mediacongo.net - Actualités - Programme 100 jours, qui doit être tenu responsable de l’échec et en répondre devant la justice ? (GEC)



Retour Politique

Programme 100 jours, qui doit être tenu responsable de l’échec et en répondre devant la justice ? (GEC)

Programme 100 jours, qui doit être tenu responsable de l’échec et en répondre devant la justice ? (GEC) 2020-05-13
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/05-mai/11-17/fatshi_100_jours_20_02145.png -

La démarche du cabinet du président de la République dans l’élaboration et la conduite du « programme d’urgence » pose également un sérieux problème de redevabilité et de responsabilité. Qui doit être tenu politiquement responsable de l’échec de ce « programme d’urgence » initié par Félix Tshisekedi ? Et qui doit en répondre devant la justice ? 

Ces deux questions distinctes nécessitent des réponses nuancées, même si l’opinion semble avoir trouvé son coupable désigné : Vital Kamerhe. D’autant que, les faiblesses systémiques dont a hérité Félix Tshisekedi et son directeur de cabinet ne peuvent pas leur être entièrement attribuées. Elles ont caractérisé les régimes précédents. 

Dans un rapport de 2015 sur la gestion des dépenses publiques, la Banque mondiale se plaignait déjà de l’existence des « réseaux parallèles et des structures publiques fonctionnant hors budget ». « Les considérations politiques conduisent à des situations où l’allocation des crédits contourne les instructions relatives à l’exécution de la loi des finances », relevait l’institution financière internationale. 

Depuis, des entretiens réalisés avec des responsables du FMI et de la Banque mondiale confirment que ces pratiques perdurent avec le nouveau gouvernement, malgré les promesses du nouveau chef de l’État de lutter contre la corruption et la dilapidation des ressources de l’État. 

Le contexte politique difficile des premiers mois explique en partie le recours à des structures parallèles pour conduire le « programme d’urgence ». Mais cette mégestion est devenue un obstacle majeur dans la construction et la réhabilitation des infrastructures de base.

Ainsi, Félix Tshisekedi et son allié Vital Kamerhe n’auront pas réussi à tenir leur premier pari de construire et de réhabiliter de manière urgente quelques infrastructures de base à travers le pays. 

La faute à plusieurs facteurs : absence de planification, opacité dans la gestion des dépenses publiques, climat politique de méfiance, mais surtout détournements des fonds alloués à ces travaux. C’est ce dernier élément qui justifie l’interrogation sur la responsabilité des uns et des autres devant la justice. 

Le directeur de cabinet du chef de l’État serait-il le seul à répondre de cette situation ? Dans sa défense pour les deux affaires portées devant le tribunal de grande instance de La Gombe, Vital Kamerhe, lui, renvoie la responsabilité première aux ministres sectoriels : il n’aurait signé ni le contrat avec Trade Plus, ni celui avec Samibo et n’aurait agi que suivant le principe de continuité de l’État. 

Ce que contestent les différents ministres, rappelant qu’ils n’avaient été associés à la procédure de sélection et n’avaient agi que pour formaliser les décisions prises à un niveau supérieur. Cette justification pourrait s’avérer insuffisante pour les dédouaner. L’Odep insiste sur la responsabilité des ministres des Finances et du Budget qui sont « deux intervenants majeurs dans la chaîne de la dépense publique de l’époque ». 

Le Parlement aurait-il pu, par un contrôle effectif de l’exécutif, prévenir les dérives décriées aujourd’hui ?

Dans son discours de remerciement à ses collègues députés lors de l’élection du bureau, Jeanine Mabunda avait inscrit le contrôle parlementaire parmi ses quatres priorités, et promettait de mettre « un accent particulier sur la bonne gouvernance économique et politique ». Aucune initiative sérieuse n’a cependant été entreprise. 

Dans une lettre datée du 2 mai 2020, le député de l’opposition, Jean-Baptiste Muhindo Kasekwa accuse la présidente de l’Assemblée nationale d’ignorer volontairement des questions orales déposées par les élus et d’« empêch[er] de facto un contrôle parlementaire suivi par toute l’opinion nationale ». 

Il y a enfin lieu de s’interroger sur la responsabilité du chef de l’État dans la gestion de son « programme d’urgence ».

À son arrivée au pouvoir, Félix Tshisekedi et son camp politique ne semblent pas peser lourds, en terme de rapports de force, face à la coalition de son prédécesseur, Joseph Kabila, qui domine toutes les autres institutions. 

Au lendemain de l’investiture, dans un communiqué daté du 25 janvier 2019, son directeur de cabinet, Vital Kamerhe, soumettait alors tous les « engagements et liquidations des dépenses publiques » à une autorisation préalable du président de la République jusqu’à la mise en place du nouveau gouvernement, en septembre 2019. Et malgré les équilibres politiques, aucun contre-pouvoir n’a semblé jouer son rôle.


Zoom-Eco / MCP, via mediacongo.net
8366 suivent la conversation
19 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

anaonyme | 92D3XD4 - posté le 13.05.2020 à 23:28

@GOLF AUTRE DEFENSEUR aveuglé de TSHLOMBO SUITE .. SI TSHILOMBO est ainsi INCAPABLE de contrôler, recadrer et remettre au pas un proche collaborateur dont en plus, le bureau est à slment_8 mètres du sien,comment TSHILOMBO peut il maitriser et gérer un pays de 85 MILLIONS DE CONGOLAIS et d’une superficie de 2 MILLIONS 345 MILLES KILOMETRES CARRES( RECTIFICATIF :moins Muliro,Kalubamba et shortly,PWETO )

Non 1
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
anaonyme | 92D3XD4 - posté le 13.05.2020 à 23:25

@GOLF AUTRE DEFENSEUR aveuglé de TSHILOMBO , comme tous vos affidés, ,en croyant le défendre, au contraire vous enfoncez TSHILOMBO dont vous dévoilez le VRAI PROFIL comme dépassé, manipulé,déphasé, floué, déboussolé,abusé et INCAPALE de constater que KAMERHE « s'écarte de l'instruction de la continuité de l'état » ET QUE « Sans aucune ordonnance le nommant ordonnateur de la république, il retire la signature au gouvernement « " Il se choisit des superviseurs dudit programme écartanttous les conseiller » etc... SI TSHILOMBO est ainsi INCAPABLE de contrôler, recadrer et remettre au pas un proche collaborateur dont en plus, le bureau est à slment_8...

Non 2
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | GFNVXBG - posté le 13.05.2020 à 23:11

Mampuya | T6L7OKA - posté le 13.05.2020 à 22:51 L'affaire Lula,ancien Président du Brésil accusé de corruption,comme preuve un appartement, jamais habitait ou dormi.Un cadeau à son insu. La Roussef président en charge comme complice. Comment la droite avait exploité une petite affaire pour prendre le pouvoir par Bolsonaro. Ainsi attention, lutte contre la corruption, peut être aussi une volonté de prise de pouvoir au risque de la paix sociale. La lutte à la corruption est une affaire sérieuse, un long processus que poursuit tout pays. Parceque à la fin c'est un problème individuel. Un voleur reste un voleur dès sa naissance.Traitons l'affaire Kamerehe avec des gants de...

Non 0
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 13.05.2020 à 22:51

L'affaire Lula, accusé des corruptions,comme preuve un appartement, ni habitait ou dormi. La Roussef président en charge comme complice. Comment la droite avait exploité une petite affaire pour prendre le pouvoir par Bolsonaro. Ainsi attention, lutte contre la corruption, peut être une volonté de prise de pouvoir au risque de la paix sociale. La lutte à la corruption est une affaire sérieuse, un long processus que poursuit tout Est. Parceque à la fin c'est un problème individuel. Un voleur reste un voleur dès sa naissance. Prenons leçon du Brésil.

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 13.05.2020 à 21:55

(Suite) des nouveaux acteurs, tous des detourneurs et des incompétents. Un bon capitaine est celui qui tient la barre droit contre vent et marais.

Non 1
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 13.05.2020 à 21:52

Combien de temps prend la construction d'un saut de mouton ? Qui peut construire autant des maisons en 3 mois. Les entrepreneurs étaient ils d'accord avec ce délai, ou accepter la mission suicide pour l'argent. Bien sûr l'argent a tourné, mais pour seulement corrompre ? Le Président Tshilombo est est-il l'homme capable de résister aux pressions des ses Talibans et occidentaux ? 100 jours sont 100jours pour un congolais pas pour un ingénieur ou commerçants. Notre peur que à la fin ça sera une histoire politique, de jalousie entre les intéressés. Puisque ça serait un désastre totale pour le peuple congolais voir toute une nouvelle équipe des nouveaux politiciens formés...

Non 1
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
SHAKA | 2ZKD172 - posté le 13.05.2020 à 21:03

GOLF: la question que nous autres congolais on ses pose maintenant et de savoir pourquoi les saut de moutons pas si urgent avait été décidé a la hâte a la présidence sans gouvernement,sans parlement,aucune étude de marché n'as été faite,aucun appel d'offre,pas d'évaluation de faisabilité et d’impacts écologique et économiques de ces ouvrages,pas l'évaluation du coût financier alors tout ces imperfections ce seul Kamerhe responsable ? qui devait contrôler l’exécution des travaux ,qui signé la sortie des fonds et sur la base de quels documents attestant la progression des travaux ,on est pas quand mêmes vos moutons il faut la vérité sur les complices de kamerhe

Non 0
Oui 11
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
avatar
GERTRUDE TSHEZA | PCK5MGU - posté le 13.05.2020 à 20:34

Lorsque vous trichez, vous accédez au pouvoir sans avoir été élu, à quel résultat vous voulez vous attendre?

Non 3
Oui 11
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Golf | 7PBHH8Y - posté le 13.05.2020 à 20:25

Le président de la république dans ses prérogatives d'assurer la continuité de l'état a initié le programme de 100 jours sur base des projets du programme du gouvernement sortant en y insérant certains projets sociaux à impact visible. Malheureusement, c'est son cabinet par la félonie de VK qui s'écarte de l'instruction de la continuité de l'état. Sans aucune ordonnance le nommant ordonnateur de la république, VK réitère l'exploit de LUMANU et retire la signature au gouvernement qui assure pourtant les affaires courantes. Il se choisit des superviseurs dudit programme parmi les conseillers à la présidence et les ministres démissionnaires en écartant tous les conseils...

Non 7
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme | 75G49PC - posté le 13.05.2020 à 19:55

Cilombo c un escroc un tira

Non 3
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 13.05.2020 à 19:40

Pour nous le plus grand scandale sont les voyages de Tshilombo, qui est l'indicateur du début des dépenses. Dans le programme des 100jours, il y'a plus des dons des remerciements que l'intention de corruption. Cda quand nous recevons un service même dû, nous voulons tjrs.remercier en cadeau. Il est possible que Kamarehe ait reçu plus en argent,ou bien matériels que organisateur des détournements. Si le libanais va démontrer qu'il a respecté le contrat ,il était libre de remercier Kamarehe à sa manière.

Non 1
Oui 9
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme | 75G49PC - posté le 13.05.2020 à 19:30

Botika jkk azongela kitu naye ! Nous avons pas besoin d'un président ...[CETTE PARTIE DU COMMENTAIRE A ETE SUPPRIMEE POUR CAUSE D'INSULTES ET MANQUE DE CIVILITE ]...

Non 5
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Le sage | SD3Y66Q - posté le 13.05.2020 à 19:29

Trichekedi et Kamerhe sont les 2 coupables.

Non 2
Oui 10
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
JUSTICIER | 4TZW14P - posté le 13.05.2020 à 19:21

PARLEMENTAIRES ET SENATEURS OU ETES VOUS :???? Dans le territoire de Moba en RDC, le village de Kalubamba et une partie de Muliro sont actuellement occupés par les soldats zambiens.Après l’attaque de l’armée Zambienne le 13 mars sur trois autres villages congolais, les militaires de la force navale congolaise s’étaient repliés vers Muliro centre:LES ZAMBIENS CAMPENT AUX ABORDS DE PWETO AVANT L ASSAUT/ AH MARECHAL MOBUTU !!AH GENERAL MAHELE:!!!!

Non 0
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 13.05.2020 à 19:16

Aucun pays est esclave des recommandations de FMI ou BM. Les responsabilités sont du Président de la république et son staff des courtisans. Après la destruction de l'économie par la zairinisation, ou nationalisation suivie de la politique de grandeur de Mobutu. Aucun homme politique ou économiste sérieux, pouvait mettre sur pied un programme ambitieux de 100jours.

Non 1
Oui 9
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
anonyme | OORNWVN - posté le 13.05.2020 à 19:14

Bon! C'est ta contribution à la réfléxion. Pour l'instant, laissons que nous vivions pour la prémière fois dans ce pays que ceux qui n'ont pas le sens de la responsabilité des biens publiques sont défférés devant la justice. Les Kulunas en cravattes qui ont eu à échapper au PROF. LUZOLO qui criait comme un fou: les détournements sont chiffrés en terme de milliards. Mon souhait que ceci s'élargisse aux régies financières et toute l'Administration. Ce qui est vrai M. Le Président a fait confiance aux fils de ce pays qui l'ont deçu. Qu'il fasse sous traité les travaux comme JKK avec le Contrat Sino Makayabu!!!!! Tomilebi biso moko! Moninga apesi yo confiance, ata bongo ya...

Non 5
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?

CE COMMENTAIRE A ETE SUPPRIME (PUB)

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
microKa | 6UEOR41 - posté le 13.05.2020 à 19:05

C'est compliqué

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
MBOLO ANCIEN BULUKUTU | BLMR66L - posté le 13.05.2020 à 17:41

Quand on analyse froidement et sans fanatisme cette situation au sommet de l'Etat, deux hypothèses sortent do lot: 1. Soit, le président de la République serait aussi impliqué, 2. S'il est prouvé qu'il ne l'est pas, alors, il y a un dysfonctionnement sérieux à la présidence qui expose le pays à des risques et conséquences terribles.

Non 1
Oui 24
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Conférence des donateurs de l’UA : Félix Tshisekedi annoncé à Malabo
AUTOUR DU SUJET

Procès des 100 jours : Pourquoi s’agite-t-on autour d'Hamida Shatur ?

Société ..,

Procès 100 jours : une réunion à la cité de l’Union Africaine entre des personnes appelées...

Société ..,

Me Gabin Lulendo : "Il y a de gros mensonges dans le procès de Vital Kamerhe"

Politique ..,

Demande de mise en liberté provisoire refusée, Vital Kamerhe reste en détention préventive

Société ..,