Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 08 avril 2024
mediacongo
Retour

Politique

Echauffourées à Kenge : versions contradictoires sur l’altercation entre policiers et militants de l’Envol

2017-11-21
21.11.2017
2017-11-21
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/09-septembre/4-10/sesanga_delly_17_003.jpg -

Le député national Delly Sessanga a été violenté, le 18 novembre dernier à Kenge, dans l’ex Bandundu, alors qu’il s’apprêtait à s’adresser à sa base, au mépris de ses immunités.

Qu’est-ce qui s’est réellement passé à Kenge (Kwango) le 18 novembre dernier ? Question à plusieurs inconnues lorsqu’on sait que les versions divergent autour du dérapage qu’a connu la manifestation qu’entendait organiser ce jour-là, le parti « Envol » du député Delly Sessanga.

Venus de Kinshasa en masse à bord des véhicules réquisitionnés, les militants et cadres de l’Envol n’ont pas pu, hélas, organiser leur manifestation. Celle-ci s’inscrivait dans le cadre de la restructuration des comités fédéraux et de la coordination provinciale du parti. L’occasion était belle pour son leader, par ailleurs, coordonnateur de l’Alternance pour la république (AR), plate-forme affiliée au Rassemblement, de s’entretenir avec sa base autour des enjeux politiques de l’heure. Le meeting programmé à cette fin, au siège de l’Envol/Kenge, n’a pas eu lieu.

Les forces de l’ordre qui se sont interposées ont empêché la tenue du meeting ainsi qu’une éventuelle rencontre entre les responsables de ce parti politique. D’après des sources sur place, il ressort que le député Delly Sessanga et ses partisans ont été pris à partie et molestés par les policiers, alors qu’ils s’apprêtaient à débuter leur manifestation. La police, à en croire la même source, n’aurait pas laissé au leader de l’Envol le temps de s’adresser à ses militants venus nombreux. Elle s’est même illustrée par des voies de fait sur le responsable politique qui s’est tiré au petit bonheur après avoir été sérieusement violenté.

Une version que partage le porte-parole de l’Envol qui confirme la « répression sans nom » perpétrée contre les membres du parti ainsi que sur la personne du député Delly Sessanga, au mépris de ses immunités parlementaires. « Nous avons rencontré une répression sans précédent, jusqu’au point d’agresser physiquement le président Delly Sessanga, de lui arracher ses chaussures, de le séquestrer », a déclaré Me Lenga. Six personnes blessées dont quatre par balles et deux par matraques, tel est le bilan qu’il dresse à la suite de l’intervention énergique de la police.

Cette retranscription des faits n’est cependant pas partagée par les autorités policières qui rejettent tout en bloc. Pour la police nationale, la manifestation de l’Envol n’avait pas reçu le quitus de la mairie de Kenge et, par conséquent, elle n’a fait qu’exercer son devoir de faire respecter la loi. Démentant ces allégations, l’Envol soutient avoir introduit sa requête en bonne et due forme en date du 15 novembre, conformément à la Constitution (art.26), auprès du maire de la ville avec copie pour information au gouverneur, au commissaire provincial de la police, aux responsables de l’Agence nationale de renseignement et de la DGM.

Le parti soutient que par le biais de sa coordination provinciale du Kwango, il avait rencontré toutes ces autorités au cours d’une réunion d’harmonisation sans que ces dernières n’aient soulevé aucune objection sur la date, le lieu et l’heure de la manifestation. Tout ce qui s’est passé avec l’interdiction du meeting procéderait, selon l’Envol, d’une mauvaise foi de la part des responsables de la police.  

Quant à l’utilisation disproportionnée de la force imputée aux policiers face aux manifestants à main nue, le colonel Pierrot Mwanamputu a laissé entendre que la police a fait usage de gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes pour disperser la foule. Il a ajouté que cela n’a été qu’en réaction à la provocation des membres de l’Envol qui se sont illustrés par des jets de projectiles sur les policiers. Des sources indépendantes, l’on apprend « qu’il est interdit des regroupements de gens en cette période d’agitations politiques ».  Dossier à suivre.


Adiac-Congo
C’est vous qui le dites : 11 commentaires
8493 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


Mbala @1F5VEN1   Message  - Publié le 22.11.2017 à 05:16
Pays de merde! Les lois, il y en a pour tous. Mais elles sont appliquées pour un groupe de gens. C'est regrettable.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Musa @G14FZFF   Message  - Publié le 22.11.2017 à 02:24
Delly Sessanga la RD Congo est infiltre' a tout niveau en commencant par l'armee' et la police sont des RWANDAIS. Nos policier Joseph Kabila les a desarmee's puiqu'il n ' a plus confiance a eux. les policier que vous voyez la ne parle pas LINGALA, ils parlent LE NIA RWANDA. Ils sont les etranger. Comment faire pour recuperer notre pays? Ce de faire le SOULEVEMENT POPULAIRE pour chasser tous ces etranger dans notre pays. Alors tous les opposants mobilisez le peuple pour qu'on va dans la rue puisque Joseph Kabila n'organisera des elections. Il veut rester president a vie.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Mbala @1F5VEN1   Message  - Publié le 21.11.2017 à 15:32
Pays de merde! Les lois, il y en a pour tous. Mais elles sont appliquées pour un groupe de gens. C'est regrettable.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Mutombenakapot @BC9NJC4   Message  - Publié le 21.11.2017 à 15:19
Une police mal payée, mal formée et mal éuipée peut comprendre quoi en dehors des viols et vols?

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
GERENIMO @8AX36TW   Message  - Publié le 21.11.2017 à 14:54
cher jckmzlo tes propos sont insensés, votre famille politique la MP est la premier à violer les lois de la République est pourtant le droit de manifester est reconnues par la constitution bokokima mboka oyo

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Le Congo de Lumumba @LY2RMM4   Message  - Publié le 21.11.2017 à 14:33
La police n'a pas encore compris que le temps de la fin est déjà là. Un ordre mal donné (de disperser les manifestants) ne s'execute pas. La police peut seulement appeler les gens à manifester en faisant semblant de dispercer comme le temps de MOBUTU

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Anonyme @HZAH61S   Message  - Publié le 21.11.2017 à 14:10
Mwana mputu c'est l'Omalanga de la police.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Mutombenakapot @BC9NJC4   Message  - Publié le 21.11.2017 à 13:19
Quelle agitation? On est à Harare?

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Notre Congo_Rdc @D354S4K   Message  - Publié le 21.11.2017 à 13:08
La police doit faire son travail et la population à son tour doit respecter les lois du pays. DS s'il continu à s’entêter il sera diminuer jusqu'à la dernière énergie. Nous avons dit.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
right
Article suivant Congrès de l’UDPS : une réunification Limete/Kasavubu en vue ?
left
Article précédent Motion de défiance contre Okitundu rejetée, Munubo réagit en 4 points !

Les plus commentés

Politique Les graves accusations du cardinal Ambongo contre le gouvernement congolais !

20.04.2024, 28 commentaires

Politique Noël Tshiani Muadiamvita : ‘‘La Constitution actuelle empêche la RDC d’aller vite vers le développement’’

19.04.2024, 16 commentaires

Politique Spéculation autour du rôle de Maman Marthe : « Elle incarne la vision prophétique du parti, UDPS, devant guidé l’action politique du Président de la République. » ( Lisanga Bonganga)

19.04.2024, 15 commentaires

Société Détournement de 100 millions $ : Kamerhe, Rubota, Amadou Diaby, Bachielly, Nicolas Kazadi et Saleh, complices de Kasenga[Confidences]

19.04.2024, 12 commentaires

Ont commenté cet article



Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance