mediacongo.net - Petites annonces - TOXICOMANIE- PHENOMENE DE GANG ET PROSTITUTION

TOXICOMANIE- PHENOMENE DE GANG ET PROSTITUTION

TOXICOMANIE, PHENOMENE DE GANG ET PROSTITUTION
Par
Prof. Dr Robert KIKIDI MBOSO KAMA , Ph.D.

Docteur en santé Publique et 3e Cycle en Sociologie politique et Criminologie

I. OBJECTIFS DU COURS
I.1. Objectifs généraux
Le cours de toxicomanie, phénomène de gang et prostitution dispensé aux étudiants en licence criminologie a pour objectifs généraux de leur faire comprendre l’incidence de ces phénomènes sur la recrudescence de la criminalité et comment lutter contre ces fléaux.
I.2. Objectifs Spécifiques
A la fin de ce cours, l’étudiant doit être capable de :
a. Connaitre le concept toxicomanie, phénomène de gang et prostitution et leurs rapports avec la criminalité,
b. Connaitre les différents facteurs favorisants de gang et prostitution leur conséquence sur la vie de la société, l’ordre et la sécurité publique,
c. Comprendre les voies et moyens criminalistiques de la lutte contre la toxicomanie, phénomène de gang et la prostitution,
d. Mener les enquêtes sur terrain en vue de saisir la réalité criminelle de ces phénomènes.




II. CONTENU DU COURS
Chapitre I. Généralités sur la toxicomanie, phénomène de gang et la prostitution
I.1. Concept toxicomanie
I.2. Concept phénomène de gang
I.3.Concept prostitution
Chapitre II. Facteurs favorisants et conséquences de la toxicomanie phénomène de Gang et Prostitution
II.1. Facteurs favorisants
II.1.1 Facteurs de la toxicomanie
II.1.2. Facteur du phénomène Gang
II1.3. Facteur de la prostitution
II.2. Conséquence de la toxicomanie, phénomène de gang et prostitution.
II.2.1 Conséquence de la prostitution
II.2.2. Conséquences de phénomènes de gang
II.2.3. Conséquence de la prostitution
Chapitre III. Approche criminelle de la lutte contre la toxicomanie, le phénomène de gang et la prostitution
III.1. La lutte contre la toxicomanie
III.2. La lutte contre le phénomène de gang
III.3. La lutte contre la prostitution





A. Bibliographie

1. ONU : Les Nations unies et la lutte contre la criminalité Ed. ONU, New-York, 1987
2. ONU : Les Nations unies et la lutte contre l’Abus de la drogue, Ed. ONU, New – York 1987,
3. Rossart & ALL : comment aider pour un contact Authentique, Ed. BERPS, KANGU MAYUMBE 1982,
4. KIKIDI.R : stupefiologie, Ed CIDEP, Kinshasa , 1998
5. KIKIDI R. Rapport entre Toxicomanie, Gangstérisme et Prostitution, Ed. CIDEP, Kinshasa ,1997
6. G. BLANCHER : problème de prostitution



Chapitre I. Généralités sur la toxicomanie, phénomène de gang et la prostitution
I.1. Concept toxicomanie
I.1.1 Définition de la toxicomanie
La toxicomanie se définit comme une forme particulière de la perversion due à l’usage habituel et excessif de substances médicamenteuses ou toxiques, destiné à procurer un plaisir plus ou moins exclusif où à supprimer un déplaisir.
En d’autres termes, la toxicomanie est la dépendance à l’égard des drogues notamment ceux qui ont un effet stimulant ou sédatif sur le système nerveux, c’est aussi la prise de produits toxiques donnant lieu aux abus (comme tabacomanie, alcoolisme, stupéfiomanie, etc.
En effet, le toxicomane supporte mieux sa drogue par la tolérance, il en devient donc à augmenter les quantités qu’il prend c’est-à-dire l’accoutumance et ne peut plus s’en passer c’est à dire la dépendance mais jusqu’en prendre plusieurs fois par jour sous peine d’un stat de manque ou de besoin très angoissant à la base de la criminalité et la pré- délinquance.
Il faut retenir qu’il ne suffit pas qu’une personne soit en contact avec une drogue pour qu’une toxicomanie s’installe heureusement, il faut également qu’il existe chez la personne un conflit
Psychique assez typique des états – limites comme une tendance dépressive vue en psychiatrie criminelle.
I.1.2. Sortes de Toxicomanies
Les psychiatres ont classifié trois formes de toxicomanies à savoir :
1. Les poly toxicomanies : c’est-à-dire la même personne associe plusieurs drogues à la fois, par exemple sédatif + alcool+ chanvre ou varie ses abus suivant les disponibilités.
2. Les toxicomanies prédélinquantes c’est-à-dire de jeunes adolescents désemparés ou groupe de gang en proies vulnérables angoissants et en perte d’identité ;
3. Les toxicomanies antidépressives et névrotiques c’est à dire fréquemment, l’abus des drogues dues à une défense d’angoisse.
Le mot drogue vient du mot néerlandais et russe drogue qui signifie extrait sec comme une poussière par exemple, puis les premières drogues étaient en cette forme (rameaux de né). Une défense régressive contre les conflits dépressif de l’angoisse de séparation et de perte d’objet ou névrotique susceptible à déclencher la criminalité.
I.2. Concept phénomène de gang
I.2.1. Définition du phénomène Gang
Le mot gang signifie une bande organisée des malfaiteurs.
Dans le contexte criminologique voir de la politique criminelle on entend par le phénomène gang, c’est l’association organisée des délinquants ou des criminels.
I.1.2 Typologie de bande organisée des malfaiteurs
La criminalité contemporaine constitue la plus complexe de voie et approche d’identification et d’existence de phénomène de gang.



En effet, la toxicomanie moderne des bandes organisées des malfaiteurs est in exhaustive, mais nous nous limiterons à la typologie suivante :
1. Réseaux de trafiquants des drogues,
2. Réseaux de mafieux,
3. Bande de délinquants,
4. Les toxicomanes,
5. Les terroristes,
6. Les Assassins et voleurs à mains armées
7. Réseaux de contre factions,
8. Les corrupteurs et les corrompus etc.
I.3. Concept prostitution
I.3.1. Définition de la prostitution
On entend par la prostitution, c’est l’acte par lesquels une personne contracte les rapports sexuels contre l’argent. En d’autre terme c’est avilissement ou commerce de sexe en échange avec l’argent.
I.3.2. Sortes de prostitutions
A l’heure actuelle, nous reconnaissons plusieurs formes de prostitutions.
Il Ya d’une part la prostitution officielle et d’autre part la prostitution artisanale, sans omettre la prostitution spécifique des enfants et des homosexuelle.
a) La prostitution officielle
C’est le commerce de sexe par les prostituées et tolérée par les mariées et soumises à un contrôle policiers et sanitaire surtout cantonné dans le début de boisson, les hôtels et dancing bar, etc.
La prostitution artisanale
C’est une prostitution occasionnelle de prédélinquantes, écolières et étudiants et des jeunes désœuvrés suite à la crise socio-économique.
La prostitution des enfants
C’est la vente de sexe par les enfants, une forme de déviation sexuelle appelée pédophilie.
La prostitution homosexuelle
C’est celle dont la personne de même sexe que son partenaire de même sexe. Vente des sexes en échange de l’argent.

CHAPITRE II. FACTEURS FAVORISANTS ET CONSEQUENCES DE LA TOXICOMANIE PHENOMENE DES GANG ET PROSTITUTION
II.1. Facteurs Favorisants
II.1.1 Facteurs de la toxicomanie
Les raisons qui sont à la base de la toxicomanie sont aussi diverses. L’une de plus grandes difficultés, lorsque l’on cherche à combattre l’abus des drogues, consiste à en identifier la cause.
Les causes principales sont l’ingestion délibérées de drogues à des fins non médicales. Parmi ses drogues nous avons les stupéfiants notamment l’opium, la feuille de cock, le cannabis (haschich ou chanvre indien) dérivés de la Morphine (codéine, héroïne) péthridine.
Le plus souvent, il y a une progression, le toxicomane débutant par le haschich ou chanvre indien ou les amphétamines ou le LSD et venant en suite à l’opium et à ses dérivés le tabac c à d le tabagisme et, l’alcool c à d l’alcoolisme sont aussi à la base de la dépendance ou toxicomanie.
Certains facteurs qui influent le plus directement sur l’abus des drogues sont énumérés ci-après
1. La pression du groupe
La pression de groupe conduit à adopter un code de comportement de la bande. Un toxicomane, comme quiconque, recherche l’approbation de ses pairs et essaie par conséquent souvent de le convaincre d’adopter les même habitudes de gangster.
2. La curiosité
Les font tant parler d’elles au sein de bande organisée et ont fait coulé tellement l’encre que bien des gens veulent en faire l’expérience, ne serait-ce que curiosité. la première impression de la toxicomanie et son effet sur lui, influe beaucoup sur la suite des évènement. La première expérience, plus elle est fait à un jeune âge, plus elle a de chances d’être répétée.

3. Ignorance
Pendant deux décennies, bien des idées fausses ont circulé concernant les dangers de l’usage illicite des drogues. La sous informations amène les ignorants à faire usage de la drogue, alcool, tabac comme aliment socialisant et des hommes de classe.
NB : Tous les autres facteurs de la prostitution et de phénomène de gang peuvent être à la base de la toxicomanie. On peut citer l’aliénation, transformation des structures sociales, urbanisation et chômage, le flottage de la population, la guerre, etc.
II.1.2. Facteurs Favorisants le Phénomène de Gang
L’être humain a apparemment besoin d’un sentiment d’appartenance, que ce soit à une famille, à une tribu, à une communauté ou à une association ou club d’amis, de sports etc.
C’est un ainsi ni le phénomène de gang c à d de bande des malfaiteurs organisés lorsqu’ils sont but d’agir en dehors de la norme et de la loi ou de bonne mœurs.
Ainsi les facteurs suivants peuvent être à la base de la création du phénomène de gang
1. La pression du groupe
Plusieurs jeunes désemparés se sont retrouvé parmi les criminels et leurs réseaux suite à la pression du groupe, recherche l’approbation de ses collègues du groupe qui se livre aux actes criminels.
2. Aliénation
Cette conviction d’appartenir à un groupe peut pousser celui qui se sent isolé à s’efforcer habituellement pour trouver la confiance à son groupe et s’insère. Ou il n’arrive que trop fréquemment que ce groupe réalise certaines tâches en dehors de norme et loi de la société.

3. La curiosité
En raison de la curiosité, les jeunes et d’autres personnes aliénés, cèdent aux tentations de recherche facile d’argent, entre dans les réseaux des mafieux, les assassins et se prédisposent à faire l’expérience de la drogues et de la prostitution.
4. La vengeance et le règlement de compte
Plusieurs gangsters sont ceux qui dans le but de venger les leurs trouée avec les malfaiteurs soit utiliser par les tiers en vue de régler le conflit
5. Transformation des structures sociales et chômage
Dans plusieurs régions du monde, l’exode rural, la guerre, le déplacement massifs et la détérioration de structure sociales est à la base de phénomène de gang ; primo comme forme de simulation psychologique à l’émotion et crise, secundo, comme voie et moyen d’ajustement et de facilitation et de compensation à la crise.
Surtout l’absence d’instruction et ou de formation professionnelle condamne souvent au chômage, et le fait moralement crée de nouveau mode de vie pouvant pousser à la criminalité et au phénomène de gang.
6. L’abus et trafic illicite de drogues et matières premières
Pour préserver la vente, l’approvisionnement facile et rapide de la drogue et en matière première les gangsters s’organisent pour imposer leur loi par la corruption, terrorisme et toutes sortes de crimes.
II.1.3. Facteurs de la prostitution
Parmi les facteurs principaux favorisant la prostitution, nous citerons
a. L’abus de la drogue
Plusieurs prostituées trouvent leurs existence dans le début de la boisson, le Dancing- bar, les Hôtels, etc. car il Ya un grand rapport entre l’alcool et la prostitution.


b. La Tolérance de maison dite « Auberge »
Manque de contrôle et d’interdit des maisons de tolérance dans les communes et cités constituent un des facteurs de la prostitution.
c. La pauvreté, l’ignorance et la curiosité
La vente de sexe pour l’argent constitue un fléau, elle est due à la pauvreté, à la curiosité et à l’ignorance.
d. Aliénation mentale et perversion sexuelle
Plusieurs enfants pédophiles et ayant l’expérience précoce de la sexualité ont été soit aliéné soit trompé. Cette situation a créé en eux une habitude de la prostitution en eux.
II.2. Conséquences de la toxicomanie, phénomène de Gang et Prostitution
Les conséquences de la toxicomanie sont en effet bien connues sur le plan social , la famille en souffre dans son affection , dans son budget et dans l’augmentation de la criminalité dans la société voir des accidents du travail, des accidents de routes , les frais d’hospitalisation ; l’état d’ivresse dans les pays Anglos- saxons et de l’Est de l’Afrique constitue le principal agent de trouble social et de criminalité notamment la gâchette facile , les coups et blessures , la duperie, les vols etc..
La drogue fait apparaitre le réseau secret qui fait parvenir ces drogues jusqu’à la rue.
La plupart des gens ne pensent pas aux flottes des avions et d’embarcations, aux armes, à la corruption et autres contraintes font partie intégrante du trafic illégal de la drogue.
Il s’agit d’une industrie qui brasse des milliards des dollars et qui peut survivre et prospérer alors que les forces de l’ordre interceptent chaque année des quantités de plus en plus grandes de drogues ; A cela s’ajoutent des vastes réseaux de groupe complices qui ont recours à toutes les techniques modernes pour fabriquer et transporter illégalement des drogues . Ces groupes sont concernés, tuent facilement, tant pour se faire respecter que pour se faire craindre peuvent être extrêmement dangereux.
Ce trafic est de plus en plus organisé par des individus ou des groupes qui suscitent, financent et dirigent les opérations sans toucher eux même aux drogues. L’entrée en jeu de groupes bien organisés des professionnels du crime est l’un des aspects qui suscitent le plus d’inquiétudes depuis de décennies.
Les conséquences et ce fléau de la toxicomanie n’épargnent aucun pays, qu’il soit utilisé comme base de production, comme point de transit ou comme marché.
Le chemin inverse est emprunté par des multiples millions de dollars qui peuvent être blanchis ou légitimés par des banques ou des établissements financiers. De plus en plus, les drogues remplacent l’argent comme monnaie de change.
En effet, la propagation de l’abus de drogues est devenue une tragédie humaine. La toxicomanie et le trafic illicite des stupéfiants sont manifestement des problèmes qui ne sont plus limités à quelques secteurs bien déterminé de la population.
C’est un problème criminels, à part la tuerie, la corruption suscite d’énormes sommes d’argent produits par le commerce de la drogue, se manifeste clairement à tous les niveaux sur les plan tant politique qu’administratif.
Cette corruption commence par un pot- de - vin à une autorité locale, où à un agent de police pour qu’il ferme les yeux sur une culture ou sur un laboratoire ou même sur le toxicomane lui-même.
Les toxicomanes trouvent des cachettes ingénieuses même dans les sacs de denrée alimentaires, vestes, souliers, les cyclones fit, etc.
La toxicomanie est un problème qui touche les foyers , la rue , l’école, les milieux de travail et la société toute entière avec augmentation de la délinquance , les maladies et la dépendance etc..
L’usage de drogues va de pair avec la criminalité, le toxicomane armée ou en uniforme ou civile commettent plusieurs délits soit pour obtenir le plus argent
au moins d’efforts, vol, prostitution, gangstérisme enfin la toxicomanie est une menace pour la sécurité intérieur de tous les pays et de toute les religions du monde.
La toxicomanie et le commerce de drogues, voir boissons alcoolique, comme whisky, alcool à bon goût, etc. sapent les Gouvernement le pouvoir public en sernant la corruption et la peur et en déstabilisation l’économie.
Enfin le risque que courent tous les citoyens du monde d’être exposé à des actes de terroriste liés à la drogue est extrêmement réel.
Les toxicomanes et les trafiquants de drogues considèrent surement les succès de la police comme faisant partie des ennemies et des risques de leurs commerces. D’où ils réalisent violemment par des actes de sabotage en vue de réduire l’efficacité d’une action de la police.
II.2.2. Conséquence de phénomène de gang
Les conséquences de phénomène de gang est très calme, c’est l’organisation augmentation de réseau de malfaiteurs.
La société du souffres par l’augmentation de la criminalité, de toxicomanie et de la prostitution.
Le phénomène des gangs dans les grandes villes du monde est très préoccupant surtout par les enfants et adultes sans logement et shegués.
Kinshasa par exemple, il est décident continue de voir la tranquillité et la quiétude des quartiers bouleversées par les bandes dites SHEGUES d’une part les vols, pillage, prostitution, toxicomanie et d’autres part les hommes forts qui se recrutent parmi les délinquants et les gens sans loi ni foi.
Ces gangsters défient l’Etat et la police communale ont parmi cette dernière vient de ces groupes délinquants selon le Rapport de la mission de l’Union Européenne en RDC
L’enquête que nous avons initiée en vue d’identifier les dénominations suivantes de ces bandes de malfaiteurs note les Salopards, les Anglais les California de yolo, les Zambia de Makala, bana bolafa de Ngaba, bana ONUS de Matete, les Zoulou, les Chevaliers de kimbanseke et masina, kuluna, etc.
Le phénomène de gang est caractérisé par le combat de gladiateurs à tel enseigne que les forces de l’ordre semble impuissante au lieu de bagarre entre les bandes.
Souvent les jeunes de communes et quartiers voisins se battent et parmi les victimes sont les innocents qui ignore la cause de de conflit où les protagonistes sont loin d’être qualifiés de sportifs et utilisent toutes sorte d’armes blanches voir à feu notamment couteux, morceau de bouteille, pierre. Et mort d’hommes, coup et blessures en sont résultats.
II.2.3. Conséquence de la prostitution
Les problèmes de la prostitution sont multiples, il s’agit notamment de conséquences médicales comme le VIH-SIDA les autres maladies sexuellement transmissibles, les conséquences sociales, la prostitution est la base de divagation sexuelle et d’organisation de bande criminelle et toxicomanie.
Les femmes qui se livrent à la prostitution sont facilement utilisées par des groupes de mafieux et terroriste. Voir les trafiquants de drogues ainsi que les blanchisseurs d’argents.
Sans aucune mesure contre la prostitution, les maisons de tolérance augmentent et les familles et les entreprises deviennent les vaches laitières de la prostitution.
La criminalité d’une prostituée n’est souvent pas comme une réalité individué bien au contraire, c’est un acte de bande organisé et de réseau.
Chap. III. Approche criminelle de la lutte contre la toxicomanie, Le phénomène de gang et la prostitution
III.1. la lutte contre la toxicomanie
Les moyens de lutte doivent être envisagés à la fois sur le plan National et sur le plan international, car la toxicomanie et le trafic de drogue sont mondial. Cette approche criminelle de la lutte contre la toxicomanie doit notamment :
• Limiter la consommation de l’alcool, tabac et autres drogues ;
• La réglementation et les taxes très élevés de producteur ;
• Réduction des toxicomanes et les buveurs et la psychothérapie ;
• Protection de l’entourage, car les toxicomanes et les alcooliques sont dangereux pour l’autrui ;
• Action d’ensemble organisation de la lutte anti-toxicomaniaque, anti-tabagisme et antialcoolique ;
• Enfin de prévention de l’abus des drogues, tabac, et alcool par information, éducation et communication aux groupes cibles.


III.1.1. Echelon national
Il faut d’abord limiter la consommation des drogues par une réglementation. Le commerce licite et stupéfiant est règlementé par la loi et le code de santé publique.
Le traitement désintoxiques est une autre mesure indispensable ; les toxicomanes peuvent se présenter volontairement ou par contrainte policière au centre neuro psychopathologique (CNPP) ou aux hôpitaux généraux et services privés de santé ;
Par ailleurs l’autorité judiciaire notamment le procureur de la République peut enjoindre aux personnes ayant fait usage illicite et stupéfiant de subir une cure de désintoxication aigués.
Tout ceci nécessite à part répression, la prévention et la promotion par une très large campagne d’information au public sur les dangers des toxicomanies et les possibilités offerts pour se soigner. Les médias jouent un grand rôle et les écoles et universités ainsi que les ONG et ASBL de la lutte contre la drogue et la criminalité sans Amel.
III.1.2. Echelon international
En 1912 a été signé la convention internationale de l’opium, en 1961, la convention unique sur les stupéfiants .En vertu de ce dernier traité fonctionne, au sein de l’ONU, un organe international de contrôle de stupéfiants. Il étudie les statistiques fournies par les différents gouvernements pour s’assurer qu’il n’Ya eu aucun détournement de stupéfiant du commerce licite vers des circuits illicites.
Il veille aussi à ce que, pour chaque pays, les approvisionnements en stupéfiants restent dans la limite des besoins exprimés officiellement chaque année par le gouvernement.
En 1956, le conseil économique et social avait invité les gouvernements à demander l’assistance de l’ONU pour résoudre le problème de la toxicomanie et des stupéfiants par l’introduction de culture de remplacement.
Il existe aujourd’hui un programme d’assistance technique dans le domaine des stupéfiants en vue d’améliorer le système de contrôle international des drogues.
Comment alors les gouvernements appuis l’ONU sur l’échelon international.
1. Traités Internationaux
Depuis plus d’un siècle , les efforts déployé par la communauté internationale pour éliminer l’abus des drogues dont consiste surtout à mettre en place un système des traités universels et efficaces fondé sur le principe de contrôle nationale . C’est ainsi l’adoption et l’entrée en vigueur de la convention de 1971 sur les substances psychotropes ainsi que de la convention unique de 1961 sur le stupéfiants et de son protocole de 1972 ont considérablement renforcé le système de traités crée par la communauté internationale.
Ces traités ont pour but de limiter l’usage des stupéfiants et des substances psychotropes à des fins médicales et scientifiques , d’empêcher les trafics illégal des stupéfiants et de favoriser l’adhésion à ces instruments juridiques aux nombreux possible d’état.
2. Lois et Réglementation Nationale
Conformément aux traités, tous les états parties doivent également promulgués des lois et créer des services administratifs et des services
En outre, ils doivent communiquer le texte de loi et réglementations promulgués à cet égard pour veiller à ce que leur législation sont conforme non seulement aux traités conclus, mais aussi aux objectifs des organes de contrôle des stupéfiants et la toxicomanie.
3. Les rapports annuels et autres adressés aux organes des nations unies
Ce sont les informations que les gouvernements communiquent aux organes internationaux de contrôle et à l’Interpol. Le système de certificat d’importation et de licences d’exploitation permet de comptabiliser tout le commerce licite de stupéfiants nécessaires à des fins médicales et scientifiques.
Aujourd’hui, les mesures de contrôle de stupéfiants sont appliquées sur une base virtuellement universelle et le système d’estimations administré par le principal organe de contrôle à savoir l’organe international de contrôle des stupéfiants (OICS)
Chaque état est prié de fournir des estimations de leurs besoins en stupéfiants pour l’année à venir. Et OICS peut procéder lui-même à ces estimations.
Pour accroitre l’efficacité des efforts déployer contre la toxicomanie les gouvernements sont prié de faire rapport au secrétaire général de l’ONU sur les drogues saisies dans le ressort de leurs juridique et déclarer les nouvelles drogues synthétiques lancées sur le marchés avec indication médicale et risque d’une dépense.
4. Activités d’information de l’ONU
Tous les gouvernements et toutes les organisations, à quelques catégorie qu’elles appartiennent, sont encouragés à diffuser des informations exactes sur l’abus et le trafic illicite des drogues. Ces informations sont communiquées du SG de l’ONU.
Il s’agit de manuels scolaire, diffusion d’information et mobilisation du public contre la toxicomanie et l’abus de la drogue.
Ainsi que son commerce illicite. L’ONU à des manuels spécifiques, de bulletin d’information, bulletin des stupéfiants voir le Dictionnaires multilingues des stupéfiants et des substances psychotropes places sous contrôle international. Ce dictionnaire contient la liste complète des substances responsables d’une dépendance et dangereuses.
5. Le rôle des ONG & ASBL
La lutte contre la toxicomanie est une lutte des ONG & asbl c’est ainsi qu’à vienne et New York, les ONG ont créé des comités pour susciter une large appui au public contre les drogues les ONG jouent un rôle vital en appuyant les programmes de prévention et d’éducation et en suscitant une prise de conscience des problèmes liés à la toxicomanie et à l’abus des drogues au niveau des collectivités.
En RDC, il existe un réseau des ONG chargée de la lutte contre la drogue notamment CEDELIDRO, CEDRO, Afrique-Santé,Asbl, etc.
En fin la bonne lutte doit comprendre :
 L’action législative et administrative
 Les pressions de la communauté
 Les pressions politiques
 Les diffusions d’information
 Le soutien financier les initiatives et organisation chargée de lutte contre la drogue et la toxicomanie, lutte contre le phénomène de gang et la prostitution.
III .2 LA LUTTE CONTRE LE PHENOMENE DE GANG
La lutte contre le phénomène de gang s’inscrit dans la lutte générale de la criminalité. Il s’agit notamment de connaitre préalablement et découvrir le modus operandi, les intentions et méthodes d’approche et action de bandes de malfaiteurs.
Les forces de l’ordre ne peuvent jamais assister à ce phénomène dans une impuissance , il doit envisager des dispositions conséquences de réduire le gangstérisme en mettant à la disposition des moyens capables d’intervenir avec efficacité et éviter toute attaque improvisée et toute contre-attaque de ces bandes qui parfois très armés et recrutée parmi les anciens ou ex. militaire et policiers voir des sportifs.
L’infiltration et la répression voir l’arrestation et la détention des gangsters constituent les moyens de découragement des réseaux des malfaiteurs ; voir la politique criminelle tandis que de répression criminelle.
III.3 LA LUTTE CONTRE LA PROSTITUTION
L’organisation de la lutte contre la prostitution va de pair avec celle de la toxicomanie et du phénomène de gang . Aucune législation condamne la prostitution, il y a une tolérance sauf dans les pays arables ou intolérance ouverte de la prostituée est consacrée par quelques pays .
Mais les femmes qui se livrent à la prostitution sont selon législation sanitaire soumise à un contrôle policier et médical.
C’est dans ce cadre de la lutte contre la prostitution du monde prévoient la loi sur la suppression des maisons de tolérance et inscription sur les registre de police et de service de sécurité, car les réseaux de mafieux, terroristes utilise plus les prostitués pour atteindre les cibles.
Le système d’assurer une surveillance sanitaire des prostitués permet à gêner sans aucune doute leur redressement.



Mais des mesures criminalistiques sont prises en même temps contre la prostitution par l’interdiction de faire fonctionner toutes les établissements de prostitution connues les auberges , ou par un fichier sanitaire et social de la prostitution ou encore par des sanction pénales et taxation élevée et interdiction de mettre un local privée ou ouvert au public ( hôtel, pension , dancing, etc) à la disposition des personnes se livrant à la prostitution.
Des sanctions sévères sont également prévues contre les souteneurs et aggravées dans certaines circonstances notamment la minorité de la victime, emploi de la menace ou de la violence, abus d’autorité.
Il faut aussi la réadaptation des prostituées par un emploi payant.
https://www.mediacongo.net/pics/mediacongo.png

Retour à la liste Petites annonces
Espace Etudiants (540 annonce(s))
Insérée le: 05.06.2018

TOXICOMANIE- PHENOMENE DE...

Voir toutes ses annonces Voir son profil
Ville : KINSHASA
Pays : Congo (R.D. Congo)
Auteur : Prof. Dr.Robert KIKIDI
TOXICOMANIE, PHENOMENE DE GANG ET PROSTITUTION
Par
Prof. Dr Robert KIKIDI MBOSO KAMA , Ph.D.

Docteur en santé Publique et 3e Cycle en Sociologie politique et Criminologie

I. OBJECTIFS DU COURS
I.1. Objectifs généraux
Le cours de toxicomanie, phénomène de gang et prostitution dispensé aux étudiants en licence criminologie a pour objectifs généraux de leur faire comprendre l’incidence de ces phénomènes sur la recrudescence de la criminalité et comment lutter contre ces fléaux.
I.2. Objectifs Spécifiques
A la fin de ce cours, l’étudiant doit être capable de :
a. Connaitre le concept toxicomanie, phénomène de gang et prostitution et leurs rapports avec la criminalité,
b. Connaitre les différents facteurs favorisants de gang et prostitution leur conséquence sur la vie de la société, l’ordre et la sécurité publique,
c. Comprendre les voies et moyens criminalistiques de la lutte contre la toxicomanie, phénomène de gang et la prostitution,
d. Mener les enquêtes sur terrain en vue de saisir la réalité criminelle de ces phénomènes.




II. CONTENU DU COURS
Chapitre I. Généralités sur la toxicomanie, phénomène de gang et la prostitution
I.1. Concept toxicomanie
I.2. Concept phénomène de gang
I.3.Concept prostitution
Chapitre II. Facteurs favorisants et conséquences de la toxicomanie phénomène de Gang et Prostitution
II.1. Facteurs favorisants
II.1.1 Facteurs de la toxicomanie
II.1.2. Facteur du phénomène Gang
II1.3. Facteur de la prostitution
II.2. Conséquence de la toxicomanie, phénomène de gang et prostitution.
II.2.1 Conséquence de la prostitution
II.2.2. Conséquences de phénomènes de gang
II.2.3. Conséquence de la prostitution
Chapitre III. Approche criminelle de la lutte contre la toxicomanie, le phénomène de gang et la prostitution
III.1. La lutte contre la toxicomanie
III.2. La lutte contre le phénomène de gang
III.3. La lutte contre la prostitution





A. Bibliographie

1. ONU : Les Nations unies et la lutte contre la criminalité Ed. ONU, New-York, 1987
2. ONU : Les Nations unies et la lutte contre l’Abus de la drogue, Ed. ONU, New – York 1987,
3. Rossart & ALL : comment aider pour un contact Authentique, Ed. BERPS, KANGU MAYUMBE 1982,
4. KIKIDI.R : stupefiologie, Ed CIDEP, Kinshasa , 1998
5. KIKIDI R. Rapport entre Toxicomanie, Gangstérisme et Prostitution, Ed. CIDEP, Kinshasa ,1997
6. G. BLANCHER : problème de prostitution



Chapitre I. Généralités sur la toxicomanie, phénomène de gang et la prostitution
I.1. Concept toxicomanie
I.1.1 Définition de la toxicomanie
La toxicomanie se définit comme une forme particulière de la perversion due à l’usage habituel et excessif de substances médicamenteuses ou toxiques, destiné à procurer un plaisir plus ou moins exclusif où à supprimer un déplaisir.
En d’autres termes, la toxicomanie est la dépendance à l’égard des drogues notamment ceux qui ont un effet stimulant ou sédatif sur le système nerveux, c’est aussi la prise de produits toxiques donnant lieu aux abus (comme tabacomanie, alcoolisme, stupéfiomanie, etc.
En effet, le toxicomane supporte mieux sa drogue par la tolérance, il en devient donc à augmenter les quantités qu’il prend c’est-à-dire l’accoutumance et ne peut plus s’en passer c’est à dire la dépendance mais jusqu’en prendre plusieurs fois par jour sous peine d’un stat de manque ou de besoin très angoissant à la base de la criminalité et la pré- délinquance.
Il faut retenir qu’il ne suffit pas qu’une personne soit en contact avec une drogue pour qu’une toxicomanie s’installe heureusement, il faut également qu’il existe chez la personne un conflit
Psychique assez typique des états – limites comme une tendance dépressive vue en psychiatrie criminelle.
I.1.2. Sortes de Toxicomanies
Les psychiatres ont classifié trois formes de toxicomanies à savoir :
1. Les poly toxicomanies : c’est-à-dire la même personne associe plusieurs drogues à la fois, par exemple sédatif + alcool+ chanvre ou varie ses abus suivant les disponibilités.
2. Les toxicomanies prédélinquantes c’est-à-dire de jeunes adolescents désemparés ou groupe de gang en proies vulnérables angoissants et en perte d’identité ;
3. Les toxicomanies antidépressives et névrotiques c’est à dire fréquemment, l’abus des drogues dues à une défense d’angoisse.
Le mot drogue vient du mot néerlandais et russe drogue qui signifie extrait sec comme une poussière par exemple, puis les premières drogues étaient en cette forme (rameaux de né). Une défense régressive contre les conflits dépressif de l’angoisse de séparation et de perte d’objet ou névrotique susceptible à déclencher la criminalité.
I.2. Concept phénomène de gang
I.2.1. Définition du phénomène Gang
Le mot gang signifie une bande organisée des malfaiteurs.
Dans le contexte criminologique voir de la politique criminelle on entend par le phénomène gang, c’est l’association organisée des délinquants ou des criminels.
I.1.2 Typologie de bande organisée des malfaiteurs
La criminalité contemporaine constitue la plus complexe de voie et approche d’identification et d’existence de phénomène de gang.



En effet, la toxicomanie moderne des bandes organisées des malfaiteurs est in exhaustive, mais nous nous limiterons à la typologie suivante :
1. Réseaux de trafiquants des drogues,
2. Réseaux de mafieux,
3. Bande de délinquants,
4. Les toxicomanes,
5. Les terroristes,
6. Les Assassins et voleurs à mains armées
7. Réseaux de contre factions,
8. Les corrupteurs et les corrompus etc.
I.3. Concept prostitution
I.3.1. Définition de la prostitution
On entend par la prostitution, c’est l’acte par lesquels une personne contracte les rapports sexuels contre l’argent. En d’autre terme c’est avilissement ou commerce de sexe en échange avec l’argent.
I.3.2. Sortes de prostitutions
A l’heure actuelle, nous reconnaissons plusieurs formes de prostitutions.
Il Ya d’une part la prostitution officielle et d’autre part la prostitution artisanale, sans omettre la prostitution spécifique des enfants et des homosexuelle.
a) La prostitution officielle
C’est le commerce de sexe par les prostituées et tolérée par les mariées et soumises à un contrôle policiers et sanitaire surtout cantonné dans le début de boisson, les hôtels et dancing bar, etc.
La prostitution artisanale
C’est une prostitution occasionnelle de prédélinquantes, écolières et étudiants et des jeunes désœuvrés suite à la crise socio-économique.
La prostitution des enfants
C’est la vente de sexe par les enfants, une forme de déviation sexuelle appelée pédophilie.
La prostitution homosexuelle
C’est celle dont la personne de même sexe que son partenaire de même sexe. Vente des sexes en échange de l’argent.

