Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 08 avril 2024
mediacongo
Retour

Société

Mgr Ambongo : « L’interdiction des marches est anticonstitutionnelle »

2018-02-24
24.02.2018
2018-02-24
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/02-fevrier/19-25/monseigneur-fridolin-ambongo.jpg -

Monseigneur Fridolin Ambongo. (© greenjesuit.org)

Lors d'une interview accordée à la radio Vatican, Le vice-président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) et évêque coadjuteur de l’archidiocèse de Kinshasa, Mgr Fridolin Ambongo, est revenu sur la dernière déclaration de l’assemblée plénière extraordinaire de la Cénco tenue du 15 au 17 février à Kinshasa et a tenu à rassurer que l’épiscopat catholique reste un et indivisible, déterminé à soutenir le peuple congolais engagé dans le combat pour l’application de l’Accord du 31 décembre 2016, le respect de la Constitution et l’avènement d’un Etat de droit.

A quelques jours d’une nouvelle manifestation, le 25 février prochain, à l’appel du Comité laïc de coordination du diocèse de Kinshasa qui demande « la fin de la dictature », l’Église congolaise appelle le pouvoir à lever les édits interdisant les marches pacifiques, et à en finir avec les menaces contre leurs organisateurs.

Dans un communiqué publié lundi 19 février, à l’issue d’une Assemblée plénière extraordinaire, les évêques congolais écrivent qu’ils n'abandonneront jamais leur engagement « pour l'avènement d'un État de droit ». Ils rappellent que l’Eglise n’est inféodée à aucune organisation politique, « sa seule préoccupation est de contribuer au bien-être du Peuple».

La conférence épiscopale congolaise ne se limite pas à déplorer les violences, les enlèvements et cas de tortures, ou la campagne de dénigrement subie par ses membres et en particulier par le cardinal Laurent Monswengo, archevêque de Kinshasa, elle regrette « l’application biaisée et sélective » des Accords de la Saint- Sylvestre, demandant son application « intégrale ». La Cenco réaffirme l’urgence d’aller aux élections cette année, et affiche son unité.

Et, dans une interview accordée à la radio Vatican, Mgr Fridolin Ambongo a tenu à rassurer que l’épiscopat catholique reste un et indivisible, déterminé à soutenir le peuple congolais engagé dans le combat pour l’application de l’Accord du 31 décembre 2016, le respect de la Constitution et l’avènement d’un Etat de droit.

Alors que certains détracteurs voyaient déjà des signes de division au sein de l’épiscopat catholique, notamment à propos de l’organisation des marches pacifiques, Mgr Fridolin Ambongo dit qu’il n’en est rien. « L’épiscopat n’est ni divisible, ni dédoublable », coupe-t-il avec conviction.

Plus que jamais, les pères de l’Eglise catholique de Kinshasa sont déterminés, à en croire le vice-président de la Cénco, à soutenir l’action du Comité laïc de coordination à travers ses marches pacifiques. Pour l’évêque coadjuteur de l’archidiocèse de Kinshasa, les édits d’interdiction des marches pacifiques en RDC sont anticonstitutionnels. « Dès lors, le peuple ne peut pas se sentir concerné par quelque chose qui viole la Constitution », estime Mgr Fridolin Ambongo.

Pour autant, le vice-président de la Cénco se réjouit du fait que l’appel à l’éveil de conscience commence à porter des fruits parmi les Congolais. « Nous pensons que petit à petit le peuple congolais est en train d’évoluer. C’est un peuple qui a pris conscience de sa dignité et qui est prêt à donner le meilleur de lui-même pour vivre digne », se rassure Fridolin Ambongo.

Convaincu que le combat du peuple congolais est noble, le nouvel évêque coadjuteur de l’archidiocèse de Kinshasa croit qu’il portera « des fruits pour le grand bien de l’ensemble ». Mieux, « Le Seigneur, Maître de l’Histoire, finira par donner des fruits à cet effort qui est en train d’être déployé ».

