mediacongo.net - Actualités - RDC : Incertitudes à toute épreuve



Retour Politique

RDC : Incertitudes à toute épreuve

RDC : Incertitudes à toute épreuve 2017-07-12
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/07-juil/10-16/kinshasa_boulevard_30_juin_17_0001.jpg Kinshasa-

En République Démocratique du Congo, 80 millions d’habitants, 80 fois plus grand que la Belgique, plus grand pays francophone dans le monde, plus…, le temps s’est arrêté. Les Congolais s’interrogent. Les réponses d’hier ressemblent à celles d’aujourd’hui. Il y a un les titres de la presse du monde entier se doutaient qu’une élection se tienne en décembre 2016. Un an après, on prend les mêmes et on recommence. Sur le bord du fleuve Congo, on cherche toujours, désespérément, les élections. Et ce n’est pas fini.

Ce n’est pas fini car le vendredi dernier, ce que beaucoup redoutaient à Kinshasa est arrivé. Loin depuis Paris. À 8000 km de la capitale. De la bouche même du président de la Commission électorale, les Congolais ont appris qu’ils ne se rendront pas aux urnes en décembre 2017 comme l’avait pourtant fixé l’accord de la Saint Sylvestre obtenu après d’âpres négociations. Après avoir permis d’évitér un nième bain sang quelques jours plus tôt, le 19 décembre 2016, le jour où le chef de l’État n’est plus officiellement président.

Officiellement. Car depuis ce « 19 décembre » l’opposition dénie à Joseph Kabila la légitimité de continuer à gouverner aux destinées du pays. Parce que coupable de reporter indéfiniment l’échéance de son bail au palais présidentiel, « de tout faire pour bloquer toute possibilité de voir les élections se tenir dans le pays », comme l’en a encore accusé le Rassemblement ce lundi. Comme il y a un an.

Le 4 juin dernier, les Congolais apprenaient, avec étonnement que le président n’avait « jamais promis les élections ». Une phrase malheureuse sortie par Joseph Kabila devant les journalistes allemands du Der Spiegel, que le chef de l’État a tenté depuis de corriger. Mais qui traduit surtout le zigzag qui caractérise cette longue route présidentielle.

Une pluie de prétextes

On en oublierait certains, mais une élection présidentielle n’aura jamais été autant parsemée d’embûches. Du calendrier global, trop global du regretté président de la Ceni Apollinaire Malu-Malu du 12 février 2015, explosé en plein vol avant même d’avoir connu un début d’application, aux excuses parisiennes de son successeur Corneille Nangaa, au milieu de deux extrêmes c’est une pluie de prétextes autant réelles que contestées, qui a marqué le débat politique.

Janvier 2015, Kinshasa est à feu et à sang. Pas question pour l’opposition de laisser passer une loi électorale susceptible de poser les bases d’un referendum constitutionnel. Mais en faisant plier le Pouvoir, l’opposition ne fait ce jour là qu’écarter un stratagème. Elle doit désormais s’affairer avec la révision du fichier électoral, indispensable pour disposer des données fiables sur le nombre exact des électeurs, mais dont personne ne sait à quel moment l’opération doit prendre fin. En visite en Ouganda le 4 août 2016, Joseph Kabila y va même d’un nouveau commentaire se risquant d’avancer que le calendrier électoral ne serait connu qu’une fois l’enregistrement des électeurs terminé. Tollé au sein de la classe politique. Rebelote, une semaine plus tard, à Dar es Salam, la raison qui retarde les élections change. Ce n’est plus vraiment le fichier électoral, mais les 10 millions des « nouveaux majeurs à qui personne ne doit priver le droit de voter.

Il faut ajouter à cette liste le conflit au Kasaï venu consolider la rhétorique favorable à cette prolongation qui n’en finit jamais. Victime de la violence de Kamwina Nsapu, la Commission électorale ne s’est pas d’ailleurs fait prier pour faire ses bagages et quitter cette région devenue une nouvelle poudrière. La Ceni, dont le président réclame aujourd’hui plus de temps pour organiser « des bonnes élections ». Quand ? Incertitude.


Cas Info
2192 suivent la conversation
9 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Wababam | RARO3NV - posté le 14.07.2017 à 11:56

Dieu n'est jamais pour le mal (vol,meurtres,assassinats,détournements des fonds et que sais-je encore)la bible dit que:" Le Seigneur connaît ceux qui lui appartiennent; et: Quiconque prononce le nom du Seigneur, qu'il s'éloigne de l'iniquité."

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Wababam | RARO3NV - posté le 14.07.2017 à 11:52

Jckmzlo pourquoi me traites-tu d'incrédule???ou peut-être tu ne comprends pas bien ce que je voulais dire...? parce que tu as parlé dans le même sens que moi...

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Notre Congo_Rdc | D354S4K - posté le 13.07.2017 à 11:55

LES INCREDULES Mwena Kananga - 12.07.2017 20:41; Pona Congo Lisolo ya Congo - 13.07.2017 06:57; Wababam - 13.07.2017 09:05 et Anonyma - 13.07.2017 10:24 le "PEUPLE" peut tout préparer au finish, DIEU ESPRIT SAINT aura le dernier mot sur la RDC, le pays de TATA SIMONI KIMBANGU. Rien ne se fera sans l'aval de ce dernier car c'est son patrimoine.

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyma | XV8H4U6 - posté le 13.07.2017 à 10:24

Qoui quíl en deplaise a`certains detracteurs, le temps ne se prete plus aux aventures de Kabila et Nanga. Toutes les strategies montees ne tiennent plus et la grogne sociale decide deja de leur sort!lA Majorite'comme lópposition ont des familles qui en payent le prix sans difference. Lisez l'histoire politique du monde, ce sont souvent les droits sociaux et economiques qui ont precipite'la fin des regimes solides soien- ils! Chaque chose a son temps et c'est trop tard pour reister devant l'ouragan de l'histoire, mur ou pas mur le fruit va tomber!

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Wababam | RARO3NV - posté le 13.07.2017 à 09:05

ceux qui ont refléchi sur le cours de l'histoire ont conclu que l'on peut tromper une partie du peuple tout le temps,on peut tromper le peuple une partie du temps mais on ne peut pas tromper tout le peuple et tout le temps; le temps impose le dépassement et l'usure ce qui fait que defois sans oppositions et contestations des choses prennent fin parce usés par le temps et les circonstances.Nzambe nde Mokonzi.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Merlin Massamba Amba | Y7P79AW - posté le 13.07.2017 à 06:57

Quand le peuple se prépare personne ne peut faire une bonne lecture du cote de ceux qui mangent et dansent, une chose est vraie que décembre sera sans le commandant Hippo, je mets ma mains au feu, les plates formes pour sauver la démocratie et l’ordre institutionnel sont en formation, et nous allons chasés le commandant Hippo et sa milice. Pona Congo Lisolo ya Congo

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mwena Kananga | DE4ZTH5 - posté le 12.07.2017 à 20:41

Le duo Joseph Kabila-Corneille Nanga fait vraiment une bonne équipe. Chacun a son tour tacle, drible et marque des buts dans une grande confusion créée par la MP contre le peuple. Mais la prolongation risque d'être chaude, car c'est le peuple qui gagne toujours.......

Non 0
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Nouvelles nominations dans les entreprises publiques: Yuma remplacé à la Gécamines