mediacongo.net - Actualités - Quand Joseph Kabila veut se choisir dauphin et adversaires

Retour Politique

Quand Joseph Kabila veut se choisir dauphin et adversaires

Quand Joseph Kabila veut se choisir dauphin et adversaires 2018-04-04
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/03-mars/26-31/kabila_joseph_18_004.JPG -

Alors que l'élection présidentielle prévue théoriquement le 23 décembre prochain se profile à l'horizon, Joseph Kabila échafaude plusieurs stratégies pour tenter de garder la main sur le destin du pays.

Il y réfléchit beaucoup et depuis longtemps, selon ses proches. Mais faute de solution réellement satisfaisante, Joseph Kabila n'a pas encore arrêté son choix. Celui de son dauphin pour la prochaine élection présidentielle à laquelle il ne peut juridiquement se présenter pour avoir déjà accompli deux mandats. « Il s'agit de trouver le mouton à cinq pattes », s'amuse l'un des membres de son cabinet. Dans l'esprit de Joseph Kabila, ce dauphin devrait dans l'idéal être tout à la fois populaire (pour attirer a minima l'électorat), mais pas trop (pour ne pas lui faire de l'ombre), être suffisamment loyal (pour lui céder le pouvoir le coup d'après ou, à tout le moins, éviter un scénario à l'angolaise) et, si possible, complaire à la communauté internationale (vis-à-vis de laquelle le président congolais accuse un lourd passif).

Pas facile pour Joseph Kabila de choisir un dauphin pour la présidentielle

Résultat de recherche d'images pour

Du coup, le président (hors mandat) RD congolais s'applique, depuis quelques mois, à faire son casting. Et les candidats de défiler, un par un, dans son esprit. Il y a eu tout d'abord la famille, notamment Olive Lembe et Jaynet Kabila, respectivement épouse et sœur jumelle du chef de l'État ; puis d'anciens proches collaborateurs, à l'instar d'Augustin Matata Ponyo qui commence à rappeler ses anciens membres de cabinet à la primature, croyant dur comme fer qu'il sera l'heureux élu de la kabilie ; une kabilie qui fait exceptionnel pour un événement ne mettant pas directement en valeur Joseph Kabila s'est déplacée en masse, avec à sa tête Jaynet Kabila et plusieurs hauts responsables du PPRD, pour l'inauguration en octobre 2017 à Kindu d'une université portant le nom de l'ex-Premier ministre, ou d'Aubin Minaku, l'actuel président de l'Assemblée nationale, dont les équipes viennent de rouvrir un compte Twitter (initialement ouvert en 2016) au nom évocateur, @AubinMinaku2018, et à la présentation explicite : « Nous avons la conviction qu'Aubin Minaku peut mieux représenter la majorité présidentielle pour lui garantir une victoire certaine »).

Récemment, le 19 mars dernier, Joseph Kabila a convié au Palais de la nation Antoine Gizenga, 92 ans, grabataire, mais toujours président du Palu, un parti-pilier de la majorité présidentielle qui – à l'initiative d'Adolphe Muzito, l'ex-Premier ministre, et du propre fils d'Antoine Gizenga, Lugi, ex-secrétaire général limogé à la suite de cet épisode – a tenté de négocier une alliance avec des partis de l'opposition (l'UDPS, le MLC, l'UNC) en vue de constituer une plateforme commune pour les prochaines élections. Une initiative qui a choqué jusque dans les rangs de la majorité. « Il a fait se déplacer M. Gizenga, un aîné de 92 ans et plus dont on sait tous qu'il n'est pas en bonne santé. Dans notre culture bantoue, cela ne se fait pas. Tout président qu'il est, c'était à Joseph Kabila de se déplacer », déplore un député national membre du Palu.

Mais la transgression pour le président congolais valait la peine. Il lui fallait à tout prix couper court à cette tentative qui aurait été désastreuse sur un plan symbolique, mais aussi pratique pour la majorité présidentielle (le Palu est le second pourvoyeur de parlementaires au sein de la « MP » après le PPRD). Peu importe donc les traditions et les conventions, Joseph Kabila a fait venir à la présidence le patriarche Gizenga, lui promettant au passage de recruter son dauphin dans les rangs du Palu.

Résultat de recherche d'images pour

Mais pour le président, ça n'est, en l'espèce, que faire preuve d'opportunisme. Car cela fait un moment qu'il y songe fortement et sincèrement. Au départ, c'est à Antoine Gizenga, qu'il pense. Son idée est simple. Le président congolais s'en est même ouvert à l'un de ses pairs : faire du « vieux » Gizenga son dauphin et le porter à la présidence de la République. En parallèle, lui, Joseph Kabila deviendrait sénateur à vie (ce que prévoit la Constitution) avant de se faire élire président de la chambre haute. Pariant ensuite, non sans une bonne dose de cynisme, sur le peu de temps qu'il resterait à vivre à M. Gizenga dont l'âge est canonique, il ne lui faudrait guère attendre pour récupérer son fauteuil au Palais de la nation, le président du Sénat succédant automatiquement au président de la République « en cas de vacance pour cause de décès, de démission ou pour toute autre cause d'empêchement définitif » de ce dernier en vertu de l'article 75 de la Constitution de 2006.

Mais un grain de sable est venu se glisser dans cette mécanique que Joseph Kabila pensait bien huilée. « Lors de la visite de Gizenga, le président s'est rendu compte combien le vieux était fatigué. Il a eu peur, du coup, que son scénario manque de crédibilité », confie un de ses proches en off. D'où l'idée d'un recours, issu des rangs du même parti. Un profil non pas idéal, mais qui, aux yeux du président Kabila, serait susceptible de faire l'affaire. Son nom : Martin Kabwelulu, inamovible ministre des Mines depuis 2006, un secteur hautement stratégique à l'origine de la fortune de la famille Kabila. « Martin Kabwelulu, qui a survécu à cinq Premiers ministres, donne pleine satisfaction à Joseph Kabila dans sa gestion du secteur des mines », ironise un responsable de l'opposition.

Le plan B, le plan A et le plan A' de Joseph Kabila pour la suite

Si se choisir un dauphin n'est pas un exercice facile, c'est encore moins un exercice agréable. En particulier pour Joseph Kabila qui n'a pas loin de là fait son deuil de rester au pouvoir en RDC. « Ce n'est qu'en désespoir de cause qu'il se résoudrait à se choisir un successeur », confirme l'un de ses anciens compagnons de route. Le choix d'un dauphin ne serait donc pour Joseph Kabila qu'un plan B.

Car il est un autre scénario, celui que rêve de mettre en œuvre le président RD congolais, même si cela et il en est conscient ne sera pas facile. Il supposerait en effet la collaboration pour ne pas dire la complicité d'une figure majeure de l'opposition qu'il installerait à la primature. Vital Kamerhe ayant définitivement brouillé son image, Martin Fayulu n'ayant pas une stature jugée suffisante par l'entourage du président, et l'option Moïse Katumbi le présidentiable le plus craint par Kabila étant totalement exclue les deux hommes sont à couteaux tirés, il n'en resterait plus qu'un : Félix Tshisekedi qui vient tout juste d'être désigné, samedi 31 mars 2018, président de l'UDPS.

 

Pour Joseph Kabila, le fils de feu Étienne Tshisekedi constituerait la prise de guerre idéale. Celui à qui il rêve de donner la primature. Non par souci de faire un geste de décrispation politique ou d'ouverture envers l'opposition, mais parce que contrairement à Samy Badibanga et à Bruno Tshibala, l'ancien et l'actuel Premier ministre, Félix Tshisekedi a une valeur symbolique et un poids politique suffisamment importants au sein de l'opposition RD congolaise pour lui permettre, pense-t-il, de mettre à exécution son plan A : une transition de deux ans avec lui, Joseph Kabila, à la présidence et Félix Tshisekedi comme Premier ministre. Un laps de temps jugé nécessaire pour travailler en profondeur l'opinion et tenter de desserrer l'étau de la communauté internationale afin de pouvoir introduire un projet de modification de la Constitution et briguer ainsi un nouveau mandat, à l'instar de certains de ses pairs dans la sous-région. En outre, cette option aurait le mérite d'enfoncer un coin entre les deux principales figures de l'opposition, Félix Tshisekedi et Moïse Katumbi l'une des obsessions de Joseph Kabila.