Sur la machine à voter, Fridolin Ambongo prévient sur le risque des contestations postélectorales. « Pourquoi prendre le risque de recourir à une machine qui risque de jeter du discrédit sur les résultats des élections de demain », s’interroge-t-il.

L’ancien évêque de Mbandaka-Bikoro regrette que les dirigeants congolais soient toujours en déphasage avec la souffrance des Congolais. « Nous avons l’impression que cette petite minorité qui a tout, qui vit bien, est même déconnectée de la réalité de son peuple qui souffre », regrette l’évêque coadjuteur de l’archidiocèse de Kinshasa qui croit au changement. Selon lui, l’interdiction des marches qui est imposée au peuple est anticonstitutionnelle.

 

Ci-après, l’intégralité de l’interview de Mgr Fridolin Ambongo accordée à la Radio Vatican: 

Radio Vatican (RV): L’épiscopat parle-t-il d’une seule voix au sujet des marches pacifiques organisées par le CLC ?

Mgr Fridolin Ambongo: Vous savez, depuis la première marche du 31 décembre 2017, il y a eu des commentaires. Il y a eu des insinuations allant dans le sens : les évêques sont divisés, tel ou tel évêque n’est pas pour la marche.

Notre message, c’est pour dire, l’épiscopat congolais c’est comme le corps mystique du Christ. Cet épiscopat n’est ni divisible, ni dédoublable. Les évêques sont tous d’accord sur l’essentiel de leur mission.

RV: Sur l’essentiel, vous parlez aussi d’un éveil de la conscience du peuple congolais, sa détermination à prendre son destin en mains. Vous pensez que c’est à la suite du travail des évêques et de vos déclarations ?

Nous pensons que nous y sommes pour quelque chose. Nos déclarations avec notre grand programme « Education civique électorale », nous pensons que petit à petit le peuple congolais est en train d’évoluer. J’ai même l’impression que les seuls qui ne voient pas le changement chez le peuple, c’est la classe politique.

Mais, la réalité est là. Le peuple congolais n’est plus le même qu’on pouvait manipuler à volonté hier. C’est un peuple qui a pris conscience de sa dignité et qui est prêt à donner le meilleur de lui-même pour vivre digne.

RV: Dans le 5ème point de vos constats douloureux, vous parlez aussi de la polémique autour de la machine à voter pour les prochaines élections…

Nous avions, durant notre assemblée plénière extraordinaire, eu l’occasion d’entendre le président de la Céni, M. Corneille Nangaa, nous parler de cette machine comme il l’a déjà fait en plusieurs circonstances. Mais, nous, comme n’étant pas du domaine, n’étant pas de techniciens, avons émis notre réserve sur cette question qui suscite plus de suspicions.

Notre inquiétude, c’est qu’en utilisant cette machine, on risque d’ouvrir largement les portes aux contestations postélectorales parce que jusqu’aujourd’hui il n’y a pas eu unanimité dans la classe politique autour de l’utilisation de cette machine. Alors pourquoi prendre le risque de recourir à une machine qui risque de jeter du discrédit sur les résultats des élections de demain.

RV: Dans votre recommandation, vous demandez aussi aux autorités d’annuler les édits interdisant les manifestations. Il y a déjà une manifestation prévue le dimanche 25 février. Vous demandez aussi d’arrêter les poursuites et les menaces à l’endroit des organisateurs des marches pacifiques des chrétiens…

Pour la simple raison que l’interdiction des marches qui est imposée au peuple est anticonstitutionnelle. Et dès lors, le peuple ne peut pas se sentir concerné par quelque chose qui viole la Constitution. En plus, les marches prévues jusque maintenant, ce sont des marches qui vont dans le sens de la Constitution.

On ne réclame que la tenue d’élections pour une transition pacifique, démocratique dans notre pays.

Le peuple a fait l’expérience, au point que lui et lui seul peut mieux défendre ses intérêts. Il ne peut plus compter sur la classe politique pour défendre ses intérêts.

C’est pourquoi nous exhortons le peuple à rester debout et vigilant pour veiller à ses intérêts.

RV: Dans la conclusion de votre déclaration, vous dites que la République démocratique du Congo appartient à tous ses fils et filles. Qu’est-ce que vous entendez par là ?

Il suffit de voir la réalité. Ce qui se passe actuellement dans notre pays. Il y a une catégorie de personnes, une infime minorité qui considère le pays comme son patrimoine privé et qui s’est tapé un train de vie qui heurte la misère du peuple, si vous comparez.

Nous avons l’impression que cette petite minorité qui a tout, qui vit bien, est même déconnectée de la réalité de son peuple qui souffre. 

Des fois quand vous entendez de grands responsables au niveau du pays parler du Congo comme si c’était un pays qui fonctionnait bien où les choses allaient bien, on se pose la question de savoir si nous parlons du même pays.

RV: Est-ce que cette fois-ci vous serez entendus ?

Nous sommes des prophètes. Le rôle du prophète, c’est d’alerter, d’éveiller lorsqu’il y a un danger à l’horizon. Le prophète peut être écouté tout comme il ne peut pas être écouté. Mais cela ne nous décourage pas.

Nous pensons quand même que notre peuple écoute la voix de ses pasteurs. Pour nous, c’est la chose la plus importante. Même si la classe politique, de façon globale, n’est pas portée à écouter les alertes du pasteur, mais tôt ou tard ils se feront rattrapés par l’Histoire.

RV: Monseigneur comme conclusion, vous rendez hommage aux morts et aux blessés et vous exprimez votre compassion aux familles éprouvées…

Les deux marches organisées jusque maintenant par le Comité laïc de coordination ont été réprimées comme vous le savez. Il y a eu des morts. Il y a eu des blessés. Il y a eu des dégâts. Tout ça a jeté certaines familles dans le désarroi.

Je voudrais ici exprimer toute notre proximité, notre sollicitude pastorale à ces familles éprouvées et à ses familles qui ont eu des blessés graves pour leur dire justement que leur combat est un combat qui est appelé à porter des fruits pour le grand bien de l’ensemble. Qu’ils ne se découragent pas parce que la cause qui est ici poursuivie, c’est une cause noble.

Le Seigneur, Maître de l’Histoire, finira par donner des fruits à cet effort qui est en train d’être déployé. Je dirais tout simplement à toutes les familles éprouvées notre admiration, notre compassion et notre proximité pastorale.

 


Radio Vatican / Le Phare / MCN, via mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 8 commentaires
8569 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


TANGO, LA VOIX DU ZA @L2SJCR1   Message  - Publié le 24.02.2018 à 21:24
NOUS CHANTONS TOUS (DEBOUT CONGOLAIS). CA SUFFIT, NE PERMETTONS A PERSONNE NI A UN GROUPE DE MEDIOCRES DE NOUS ENDORMIR. ON A LE DROIT DE VIVRE L'ALTERNANCE AU SOMMET DU PAYS, ET LE RESPECT DE LA CONSTITUTION A LA LETTRE, CHOSES QUI NOUS ONT ETE VOLEES DEPUIS LE 20 DEC 2016. LA MERDE.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
MARKATo @216STPU   Message  - Publié le 24.02.2018 à 18:11
Courage Monseigneur meme pharaon etait vaincu et ce petit diable finira mal avec sa suite.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
LES KABILISTES PRETS @VZOUPFP   Message  - Publié le 24.02.2018 à 17:25
Nous sommes un peuple humilié et affamé et dont les richesses sont bradées mais à qui un groupe des traitres et corrompus lui refuse même le droit de dire qu'il souffre,qu'il vit dans l'insésurité. NOTRE BOUREAU NOIR NOUS COLONISE COMME LES BLANCS L'ONT FAIT EN USANT DES MENSONGES SYSTÈMIQUES ET EN UTILISANT LES NÔTRES. ALLONS-NOUS CONTINUER A ACCEPTER OU A TOLERER TOUT ÇA? NOS BOUREAUX UTILISENT LA FORCE POUR NOUS ASSUJETTIR COMME LES BLANCS LE FAISAIENT Nous devons utiliser tous les moyens pour en finir et les traitres devront subir le sort DES NAZIS.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Anonyme! @ET86R2M   Message  - Publié le 24.02.2018 à 16:12
Merci Monseigneur; Le plus important est que grâce à cet évéil de prise de conscience lancé aux brebis par ses pasteurs(l'Épiscopat congolais) vient ouvrir les yeux du peuple congolais, qui grâce à cet évéil, a finalement compris la GRANDEUR DE LA LIBÉRTÉ MERCI! L'épiscopat congolais, comme toujours, vient par ce geste, accomplir un TRÈS GRAND TRAVAIL POUR LA DIGNITÉ DU PEUPLE CONGOLAIS:" la libérté ne se donne pas, elle s'ARRACHE" Demain toutes les filles et fils du Congo exprimera encor cette dignité PAR LA MARCHE PACIFIQUE(avec chapelet et Bible) et si les hommes du pouvoir veulent être dignes de cette libérté, ils ne donneront pas l'ordre contraire à cette marche et démarche! BIENVENUE AUSSI AUX PERSONNES DE BONNE VOLONTÉ. Unissons-nous pour la cause noble de la RDC!

