuis 2016.

La Commission Nationale des Droits de l’Homme de la RDC (CNDH-RDC), Institution d’Appui à la Démocratie mise en place sur base d’une loi-cadre de 2013, saisie par la Démocratie Chrétienne en septembre 2016, a demandé formellement, par écrit, à M. Thambwe Mwamba, de donner immédiatement application à la décision 2465/2015 du CDH/ONU, contraignante pour l’Etat congolais, sur base, entre autre, de l’art 215 de la Constitution. La CNDH-RDC donne même la procédure à suivre pour ce faire.

Faisant fi à ce cadre manifeste d’innocence du prisionnier Eugène Diomi Ndongala, M. Thambwe Mwamba refuse d’appliquer aussi bien l’Accord Politique de la Saint Sylvestre, dont lui-même est signataire, que la Décision N° 2465/2014 du CDH/ONU.

En février 2018, les avocats d’Eugène Diomi Ndongala ont officiellement déposé une requête en inconstitutionnalité adressée à la Cour Constitutionnelle afin d’attaquer juridiquement le refus de l’Etat congolais, membre d’ailleurs du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, de l’application de la décision contraignante N° 2465/2014 du Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies, qui ordonne à la RDC sa libération immédiate. Encore une fois, la requête adressée à la Cour Constitutionnelle a été tout simplement « non jugée », démontrant, pour la énième fois, par un déni de justice scandaleux, "la partialité coupable de l’appareil judiciaire congolais, à la solde du régime kabila plutôt qu’au service de la vraie justice pour le peuple congolais".

Il sied de souligner que l’actuel Premier Ministre, M. Bruno Tshibala, au cours d’une interview donnée à la BBC, en Angleterre, et largement reprise par les médias en RDC, reconnait l’existence des prisonniers politiques emblématiques, en citant particulièrement le cas d’Eugène Diomi Ndongala. " Il est ahurissant de constater que, dans le même gouvernement, M. Thambwe Mwamba se permet de contredire son Premier Ministre, un Accord Politique sur lequel se fonde la légitimité du gouvernement dont lui-même est membre ainsi que la légalité internationale, ignorant superbement une décision de justice internationale contraignante pour la RDC, en avançant, pour justifier son attitude irresponsable, des arguments qui n’ont rien de juridiques".

Vu ce qui précède, la Démocratie Chrétienne exige la libération immédiate du prisonnier politique Eugène Diomi Ndongala, aussi bien sur base de l’Accord politique de la Saint-Sylvestre, qu’en application de la décision 2465/2014 qui a condamné la RDC sur cette affaire, ordonnant la libération immédiate et l’indemnisation de Diomi.


MCN Team / mediacongo.net
1108 suivent la conversation
6 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Root# | P1R56Y5 - posté le 19.07.2018 à 15:11

Allez aider la population qui souffre et prise au piège au Nord Kivu par les groupes armées qui s'affronte sur notre sol et y font la loi, vous orienter votre colère contre la population non armée JP vient bientôt pour vous affronter à Kin avec sa milice qui est au moins officielle. VOUS ALLEZ SENTIR LES CHOSES

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Root# | P1R56Y5 - posté le 19.07.2018 à 14:56

Vous dans votre pays celui qui n'est pas du gouvernement est un ennemi? Alors que l'insécurité est partout au Congo DC et ne fait que s'intensifier et vous trouvez ça normal

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme | KFGCVC1 - posté le 18.07.2018 à 17:15

Justice te sera rendu Cher Diomi, car tout le monde reconnait ton innocence à part la minorité de Kabila à qui il ne reste plus que 5 mois maximum au pouvoir.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
KOTA | YZC1QKK - posté le 18.07.2018 à 17:12

LIBEREZ LE PRISONNIERS POLITIQUE EMBLEMATIQUE EUGENE DIOMI NDONGALA ET IL NE SERA QUE JUSTICE

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Notre Congo_Rdc | D354S4K - posté le 18.07.2018 à 16:27

A quand la libération de Monsieur le Violeur?

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme! | ET86R2M - posté le 18.07.2018 à 16:17

AVEZ-VOUS DÉJÀ VU ATM RESPONSABLE UN JOUR? MOI PERSONNELLEMENT, NON!

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Thambwe Mwamba : « Diomi Ndongala sera libéré dans les 48h mais sous conditions »

Société ..,

"La RDC n'a pas de crise post-électorale" (DC)

Politique ..,

Cambriolage au siège national du parti de Diomi

Politique ..,

Diomi Ndongala boycotte les provinciales

Politique ..,