Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 01 juillet
mediacongo
Retour

Politique

Adolphe Muzito : « le Palu présentera un candidat à la présidentielle de 2018 »

2018-01-31
31.01.2018
2018-01-31
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/01-janvier/22-31/muzito-adolphe-interview-palu.jpg -

Dans une interview au « Journal du Citoyen », hebdomadaire indépendant d’éducation civique, dans son édition du 26 janvier, le Premier ministre honoraire et éminent cadre du Parti Lumumbiste Unifié (PALU) fait le tour de l’actualité politique du pays. Muzito confie que la formation chère au Patriarche Gizenga se prépare pour former un regroupement autour d’un programme dans le cadre d’une coalition pour aller aux élections. Il affirme à l’occasion que le PALU présentera un candidat à l’élection présidentielle de 2018, l’alliance entre le PALU et le PPRD étant tombée caduque depuis la fin du mandat du Raïs en décembre 2016.

Une transition sans Kabila ? « On ne peut pas réclamer l’application de l’Accord de la Saint-Sylvestre, qui maintient Kabila au pouvoir, et parler d’une transition sans Kabila », analyse Muzito.

Parlant du calendrier électoral publié le 5 novembre dernier par la CENI, l’ancien Premier ministre le juge « hypothétique ». « Si un calendrier électoral est truffé de contraintes, cela signifie que pour l’appliquer, il faut élaguer tous les écueils listés », dit-il dans l'interview.

Journal du Citoyen (JDC): Dans une déclaration politique rendue publique à la mi-janvier, le patriarche Antoine Gizenga a présenté un tableau noir de la situation sociopolitique en RDC. Cadre du Palu, avez-vous un commentaire à ajouter ?

Adolphe Muzito : Il n’y a pas de commentaires particuliers à faire sur ce que le patriarche Antoine Gizenga a dit. Il a eu le courage, comme d’habitude, de faire remarquer que notre pays est dans une impasse politique, dans la mesure où il est dirigé par des institutions qui n’ont plus le mandat du peuple.

Les mandats du Président Kabila et du Gouvernement avaient pris fin depuis décembre 2016, tout comme ceux des parlementaires. Il revient donc aux acteurs politiques et à ceux de la Société civile de se concerter afin d’organiser une transition, en mettant en place un Gouvernement comprenant les opposants, l’ancienne Majorité - dont le mandat s’est terminé en décembre 2016 - et les anciens opposants à cette ancienne Majorité.

Certes, on a mis en place le Comité National de Suivi de l’Accord (CNSA) et un Gouvernement, mais il se trouve que la crise politique perdure dans notre pays. L’Accord, dont sont issues ces institutions, a prévu la tenue des élections en décembre 2017. Ce qui n’a pas été fait. Conséquence : on est toujours embourbé dans une impasse politique.

Bien plus, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a publié un calendrier convoquant la présidentielle le 23 décembre 2018. Pour nous au PALU, ce calendrier est encore un projet. Si un calendrier électoral est truffé des contraintes, cela signifie que pour l’appliquer, il faut élaguer tous les écueils listés. Aussi, ces contraintes sont une preuve que la CENI n’a pas collaboré avec le Gouvernement pour lever les contraintes financières en ce qui concerne, par exemple, le décaissement de fonds. Pour nous, ce calendrier est hypothétique.

JDC: Quelle solution le PALU propose-t-il pour sortir de cette impasse politique ?

Il faudra que les acteurs politiques et les opérateurs de la Société civile se mettent autour d’une table pour examiner l’Accord de la Saint-Sylvestre, qui comprend des acquis. Ainsi, en préservant ces acquis, qu’on puisse aussi améliorer ceux qui doivent l’être. Qu’on puisse aussi discuter du calendrier de la CENI pour l’harmoniser, en invitant le Gouvernement à donner des gages en ce qui concerne le décaissement de fonds dans le délai préconisé par la Centrale électorale. Si tel n’est pas le cas, il faudra que la classe politique s’assume.

Vous avez suggéré la mise en place d’une période de transition. L’Opposition, réunie au sein de la plate-forme nommée Rassemblement, exige une transition sans Kabila. Quel est votre point de vue par rapport à cette approche ?

Une « transition sans Kabila » ne peut se faire que si l’on fait partir Kabila par la force ou qu’on obtienne de lui sa démission volontaire. Dans l’hypothèse où il démissionnait, on peut organiser une transition suivant la procédure prévue par la Constitution, avec l’intérim du Président du Sénat.

Selon la loi fondamentale, ce dernier a 60 jours pour organiser les élections. Au-delà de ce délai, comme le prévoit la Constitution, une période de transition sera instaurée. Mais, si on le fait partir de force, il faut, dans ce cas-là, élaborer un Acte de transition. Or, qui dit Acte constitutionnel de transition fait allusion à la mise en veilleuse de l’actuelle Constitution. Pour moi, « une transition sans Kabila égale Kabila après transition ».

Par ailleurs, aller aux élections avec Kabila, dans le cadre de la Constitution actuelle, appelle le maintien de l’actuelle Loi fondamentale qui empêche Joseph Kabila de briguer un 3ème mandat. Il faut donc faire le choix, parce qu’on ne peut pas réclamer l’application de l’Accord de la Saint-Sylvestre, qui maintient Kabila au pouvoir, et parler d’une transition sans Kabila.

En clair, ceux qui soutiennent l’idée d’une « transition sans Kabila » veulent une période de transition qui sera régie par un Acte de transition, après lequel une nouvelle Constitution sera adoptée et celle-ci fera rebondir Joseph Kabila.

En 2006, le patriarche Antoine Gizenga et Joseph Kabila signaient une alliance politique qui attribuait la Primature au PALU. Douze ans après, où en est-on avec cet Accord politique ?

 

L’Accord signé en 2006 s’était terminé à la fin du premier mandat du Président Kabila, avant de signer un autre qui, lui aussi, a déjà expiré. Actuellement, les deux camps ne sont plus régis par un quelconque Accord.

En politique, un Accord signifie que deux forces politiques se mettent ensemble pour demander un mandat au peuple. Quand celui-ci donne ce mandat, cela signifie qu’il soutient cette alliance. Le peuple a soutenu cet accord, le temps d’un mandat de cinq ans. Après ce mandat, ledit accord était tombé, parce qu’il ne bénéficiait plus de la légitimité de notre base.

En plus, les deux partenaires n’ont plus un programme commun qui sous-tend cet accord. Or, actuellement, nous sommes dans une transition qui fait appel à toutes les forces politiques. Qu’il s’agisse des anciens de la Majorité ou des anciens de l’Opposition. Aujourd’hui, il n’y a plus de clivage Opposition – Majorité. Il y a toutefois des forces politiques et sociales réelles sur terrain, appelées à gérer consensuellement la période de transition, selon un programme commun ou sur une base politique, mise en place par les forces politiques en présence.

En attendant, quelles sont les perspectives électorales de votre parti, le PALU ?

Notre parti, comme tous les autres partis historiques, se prépare pour former un regroupement autour d’un programme dans le cadre d’une coalition pour aller aux élections. Si nous n’avons pas la majorité – probablement aucun regroupement politique n’aura la majorité pour gérer seul – nous serons obligés de former une coalition. En attendant, le patriarche Antoine Gizenga a affirmé, dans son dernier message, que le PALU présentera des candidats à tous les niveaux. En clair, notre parti présentera un candidat à l’élection présidentielle.

Dans votre 8ème tribune, vous préconisiez le regroupement des partis politiques pour renforcer la pratique démocratique en RDC. Comment voyez-vous le futur paysage politique congolais, après la promulgation de la nouvelle Loi électorale qui instaure le seuil de représentativité ?

Avec le seuil de représentativité, la RDC pourrait compter 10 grands partis ou regroupements politiques, au lieu de 800 comme aujourd’hui. Mais avec la fixation des cautions, il y a une hypothèque. C’est la problématique du financement des élections, en augmentant la caution, qui sera difficile à payer par plusieurs partis. Peut-être que ceux qui sont au pouvoir peuvent se frotter les mains, parce qu’ils auront sûrement les moyens de payer la coûteuse caution et de financer leurs campagnes électorales. Mais, le jour où ils perdront le pouvoir, ce sera la mort subite.

On a vécu cela avec le MPR/Parti-Etat à qui appartenait le sol et sous-sol, parce qu’il incarnait l’Etat. Avec la chute du maréchal Mobutu, le parti qui n’avait rien en privé, a presque disparu, parce que tout appartenait à l’Etat. C’est pour dire que ceux qui dirigent aujourd’hui ne doivent pas laisser les autres formations politiques dans la précarité, alors qu’il existe une loi qui fixe les modalités du financement des partis politiques, mais qui n’a jamais été appliquée.

Au PALU, nous promettons de défendre cette loi au dialogue, si dialogue il y aura. Mais, pour moi, il y aura dialogue. Car, celui qui veut faire partir Kabila doit penser à un dialogue pour organiser la transition. Sinon, il doit s’en tenir à l’Accord de la Saint-Sylvestre avec comme conséquence, que l’actuel chef de l’Etat reste en fonction.

Pour revenir à la problématique de la caution, selon des calculs, un parti qui veut présenter des candidats à tous les niveaux doit payer une caution de 5 millions de dollars américains. A ce montant, il faut ajouter des frais connexes qui peuvent aller à 15 millions de dollars américains. Pour couvrir tous les frais, un parti peut dépenser 20 millions de dollars pour participer aux élections en RDC.

Présentement, je ne connais pas un parti qui sera prêt à débourser un tel montant pour concourir aux élections, à part ceux qui utiliseront les moyens de l’Etat. Encore que, sur les chiffres que je viens d’avancer, je n’ai pas inclus les frais de la campagne électorale...

Rombaut Kasongo
JDC / Forum des As / MCN, via mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 17 commentaires
8613 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


Prof. Dr.Robert KIKI @WE8J2GQ   Message  - Publié le 31.01.2018 à 14:59
La responsabilité de la crise congolaise est collective y compris ceux de l'opposition qui veulent une chose et son contraire svp Citoyen ,comme réclamer l’application de l’Accord de la Saint-Sylvestre, qui maintient Kabila au pouvoir, et parler d’une transition sans Kabila ».

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Merlin Massamba Amba @Y7P79AW   Message  - Publié le 31.01.2018 à 14:57
il est permis de rever le parti n'a pas vraiment de poid politque pour battre le candit president de l'opposition ne se place meme a la 3eme place comme en 2006 #Pona Congo

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Hassan M @ZHEIBSH   Message  - Publié le 31.01.2018 à 14:32
Chers compatriotes, ce ne sont pas nos commentaires ici qui changeront la situation du pays ou le coeur de nos dirigeants Nous devons apprendre a faire des commentaires utiles et instructifs. celui qui etait hier dans le gouvernement peut avoir un point de vue correct sur la marche du pays aujourd'hui Arretons d'insulter.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
BOB LEADER @WY7WLXT   Message  - Publié le 31.01.2018 à 13:25
BANISSONS LA HAINE, LE MENSONGE ET L'EGOISME. LA RDC MERITE MIEUX.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Salima @TTYVYQL   Message  - Publié le 31.01.2018 à 12:56
Co-gestionnaire de la grabegie avec le pouvoir.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Anynome @7ZNFUTQ   Message  - Publié le 31.01.2018 à 12:35
C'est quoi encore ça? Vous continuez à croire que votre PALU peut nous donner un président capable de diriger ce pays ? C'est une perte de temps et cet article est sans objet !

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
florent @DWIUQ7Z   Message  - Publié le 31.01.2018 à 12:18
médiocre

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Papy tamba @4I7VGUN   Message  - Publié le 31.01.2018 à 12:07
Distraction

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
"Justice" ya mboka n @TYE1YEX   Message  - Publié le 31.01.2018 à 11:21
J'aime bien le "juridisme" comme arguments : une transition sans Kabila induit un Acte constitutionnel qui permettrait à Kabila de rebondir C'est bizarre des qu'on évoque une transition sans Kabila on nous parle respect de textes, de la Constitution Quelle loi fondamentale,Muzito, permet,c'est marqué où,qu'on a le droit de ne pas organiser les élections au terme de son mandat ??N'est-ce-pas un Acte de haute trahison?Serait-ce excessif de l'envisager dans l'esprit du respect de cette Loi fondamentale ??? Lui est régi par cette constitution au mieux il sera sénateur un point un trait La transition ne le concerne pas!!

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Ntshiakala @STKU9P3   Message  - Publié le 31.01.2018 à 11:15
Après de nombreux vols qd on était au pouvoir ,il fallait d'abord passer par la blanchisserie de la MP pour reconnaître aujourd'hui que le PALU est un grand parti qui ne peut pas être un chien couchant du PPRD comme le sont les Kabila Desir et autres Mawa

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Andre Kimbuta @Q1RCLGR   Message  - Publié le 31.01.2018 à 10:34
Tu es malada Muzito, tiens chez toi a Kikwit les rwandais ont deja conquis les paturages pour elever leur bovins tu n'es pas au courant, tout le monde sait que le pays est occupe par les rwandais que vous PALU avec votre vieux Kisengi avait servi des bases pour asseoir les rwandais. Pour le moment c'est d'abord la liberation de notre pays aux mains de rwandais et apres les elections. Tous derrier l'eglise catholique pour faire partir les occupants rwandais. Evitons la distraction

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
VERITE' @MYBMKJD   Message  - Publié le 31.01.2018 à 10:26
Votre PALU de GIZENGA, un papa qui fait la honte de son age, celui qui devait prendre la commande entant que sage, mais comme tout Zairois qui se respecte, il danse au rythme de MEDIOCRES MUSICA. B ZOBA TO KOLOKA.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Mbok'Elengi 10e rue @TSWZGT3   Message  - Publié le 31.01.2018 à 10:03
PALU fait la scroquerie pure et simple Ils sont tous mediocres

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Anonyme @5FV4S9K   Message  - Publié le 31.01.2018 à 09:23
...[CETTE PARTIE DU COMMENTAIRE A ETE SUPPRIMEE POUR CAUSE D'INSULTES & PROPOS NON FONDES],l'histoire vous jugera.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Citoyen @HOODR4A   Message  - Publié le 31.01.2018 à 08:47
Vous avez soutenu le mal pendant dix ans, vous avez une part de responsabilité dan situation actuelle.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Prof. Dr.Robert KIKI @WE8J2GQ   Message  - Publié le 31.01.2018 à 08:40
C'est mieux réfléchi,On ne peut pas réclamer l’application de l’Accord de la Saint-Sylvestre, qui maintient Kabila au pouvoir, et parler d’une transition sans Kabila. C'est une sorte de révolution en pantoufle et en kaki sans lendemain.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Tarzan moteur bis @3WFEUSZ   Message  - Publié le 31.01.2018 à 08:33
Courage!!!

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
right
Article suivant MP: Minaku poursuit la mission confiée par Joseph Kabila auprès des partis membres
left
Article précédent Elections : où sont passées les réserves prévues par Matata ?

Les plus commentés

Politique Le M23 en RDC : le Japon préoccupé par « les grandes quantités d’artillerie sophistiquée »

14.07.2024, 17 commentaires

Société " L'invitation de Koffi Olomide au parquet général près la Cour de cassation est une insulte de trop pour notre peuple" (Fayulu)

15.07.2024, 10 commentaires

Politique UDPS : l’éclatement, une question d’heures

15.07.2024, 9 commentaires

Afrique Les RDF et UPDF renforcent davantage leur soutien au M23 (Gouvernement de Kinshasa)

13.07.2024, 7 commentaires

Ont commenté cet article



Ils nous font confiance