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
"Justice" ya mboka n @TYE1YEX   Message  - Publié le 24.02.2018 à 16:00
Monseigneur, merci pour votre sollicitude dans la Paix du Christ Je déduis que celui veut prendre son destin en main marchera,celui qui attend qu'on lui dise quoi faire de son avenir restera à la maison!

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Adolphe @M53ATP7   Message  - Publié le 24.02.2018 à 15:36
Mgr vous avez pleinement raison, malheureusement, vous avez à affaire aux terroristes d’État, qui se nourrissent du sang pour maintenir leur pouvoir! Ce qui veut le Peuple, Dieu veut! Notre Dieu est de notre côté, malgré les tortures, les enlèvements, les arrestations arbitraire, la Victoire est certaine!Demain, nous serons tous au rendez-vous de la Marche héroïque contre l'arbitraire et la dictature. Certes, demain encore le sang des innocents va encore couler! Mais, on ne peut pas manger d’omelette sans casser des œufs Demain, tous derrière la CLC pour faire échec aux affameurs du peuple!

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Nguma @5REW87T   Message  - Publié le 24.02.2018 à 12:07
voila des paroles que notre peuple a envie d'entendre, des paroles vivifiantes, des paroles d'hommes conscients de la situation réelle de notre pays affaibli volontairement par les résidus de l'AFDL qui est un conglomérat d’étrangers. A nos vaillants Évêques nous disons ceci. quand vous traitez avec la MP il faut la considérer comme une institution d'appui a l'occupation de notre patrie, le Zaïre. Vive l’éveil Patriotique.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Le sage @SD3Y66Q   Message  - Publié le 24.02.2018 à 11:26
Grand Merci Monseigneur, nous nous félicitons de cet éveil des consciences piloté par votre église. La fin de la Kabilie est proche. Ils tuerons certes quelques-uns mais ils ne nous tuerons pas tous. Le peuple survivra à leur barbarie alors qu'eux sont appelés à disparaître et cela pour du bon. Courage peuple congolais.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
right
Article suivant Marche du CLC : plusieurs organisations s’invitent à la marche de ce dimanche
left
Article précédent Marche du 25 février: sévère mise en garde des occidentaux

Les plus commentés

Politique Félix Tshisekedi de retour après un voyage mystérieux !

15.04.2024, 26 commentaires

Politique L’opposant Fayulu apporte son soutien au cardinal Ambongo, « victime d’un traitement dégradant »

15.04.2024, 14 commentaires

Société Justice : l'ancien vice-ministre des Hydrocarbures condamné à 20 ans de prison

17.04.2024, 13 commentaires

Politique Formation du gouvernement : Kamerhe demande à Suminwa de privilégier le critère "compétence"

15.04.2024, 12 commentaires

Ont commenté cet article



Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance