mediacongo.net - Actualités - IRDH invite la population à ne pas dénoncer les évadés de Makala : voici ses raisons !



Retour Société

IRDH invite la population à ne pas dénoncer les évadés de Makala : voici ses raisons !

IRDH invite la population à ne pas dénoncer les évadés de Makala : voici ses raisons ! 2017-05-20
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/05-mai/15-21/prison_makala_policier_17_0001.jpg Kinshasa-

Le Gouvernement doit d’abord s’expliquer.

Le 18 mai 2017, les chercheurs du Projet d’Application des Droits Civils et Politiques (PAD-IPO) de l’IRDH ont reçu le communiqué officiel de la Police Nationale Congolaise (PNC), signé par le Commissaire Provincial Ville de Kinshasa, le Général Kanyama Celestin, demandant à la population kinoise de dénoncer ou livrer les évadés du Centre Pénitentiaire et de Rééducation de Makala (CPRM). En effet, le matin du 17 mai, plus de 4.600 sur 8.000 prisonniers s’étaient évadés du CPRM, profitant de l’attaque de la prison menée par des personnes présumées être du groupe politico-religieux Bundu Dia Kongo.

PAD-CIPO invite la population de la RDC à s’abstenir d’accéder à cette demande de la PNC, pour les raisons suivantes :

Premièrement, le Gouvernement doit expliquer pourquoi les multiples services de sécurité n’avaient pas fonctionnés cette nuit-là. Les assaillants avaient pris tout leur temps de casser la barrière métallique de l’entrée principale de la prison, les portes des dortoirs des prisonniers, ainsi que les portes des cellules. Ils avaient aussi mis le feu aux bureaux des services pénitentiaires, de la police et des vigiles de la prison. De même qu’ils avaient brulé des véhicules en stationnement dans le parking de la prison et tué des dizaines des policiers de garde.

L’opération décrite ci-dessus aurait durée plus de trois heures, sans que les services de sécurité de la capitale n’interviennent. Cette circonstance a créé l’opportunité de s’évader, rêvée par des milliers de prisonniers détenus dans des mauvaises conditions. Plusieurs sources parlent des milliers d’évadés, cependant que le ministre de la justice minimise en prétendant qu’il n’y avait qu’une cinquantaine d’évadés et quelques morts, avant de revenir à l’idée d’une enquête. Il convient de noter que les figures emblématiques, en l’occurrence le Bâtonnier Muyambo Kyassa, l’honorable Franck Diongo, l’honorable Diomi Ndogala et maître Firmin Yangambi avaient préféré ne pas recouvrer leurs libertés par cette voie.

Deuxièmement, il y a des raisons de croire que le Gouvernement n’a aucun souci d’isoler des criminels de la société. Il ne peut prétendre vouloir retrouver les évadés de Kinshasa, pendant qu’il refuse de remettre à la justice des criminels plus dangereux, jugés et condamnés pour des crimes internationaux. Tel est le cas de Gédéon Kyungu Mutanga, reconnu coupable et condamné pour des crimes contre l’humanité, par le Tribunal Militaire de Garnison de Kipushi, mais, logé dans une villa de Lubumbashi et nourrit aux frais du Gouvernorat de la province du Haut-Katanga, au détriment de ses victimes de viols, esclavage sexuel, torture, disparition forcée, meurtres, assassinats, cannibalisme et autres actes barbares.

Troisièmement, les évadés n’ont fait que se soustraire des conditions de détention inhumaines et dégradantes, interdites par les lois congolaises et instruments internationaux ratifiés par la RDC (voir la liste ci-dessous). Il y a des raisons de croire qu’une fois retourner en prison, ces personnes subiront pire que les mauvais traitements.

Tenez ! Il y avait, avant l’évasion :

1. Près de 8000 personnes entassées dans un lieu conçu pour 1500;
2. Une population carcérale constituée à plus de 70% de prévenus ;
3. Des dizaines des personnes emprisonnées arbitrairement pour leurs opinions politiques;
4. Des personnes placées abusivement en détention préventive et demeurées des mois ou des années en détention ;
5. Des personnes demeurées en détention pendant que leur mise en liberté a été ordonnée, notamment suite à une mesure d’amnistie ou de grâce ;
6. Des visites soumises aux paiements des frais illégaux ;
7. Des mineurs détenus dans les mêmes locaux que les adultes ;
8. La détention qui ne respecte pas l’hygiène, pas d’alimentation ni soins médicaux ;
9. Des personnes atteintes des maladies contagieuses vivant aux cotés des personnes saines.

En somme, au regard de ce qui paraît comme une négligence notoire des services de sécurité, au manque de souci de justice de la part du Gouvernement, ainsi que des graves violations des droits humains garantis aux détenus ; les chercheurs de PAD-CIPO recommandent à :

1. La population de ne pas collaborer avec la PNC, afin de ne pas cautionner d’autres atteintes aux droits humains ;
2. Le Gouvernement doit (i) donner des amples explications à la population, sur le disfonctionnement du système de sécurité observé cette nuit-là ;  (ii) mettre sur pied un plan d’amélioration des conditions de détention dans tous les lieux carcéraux de la République ; et, (iii) reconquérir la confiance en remettant Gédéon Kyungu Mutanga à la Justice.

Instruments juridiques internationaux et lois congolais organisant les services pénitentiaires.

1. Déclaration Universelle des Droits de l’Homme
2. Charte africaine des droits de l’homme et des peuples
3. Pacte international relatif aux droits civils et politique
4. Ensemble de principes pour la protection de toutes les personnes soumises à une forme quelconque de détention ou d’emprisonnement
5. Ensemble de Règles minima pour le traitement des détenus
6. Constitution de la RDC
7. Code de procédure pénale
8. Code judiciaire militaire
9. Ordonnance n°344 du 17 septembre 1965  portant organisation du régime pénitentiaire (RP)
10. Ordonnance-loi n° 78/289 du 3 juillet 1978 relative aux attributions des officiers et agents de police judiciaire
11. Arrêté d’organisation judiciaire 87-025 du 31 mars 1987 portant comités de gestion des établissements pénitentiaires
12. Ordonnance n°78/16 du 4 juillet 1978 relative à l’enfance délinquante.


MCN Team / mediacongo.net
4025 suivent la conversation
16 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

KANAMBE ALIAS H | XYHQLF1 - posté le 21.05.2017 à 16:25

Ce ministre n'a pas honte,il avait detourne le separateur de la SOMINKI a kalima dans sa propre province sans etre condamne,en plus lors de l'occupation de RCD a kindu il a aux rebelles de devaster toute la commune d'Alunguli c'est a dire tuer toute la population et detruire toute les maisons pour qu'il fasse ses plantations de cafe.Imagine cela decimer une grande population pour le cafe,ca c'est pas un crime contre l'humanite?chose grave aujourd'hui ministre de la justice?est ce que cette justice existe rellement au congo ou c'est une chanson?Quelqu'un qui fait du mal dans sa propre province,quelle sera sa reaction face aux autres province?Vraiment tout ce qu'il parle,il parle mais sans...

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
ADNT | JBKPC2Z - posté le 21.05.2017 à 14:29

Vous n'avez pas à le demander à la populations chers chercheurs...la population ne dénoncera aucun évadé. d'ailleurs la date du 17 mai ne sera plus celle de la libération de par l'AFDL-le conglomérat des aventuriers, dixit Mzéé LAurent Désiré Kabila. Mais la date du 17 mai est désormais celle de la liberté retrouvée du peuple opprimé et emprisonné par le regime.

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
kishabongo | G55JKJ9 - posté le 21.05.2017 à 13:50

IRDH NE SE TROUVE PAS EN POSITION DE L'ILLEGALITE ET OBSTRUCTION DE L'EXECUTION DE LA JUSTICE EN FAISANT PAREIILLE DECLARATION ??

Non 2
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Povlon | J6FQNPS - posté le 21.05.2017 à 13:41

La police doit savoir que le buyudas na ba musamarias bayokana te. Police soki tobimi po yo revendiquer ba droit na biso de mort. Montage na siège ya UDPS. Sikoyo to aider bango. Non non non et non

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Christopher Columbus | VLQA7LZ - posté le 21.05.2017 à 12:37

Ils ont oublié une condition, que tout le monde connaît: LE MINISTRE DE LA JUSTICE DOIT D'ABORD DEMISSIONNER! Il prétend que les responsables au plus haut niveau seront sanctionnés, mais qu'il nous dise alors: c'est quel niveau si ce n'est pas lui? Le premier ministre ou le président de la république?

