Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Media & tendance Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - MCN 2023 - Meilleurs Voeux
Retour

Science & env.

« La vente aux enchères des blocs pétroliers et gaziers est un danger pour l’humanité »

2022-07-29
29.07.2022
2022-07-29
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2022_actu/07-juillet/25-31/virunga_parc_22_02145.jpg -

Ce jeudi 28 juillet, la République démocratique du Congo a lancé la vente aux enchères de 27 blocs pétroliers et trois blocs gaziers.

Une vente qui suscite une levée de boucliers dans les rangs des ONG de défense de la nature et de lutte contre le réchauffement climatique mais aussi des communautés locales qui craignent d’être impactées par ces ventes. Toutes appellent les entreprises actives dans la prospection pétrolière et gazière de ne pas répondre à cette mise en vente.

Pour Greenpace, une des ONG les plus en pointe dans ce combat, ce ne sont pas moins de 16 aires protégées qui sont menacées par ce projet qui remet par ailleurs en question tous les engagements pris par le gouvernement congolais dans la lutte contre le réchauffement climatique.

« Le projet du gouvernement va clairement à l’encontre des engagements pris par le gouvernement congolais et le président de la République dans le cadre de l’Accord de Paris sur le réchauffement climatique », explique Patient Muamba, responsable de campagne pour Greenpeace en RDC. « Trois blocs sont dans les tourbières du bassin du Congo qui stockent environ 30 gigatonnes de carbone, ce qui correspond à trois années de pollution de l’ensemble de la planète. C’est donc un écosystème qui doit absolument être protégé pour espérer atteindre l’objectif de Paris qui est notamment de limiter l’augmentation de la température de 1,5°. Cette vent est un projet suicidaire pour l’environnement, un projet qui va aussi causer beaucoup de problèmes aux communautés locales qui vivent dans ces endroits ».

A côté des tourbières, si cruciales pour lutter contre le réchauffement climatique, vous évoquez aussi le fait que plusieurs aires protégées sont menacées…

« Bien sûr. Le gouvernement congolais prétendait que les blocs mis en vente n’empiétaient pas sur des zones protégées. Nous avons réalisé un travail de cartographie qui démontre le contraire. Dans le projet initial du gouvernement, les 16 blocs mis en vente impactaient 9 aires protégées. Aujourd’hui, avec 27 blocs, ce seraient 12 aires protégées qui seraient impactées. C’est énorme et démontre que le gouvernement est en train de commettre la plus grande erreur pour la protection de la nature ».

Le ministre des hydrocarbures, Didier Budimbu (bien en connu en Belgique) et certains de ses conseillers mettent en avant la souveraineté de la RDC pour justifier ce choix et expliquent que les pays qui sont responsables de la pollution sont les mêmes qui veulent interdire à la RDC d’exploiter ses richesses…

« Chez Greenpeace, on voit surtout que le gouvernement congolais tente de mettre la pression sur les bailleurs de fonds internationaux. Nous comprenons que le gouvernement a besoin d’argent mais il est inimaginable d’hypothéquer nos forêts, la biodiversité qui s’y trouve, les communautés qui y vivent pour l’obtenir. »

C’est une forme de chantage ?

« Tout à fait. Le ministre des Hydrocarbures et ses conseillers ont été incapables de trouver des stratégies qui leur permettent d’obtenir les fonds qu’ils espéraient des instances internationales. Du coup, ils se tournent vers d’autres méthodes. Ils citent en exemple l’Équateur, un pays qui s’est lancé dans l’exploitation de ses réserves parce que la communauté internationale avait promis des fonds qui ne sont jamais arrivés. C’est du chantage. C’est comme dire : Vous ne donnez pas d’argent, on exploite nos sols pour produire du gaz et du pétrole et tant pis pour les conséquences ».

Vous pensez que votre appels aux sociétés actives dans la prospection de pétrole et de gaz pour qu’elles ne participent pas aux enchères peut fonctionner ?

« Oui, on pense qu’on sera entendu. La plupart de ces sociétés parlent aujourd’hui d’énergie verte, si elles devaient répondre à cet appel d’offres, elles contrediraient complètement ce message. Nous savons qu’elles nous écoutent. Elles savent que ces mises aux enchères sont un danger pour le peuple congolais et pour l’humanité toute entière. Si elles voulaient malgré tout venir, elles nous trouveront sur leur chemin ».

Pensez-vous que la position du gouvernement congolais soit la conséquence de la guerre en Ukraine ? Le pétrole et le gaz sont soudainement devenus plus rares et donc plus chers ?

« Les projets du gouvernement congolais sont antérieurs à la guerre en Ukraine. Quand vous écouter le ministre et certains de ses conseillers, vous comprenez surtout que cet appel d’offres est avant tout un aveu d’échec. Le Congo pouvait espérer de meilleurs financements, mais ces Messieurs ont été incapables de les obtenir, incapables de négocier ce qui aurait pu nous revenir. C’est donc une stratégie, née d’une frustration, qui doit être vue comme un aveu d’échec et une manière de faire pression sur les bailleurs de fonds. Ces conseillers savent très bien que les projets qu’ils défendent aujourd’hui seront à la base d’une de terribles pollution et du réchauffement climatique. »

Dans la liste des blocs mis en vente, certains touchent directement les parcs nationaux des Virunga ou d’Upemba qui sont des sanctuaires mondialement connus pour certaines espèces animales en danger…

« En effet, vous comprenez les dangers qu’il y a pour les gorilles de montagne, pour les bonobos, les éléphants et tant d’autres espèces. C’est ce qui rend encore plus incompréhensible la politique de ce gouvernement. Ces dirigeants sont sensés être les protecteurs de ces écosystèmes qui participent la valeur de la RDC. »

Certains acteurs politiques n’ont pas hésité à expliquer qu’il étaient là pour faire de l’argent pas pour protéger l’environnement…

« J’ai vu ces déclarations. C’est insupportable. La RDC est un acteur majeur dans la lutte contre le réchauffement climatique. L’argent seul ne suffira pas à faire bouillir la marmite des Congolais. Il faut arrêter cette politique cupide qui ne cherche qu’à favoriser les intérêts de quelques personnes. On approche des élections, il faut craindre que certains, quelques ministres, soient tentés d’accélérer le processus pour se faire de l’argent rapidement. La RDC exploite depuis des années d’autres matières premières, cela ne nous empêche pas d’être un pays d’une grande pauvreté. On ne voit pas comment, subitement, cette exploitation du pétrole enrichirait le pays surtout dans le climat de corruption actuel. Certains craignent peut-être le lendemain des élections et tentent de faire rapidement de l’argent ».

A-t-on une idée de ce que pourrait rapporter la vente de ces trente blocs ?

« On a des chiffres… qui sont pour la consommation publique. Le ministre et ses conseillers parlent d’environ 2 000 milliards de dollars. Mais ce sont des chiffres qui sont présentés pour impressionner. En réalité, il n’ y a pas de chiffres précis ».

Votre campagne de sensibilisation peut avoir un impact sur les grandes sociétés du marché, les majors. Vous ne craignez pas que certaines sociétés, plus petites, moins sensibles à la com’, puissent être tentées d’acheter ces blocs ?

« Nous savons que cela est une option pour le gouvernement. Le ministre des Hydrocarbures l’a dit lors de sa conférence de presse en expliquant que des Congolais sont priorisés et peuvent rafler certains marchés. On voit venir certaines stratégies. Nous, ont dit simplement que toute exploitation est dangereuse, que ce soit par des étrangers ou des Congolais. On ne peut pas prendre le risque de détruire ces écosystèmes qui donneront naissance à d’autres problèmes climatiques majeurs. Qui que ce soit qui serait tenté de se lancer dans ce business, nous trouvera sur sa route »;


La Libre AFRIQUE / MCP, via mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 14 commentaires
2428 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


0 réponse
On va aller jusqu'au bout, exploiter, transformer et vendre ce pétrole et gaz. qu'ils arrêtent avec ces histoires de conservation créées par la pollution dont leurs pays sont à l'origine

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Ce gars là pense plus à la continuité de son contrat ou au bien-être et à la souveraineté du Peuple congolais...Que d'audace et d'intrepidité !

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
On s'enfou du danger de l'humanite!!

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Je pense qu'il serait honnête de laisser la RDC exploiter ces gisements pour améliorer son potentiel économique et subvenir aux besoins de sa population. Paris, elle-même viens de relancer l'exploitation des usines à charbon un peu partout en France pour faire face à la réduction de fourniture de gaz russe ...

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Les bureaux de Greenpeace en RDC doivent être fermés et toute personne qui osera manifester contre l'exploitation de nos ressources sera considérée comme ennemi du peuple, au même titre que le M23. Nous ne pouvons pas protéger l'humanité toute entière alors qu'on est même pas considéré. Si le monde veut que nous gardions ces zones il va falloir donner une contre partie à la RDC annuellement équivalant à 20 Milliard de Dollars US. Nous avons aussi le droit de nous développer au même titre que les autres nations.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Il faut chasser cette ONG de la RDC si elle cherche à nous bloquer. Les congolais ne doivent pas mourrir de faim, conséquence du chômage, pour protéger l’humanité. Nous bénéficions quoi de ces aires protégés? Nous allons exploiter et allez vous faire foutre!!!

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Foutez nous la paix,Pourquoi ne pas subventionner la Rdc pour son gd role de la non pollution de la planete ts ce temps?Du ai se devellopé ils polluent et ts le monde les envies azo rever Dubai!!Botika biso to zika soki toko zika et la Monusco degage.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Ces ong ont quelque chose d'autre qu'elles poursuivent, ou tout simplement elles ignorent ce pourquoi elles ont été créées? S'il s'agissait des prédateurs occidentaux et consors là ça n'allait pas être une menace, seulement quand il s'agit de la rdc? Laissez nous exploiter nos propres richesses et occupez vous de vos affaires. Nous savons déjà pour le compte de qui vous travaillez.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Ces ONG travaillent pour le compte des pays pollueurs et contre nos pays à nous. Nous, RDC, nous exploiterons nos gisements alors, tous nos gisements, sans une moindre restriction. C'est aussi cela être souverains.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Ces menaces sont pour certains pays en l’occurrence la RDC et non pour les autres?

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Mais ces ONG sont financés par les mêmes pays plus polluaires au monde et qui encore complotent pour la RDC, par exemple le m23 est dans le parc et soutenu par les mêmes vautours, ou sont partis ces dernières pour en dénoncer? Meme le Brésil qui est comme la RDC dans la protection de l'écosystème est considéré car on lui rétrocède quelque chose en contre parti.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Tshilombo veut encore nous distraire apres 100 jours, tshilejelu, 145 territoires, maisons pre-fabriquess...echec...le peule n'est plus dupe cher jouisseur!Ce type est un inconscient ndoki. Il veut amasser encore des centaines de millions lui et sa famille pour aller placer dans les multinationales et les paradis fiscaux comme il l'ont fait dans les minerais depuis 2019 a ce jour...toute la famille Tshisekedi se trouve au Lualaba et Haut Katanga, personne n'est parti a Mupompa, Kabeya Kamwanga, Mbujimayi ou au Kasai en general...Tshilombo est un danger pour ce pays...il faut l'eliminer vite...le pays risque de disparaitre

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
On s'en fou! Nous irons de l'avant avec ce projet car les congolais doivent bénéficier de leurs richesses...

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Ces menaces sont contre l’humanité sont uniquement évoqués quand il s’agit de la RDC, les millions de congolais sont tues, cela ne menace pas l’humanité, cessez de publier du n’importe quoi

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
right
Article suivant Un expert appelle l’Etat à sensibiliser les communautés sur la gestion des aires protégées
left
Article précédent Appels d’offres sur les blocs pétroliers et gaziers : « Nous n’allons pas travailler en sauvage … On protège l’environnement », (Ève Bazaïba)

Les plus commentés

Politique Alain-Daniel Shekomba: « Le bilan de Félix Tshisekedi est largement positif, demander un autre bilan que celui de la stabilité politique, c’est de la sorcellerie ! »

24.01.2023, 27 commentaires

Politique Joseph Kabila “n’a jamais touché son salaire de 680.000 USD”, Olive Kabila

25.01.2023, 26 commentaires

Politique Attaque du Rwanda contre un avion de chasse congolais : Kinshasa parle d’un « acte de guerre » et menace Kigali

25.01.2023, 22 commentaires

Politique Les 4 ans du pouvoir de Félix Tshisekedi : que de promesses non tenues !

26.01.2023, 19 commentaires

Ont commenté cet article



Infos congo - Actualités Congo - IMCongo Application - bottom - 30 août 2022

Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance