mediacongo.net - Publireportage - Martin FAYULU : « J’exhorte les congolais à retourner au pays » 


Retour PUBLIREPORTAGE : Interviews

Martin FAYULU : « J’exhorte les congolais à retourner au pays »

Martin FAYULU : « J’exhorte les congolais à retourner au pays » 2006-01-18
Interviews
Monsieur Martin FAYULU a suscité notre intérêt par les activités économiques ( Fast Food, cybercafés, hôtel de luxe,…) qu'il a entreprises. Il est en effet l'un de rares congolais qui investissent (et s'investissent !) entièrement au Congo.

1. Pouvez-vous vous présenter succinctement ?

Je m'appelle Martin Fayulu, je suis né à Kinshasa le 21 Novembre 1956. J'ai étudié à Kinshasa jusqu'à la fin des études secondaires. J'ai poursuivi en France à Paris où j'ai obtenu une maîtrise en Sciences Economiques à l'Université de Paris XII, Crétail. J'ai complété avec un diplôme de 3ème Cycle de gestion de l'Institut Supérieur de Gestion, Paris, France. J'ai aussi un diplôme de Business Administration de la 'European University of San francisco " ( California, USA)
J'ai commencé ma carrière par un stage professionnel à la BCDC (ex-BCZ) avant d'entrer chez Mobil Oil Congo. J'ai occupé successivement les fonctions suivantes ; je fus Chef de service Audit Interne, ensuite responsable de Management Information System, puis responsable des deux fonctions combinées. A cela, on m'a ajouté la fonction de Credit Manager. Ensuite Directeur de Réseaux càd les stations Services. Après neuf ans passées au Congo, j'ai été envoyé au quartier général de Mobil Oil Corp. aux USA ( janvier 1994).

De là, j'ai été muté en France pour le compte de Mobil Oil Africa (avril 1994). En Août 1995, j'arrive en Côte d'Ivoire comme Directeur de planning et Approvisionnement pour Mobil Oil pour l'Afrique de l'Ouest ( j'étais en charge de 10 pays). En septembre 1996, je suis muté au Kenya pour acheter " Esso Kenya " pour le compte de Mobil Oil. Janvier 1997, je débarque au Nigeria comme Branch Manager pour le Nord du Nigeria jusqu'en Décembre 1998. En Janvier 1999, je suis Manager Bitume pour Mobil Oil Nigeria jusqu'en 2000. Je suis alors nommé Directeur Général de Mobil Oil Mali jusqu'en Octobre 2001.
De novembre 2001 à Septembre 2003, j'assume la Direction Général de Mobil Oil Ethiopie.

Je décide alors le retour au pays après 20 ans d'expérience passée à Mobil. Pour rester dans le domaine, j'ai pris en gestion libre 3 stations " Shell ", j'ai ouvert un cyber café " Businet ", avec 25 machines, service bureautique, " Kin- Bouffe " un restaurant fast food de qualité, " Faden House ", un hôtel de luxe, petit, en face du Grand Hôtel de Kinshasa.
Contrairement aux autres congolais, qui gagnent leur argent ici pour l'investir ailleurs, j'ai gagné de l'argent à l'Etranger pour venir le rendre ici au Congo.
Je suis président d'une ASBL non partisane qui se dénomme " Institut pour la Liberté et la Démocratie " qui s'occupe de promouvoir la Culture démocratique au Congo.


2. Aujourd'hui, vous construisez un hôtel en face du GHK (Grand Hôtel de Kinshasa, ex-Intercontinental)? Quel est votre ambition : concurrencer le GHK, récupérer les clients moins nantis, prendre l'excès de clientèle du GHK ?

Je ne veux pas concurrencer le GHK (Grand Hôtel de Kinshasa, ex-Intercontinental) qui est une grande chaîne intrnationale. Mon hôtel est un petit hôtel de 9 chambres. Conscient de l'insuffisance de capacité hôtelière à Kinshasa, j'ai voulu créer un espace convivial destiné aux hommes d'affaires.


3. Vous étiez dans la restauration, maintenant dans l'hôtellerie, n'avez-vous pas peur de vous disperser ?

La taille de mon business ne dérange pas. Il y a un gérant dans chaque business. Moi je fais la coordination.

4. Comment expliquez-vous qu'au moment où les congolais rêvent de s'exiler, vous avez le courage d'investir ?

Je suis conscient des problèmes du pays mais il n'y a que les fils et les filles de ce pays qui peuvent aider le pays. J'exhorte tout congolais à l'étranger qui a fait un peu d'épargne de rentrer investir. Il faut donner une valeur ajoutée au pays.

5. Parlez-nous un peu du restaurant Kin-Bouffe. Peut-on le comparer à un " Mac Donald " ou un " Quick " que l'on voit sous d'autres cieux ?

" Kin-Bouffe " ! En effet, il s'agit du même concept que " Quick " et " Mac Donald " mais en plus nous misons sur la restauration de qualité. Nous avons tous les services d'un fast food (hamburger, Sandwich) mais en plus quelques mets locaux (frites, poisson capitaine, riz,…). Les prix sont démocratiques.


6. Connaissant le problème de l'emploi, qu'est-ce que vous offrez aux nombreux jeunes chômeurs de ce pays ? Quel est le salaire moyen de vos employés ?

Le salaire moyen de mes employés est de 100 dollars. Ce qui est au dessus du salaire minimum congolais.

7. Questions d'actualité : Avez-vous voté au Référendum ? Oui ou NON ? Fédéraliste ou Unitariste ?

Oui, j'ai voté au référendum du 18 décembre sur la Nouvelle Constitution. Bien que le vote soit secret, je vous concède que j'ai voté " OUI ", car je veux que le pays aille de l'avant. Nous avons eu une chance avec l'Accord Global et Inclusif ainsi que la Constitution de la Transition. C'est une occasion unique de nous prendre en charge, de résoudre le problème de légitimité dans ce pays. La Constitution comme toute œuvre humaine peut avoir des imperfections. Mais on peut toujours améliorer, amender. Même l'Amérique a amendé 21 fois sa Constitution.
C'est du reste la position de l'ILD( Institut pour la Liberté et le Démocratie) que je préside.

Je suis pour un système qui va faire fonctionner ce pays. Il faut que les gens puissent vivre ensemble, s'accepter. Il faut gérer ce pays. Les provinces doivent être gérées par des gouverneurs capables. Unitaire fortement décentralisé, c'est la solution actuelle. Pourquoi ne pas évoluer vers un fédéralisme américain ? La question reste posée.

Je ne milite dans un parti. Mais je suis membre du RAD (Rassemblement des Acteurs de Développement) qui une plate-forme de réflexion qui rassemblent des bâtisseurs, entrepreneurs, médecins, professeurs, hommes d'affaires, professeurs, qui visent à placer des personnes à différents échelons de la vie nationale pour influencer les décisions des autorités (!)

Contact
Pour écrire à Martin FAYULU, veuillez envoyer un mail à fayulumartin@yahoo.fr


right
ARTICLE SUIVANT : Francis Lusakueno, Un congolais nouveau pour un Congo nouveau"
left
ARTICLE Précédent : Dorah ILUNGA: la politique comme levier d'action.