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Christopher Columbus | VLQA7LZ - posté le 21.05.2017 à 12:04

Moi, ce qui m’impressionne, c’est, au-delà de la clarté des arguments fournis, le courage de ces messieurs et dames de PAD-CIPO qui savent très bien qu’en faisant ce qu’ils viennent de faire, ils encourent les attaques des « tenants » du pouvoir. Un pouvoir usurpé, mais pour eux, le pouvoir en RDC est leur propriété privée.PAD-CIPO a droit à notre soutien sans faille.

Non 0
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
croyant | CB48T5L - posté le 21.05.2017 à 12:01

Mascarade ou réalité, il serait mieux d'analyser si le gouvernement n'est pas derrière cette prétendue évasion peux être pour liquider certaines personnes. Soyez vigilants et prudents mais si c'est une réalité alors bravo à ce commando

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Eclaireur | XTOD221 - posté le 21.05.2017 à 10:40

Ceci démontre la barrière qu'il y a entre les gouvernants et les gouvernes, alors qu'il ne devrait pas y en avoir et c'est bien dommage. Kanyama n'a pas favorise la mise en place d'une police de proximite et voila qu'en pareille circonstance, la population ne se retrouve pas dans son appel a collaborer. C'est un signal fort que les gouvernants doivent prendre au sérieux puisque qu'adviendra t-il si la ville de Kinshasa fait face a l'invasion des rebelles comme ce fut en 1998 avec le régime de M'zee qui n'a survécu que grâce a la collaboration de la population, principalement celle de la Tshangu?

Non 0
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Je suis RDC | 4EJDR32 - posté le 21.05.2017 à 09:08

Merci bcp pour cette explication, Ce pseudo ministre devrait démissionner il y'a longtemps si Bruno ou kabila était lucide.

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
RD. Congo | M55EK47 - posté le 20.05.2017 à 23:23

Qu'attend Alexis Ntambue MUAMBA pour démissionner, toujours l'esprit de WUMELACRATIE même dans l'échec sans honte?

Non 1
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Josue Nyalulera | DD7OOCQ - posté le 20.05.2017 à 21:53

Nous avons des autorités irresponsables... Ils faut que le Ministre de la Justice demissionne.

Non 1
Oui 10
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme! | ET86R2M - posté le 20.05.2017 à 21:04

Ils n'ont jamais été capable de juger les vrais coupables et malfaiteurs qui circulent librement parce que: NDEKO YA, LEKI YA, SEMEKI YA , NOKO YA... Voilà maintenat ce peuple que vous avez superbement IGNORÉ vous osez faire recours à lui pour justifier votre forfait. C'EST LE MOMENT ET L'HEURE EST VENUE; TOUT DOIT ÊTRE CONNU CLAIREMENT: QUI A FAIT QUOI. SINON DÉMISSIONNEZ TOUS ET QUE LE PRÉSIDENT DU SENAT ORGANISE LES ÉLECTIONS DANS SIX MOI.

Non 1
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
KANAMBE ALIAS H | XYHQLF1 - posté le 20.05.2017 à 19:03

Merci pour cette interpellation qui parait etre tres logique et fonde,Kanyama n'a jamais collabore avec la population.Il dit que tout regroupement de 10 personnes sera disperse lors des manifestations,et plus il dit a la population qu'avant de sortir pour aller manifester il faut d'abord regarder les photos de ta famille car tu peux et ne pas revenir vivant.Comment alors lui ennemi jure de la population peut aujourd'hui fasse a sa defaite demander la collaboration de la polation alors que quand il est dans la position de force il pietine la population et leur droit?Je pense il a oublier le chemin,cette demande de collaboration n'aura jamais lieu,qu'il oublie cela lui est le debut et la...

Non 1
Oui 17
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Makila ya peuple | FBXY8SO - posté le 20.05.2017 à 17:50

Signe de temps de la fin olingi mbongo ndima pe liwa

Non 0
Oui 13
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Ananie | 1AO2AR2 - posté le 20.05.2017 à 17:03

Logique à mon avis. Ils savent identifier 6,000 mercenaires, contrôler les activités des opposants, mais ne peuvent pas intervenir à une invasion de près de 3heures dans un lieu aussi stratégique qu'une prison centrale. Sous d'autres cieux, le ministre de la justice devrait rendre le tablier.

Non 0
Oui 16
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Le combattant et résistant silencieux | OXNG9KX - posté le 20.05.2017 à 16:43

Longonia

Non 0
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Jean Mabi Mulumba nommé DG du Bceco