mediacongo.net - Actualités - Christophe Lutundula : " le FCC ouvre tôt la course au pouvoir "



Retour Politique

Christophe Lutundula : " le FCC ouvre tôt la course au pouvoir "

Christophe Lutundula : " le FCC ouvre tôt la course au pouvoir " 2020-08-02
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/08-aout/01-02/lutundula_apala_ceni_20_02145.jpg -

Le Front commun pour le Congo (FCC), plateforme de Joseph Kabila, "ouvre tôt la course au pouvoir", c'est le constat fait par le député de l'Opposition, Christophe Lutundula, membre d'Ensemble pour le changement de Moïse Katumbi.

Invite du magazine face à face sur top congo fm, il analyse ainsi la situation : "on voit qu'il y a une partie de la Coalition (au pouvoir), une des composantes importantes, le FCC, qui n'est plus intéressée, en réalité, à la gestion, la gouvernance. Ils projettent les élections, ils disent si ça gagnent dans la gouvernance, ce n'est pas moi, c'est le président Tshisekedi".

Conséquence, "le pays est en train de déraper", se désole Christophe Lutundula.

Et cet état de choses ne semble pas profiter à l'Opposition. "l'effort pour proposer des offres politiques alternatives est moindre. On compte sur le tribalisme, le chantage politique et sur un espace qu'on peut avoir à la Commission électorale nationale indépendante".

Pourtant, membre de l'Opposition, il tranche net : "c'est gravissime. Nous ne pouvons pas continuer avec ça".

Tout ceci s'explique par le fait que "la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a été dévoyée, détournée de sa mission originelle, (de sa) philosophie du départ", regrette le député Lutundula, auteur d'une proposition de loi sur la réforme de la centrale électorale congolaise

Du coup, pointe-t-i, "la CENI est devenue le champ de bataille pour la conquête et la conservation du pouvoir, de sorte que ceux qui sont au pouvoir ou les opposants, ou même les candidats indépendants, considèrent, hélas, qu'avoir une main mise sur la CENI, la privatiser pour ses intérêts, c'est la victoire assurée".

Exclure les politiques de la gestion de la CENI

"Il faut revoir la conception, surtout les paramètres de base, les fondamentaux ", préconise Christophe Lutundula.

"Il faut revenir à la conception originelle qui veut que toute personne ayant appartenu à une organisation politique à quelque titre que ce soit, ou même à une organisation de la Société civile mais affiliée à un parti politique ou militant dans le cadre d'un parti politique, toute personne qui a été colleur d'affiches ou lanceur de voix d'une organisation politique au cours de 5 dernières années, est exclue", d'après Christophe Lutundula, député national et auteur d'une proposition de loi sur la réforme de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Il ajoute que pour les membres de l'administration électorale : "c'est le critère fondamental, mis à part d'autres critères dont le casier judiciaire etc.".

Il y a un autre élément important pour les membres de la CENI, note-t-il.

"La représentation à la CENI, ne peut pas être inégalitaire. (Et pour cause), la CENI est une institution technique et indépendante, ce qui suppose l'impartialité et la neutralité".

De ce fait, "quand vous mettez, comme maintenant, 4 membres de l'Opposition, 6 du pouvoir et 3 de la Société civile, vous déséquilibrez le substratum, le fondement de l'indépendance, l'impartialité est battue en brèche", lance-t-il.

"On ne doit pas, à la CENI, appliquer une politique d'une majorité (d'un coté) et d'une Opposition (de l'autre). L'indépendance de la CENI ne peut se réaliser par le jeu de poids et contrepoids", insiste le député de l'Opposition qui prône "une représentation égalitaire des composantes politique (pouvoir, opposition) et société civile", en raison de 4 membres par groupe.

Seulement, propose-t-il, "les composantes ne devraient avoir pour rôle qu'aider à visionner dans l'espace sociétal congolais, les personnalités" qui remplissent les critères.

Cependant, "il n'y a pas de législation parfaite, on ne peut pas garantir en avance, (des élections parfaites). Les équations humaines continueront toujours à peser parce que ce sont les hommes qui donnent vie, mouvement et valeurs aux institutions", admet Christophe Lutundula.

"Ce que nous devrions viser, c'est perfectionner autant que possible le cadre institutionnel et légal pour éviter des ouvertures", lâche-t-il.


Top Congo / MCP, via mediacongo.net
4320 suivent la conversation
6 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Anonyme | J4TI6QP - posté le 13.08.2020 à 12:04

Ces satanistes de FCC sont déjà cuits avec le changement des juges fidèles et corrompus par KANAMBE HYPOLITTE à la cour constitutionnelle. Les Satanistes et sanguinaires de FCC connaissent leur sort avant 2023 La candidature de leur sénateur à vie sera déclassée par la cour constitutionnelle et par là ils vont apprendre à nager OH Maître nageur les FCC vont nager cette fois-ci

Non 1
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
SHAKA | 2ZKD172 - posté le 02.08.2020 à 19:18

Lutundula ne pas spéciale, pourquoi il n'as conseillés alors le cardinal Ambongo et l'abbée Tsholé de ne pas présenter un candidat a l'élection de la CENI ? l'élection a eu lieu suivant les règles en vigueur ce quand meme hypocrite une fois le candidat Lamuka et de la CENCO a échoué on remet tout en cause idem pour l'Udps ,si le candidat de la Cenco càd Lamuka avait remporter le vote il n'y aurait pas tout ces débats hypocrite autour de la CENI tout comme l'UDPS si le proche de FELIX avait remporter le vote jamais ils allés organisés des manifestations pour la CENI ,quelle démocratie fonctionne ainsi ? parce que on a échoués on remet tout le processus en cause pour...

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 02.08.2020 à 15:56

Au Congo il y'a toujours 2 voies, excès l'intellectualisme dans la politique ou c'est l'excès du du politicisme tacticismique dans la politique et le peuple, le temps n'ont pas d'espace. Ces peu qui travaillent pour le pays sont broyés par ces 2 forces néfaste

Non 5
Oui 15
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Le sage | SD3Y66Q - posté le 02.08.2020 à 15:21

Chaque fois qu'il ouvre sa bouche, il en jaillit de l'intelligence exceptionnelle ce Lutundula.

Non 12
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 02.08.2020 à 14:35

De la folie en gestation permanente. Tout le monde manifeste, et tous font des déclarations. A l'intérieur du pays et à l'Étranger contre le Kabila ou le FCC. Il suffit que un haut cadre du FCC FCC surtout depuis sa manifestation ou kermesse réussi voilà que tous les péchés d'Israël tombent sur sa tête. Depuis 2002 que le pays est en campagne électorale permanente. La réforme de la Ceni est un droit des citoyens à proposer le parlement est là, mais cela n'a rien avoir avoir avec les élections en 2023 a moins de trouver ou faire cette réforme de la Ceni, bien avant.

Non 6
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Okolela | V73Q7NS - posté le 02.08.2020 à 14:23

Christophe Lutundula : " le FCC ouvre tôt la course au pouvoir " - Vous oubliez que quoi qu'en coalition, la personne qui est a la tete du pays n'est pas du FCC. Une plateforme qui a envie de conquerir le pouvoir, devra commencee maintenant, pas demain.

Non 10
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa