mediacongo.net - Actualités - Sindika Dokolo : « Le débat sur la vérité des urnes n’est pas dépassé » (INTERVIEW)



Retour Politique

Sindika Dokolo : « Le débat sur la vérité des urnes n’est pas dépassé » (INTERVIEW)

Sindika Dokolo : « Le débat sur la vérité des urnes n’est pas dépassé » (INTERVIEW) 2019-02-08
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2019_actu/02-fevrier/04-10/dokolo-sindika-homme-affaire-interview.jpg -

L’initiateur du mouvement citoyen "Les Congolais Debout", Sindika Dokolo, donne ses impressions sur l’accession à la magistrature suprême de Félix Tshisekedi. Il le met en garde contre les manigances du FCC à continuer à régner en s’accaparant du contrôle des institutions à mandat électif. Malgré ses dernières prises de positions sur les réseaux sociaux critiquant l’élection de Félix Tshisekedi, Sindika Dokolo appelle les forces politiques et sociales du changement à l’aider dans son effort d’apporter le changement. S’il ne trouve pas d’inconvénient à travailler avec le nouveau chef de l’Etat, le leader du mouvement Les Congolais Debout estime cependant qu’il entend le faire au sein de la Société civile pour garder sa neutralité. Interview.

Le Potentiel : Comment allez-vous ?

Sindika Dokolo : Je vais bien. On commence une année forte en rebondissements au pays. Il y a beaucoup d’actualités. Il y a beaucoup de nouveautés. Evidemment, au niveau de la Société civile congolaise qui a fait un grand travail, c’est l’heure de bilan et de perspectives.

Il y a eu les élections. Félix Tshisekedi est président de la République. Quelles sont vos impressions ?

Je pense que l’ensemble du peuple congolais est heureux qu’il ait une alternance au plus haut niveau de l’Etat. Ç’a été un grand combat, notamment de la Société civile congolaise d’empêcher monsieur Kabila de présenter un 3ème mandat. Grâce à un grand travail de mobilisation et au prix le plus lourd qui a été payé. Vous vous rappelez les morts, la répression. Les gens qui ont essayé de défendre les principes et les droits de défendre librement ont payé le prix le plus lourd. Nous-mêmes, Les Congolais Debout, nous avons connu des intimidations et des actions qui ont décimé nos rangs. Il se fait que c’est un signe très fort, très positif de pouvoir avoir un nouveau président.

Cela dit, nous, nous sommes la Société civile. Ce n’est pas notre rôle de prendre partie pour telle personne ou pour telle autre. Notre rôle, c’est de défendre des principes démocratiques. C’est ce qui rendra notre pays plus fort et plus prospère. Cependant, il y a beaucoup à dire sur le processus électoral qui a été assez catastrophique et qui, d’une certaine manière, porte en lui les défauts qui risquent de limiter ou d’empêcher le changement auquel les Congolais aspiraient.

Finalement, le problème n’était pas la personne de Kabila mais plutôt le sous développement du pays, les antivaleurs, la corruption, la confiscation des libertés individuelles et collectives des Congolais. Ce que l’on combattait, c’était le système.

Alors, quels sont vos premières impressions des premiers pas de Félix Tshisekedi ?

Il va falloir attendre pour juger sur les faits. On est tout au début. Il faut laisser une chance à ce nouveau pouvoir de se mettre en place. Mais, on ne peut pas se permettre d’être naïf. On connait bien la Kabilie. On a tous vu que pendant la passation de pouvoir que monsieur Kabila était plus à l’aise et plus souriant que n’importe qui d’autre.

Je ne pense pas qu’on est naïf au point de croire que subitement, sa passion pour le Congo est devenue une passion pour la démocratie. Il est évident qu’il a miné le terrain. De différentes manières, il s’est organisé pour protéger ses intérêts, ses avantages et les gens qui l’entourent et le servent.

Nous, nous nous sommes engagés pour défendre ce droit sacré des Congolais de se choisir, en toute transparence, leurs dirigeants. Ces élections n’ont été ni libres, ni transparentes. Ça, ça entraîne des conséquences. Le problème d’affaiblissement de l’Etat en tant qu’institution qui n’a pas de légitimité.

Aujourd’hui, beaucoup de gens aimeraient qu’on tourne la page. Le problème, c’est que de mauvaises élections découlent des institutions fragilisées. Dans un pays qui s’est fixé comme principal objectif le changement radical à 180°, ça pose un véritable problème de moyens. L’institution président de la République, l’institution qui incarne cette volonté de changement, va se retrouver confronter à des zones de résistance politique.

Le débat sur la vérité des urnes n’est-il pas dépassé ? N’est-il pas temps de soutenir Félix Tshisekedi ?

Ce n’est pas du tout dépassé. C’est vrai que beaucoup de gens aimeraient qu’on tourne cette page. Mais cette page pose plusieurs problèmes. D’abord, la fragilisation de nos institutions. Aussi, tout le monde considère que les élections, c’est fini. Ce n’est pas le cas.

Le contentieux électoral pour les législatives nationales n’est pas encore terminé. Il y a beaucoup de recours qui ont été introduits. Pour moi, les élections ont envoyé un message très clair, le rejet de l’ère Kabila et de l’héritage Kabila. Mais, par le biais de la Cour constitutionnelle et de la Ceni, on se rend compte qu’on nous annonce que ce n’est pas un rejet du système Kabila mais plutôt un rejet de la personne de Shadary. On veut nous faire croire que la population, par un vent de marée, a plébiscité le système Kabila. Et ça se voit par deux facteurs : la majorité absolue à l’Assemblée nationale. Le FCC réclame 350 sièges de députés à l’Assemblée nationale. Ça veut dire que la cohabitation est de facto. Ça veut aussi dire que le FCC peut imposer le Premier ministre qu’il veut.

Je n’ai aucun doute que Félix Tshisekedi est engagé pour le changement. Très honnêtement, c’est le sens de son combat politique. C’est le sens du combat politique de sa grande famille politique l’UDPS et de son défunt père Etienne Tshisekedi. Toujours est-il que cette question du contentieux électoral sur les législatives nationales et provinciales est un enjeu majeur aujourd’hui. Et je n’entends personne en parler. J’entends tout le monde dire que ça va changer tout seul, laisser-lui du temps. Je ne suis pas en train de parler de la vérité des urnes. Est-ce que Félix Tshisekedi a gagné les élections ? On a passé cette étape-là. On est dans une autre séquence politique.

Félix Tshisekedi est président de fait, qu’on le veuille ou qu’on ne le veuille pas. C’est un président qui est issu de l’Opposition et qu’il faut travailler avec lui pour essayer de l’aider dans son effort de changement. Mais, l’aider dans son effort de changement ne veut pas dire qu’il est surhomme, qu’il va tout changer. Il faut l’aider avant tout en continuant cette action de vigilance citoyenne et d’exigence. La Ceni doit publier les résultats bureau de vote par bureau de vote.

Comment allez-vous aider le nouveau président de la République ?

De manière très concrète, je pense que tous les mouvements de la Société civile et tous les partis qui sont pour le changement doivent se rendre compte que nous sommes dans un match de tennis qui n’est pas encore fini.

Cette question des législatives et provinciales va déterminer la capacité de Félix Tshisekedi et des forces de changement à matérialiser le changement, c’est-à-dire la sortie des antivaleurs, qui ont marqué l’époque kabiliste, vers un nouveau type de gouvernance, un nouveau type de société qui va permettre le développement du Congo que tous les Congolais appellent de leur voeux.

Et ça, ça veut dire qu’aujourd’hui, il faut qu’il y ait un ressaisissement de nos acteurs politiques et des citoyens pour qu’ils exigent à la Ceni de faire son travail correctement. Ça veut dire effectivement, nous remettons en cause, nous suspectons cette théorie selon laquelle la population congolaise aurait chassé Kabila de la présidence mais il l’aurait félicité de leurs bons bilans et de leur travail en leur donnant le contrôle de l’Assemblée nationale et de trois quarts de provinces.

Nous pensons que c’est une tricherie sans précédant. Je vous rappelle qu’il y a quand même des indices de tricherie qui sont indiscutables. Je comprends quand même que politiquement on a préféré tourner la page sur les présidentielles.

Vous combattrez à la fois le FCC et CACH ?

J’éviterai de parler des individus ou des cas spécifiques. Nous sommes la Société civile. On s’attache à une société qui est respectueuse des textes. Nous ne sommes ni Tshisekedistes, ni Fayulistes, ni antikabiliste. Nous sommes légalistes. Lorsque les politiciens disent que tournons la page, revenons dans cinq ans. C’est faux. Ce qui régit le processus électoral c’est la loi. La loi dit clairement que le contentieux des législatives et des provinciales c’est jusqu’en mars. Jusqu’à preuve du contraire on est en plein milieu. Donc, le match n’est pas encore fini.

Le seul contentieux électoral qui est bouclé est celui du président de la république. Seul Félix Tshisekedi est président de la République de fait. Pour ce qui est des députés nationaux et provinciaux, des sénateurs et des gouverneurs, rien n’est fait. Nous, Les Congolais Debout, nous exigeons à ce que la Ceni, même si elle a fait un très mauvais travail jusqu’ici, fasse le travail jusqu’au bout. Ça c’est fondamental.

Le chien aboie, la caravane passe. Et si la Cour constitutionnelle validait les résultats de la Ceni. Que feriez-vous ?

Nous croyons à l’Etat de droit parce que c’est la seule manière de solidifier, de construire et de développer le pays. Si on va aux élections, c’est par ce qu’on veut un Congo beaucoup plus meilleur qu’avant.

On se rend compte effectivement que nos politiciens ont trahi leur serment. Ils ont développé des systèmes de corruptions généralisés. Ils ont affaibli notre Etat. C’est pour ça que les Congolais ont voté. On ne peut pas être léger en disant que le chien aboie, la caravane passe ou en se tenant la tête entre les mains.

Le processus électoral n’est pas terminé. Moi quand on me dit Félix Tshisekedi est président et qu’on doit s’en contenter, de mon point de vue c’est une hérésie. Le seul propriétaire du Congo c’est le souverain primaire. Il nous reste encore un mois et demi pour obtenir ce qui est de droit.

Pouvez-vous travailler avec Félix Tshisekedi ? N’est-il pas mieux de changer les choses de l’intérieur ?

Il y a deux choses. Je n’ai aucun problème à travailler avec Félix Tshisekedi. Contrairement à mes prises de positions sur les réseaux sociaux, je n’ai aucun problème personnel avec Félix Tshisekedi. Félix Tshisekedi est quelqu’un pour qui j’ai des sentiments personnels de sympathie et d’amitié. Je me suis réuni avec lui plusieurs fois pendant le combat. J’ai appris à apprécier sa perspicacité. C’est quelqu’un d’intelligent. C’est un politicien et donc je peux comprendre qu’il soit politique et parfois opportuniste. Ce n’est pas ce que je mets en cause. Je m’entends très bien avec lui en tant qu’individu.

Maintenant, chacun doit être dans son rôle. Moi, je n’ai jamais sous-estimé le rôle de la Société civile. Quand on a commencé les Congolais Debout il y a deux ans, les gens pensaient que ça allait être une histoire à la Macron et que c’était une manière détournée de faire la politique et d’arriver au pouvoir. Je vous prends à témoin, il y a eu les législatives et les provinciales, vous n’avez pas vu un seul candidat se présenter sous le label Les Congolais Debout. C’est pour vous dire que je suis cohérent dans mon engagement.

Allez-vous rentrer au pays ?

Il n’y a rien qui me fera plus plaisir de travailler à la reconstruction du Congo. Je suis né dans les affaires. Mon père a fait les affaires. Moi, je pense qu’il est temps d’avoir une vraie vision pour le secteur privé au Congo. Je pense qu’il n’y a personne d’autre que les Congolais qui peuvent développer notre pays.

Aujourd’hui, c’est une vraie opportunité le changement, pour peu qu’il soit réel avec des valeurs positives. C’est ce qui va nous permettre de développer une vraie classe moyenne nationale. C’est là où moi j’aimerais m’exprimer le plus. C’est là où je peux apporter beaucoup. Mon engagement pour le Congo, il existe déjà. Moi, je m’engage dans la Société civile. Ce qui manque au Congo ce sont des citoyens. Il faut qu’on arrive à développer la citoyenneté.

Kabila de 2001 à 2003 n’est pas le même que celui de 2016 à 2018. Je pense qu’il est devenu un vrai dictateur. Il a renoncé à tous les engagements. Je pense que nous les Congolais, nous avons une part de responsabilité. C’est nous qui avons développé les mêmes principes que ceux sous Mobutu à encenser le chef. Le chef a toujours raison. Le chef peut tout. Aujourd’hui, ma manière d’aider le Congo ça sera toujours dans Les Congolais Debout plutôt que de rentrer en politique.

Le développement de la culture de la citoyenneté, de la légalité, du respect des textes…je pense que c’est ça qui a manqué le plus à la jeune histoire de la RDC. Et c’est ce à quoi il faut s’atteler

Amedée MK
Le Potentiel / MCP, via mediacongo.net
6930 suivent la conversation
15 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Benoit kangoma | DL8NMG7 - posté le 08.02.2019 à 17:26

Il Est Ecrit Dans Quelle Lois Que Cellui Qui Peut Ameliorer Ce Pays C' Est Seulment Fayulu Et Son Entourage ( Bemba, Dokolo, Katumbi ) ? Pourquoi Bemba N' Avait Pas Pu Ameliorer Ce Pays Quand Il Etait Vice De Jkk ? Toi Dokolo, Je Te Dit: La Detresse Ne Paretra Jamais 2 Fois Dans Ce Pays Ainssi Dit L' Eternele.

Non 10
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme! | ET86R2M - posté le 08.02.2019 à 16:17

NORMALEMENT LA VÉRITÉ NE SE CACHE PAS et je crois que nos amis du CACH/FCC mettrait fin à cette affaire de PUBLICATION DES RÉSULTATS BUREAU/BUREAU pour confirmer la LIMPIDITÉ DE VICTOIRE DE FÉLIX! C'est tout à leur honneur; il me semble!

Non 3
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Tshisekediste | LMIUYJK - posté le 08.02.2019 à 15:22

Est-ce que ce Mr SINDIKA est en exil?

Non 11
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Pona Congo Lisolo ya Congo | Y7P79AW - posté le 08.02.2019 à 15:12

REVE ENCORE MONSIEUR LE BLANC TU PENSE DE FAIRE DU CONGO C'EST QUE TA FEMME A FAIT DU TRESOR PUBLIQUE DE L'ANGOLA. PONA CONGO

Non 16
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
In God We Trust | DXQNBPE - posté le 08.02.2019 à 14:46

Si c'est pour combattre un mauvais système, je suis d'accord. Mais s'en prendre au Raïs et l'injurier, NON. Je pense sincèrement que la RDC à évité le pire grâce, d'une part, au silence qu'a dû garder le Raïs pendandt les périodes turbulentes du processus électoral. Immaginez-vous un seul instant s' il avait personnellement demandé à ses supporters de manifester...

Non 15
Oui 11
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
"Justice" ya mboka na biso | TYE1YEX - posté le 08.02.2019 à 14:45

Merci Sindika de donner encore plus de résonnance à la démarche que nous poursuivons.On se bat pour le respect de principes démocratiques non contre,ni pour des individus.Et on ne peut se réfugier derrière un système de pensée qui pervertit le Droit afin de justifier un état de fait ou des considérations politiques.La lutte continue,il faut inclure une majorité de Congolais pour qu'ils deviennent des citoyens à part entière,des acteurs par leur volonté aptes à construire une Nation !!!

Non 7
Oui 18
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
VERITE' | MYBMKJD - posté le 08.02.2019 à 14:33

IL NE FAUT JAMAIS PROGRESSER AVEC UNE CHOSE QUI NE FONCTIONNE PAS. AVANCER EN DESORDRE C'EST LA MEDIOCRITE'. LA VERITE' EST TETUE. NOUS VOULONS LA VERITE'. FAYULU EST QUAND MEME UN BON CITOYEN, IL N'A PAS PRETE' SERMENT CHEZ LUI A LA MAISON.

Non 10
Oui 17
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
MARESHALL MOBUTU | 247ULRI - posté le 08.02.2019 à 14:25

Trop des théories pour rien!!

Non 13
Oui 12
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
EN DIEU NOTRE ESPOIR | JL4Y99K - posté le 08.02.2019 à 14:15

Rêveur, qu'as-tu déjà fait en RDC de palpable pour mettre en cause le processus électoral financer à 100% pour les congolais eux-mêmes? Pourquoi les hybrides parlent trop dans ce pays? Voilà comment tu es confus, tu croyais qu JKK allait t'imposer SHADARY pour que ton plan B, c'est-à-dire déclencher une insurrection populaire, alors qu'un opposant venait de prendre le pouvoir, raison pour laquelle tu te vois troubler et dépasser par cette alternance. Demeure dans l'opposition avec ton ami FAYULU et 2023 c'est déjà demain.

Non 25
Oui 16
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
RMK | VA7WQ93 - posté le 08.02.2019 à 13:48

Monsieur dix dika ne réveillez pas svp le Lion affamé qui dort!Si réellement vous avez le souci du développement de votre patrie alors revenez y, retroussez vos manches et travaillez pour le bien de tous! arrêtez un peu avec vos propos qui énervent d'avantage...pensez y

Non 22
Oui 22
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
LUSHI OYE | OE6TPRE - posté le 08.02.2019 à 13:45

MR SINDIKA, la CENI va publier certainement mais pas maintenant on laisse a MARTIN FAYULU de brandir d'abord ses preuves sinon il va trafiquer les PV de la CENI pour sa cause: Aussi, je doute fort que Nanga soit léger pour accepter de changer les résultats de 17 a 37% Même un président de jury ne peut pas se permettre de donner 9 a un étudiant qui a 1, par quelle magie. NANGA a son avenir devant lui pas seulement au Congo même a l'international donc il ne peut pas trafiquer les résultats de manière légère. je mets la main a couper. l'avenir nous

Non 23
Oui 20
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Bokomesana | 39TR2L3 - posté le 08.02.2019 à 13:34

Je ne comprends pas cet hybride de Sindika, tu es venu a la derniere minute et tu veux te faire leader du mouvement citoyen. Quel mouvement citoyen? Voila encore d autre Katumbi qui se fait leader mais qui n a pas d ideologie. Okosumba mungwa. Yo si ozwa gaz lacrymogene rhume ebetayo neti ntaba? si okokima na mouvement citoyen yango! Mouvement mouvement an-an-an

Non 30
Oui 13
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
L'unité | 5O7OOY8 - posté le 08.02.2019 à 13:33

"@ElMaEl": Quand serez-vous reçu dans un centre psychiatrique ? Vous délirez...

Non 19
Oui 62
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
ElMaEl | MP3MKSB - posté le 08.02.2019 à 13:24

Les amis de CACH et FCC se trompent et ils ne savent pas l'avenir. Laisser cette haute tricherie passée c'est tuer definitivement la Democratie en RDC....Ce qui s'est fait en RDC n'a jamais existéau Monde, avec un President nommé avec 18% en evitant celui qui a obtenu plus de 60%. Les investisseurs sachant cette corruption et fraude, ne pourront jamais venir en RDC

Non 62
Oui 23
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Election au Sankuru: Mukumadi affirme qu'il n'est pas de l'UDPS et n'a corrompu aucun député...

Provinces ..,

Élections des gouverneurs au Sankuru : Lambert Mende dénonce la "corruption" dans sa famille...

Politique ..,

Election au Sankuru: Joseph Mukumadi élu gouverneur

Provinces ..,

Sankuru: « Nous organisons les élections ce samedi 20 juillet 2019 » (Kalamba)

Provinces ..,