mediacongo.net - Actualités - Un an après l'alternance, quel bilan pour Félix Tshisekedi ?



Retour Politique

Un an après l'alternance, quel bilan pour Félix Tshisekedi ?

Un an après l'alternance, quel bilan pour Félix Tshisekedi ? 2020-01-25
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/1-janvier/20-26/alternance_fatshi_kabila.jpg -

Activisme diplomatique, libertés publiques et populisme… Depuis sa prise de pouvoir en janvier 2019, le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, tente de se démarquer de son prédécesseur Joseph Kabila, avec qui il partage cependant le pouvoir au sein d'une coalition.

"C'est un président de l'extérieur", raille un Congolais de la diaspora contacté par France 24 et qui a requis l'anonymat. Il fait allusion aux nombreux voyages en Occident de Félix Tshisekedi, qui a pris le pouvoir en République démocratique du Congo il y a tout juste un an, au terme d'une présidentielle sous haute tension.

Conscient d'avoir les mains liés et qu'il ne sera pas libre de gouverner comme il l'entend, Félix Tshisekedi a multiplié dès le début de son mandat les déplacements, notamment en Belgique, en France et aux États-Unis, pour sortir son pays de l'isolement. "Son activisme en Europe et aux États-Unis vise aussi à faire inverser les rapports de force en interne. Il sait que son prédecesseur n'a plus de soutien à l'international à part quelques alliés sur le continent. Mais lui, il parle à tout le monde", estime Trésor Kibangula, analyste pour le Groupe d'études sur le Congo (GEC) basé à New York. 

L'élection en janvier 2019 du fils de l'opposant historique Étienne Tshisekedi, longtemps opposé aux Kabila (père et fils), avait marqué pour la première fois une alternance pacifique à la tête de ce pays immense d'Afrique centrale. Mais pour que Joseph Kabila, resté au pouvoir pendant 18 ans, cède son fauteuil, Félix Tshisekedi, à la tête de l'alliance Cach, a dû accepter de former une coalition avec le mouvement Front commun pour le Congo (FCC) de son prédécesseur qui contrôle le Parlement et dispose de solides relais dans l'appareil sécuritaire.

Conséquence, le nouveau président congolais s'est retrouvé au terme de sept mois de négociations avec un gouvernement pléthorique de 65 ministres et d'une centaine de conseillers composé aux deux-tiers par des membres du clan Kabila.  

Bien que l'alliance qu"il préside ait pu obtenir des ministères essentiels comme l'Intérieur, l'Économie et les Affaires étrangères, Félix Tshiskedi ne dispose pas d'un véritable pouvoir pour exercer ses prérogatives de chef d'État. Agacé, il a d'ailleurs tapé à plusieurs reprises du poing sur la table pour mettre en garde les ministres encore loyaux à Joseph Kabila qui remettent en cause ses ordres. 

À l'instar de Clément Kuete Nymi Bemuna, ministre du Portefeuille, ou de José Sele Yalaghuli, ministre des Finances. Le premier a bloqué des ordonnances présidentielles de nomination de hauts cadres à la tête de la Gécamines, le géant des mines congolais, et de la Société nationale des chemins de fer depuis juin 2019. Et le second réchigne à débloquer des fonds pour l'exécution de certains projets.

Une coalition sous tension

Dimanche à Londres, lors d'une rencontre avec la diaspora congolaise en marge du sommet Royaume-Uni-Afrique sur l'investissement, le président congolais a menacé de "virer" des ministres, si ses partenaires de la coalition sapaient son pouvoir. "Le Congolais m'a confié une mission et je dois rendre compte à ce peuple. Et celui qui ne va pas suivre mes instructions et qui s'attachera aux instructions de sa famille politique, il sera viré", a déclaré Félix Tshisekedi. "Jusqu'à présent, je n'ai vu aucun ministre s'opposer à mes décisions. Mais certains ministres me disent qu'ils subissent des pressions", a-t-il ajouté dans un discours en lingala, la langue nationale du pays. 

Preuve des tensions réelles au sein de la coalition, le chef de l'État a également brandi la menace d'une dissolution de l'Assemblée nationale : "Je ne peux pas dissoudre l'Assemblée nationale tant qu'il n'y a pas crise". Mais en cas d'"obstruction", "je serai contraint, en fin de compte, de prendre [cette] décision". 

"Félix Tshisekedi n'a de réel contrôle ni sur l'armée ni sur le Parlement. Menacer de dissoudre l'Assemblée est peut-être une manière de mettre la pression sur le FCC de Joseph Kabila et se ménager des marges de manœuvre. Mais c'est un risque que le président ne prendrait pas. Rien n'est moins sûr qu'il obtiendra des résultats autres que celles des législatives précédentes", estime Trésor Kibangula.

Une éventuelle dissolution de l'Assemblée avant les prochaines élections en 2023 "serait une bombe atomique", avec des "conséquences incontrôlables", affirme pour sa part à l'AFP Richard Moncrieff, expert du centre de rélexion International crisis group (ICG). "Tshisekedi a émis des menaces mais son plan A, c'est de continuer la coalition avec Kabila", ajoute-t-il.

"Décrisper le climat politique"

Ce n'est pas la premère fois que Félix Tshisekedi tient un discours acerbe contre le camp Kabila. En visite officielle aux États-Unis en avril 2019, il avait affirmé vouloir "déboulonner le système dictatorial qui était en place" en luttant contre "la corruption, la mauvaise gouvernance" et  "les arrestations arbitraires", lors d'une conférence de presse organisée par le Council on Foreign Relations.

"Ces propos très offensifs, tenus souvent hors du pays, sont certainement pour dompter la diaspora congolaise connue pour son hostilité à l'encontre de l'ancien régime", explique Trésor Kibangula, l'analyste du GEC.

À raison. L'une des premières mesures fortes prises par le président Tshisekedi pour rompre avec son prédécesseur, a été de libérer deux mois après son investiture plusieurs centaines de prisonniers politiques et de permettre le retour des exilés politiques comme l'opposant Moïse Katumbi. "Cela a permis de décrisper le climat politique qui était extrêmement tendu en 2018 quelques mois avant les élections. Et on peut désormais manifester tranquillement dans le pays sans être inquiété. Ce n'était pas le cas sous Joseph Kabila", explique Trésor Kibangula.

"L'apaisement politique et social" est la plus grande réussite du président Tshisekedi, a également confié à l'AFP un diplomate en poste à Kinshasa.

Félix Tshisekedi a aussi marqué un grand coup sur le plan social, en annonçant la gratuité de l'enseignement dans les écoles publiques. La mesure est entrée en vigueur en septembre. "C'est une mesure très forte mais populiste, qui est applaudie par tout le monde. La gratuité de l'enseignement est garantie par la Constitution, mais elle n'a jamais été appliquée. Cela soulage beaucoup les ménages. Mais la mesure fait des mécontents dans le milieu enseignant dont les salaires ont été réduits" affirme Trésor Kibangula.

Pour 2020, le président a promulgué un budget annuel estimé à plus de 10 milliards de dollars, soit près du double du budget précédent (6 milliards de dollars). Il doit permettre de financer d'importants programmes de développement. Mais face à ce budget que plusieurs analystes jugent irréalistes, Félix Tshisekedi a répondu au micro de Jeune Afrique : "Certains n'ont pas compris que les temps avaient changé. Pour un grand Congo, il faut de grandes ambitions."


France 24 / MCP, via mediacongo.net
1578 suivent la conversation
11 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Zemira | 6TTXEJD - posté le 27.01.2020 à 10:42

Mampuya | T6L7OKA - posté le 26.01.2020 à 20:46 Souvent, je suis contre tes commentaires. Mais face à @Jean-Jacques Bukasa, frère tribal de Tshilombo, je t'appuie quand tu lui souhaite bon vent, avec les prix qui flambent à Kinshasa où les talibans, les Bukasa en tête, sont essoufflés en tirant le diable par la queue. En voyage de prospection à Kananga, Tshikapa, Lodja, Kaninda et à Mbuji-Mayi, j'ai compris pourquoi les ressortissants de ses coins désertent pour grossir le rang des Kinois. Tshilombo qui ne fera rien pour ses frères, ne peut rien faire pour les Congolais.

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 26.01.2020 à 20:46

Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 26.01.2020 à 15:17 Un homme crée sa propre réalité par ses croyances, ses pensées et ce qu'il prononce et prêche. Il suffit de lire ce postulat, pour vous dire que tout débat avec vous c'est une perte de temps. Si pour vous Tshilombo est incriticable,le meilleur,le Congo est dans les bonnes mains. Alors bonne chance, tenez bon vos craoyances biblique.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 26.01.2020 à 15:17

Un homme crée sa propre réalité par ses croyances, ses pensées et ce qu'il prononce et prêche. C'est cela la loi divine qui permet à l'homme de créer. Mais maintenant je ne sais pas ce que le Congolais se crée avec son pessimisme maladif, sa critique facile et un mauvais esprit envers les autres. Les Congolais semblent être le seul peuple au monde à avoir difficile à encourager son prochain et même ses propres enfants. Le développement du Congo passera par un changement de mentalité.

Non 1
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 26.01.2020 à 15:08

Mampuya | GFNVXBG - posté le 26.01.2020 à 14:11 Qu'est ce que tu as a t' agiter comme çà. Tu crois que l’omelette se fait sans casser les œufs? Assieds-toi calmement et attends que le repas soit servi. Lorsqu'une personne ne sait rien dire de bien sur une autre personne, même pas un peu, je sais à qui j'ai à faire et je pécherais de chercher à continuer à entretenir une conversation dans le sens de le convaincre et perdrais mon temps, sinon que de continuer ma marche vers le devant avec ceux qui veulent avancer

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | GFNVXBG - posté le 26.01.2020 à 14:22

(suite) La vraie dictature au Congo c'était entre 1967-1972. Mobutu avait fini par mettre dans l'armée tous les étudiants, sans compter les pendaisons et disparitions. Aujourdh'ui il y'a terreur de manifester. Alors nous allons lutter contre quoi? Kabila avait trouvé un Congo riche ?, un paradis pour le ruiné? un pays prospère ? Tshilombo se défend comme ses accolytes , de comment il avait trouvé le pays. Mais Kabila comment il avait trouvé le pays en 2000 ? quand Tshilombo et son père organisaient des manifestations ? Vous voulez la subordination de tout un peuple à un clan?

Non 3
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | GFNVXBG - posté le 26.01.2020 à 14:11

Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 26.01.2020 à 13:36 Mampuya "C'est une malhonnêteté intellectuelle." Donnez une simple période de trève,sans contestation, pour kabila pendant ses 18 ans au pouvoir. Un mois , une année, deux ans? La situation socio-économique étant la meme, si pas pire, jusqu'aux universités fermées. Faites la listes des organisations, politiques,ong,Lucha eecc qui allaient descendre dans la rue pour protester sous Kabila. Le pauvre Fayulu qui a tenté de protester n'a-t-il pas reçu sa dose de gas lacrymogènes ? Combien qui l'on defendu ?Combien qui manifestait pour oultrage au chef de l'Etat sous Kabila ?

Non 2
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 26.01.2020 à 13:36

Mampuya | T6L7OKA - posté le 25.01.2020 à 23:48 C'est une malhonnêteté intellectuelle de vouloir comparer 18 ans du régime de Sénateur Kabila et en réalité 6 mois du régime de Président Tshisekedi.

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
SHAKA | 2ZKD172 - posté le 26.01.2020 à 00:31

ce pays ...[CETTE PARTIE DU COMMENTAIRE A ETE SUPPRIMEE POUR CAUSE DE GROSSIERETES]... vas explosé bientôt si les congolais continuent avec la mascarade de la démocratie ,les gens qui n'ont aucune notion des institutions et de leurs fonctionnement son emmenés a prendre position ou a s'exprimer publiquement sur le sujet qu'il ne maîtrisent pas ,juste profiter de liberté de parole pour se positionner avec des arrières pensés ou de l'opportunisme

Non 2
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 25.01.2020 à 23:49

(suite). De toute le façon il y'avait plus de dèmocratie sous Kabila ,maintenant on a l'impression d'un peuple qui a peur, pas rassaigné, mais peur d'etre accuser d'etre contre une certaine vision insaisisable.

Non 4
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 25.01.2020 à 23:48

Une analyse qui pose plus des questions que des réponses. Pourquoi les congolais manifestaient sous Kabila ? La situation sociale du Congolais a changée. Le congolais mange mieux ? dort mieux ? a plus d'argent en poche ? Le caos de l'enseignement maternelle qui est un rebus, va tenir jusque quand? eecc Si les réponses sont affirmatives alors les manifestations sous Kabila avaient un sens , dans le cas contraire alors je préfère attendre les prochains jours. Mais j'ai des doutes, la réponse est négative, pas pour rien nous cherchons le bouc émissaire,qui bloque on sait quoi. De toute le façon il y'avait plus de dèmocratie sous Kabila ,maintenant on a l'impression d'un peuple qui...

Non 4
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Musa | G14FZFF - posté le 25.01.2020 à 23:23

Felix Trichekedi le Pays est occupe' par les Rwandais et ils ne vont pas te laisser TRAVAILLE' Libre. Le plan de Joseph Kabila ce de mettre des barrieres pour que tu echoue. Tu as echoue' avec ton BILAN d'une annee' a cause de la COALLITION que tu as fait le "DEAL". Felix Trichekedi le seule moyen si tu veux reussir il faut te debarrasser avec la FCC donc retirer ta signature et de les pousuivres tous a la JUSTICE pour tous les CRIMES qu'ils ont commit. A bon attendeur SALUT. Les Rwandais sont la pour te destabiler et si leurs presence est la, dans ce gouvernement, ils vont toujours te coincer contre MUR pour ton echec et tu payera tres chere au Peuple Congolais. Puisque tu as VENDU le...

Non 3
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Modeste Bahati reçoit les délégations du MLC, PALU, G26 et de l’AR

Politique ..,

Augustin Kabuya : "Il n’y a jamais eu une alternance pacifique en RDC"

Politique ..,

La plateforme politico-électorale « Alternance pour la République » réaffirme son...

Politique ..,

Lualaba: Inauguration le 30 juin à Kolwezi du tunnel baptisé “pont de l’alternance”

Provinces ..,