mediacongo.net - Actualités - Coronavirus : Doit-on rejeter sur Felix Tshisekedi l'incurie de 60 ans au niveau sanitaire ?



Retour Société

Coronavirus : Doit-on rejeter sur Felix Tshisekedi l'incurie de 60 ans au niveau sanitaire ?

Coronavirus : Doit-on rejeter sur Felix Tshisekedi l'incurie de 60 ans au niveau sanitaire ? 2020-03-31
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/03-mars/01-08/felix-tshisekedi.jpeg -

Le moment venu, et à l’instar de tous ses homologues dans le monde, il va devoir tirer toutes les conséquences de la gestion en cours de la pandémie. C’est en cela que se reconnaît un homme ou une femme d’Etat ! Né en 1963, devenu Président de la République en 2019 après avoir accédé à la tête de l’Udps en 2018 – parti fondé en 1982 et qui n’est arrivé  aux affaires d’Etat que 37 ans après, c’est-à-dire,  en 2019 – Félix Tshisekedi et sa formation politique sont carrément rendus responsables des difficultés auxquelles le Congo fait actuellement face pour affronter le Coronavirus ! Et, pourtant, il est de notoriété publique qu’il n’a dirigé pleinement l’Udps que du 30 mars 2018 au 23 janvier 2019, soit 11 mois à peine, avant de devenir Chef d’Etat. Et la fonction de Chef d’Etat, il ne l’assume que depuis 14 mois, soit 24 janvier 2019 à ce jour.

S’il a un bilan à assumer, c’est bien celui du pouvoir exercé du 24 janvier 2019 à  ce jour. Cela  relève de la logique élémentaire. Seulement voilà : l’article 69 de la Constitution l’oblige d’assurer la continuité de l’État, c’est-à-dire de prendre sur lui l’actif et le passif de ses prédécesseurs. Raison ample de se solidariser autour de lui pour combattre l’ennemi commun froid : le Coronavirus, au lieu de le combattre, lui, comme on est en train de le faire.

Puisse cette maladie, aussi  terrifiante soit-elle, ne pas nous terroriser au point de nous chosifier…

CULTURE DE RESPONSABILISATION ET D’AUTO-SANCTIFICATION

Figurons-nous que la pandémie actuelle soit survenue sous Joseph Kabila ou Emmanuel Ramazani Shadary, sinon sous Martin Fayulu, Jean-Pierre Bemba ou Moïse Katumbi à la magistrature suprême, et cela dans un régime de coalition, de cohabitation ou non ! Comment aurait-elle été gérée, maintenant que tout le monde constate des faiblesses dans le système médical face à des fléaux comme Ebola, Sida, Rougeole, Choléra etc. ?

Dans la culture de-responsabilisation que nous entretenons pour n’accuser que l’autre, un premier groupe pointerait le doigt accusateur sur Joseph Kabila pour ses 18 ans du pouvoir partagé dont 2 sous administrations territoriales différentes, 4 sous le 1+4 et 12 avec l’Opposition parlementaire issue des urnes.

Et, par ricochet, sur Emmanuel Ramazani Shadary, sans oublier Laurent-Désiré Kabila ! D’ailleurs, sur la toile, même les “gardiens du temple” le rappellent avec délectation. En toute logique, la liste s’étendrait aussi à Jean-Pierre Bemba (1+4), à Moïse Katumbi (Pprd-Amp-Pprd) et à Adolphe Muzito (Palu-Mp et Amp) pour ne citer que les présidentiables de 2018.

Un deuxième groupe indexerait Mobutu pour ses 32 ans de pouvoir dont 25 quasiment sans partage (1965-1990) et 7 en partage (1990-1997) ! Là, ce serait le procès de la majorité de la classe politique et de la société civile actuelles constituées, l’une et l’autre, des “jeunes” endoctrinés au fameux slogan “Tata boh ? Moko”. “Mama boh ? Moko”. ” Mokonzi boh ? Moko” et “Ekolo boh ? Moko”.

Parmi les présidentiables en vie : Jean-Pierre Bemba, Vital Kamerhe et Martin Fayulu, particulièrement entre 1990 et 1997, sous une transition conflictuelle qui se révéla politiquement, économiquement et socialement éprouvante.

Un troisième groupe renverrait tout le monde à Joseph Kasa-Vubu avec ses 5 ans agités. Et, avec lui, les pères de l’Indépendance, les pères des sécessions, les pères des rébellions, les pères des républiquettes…

POLITISATION DE TOUT, VOIRE DE RIEN

S’agissant de la Santé, une page d’histoire mérite d’être rouverte par les ” gardiens du temple” devenus amnésiques. Voici ce qu’en dit personnellement Mobutu dans son discours du 24 avril 1990 : “Ainsi, au plan social, on pourrait retenir notamment la dégradation des infrastructures sociales : Hôpitaux, écoles, universités, édifices publics.

A cela, il faut ajouter : la vétusté des formations médicales, la carence en équipements et en médicaments, l’insuffisance du personnel médical”. On connaît les effets des “pillages” politiques, économiques et sociaux perpétrés pendant cette transition.

Posons-nous alors cette question lancinante : en 60 ans d’indépendance, quelle est la période au cours de laquelle le pays a vécu une paix relative avec des moyens d’État plus ou moins conséquents, en dehors justement des premières 25 années du régime Mobutu, entre 1965 et 1990, malgré les 2 guerres de Shaba I et II en 1977 et 1978 ?

L’Histoire renseigne que les 5 ans de Kasa-Vubu (1960-1965), les 7 dernières années de Mobutu (1990-1997), les 4 ans de Laurent-Désiré Kabila (1997-2001) et les fameux 18 ans de Joseph Kabila (2001-2018) n’ont pas été des périodes favorables à la reconstruction ou à la construction du pays. A la base, on s’en doute, la politisation de tout, voire de rien, simplement – comme relevé dans une chronique récente – pour se donner une visibilité dans l’espace politique et médiatique.

QUI DEVRA PORTER LA CROIX ” CORONAVIRUS ” ?

Au Pouvoir ou à l’Opposition, tous les acteurs politiques (institutionnels comme non institutionnels), tous les activistes sociaux (patronat, syndicat, église, ONG des droits de l’homme, mouvements pro-démocratie, médias etc.) ont péché, pour paraphraser l’apôtre Paul en Romains 3:23, et tous sont privés de la gloire de Dieu. Le scandale du 27 mars 2020 avec le surenchérissement des prix pratiqué et les incitations à la révolte populaire la veille du confinement décrété pour la ville de Kinshasa en est l’illustration. Résultat : au cours de ces 60 ans (bientôt) d’indépendance, nous nous sommes servis des concepts nobles comme Etat de droit, Démocratie et Droits de l’homme pour soit conserver, soit conquérir le Pouvoir. Construction a alterné avec destruction, montée avec descente.

Dans cet exercice de de-responsabilisation collective visant l’auto-sanctification fort prisée de nos leaders politiques et sociaux, qui acceptera de porter aujourd’hui la croix “Coronavirus” puisqu’il faut bien que quelqu’un le fasse ? Et tomber une fois, deux fois ou trois fois, mais en ayant le courage de se relever, comme le fit le Christ, en route pour Golgotha ?

Hélas !  Seul,  le compatriote à qui la Constitution reconnaît la prérogative d’assurer la continuité de l’Etat. Selon l’alinéa 3 de l’article 69, “Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics et des institutions ainsi que la CONTINUITÉ DE L’ETAT”. Ce compatriote, pour l’instant, a pour nom : Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

UNE REFLEXION POUR LES 60 ANS D’INDEPENDANCE

De ce fait, Fatshi est quasiment condamné à encaisser des coups, même ceux qui lui sont assénés par lâcheté. Au cours de leurs mandats respectifs, Kasa-Vubu, Mobutu, L-D. Kabila et J. Kabila ont dû encaisser les mêmes coups. Ses successeurs n’y échapperont pas.

Dans l’exercice de la fonction présidentielle, l’expression à ne jamais lâcher est : ” C’est la faute à mon prédécesseur “. Elle est contre-productive. Un chef assume l’actif et le passif. Une chose est au moins vraie : dans la gestion des épidémies ou des pandémies, aucun gouvernement au monde n’a la maîtrise totale de tous les enjeux.

Autrement, les pays occidentaux les plus puissants et qui font partie du G8 et du G20 ne vivraient pas la calamité en cours. Une chose est également vraie : en 60 ans d’indépendance, le Congo-Kinshasa fait face à plusieurs épidémies devenues pandémiques.

C’est au fur et à mesure de l’évolution de la maladie que la gestion s’adapte et améliore. Le Coronavirus ne fait pas exception. Une chose est davantage vraie : au terme de chaque épidémie ou de chaque pandémie, il y a toujours un changement dans la gouvernance institutionnelle.

Il est évident que  le moment venu, le Coronavirus revendiquera de tous les gouvernements du monde son prix. Jouissant de la plénitude de son mandat, le Président Félix Tshisekedi devra tirer toutes les conséquences de la gestion de la pandémie.

Comme par prophétie, dans son message de Nouvel An, Félix Tshisekedi a préconisé une réflexion exhaustive sur les 60 ans d’Indépendance. Le Coronavirus lui en donne l’occasion !

Quoi qu’on en dise, l’Imperium n’est pas bloqué par la pandémie quelque part dans le monde. Il est au Palais de la Nation.

L’humanité entière sait qui, depuis le 24 janvier 2019, en est l’occupant  et ce,  jusqu’au 24 janvier 2024.


La Prospérité / MCP, via mediacongo.net
4533 suivent la conversation
18 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Mampuya | GFNVXBG - posté le 01.04.2020 à 15:16

(suite). Donc ceux qui critiquent les régimes passés doivent se poser la question ;demain quelle orientation économique du pays, Chinoise ou libéral occidental.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | GFNVXBG - posté le 01.04.2020 à 15:15

Les dirigeants actuels d'Europe se battent pour résoudre les problèmes. Trump est contre Obama care, mais il obbliger de se battre pour sauver les vies,apporter les soins. Tshisekedi doit répondre, des ses actes. La politqie sanitaire d'un pays réflette l'orientation politique d'un pays. Au Congo si notre orientation est, ou était libéral, alors les gouvernements laissent la géstion de la santé aux privés. En Europe, par exemple il y'avait fermetures des hopitaux et services, pour laisser la place aux hopitaux privés. N.B. La santé est le secteur le plus couteux pour tout état. Ainsi l'Europe s'est trouvé en grave difficulté. Heureusement, l'Europe a des moyens. Donc ceux...

Non 1
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
la perspicacité | 5LBBWWK - posté le 01.04.2020 à 11:36

quand FATSHI organize les finerailles de son pere avec des millions$ en quoi c'est la faute de ses predecesseurs!? quand ils voyageaient et ramenant le covid19 au pays en quoi c'est la faute de ses predecesseurs? quand ils detournaient dans le projets de100 jours = 497 millions de dollars dilapidés ds les COOPE et rétrocomissions en quoi c'est la faute de ses predecesseurs?quand le nepotisme regnent dans les cabinets en quoi c'est la faute de ses predecesseurs?

Non 3
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Diakanda | VPVMCDX - posté le 01.04.2020 à 06:13

On ne rejette pas tout sur sa tête mais chez plus d'incompetance et d'amaterisme au sommet de l'etat.

Non 3
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Hama | AXLM1XA - posté le 01.04.2020 à 00:32

Cet article a-t-il été commandité par l'Udps? Si tel n'est pas le cas, le rédacteur est tout simplement un flatteur. Les prédécesseurs de Fatshi ont des bilans négatifs certes, mais ils ont aussi des réalisations positives. Aujourd'hui, c'est qui est a la tête de l’État et il doit poser des actes d’amélioration. Il n'a pas d'excuse pour cela. Kagame avait hérité d'un pays pauvre et il en a fait le fleuron de l'Afrique et du monde. La Prospérité, tu es largement a cote avec cet élan qui se dissimule mal.

Non 12
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
anaonyme | 92D3XD4 - posté le 01.04.2020 à 00:27

1/Programme foireux de 100 jours = 497 millions de dollars dilapidés ds les COOPE et rétrocomissions 2/Lutte contre COVID19: 1.9 millions de dollars C est la faute à Kasavubu,Mobutu,LD Kabila,Joseph Kabila ?

Non 5
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
In God We Trust | DXQNBPE - posté le 01.04.2020 à 00:18

Nice post, @Salima. However, I wished you had left out the last sentence...

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Salima | TTYVYQL - posté le 01.04.2020 à 00:11

Le relais des jamaïcains positionne Usain Bolt comme l'homme à qui l'on passe le bâton en dernier ressort pour ravir le trophée. Usain Bolt ne se dérobe point de la lourdeur de ses responsabilités quoi qu'il en soit. Il ne vient jamais avec des 'tel qui n'a pas passé le bâton à temps', non, il corrige des fausses notes de tous les autres sur la chaîne et carbure à tombeau ouvert...et traverse, victorieux soi-même, ses coéquipiers et leur nation, la ligne d'arrivée. Fatshi portera seule la responsabilité de ce que vit et vivra le pays comme chaos sanitaire. Personne ne l'a mis là ; il s'y est mis frauduleusement et donc doit en assumer la responsabilité.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Salima | TTYVYQL - posté le 01.04.2020 à 00:07

Le relais des jamaïcains positionne Usain Bolt comme l'homme à qui l'on passe le bâton en dernier ressort pour ravir le trophée. Usain Bolt ne se dérobe point de la lourdeur de ses responsabilités quoi qu'il en soit. Il ne vient jamais avec des 'tel qui n'a pas passé le bâton à temps', non, il corrige des fausses notes de tous les autres sur la chaîne et carbure à tombeau ouvert...et crosse, victorieux soi-même, ses coéquipiers et leur nation, la ligne d'arrivée. Fatshi portera seule la responsabilité de ce que vit et vivra le pays comme chaos sanitaire.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 31.03.2020 à 23:55

Tsisekedi gère male la politique impréparation palpable visible incapable de gérer son UDPS, comment il peut gérer une matière si compliquée comme la pandémie. Un discours à l'ONU, pas à l'UNESCO nous en dit suffisamment sur l'incompétence des conseillers et de lui lui-même. Kabila était l'homme juste à un certain moment du Congo, l'embryon de la démocratie mais Tshilombo brille par ses insuffisances à l'instant.

Non 1
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 31.03.2020 à 23:46

(Suite) le sale boulot a la place de Tsisekedi père quelqu'un devait le faire, après les désastres du Mobutisme. Kabila comme notre domestique a fait son boulot alors ne nous embêter pas avec le 18 ans de Kabila, parceque nous n'avons jamais pris conscience de l'offre de Mobutu a Tsisekedi et au peuple congolais, devant le désastre gestionnaire du MPR

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 31.03.2020 à 23:36

Oui parceque son parti, son père UDPS avaient refusé l'offre de Mobutu à la démocratisation du pays, malgré que Mobutu avait neutralisé leur MPR. Son fils aujourd'hui en moins des 2 années au pouvoir a créé beaucoup des problèmes que les générations futures doivent payer. Qui connaît l'économie peut me comprendre.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Chris | QNR21GH - posté le 31.03.2020 à 23:29

On ne peut dedouaner nos politiciens, la Palestine n'a jamais eu de paix, le Pakistan et j'en passe ont un systeme de sante mieux que le notre. Alors qu'il y avait des guerres Kabila a construit Kingakati, Matata une universite,Katumbi un stade, il va sans dire que c'etait possible de construire des hopitaux aussi. Reconnaissons que cela n'a jamais ete le souci de nos dirigeants car eux vont en Europe ou Afrique du Sud pour les soins. Les politiciens de la RDC habitues a voir les pauvres mourir de cholera, malaria ou rougeole, ont ete surpris par corona. Ils ne peuvent pas quitter le pays car chaque pays a ses problemes actuellement. Ce sont desormais les nantis qui l'ont importe au...

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Makelele | CQWHWYY - posté le 31.03.2020 à 22:53

Voila un journaliste qui sait donner des articles à réflexion en ces moments de dures épreuves de la covid-19. Je lui donne raison sur toutes ses lignes. Les pouvoirs comme les oppositions et des organisations citoyennes, tous, ont contribués à détruire notre pays d'une manière ou d'une autre. Regardez ce qui se passe aujourd'hui dans notre pays tout est politisé. Même la lutte contre la pandémie de coronavirus est politisée. Il y a des politiciens qui veulent en profiter pour prendre le pouvoir ou pour nuire au pouvoir en place. NOUS SOMMES UN PEUPLE QUI NE SAIT UNE NATION C'EST QUOI. Nous devrions être colonisés encore plus longtemps avant de pouvoir nous diriger nous mêmes.

Non 2
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Ananie | PXV9MLR - posté le 31.03.2020 à 22:53

La gestion de la pandemie, c'est aussi et surtout aujourd'hui. Le courage de fermer les frontieres en temps reel n'a rien a faire avec ses predecesseurs. Les tatonnements dans la gestion de la crise, voilà notre souvi. Apres, c'est claire que les infrastructures donneraient plus de confiance au peuple, mais l'italie et l'espagne en ont, mais paient cash la mauvaise gestion de la crise. A titre d'exemple, ns sommes le rare pays avec autant de cas sans confinement ni couvre feu. Est-ce la faute a kabila ou a Mobutu?

Non 2
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
BIBI | GR3UJ9N - posté le 31.03.2020 à 22:39

Pour que notre pays sorte de la misère, de la souffrance, il faut un autre type d'homme.Enfin que dire de plus en ce moment particulier, douloureux si non que DIEU bénisse ceux qui sont victimes du virus afin qu'il recouvre la force et pour les familles endeuilles, je prends part à votre deuil.

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
BIBI | GR3UJ9N - posté le 31.03.2020 à 22:31

Non toutes les pitreries ne doivent pas être portées par FATSHI.Son tort,à mon avis,il n'a pas montré jusqu'à présent les vrais signes de changement de cap.Ils emboitent même les pas de ses prédécesseurs.Ainsi ce que nous déplorons hier se réalise aujourd'hui et il en sera malheureusement ainsi demain. Et comme d'habitude on va s'en remettre à dame la providence. A tant que acteurs pour sortir ce pays de la misère, on existe pas? on a déjà été chosifié et ce,depuis belle lurette,par notamment MOBUTU

Non 2
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
BIBI | GR3UJ9N - posté le 31.03.2020 à 22:02

Non on ne peut pas rejeter toute la

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR
AUTOUR DU SUJET

Remède contre le Covid-19 : "Nous avons déjà le produit", affirme le Dr Jérôme Munyangi

Science & env. ..,

Bulletin épidémiologique du covid-19 : 173 nouveaux cas confirmés, dont 153 à Kinshasa et 12...

Santé ..,

Bukavu : le confinement face à la réalité socio-économique

Provinces ..,

COVID-19 : Antonio Guterres appelle à utiliser davantage d'outils pour "aider le monde à se...

Monde ..,