mediacongo.net - Actualités - Ebola : l’OMS reste «prudemment optimiste»



Retour Santé

Ebola : l’OMS reste «prudemment optimiste»

Ebola : l’OMS reste «prudemment optimiste» 2019-02-02
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2019_actu/02-fevrier/01-03/matshidiso_moeti_oms_19_000.jpg -

Déclarée en août 2018, l’épidémie de fièvre hémorragique a déjà fait 461 morts. Les autorités sanitaires craignent qu’elle ne se propage aux Etats voisins, bien qu’elle soit contenue

L’élection présidentielle désormais passée, la République démocratique du Congo revient à la dure réalité sanitaire du terrain: la fièvre hémorragique à laquelle elle est confrontée depuis août 2018. La dixième épidémie d’Ebola à y sévir est la plus sérieuse qu’ait eu à affronter ce pays où le virus a vu le jour en 1976. Si l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a reconnu en septembre dernier devoir combattre dans le «contexte le plus difficile» qu’elle ait connu, sa directrice régionale, Matshidiso Moeti, se dit «prudemment optimiste».

69 000 vaccinations

Les chiffres montrent toutefois que l’épidémie est loin d’être éradiquée. L’OMS recense actuellement 743 cas dont 689 sont confirmés et 54 probables, 461 personnes sont décédées des suites d’une contamination; 258 autres sont en train de récupérer et 350 suivent des traitements expérimentaux. La situation est apparemment sous contrôle dans les deux premiers épicentres de l’épidémie, Beni et Mangina.

En collaboration avec le Ministère congolais de la santé, 500 experts de l’OMS œuvrent sur le terrain en RDC pour tenter de contenir une épidémie qui ne s’est pas étendue géographiquement mais se déplace et regagne des zones rurales où on pensait qu’elle n’allait plus forcément sévir. Les moyens déployés pour la contrer sont importants. Neuf centres de traitement d’Ebola ont été installés. Dans les bases de données de l’OMS, 45 000 personnes ont été enregistrées dont 7000 sont suivis de près. La livraison de vaccins dans la région a permis de mieux combattre le fléau. A ce jour, 69 000 personnes ont été vaccinées dont 21 000 individus travaillant dans le secteur de la santé et 16 000 enfants. A l’échelle nationale et aux frontières du pays, 30 000 millions d’individus ont été contrôlés.

L’aide d’anthropologues

Matshidiso Moeti estime que des progrès ont été accomplis: «Nous avons vu un changement dans notre engagement avec les communautés locales. Les leaders locaux et religieux ont joué un rôle important.» L’OMS travaille d’ailleurs avec des anthropologues pour aborder au mieux les communautés qui, ces derniers mois, ont parfois opposé une résistance aux équipes sanitaires déployées pour leur venir en aide. L’OMS dit avoir identifié des spécialistes capables de parler la langue locale pour mieux établir le contact avec la population. «Les gens, relève la directrice régionale de l’OMS, sont moins méfiants qu’avant. Nous avons tiré aussi les leçons de l’épidémie», qui avait ravagé l’Afrique de l’Ouest en 2014 où le virus avait tué près de 11 000 personnes.

L’OMS craint de voir l’épidémie gagner les pays voisins. Deux cents de ses collaborateurs tentent de s’assurer que les mesures de prévention nécessaires sont prises. La sécurité n’en demeure pas moins un énorme défi. Le Nord-Kivu, où l’épidémie s’est déclarée, est parcouru par une centaine de groupes armés non gouvernementaux. Mike Ryan, directeur général adjoint de l’OMS pour les situations d’urgence, le relève: «La situation est relativement calme par rapport à la période électorale. Mais nous constatons tout de même des attaques quotidiennes des forces non gouvernementales, poursuit Mike Ryan. Nous avons besoin d’escortes et de mesures de sécurité spéciales dans certaines régions.» La force onusienne de maintien de la paix, la Minusco, sert de «parapluie sécuritaire», relève l’OMS. Mais, contestée, elle a aussi fait l’objet de vives protestations, notamment de personnes qui lui demandent de partir.


Le Temps / MCP, via mediacongo.net
335 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Tshuapa: une maladie semblable au choléra fait de nombreuses victimes à Ikela
left
ARTICLE Précédent : Crise cardiaque : habiter à un étage élevé diminue le taux de survie
AUTOUR DU SUJET

Bunia : une enquête ouverte sur un cas de décès d’Ebola

Santé ..,

En plus d'Ebola, la RDC touchée par des épidémies de choléra et rougeole

Santé ..,

Ebola : lancement de la troisième phase du plan stratégique de riposte ce mercredi

Santé ..,

Bunia : un cas confirmé d’ebola enregistré à la clinique Salama

Provinces ..,