CHAPITRE II. FACTEURS FAVORISANTS ET CONSEQUENCES DE LA TOXICOMANIE PHENOMENE DES GANG ET PROSTITUTION
II.1. Facteurs Favorisants
II.1.1 Facteurs de la toxicomanie
Les raisons qui sont à la base de la toxicomanie sont aussi diverses. L’une de plus grandes difficultés, lorsque l’on cherche à combattre l’abus des drogues, consiste à en identifier la cause.
Les causes principales sont l’ingestion délibérées de drogues à des fins non médicales. Parmi ses drogues nous avons les stupéfiants notamment l’opium, la feuille de cock, le cannabis (haschich ou chanvre indien) dérivés de la Morphine (codéine, héroïne) péthridine.
Le plus souvent, il y a une progression, le toxicomane débutant par le haschich ou chanvre indien ou les amphétamines ou le LSD et venant en suite à l’opium et à ses dérivés le tabac c à d le tabagisme et, l’alcool c à d l’alcoolisme sont aussi à la base de la dépendance ou toxicomanie.
Certains facteurs qui influent le plus directement sur l’abus des drogues sont énumérés ci-après
1. La pression du groupe
La pression de groupe conduit à adopter un code de comportement de la bande. Un toxicomane, comme quiconque, recherche l’approbation de ses pairs et essaie par conséquent souvent de le convaincre d’adopter les même habitudes de gangster.
2. La curiosité
Les font tant parler d’elles au sein de bande organisée et ont fait coulé tellement l’encre que bien des gens veulent en faire l’expérience, ne serait-ce que curiosité. la première impression de la toxicomanie et son effet sur lui, influe beaucoup sur la suite des évènement. La première expérience, plus elle est fait à un jeune âge, plus elle a de chances d’être répétée.

3. Ignorance
Pendant deux décennies, bien des idées fausses ont circulé concernant les dangers de l’usage illicite des drogues. La sous informations amène les ignorants à faire usage de la drogue, alcool, tabac comme aliment socialisant et des hommes de classe.
NB : Tous les autres facteurs de la prostitution et de phénomène de gang peuvent être à la base de la toxicomanie. On peut citer l’aliénation, transformation des structures sociales, urbanisation et chômage, le flottage de la population, la guerre, etc.
II.1.2. Facteurs Favorisants le Phénomène de Gang
L’être humain a apparemment besoin d’un sentiment d’appartenance, que ce soit à une famille, à une tribu, à une communauté ou à une association ou club d’amis, de sports etc.
C’est un ainsi ni le phénomène de gang c à d de bande des malfaiteurs organisés lorsqu’ils sont but d’agir en dehors de la norme et de la loi ou de bonne mœurs.
Ainsi les facteurs suivants peuvent être à la base de la création du phénomène de gang
1. La pression du groupe
Plusieurs jeunes désemparés se sont retrouvé parmi les criminels et leurs réseaux suite à la pression du groupe, recherche l’approbation de ses collègues du groupe qui se livre aux actes criminels.
2. Aliénation
Cette conviction d’appartenir à un groupe peut pousser celui qui se sent isolé à s’efforcer habituellement pour trouver la confiance à son groupe et s’insère. Ou il n’arrive que trop fréquemment que ce groupe réalise certaines tâches en dehors de norme et loi de la société.

3. La curiosité
En raison de la curiosité, les jeunes et d’autres personnes aliénés, cèdent aux tentations de recherche facile d’argent, entre dans les réseaux des mafieux, les assassins et se prédisposent à faire l’expérience de la drogues et de la prostitution.
4. La vengeance et le règlement de compte
Plusieurs gangsters sont ceux qui dans le but de venger les leurs trouée avec les malfaiteurs soit utiliser par les tiers en vue de régler le conflit
5. Transformation des structures sociales et chômage
Dans plusieurs régions du monde, l’exode rural, la guerre, le déplacement massifs et la détérioration de structure sociales est à la base de phénomène de gang ; primo comme forme de simulation psychologique à l’émotion et crise, secundo, comme voie et moyen d’ajustement et de facilitation et de compensation à la crise.
Surtout l’absence d’instruction et ou de formation professionnelle condamne souvent au chômage, et le fait moralement crée de nouveau mode de vie pouvant pousser à la criminalité et au phénomène de gang.
6. L’abus et trafic illicite de drogues et matières premières
Pour préserver la vente, l’approvisionnement facile et rapide de la drogue et en matière première les gangsters s’organisent pour imposer leur loi par la corruption, terrorisme et toutes sortes de crimes.
II.1.3. Facteurs de la prostitution
Parmi les facteurs principaux favorisant la prostitution, nous citerons
a. L’abus de la drogue
Plusieurs prostituées trouvent leurs existence dans le début de la boisson, le Dancing- bar, les Hôtels, etc. car il Ya un grand rapport entre l’alcool et la prostitution.


b. La Tolérance de maison dite « Auberge »
Manque de contrôle et d’interdit des maisons de tolérance dans les communes et cités constituent un des facteurs de la prostitution.
c. La pauvreté, l’ignorance et la curiosité
La vente de sexe pour l’argent constitue un fléau, elle est due à la pauvreté, à la curiosité et à l’ignorance.
d. Aliénation mentale et perversion sexuelle
Plusieurs enfants pédophiles et ayant l’expérience précoce de la sexualité ont été soit aliéné soit trompé. Cette situation a créé en eux une habitude de la prostitution en eux.
II.2. Conséquences de la toxicomanie, phénomène de Gang et Prostitution
Les conséquences de la toxicomanie sont en effet bien connues sur le plan social , la famille en souffre dans son affection , dans son budget et dans l’augmentation de la criminalité dans la société voir des accidents du travail, des accidents de routes , les frais d’hospitalisation ; l’état d’ivresse dans les pays Anglos- saxons et de l’Est de l’Afrique constitue le principal agent de trouble social et de criminalité notamment la gâchette facile , les coups et blessures , la duperie, les vols etc..
La drogue fait apparaitre le réseau secret qui fait parvenir ces drogues jusqu’à la rue.
La plupart des gens ne pensent pas aux flottes des avions et d’embarcations, aux armes, à la corruption et autres contraintes font partie intégrante du trafic illégal de la drogue.
Il s’agit d’une industrie qui brasse des milliards des dollars et qui peut survivre et prospérer alors que les forces de l’ordre interceptent chaque année des quantités de plus en plus grandes de drogues ; A cela s’ajoutent des vastes réseaux de groupe complices qui ont recours à toutes les techniques modernes pour fabriquer et transporter illégalement des drogues . Ces groupes sont concernés, tuent facilement, tant pour se faire respecter que pour se faire craindre peuvent être extrêmement dangereux.
Ce trafic est de plus en plus organisé par des individus ou des groupes qui suscitent, financent et dirigent les opérations sans toucher eux même aux drogues. L’entrée en jeu de groupes bien organisés des professionnels du crime est l’un des aspects qui suscitent le plus d’inquiétudes depuis de décennies.
Les conséquences et ce fléau de la toxicomanie n’épargnent aucun pays, qu’il soit utilisé comme base de production, comme point de transit ou comme marché.
Le chemin inverse est emprunté par des multiples millions de dollars qui peuvent être blanchis ou légitimés par des banques ou des établissements financiers. De plus en plus, les drogues remplacent l’argent comme monnaie de change.
En effet, la propagation de l’abus de drogues est devenue une tragédie humaine. La toxicomanie et le trafic illicite des stupéfiants sont manifestement des problèmes qui ne sont plus limités à quelques secteurs bien déterminé de la population.
C’est un problème criminels, à part la tuerie, la corruption suscite d’énormes sommes d’argent produits par le commerce de la drogue, se manifeste clairement à tous les niveaux sur les plan tant politique qu’administratif.
Cette corruption commence par un pot- de - vin à une autorité locale, où à un agent de police pour qu’il ferme les yeux sur une culture ou sur un laboratoire ou même sur le toxicomane lui-même.
Les toxicomanes trouvent des cachettes ingénieuses même dans les sacs de denrée alimentaires, vestes, souliers, les cyclones fit, etc.
La toxicomanie est un problème qui touche les foyers , la rue , l’école, les milieux de travail et la société toute entière avec augmentation de la délinquance , les maladies et la dépendance etc..
L’usage de drogues va de pair avec la criminalité, le toxicomane armée ou en uniforme ou civile commettent plusieurs délits soit pour obtenir le plus argent
au moins d’efforts, vol, prostitution, gangstérisme enfin la toxicomanie est une menace pour la sécurité intérieur de tous les pays et de toute les religions du monde.
La toxicomanie et le commerce de drogues, voir boissons alcoolique, comme whisky, alcool à bon goût, etc. sapent les Gouvernement le pouvoir public en sernant la corruption et la peur et en déstabilisation l’économie.
Enfin le risque que courent tous les citoyens du monde d’être exposé à des actes de terroriste liés à la drogue est extrêmement réel.
Les toxicomanes et les trafiquants de drogues considèrent surement les succès de la police comme faisant partie des ennemies et des risques de leurs commerces. D’où ils réalisent violemment par des actes de sabotage en vue de réduire l’efficacité d’une action de la police.
II.2.2. Conséquence de phénomène de gang
Les conséquences de phénomène de gang est très calme, c’est l’organisation augmentation de réseau de malfaiteurs.
La société du souffres par l’augmentation de la criminalité, de toxicomanie et de la prostitution.
Le phénomène des gangs dans les grandes villes du monde est très préoccupant surtout par les enfants et adultes sans logement et shegués.
Kinshasa par exemple, il est décident continue de voir la tranquillité et la quiétude des quartiers bouleversées par les bandes dites SHEGUES d’une part les vols, pillage, prostitution, toxicomanie et d’autres part les hommes forts qui se recrutent parmi les délinquants et les gens sans loi ni foi.
Ces gangsters défient l’Etat et la police communale ont parmi cette dernière vient de ces groupes délinquants selon le Rapport de la mission de l’Union Européenne en RDC
L’enquête que nous avons initiée en vue d’identifier les dénominations suivantes de ces bandes de malfaiteurs note les Salopards, les Anglais les California de yolo, les Zambia de Makala, bana bolafa de Ngaba, bana ONUS de Matete, les Zoulou, les Chevaliers de kimbanseke et masina, kuluna, etc.
Le phénomène de gang est caractérisé par le combat de gladiateurs à tel enseigne que les forces de l’ordre semble impuissante au lieu de bagarre entre les bandes.
Souvent les jeunes de communes et quartiers voisins se battent et parmi les victimes sont les innocents qui ignore la cause de de conflit où les protagonistes sont loin d’être qualifiés de sportifs et utilisent toutes sorte d’armes blanches voir à feu notamment couteux, morceau de bouteille, pierre. Et mort d’hommes, coup et blessures en sont résultats.
II.2.3. Conséquence de la prostitution
Les problèmes de la prostitution sont multiples, il s’agit notamment de conséquences médicales comme le VIH-SIDA les autres maladies sexuellement transmissibles, les conséquences sociales, la prostitution est la base de divagation sexuelle et d’organisation de bande criminelle et toxicomanie.
Les femmes qui se livrent à la prostitution sont facilement utilisées par des groupes de mafieux et terroriste. Voir les trafiquants de drogues ainsi que les blanchisseurs d’argents.
Sans aucune mesure contre la prostitution, les maisons de tolérance augmentent et les familles et les entreprises deviennent les vaches laitières de la prostitution.
La criminalité d’une prostituée n’est souvent pas comme une réalité individué bien au contraire, c’est un acte de bande organisé et de réseau.
Chap. III. Approche criminelle de la lutte contre la toxicomanie, Le phénomène de gang et la prostitution
III.1. la lutte contre la toxicomanie
Les moyens de lutte doivent être envisagés à la fois sur le plan National et sur le plan international, car la toxicomanie et le trafic de drogue sont mondial. Cette approche criminelle de la lutte contre la toxicomanie doit notamment :
• Limiter la consommation de l’alcool, tabac et autres drogues ;
• La réglementation et les taxes très élevés de producteur ;
• Réduction des toxicomanes et les buveurs et la psychothérapie ;
• Protection de l’entourage, car les toxicomanes et les alcooliques sont dangereux pour l’autrui ;
• Action d’ensemble organisation de la lutte anti-toxicomaniaque, anti-tabagisme et antialcoolique ;
• Enfin de prévention de l’abus des drogues, tabac, et alcool par information, éducation et communication aux groupes cibles.


III.1.1. Echelon national
Il faut d’abord limiter la consommation des drogues par une réglementation. Le commerce licite et stupéfiant est règlementé par la loi et le code de santé publique.
Le traitement désintoxiques est une autre mesure indispensable ; les toxicomanes peuvent se présenter volontairement ou par contrainte policière au centre neuro psychopathologique (CNPP) ou aux hôpitaux généraux et services privés de santé ;
Par ailleurs l’autorité judiciaire notamment le procureur de la République peut enjoindre aux personnes ayant fait usage illicite et stupéfiant de subir une cure de désintoxication aigués.
Tout ceci nécessite à part répression, la prévention et la promotion par une très large campagne d’information au public sur les dangers des toxicomanies et les possibilités offerts pour se soigner. Les médias jouent un grand rôle et les écoles et universités ainsi que les ONG et ASBL de la lutte contre la drogue et la criminalité sans Amel.
III.1.2. Echelon international
En 1912 a été signé la convention internationale de l’opium, en 1961, la convention unique sur les stupéfiants .En vertu de ce dernier traité fonctionne, au sein de l’ONU, un organe international de contrôle de stupéfiants. Il étudie les statistiques fournies par les différents gouvernements pour s’assurer qu’il n’Ya eu aucun détournement de stupéfiant du commerce licite vers des circuits illicites.
Il veille aussi à ce que, pour chaque pays, les approvisionnements en stupéfiants restent dans la limite des besoins exprimés officiellement chaque année par le gouvernement.
En 1956, le conseil économique et social avait invité les gouvernements à demander l’assistance de l’ONU pour résoudre le problème de la toxicomanie et des stupéfiants par l’introduction de culture de remplacement.
Il existe aujourd’hui un programme d’assistance technique dans le domaine des stupéfiants en vue d’améliorer le système de contrôle international des drogues.
Comment alors les gouvernements appuis l’ONU sur l’échelon international.
1. Traités Internationaux
Depuis plus d’un siècle , les efforts déployé par la communauté internationale pour éliminer l’abus des drogues dont consiste surtout à mettre en place un système des traités universels et efficaces fondé sur le principe de contrôle nationale . C’est ainsi l’adoption et l’entrée en vigueur de la convention de 1971 sur les substances psychotropes ainsi que de la convention unique de 1961 sur le stupéfiants et de son protocole de 1972 ont considérablement renforcé le système de traités crée par la communauté internationale.
Ces traités ont pour but de limiter l’usage des stupéfiants et des substances psychotropes à des fins médicales et scientifiques , d’empêcher les trafics illégal des stupéfiants et de favoriser l’adhésion à ces instruments juridiques aux nombreux possible d’état.
2. Lois et Réglementation Nationale
Conformément aux traités, tous les états parties doivent également promulgués des lois et créer des services administratifs et des services
En outre, ils doivent communiquer le texte de loi et réglementations promulgués à cet égard pour veiller à ce que leur législation sont conforme non seulement aux traités conclus, mais aussi aux objectifs des organes de contrôle des stupéfiants et la toxicomanie.
3. Les rapports annuels et autres adressés aux organes des nations unies
Ce sont les informations que les gouvernements communiquent aux organes internationaux de contrôle et à l’Interpol. Le système de certificat d’importation et de licences d’exploitation permet de comptabiliser tout le commerce licite de stupéfiants nécessaires à des fins médicales et scientifiques.
Aujourd’hui, les mesures de contrôle de stupéfiants sont appliquées sur une base virtuellement universelle et le système d’estimations administré par le principal organe de contrôle à savoir l’organe international de contrôle des stupéfiants (OICS)
Chaque état est prié de fournir des estimations de leurs besoins en stupéfiants pour l’année à venir. Et OICS peut procéder lui-même à ces estimations.
Pour accroitre l’efficacité des efforts déployer contre la toxicomanie les gouvernements sont prié de faire rapport au secrétaire général de l’ONU sur les drogues saisies dans le ressort de leurs juridique et déclarer les nouvelles drogues synthétiques lancées sur le marchés avec indication médicale et risque d’une dépense.
4. Activités d’information de l’ONU
Tous les gouvernements et toutes les organisations, à quelques catégorie qu’elles appartiennent, sont encouragés à diffuser des informations exactes sur l’abus et le trafic illicite des drogues. Ces informations sont communiquées du SG de l’ONU.
Il s’agit de manuels scolaire, diffusion d’information et mobilisation du public contre la toxicomanie et l’abus de la drogue.
Ainsi que son commerce illicite. L’ONU à des manuels spécifiques, de bulletin d’information, bulletin des stupéfiants voir le Dictionnaires multilingues des stupéfiants et des substances psychotropes places sous contrôle international. Ce dictionnaire contient la liste complète des substances responsables d’une dépendance et dangereuses.
5. Le rôle des ONG & ASBL
La lutte contre la toxicomanie est une lutte des ONG & asbl c’est ainsi qu’à vienne et New York, les ONG ont créé des comités pour susciter une large appui au public contre les drogues les ONG jouent un rôle vital en appuyant les programmes de prévention et d’éducation et en suscitant une prise de conscience des problèmes liés à la toxicomanie et à l’abus des drogues au niveau des collectivités.
En RDC, il existe un réseau des ONG chargée de la lutte contre la drogue notamment CEDELIDRO, CEDRO, Afrique-Santé,Asbl, etc.
En fin la bonne lutte doit comprendre :
 L’action législative et administrative
 Les pressions de la communauté
 Les pressions politiques
 Les diffusions d’information
 Le soutien financier les initiatives et organisation chargée de lutte contre la drogue et la toxicomanie, lutte contre le phénomène de gang et la prostitution.
III .2 LA LUTTE CONTRE LE PHENOMENE DE GANG
La lutte contre le phénomène de gang s’inscrit dans la lutte générale de la criminalité. Il s’agit notamment de connaitre préalablement et découvrir le modus operandi, les intentions et méthodes d’approche et action de bandes de malfaiteurs.
Les forces de l’ordre ne peuvent jamais assister à ce phénomène dans une impuissance , il doit envisager des dispositions conséquences de réduire le gangstérisme en mettant à la disposition des moyens capables d’intervenir avec efficacité et éviter toute attaque improvisée et toute contre-attaque de ces bandes qui parfois très armés et recrutée parmi les anciens ou ex. militaire et policiers voir des sportifs.
L’infiltration et la répression voir l’arrestation et la détention des gangsters constituent les moyens de découragement des réseaux des malfaiteurs ; voir la politique criminelle tandis que de répression criminelle.
III.3 LA LUTTE CONTRE LA PROSTITUTION
L’organisation de la lutte contre la prostitution va de pair avec celle de la toxicomanie et du phénomène de gang . Aucune législation condamne la prostitution, il y a une tolérance sauf dans les pays arables ou intolérance ouverte de la prostituée est consacrée par quelques pays .
Mais les femmes qui se livrent à la prostitution sont selon législation sanitaire soumise à un contrôle policier et médical.
C’est dans ce cadre de la lutte contre la prostitution du monde prévoient la loi sur la suppression des maisons de tolérance et inscription sur les registre de police et de service de sécurité, car les réseaux de mafieux, terroristes utilise plus les prostitués pour atteindre les cibles.
Le système d’assurer une surveillance sanitaire des prostitués permet à gêner sans aucune doute leur redressement.



Mais des mesures criminalistiques sont prises en même temps contre la prostitution par l’interdiction de faire fonctionner toutes les établissements de prostitution connues les auberges , ou par un fichier sanitaire et social de la prostitution ou encore par des sanction pénales et taxation élevée et interdiction de mettre un local privée ou ouvert au public ( hôtel, pension , dancing, etc) à la disposition des personnes se livrant à la prostitution.
Des sanctions sévères sont également prévues contre les souteneurs et aggravées dans certaines circonstances notamment la minorité de la victime, emploi de la menace ou de la violence, abus d’autorité.
Il faut aussi la réadaptation des prostituées par un emploi payant.
mediacongo
mediacongo
mediacongo
Vu 551 fois
0 commentaire(s)
right
Annnonce Suivante : Financement des projets
left
Annonce Précédente : TOXICOMANIE- PHENOMENE DE GANG ET PROSTITUTION