Mais depuis peu, ce dernier, qui n'est ni à court d'idées ni de stratégies pour se maintenir au pouvoir, réfléchit à une autre solution. Un plan A' (A prime) en quelque sorte, dont il s'est ouvert récemment à certains de ses proches. Celui-ci consiste à découpler dans le temps les élections, législatives, nationales, provinciales, qui auraient lieu d'abord, et repousser la présidentielle qui serait organisée ensuite. Une fois le nouveau Parlement élu, il reviendrait à celui-ci de modifier la Constitution avant la date prévue pour l'élection présidentielle afin d'en changer le mode de scrutin. Celle-ci aurait désormais lieu non plus au suffrage universel direct, mais au second degré. Le nouveau président serait dès lors élu par les parlementaires au motif que, selon M. Kabila, ce mode de désignation serait moins coûteux. Ainsi, le mode d'élection changeant, les compteurs seraient remis à zéro et Joseph Kabila pourrait donc « légitimement », il en est convaincu, briguer à nouveau la présidence de la République.

Joseph Kabila compte bien également choisir ses adversaires pour la présidentielle

Mais Joseph Kabila sait pertinemment qu'il ne lui sera pas facile de s'imposer quel que soit le plan mis en œuvre. S'il veut remporter le prochain scrutin présidentiel, directement (plan A ou A') ou par procuration (plan B via son dauphin), il lui faut le préparer au mieux. « Bétonner l'élection », comme disent ses proches. Pour le jour même du vote, tout est déjà prévu. Joseph Kabila compte sur la machine à voter (rapidement rebaptisée en RDC « machine à tricher ») qui, selon une majorité d'experts internationaux, lui permettrait de manipuler plus facilement les résultats.

Mais jusqu'à un certain stade seulement, l'opération devant apparaître crédible un minimum. C'est pourquoi Joseph Kabila et son entourage mènent en parallèle une autre bataille dont le but, ni plus ni moins, revient à se choisir ses adversaires pour l'élection présidentielle en interdisant à ceux qu'ils considèrent comme les plus dangereux d'y participer. L'opération est rendue d'autant plus simple qu'il n'y a en réalité pour le président congolais qu'un seul homme à surveiller et donc à neutraliser : Moïse Katumbi. « C'est le seul que le président craint véritablement », concède un intime de Joseph Kabila. « Katumbi a pour lui la popularité, l'organisation, les réseaux, les idées et l'argent », analyse avec un brin d'envie un haut responsable du PPRD.

La kabilie se mobilise pour contrer Katumbi

Depuis quelques jours, c'est le branle-bas de combat au sein de la kabilie. Précisément depuis que Moïse Katumbi a lancé, le 12 mars dernier depuis l'Afrique du Sud, sa plateforme électorale, « Ensemble ». Joseph Kabila a en effet été surpris. Il ne pensait pas que l'opposition en général, et Moïse Katumbi en particulier s'organiseraient pour aller aux élections. Il était au contraire convaincu que les opposants continueraient seulement à faire appel à la rue via des manifestations et rejetteraient le processus électoral tel que prévu par la CENI en contravention avec l'accord de la Saint-Sylvestre. « Joseph Kabila a été déstabilisé », avoue un proche du président.

D'où la réactivation tous azimuts, ces derniers jours, de son plan anti-Katumbi. L'objectif : empêcher par tout moyen celui que le pouvoir a, de facto, contraint à l'exil de se présenter à la présidentielle. Pour y parvenir, le clan Kabila fait feu de tout bois. Il y a quelques jours, le procureur général de la République Flory Kabange Numbi a fort opportunément relancé l'affaire dites des « faux mercenaires » en demandant à la Cour suprême de se prononcer sur ce dossier, celle-ci faisant temporairement office de Cour de cassation. Pourquoi un tel privilège de juridiction la Cour Suprême en lieu et place du TGI de Lubumbashi, qui serait la juridiction compétente en l'espèce, M. Katumbi étant redevenu un « simple » citoyen congolais ? Tout simplement parce que les arrêts de la Cour suprême ne sont pas susceptibles de recours et que le camp présidentiel a besoin d'une condamnation ferme, définitive et rapide de Moïse Katumbi afin que ce dernier ne puisse déposer son dossier de candidature pour l'élection présidentielle à la CENI au plus tard en juin prochain comme l'impose la loi électorale.

Une ficelle, puis une autre encore

Mais pour se donner toutes les chances, la majorité présidentielle tire en parallèle une autre ficelle. Elle a ainsi bondi sur la publication d'un article dans Jeune Afrique, paru le 22 mars 2018, évoquant le fait que Moïse Katumbi a détenu par le passé la nationalité italienne – à laquelle il a renoncé depuis pour aussitôt dire que celui-ci n'était pas, en vertu de l'article 10 de la Constitution qui dispose que la nationalité congolaise est une et exclusive , en mesure de candidater à l'élection présidentielle. Le procureur général de la République a même été sommé de lancer une procédure pour « faux et usage de faux » et « usurpation d'identité » à l'encontre de l'opposant après qu'il a par mégarde reconnu officiellement quelques jours plus tôt la nationalité congolaise de l'intéressé dans sa requête aux fins de fixation d'audience adressée sous sa signature le 18 mars 2018 à la Cour suprême pour relancer en urgence l'affaire des « faux mercenaires ». « Une affaire qui révèle un deux poids deux mesures au sein de la justice congolaise », explique Georges Kapiamba, le président de l'ACAJ et célèbre avocat, défenseur des droits de l'homme, avant de rappeler que « Samy Badibanga avait été nommé en novembre 2016 Premier ministre alors qu'il détenait la nationalité belge. Il y avait renoncé a posteriori par courrier, ce dont avait pris acte le ministère de la Justice par un arrêté daté de décembre 2016, et avait ainsi pu se maintenir à son poste de chef du gouvernement. Il reste qu'à ce jour, après vérification auprès du fichier d'état civil en Belgique, M. Badibanga possède toujours la nationalité belge. Pour autant, le PGR n'a pas lancé une action judiciaire à son encontre », rappelle M. Kapiamba.

La nationalité, cet obstacle si soudain

« Partout en Afrique, c'est le même sort qui est réservé aux opposants par les pouvoirs en place. Soit on les condamne, soit on les exile, soit on conteste leur nationalité », peste un très haut responsable de l'Union africaine. Le 29 mars dernier sur RFI, le porte-parole de Moïse Katumbi a balayé les accusations dont fait l'objet le dernier gouverneur de l'ex-Katanga. « On ne peut avoir dirigé le Katanga, dirigé la famille politique présidentielle lors des élections de 2006 et de 2011, l'avoir amenée à des victoires électorales, et parce que quelques années après on revendique d'une manière légitime le droit de déposer sa candidature à l'élection à la présidence de la République, tout d'un coup, on est plus congolais. Il y a là manifestement une volonté de nuire », s'est indigné Olivier Kamitatu avant de protester : « Moïse Katumbi est congolais d'origine. Sa mère est de lignée royale [Yeke, arrière petit-fils du roi Msiri]. Il est bel et bien congolais. Cette situation ne souffre d'aucune contestation. Au jour d'aujourd'hui, il peut donc déposer sa candidature [à l'élection présidentielle] et faire son offre politique au peuple congolais. »

Ainsi donc, en politicien madré, Joseph Kabila a plus d'un tour dans son sac ou plus d'un plan dans sa poche. S'il n'a pas encore loin de là renoncé à participer lui-même à l'élection présidentielle, il envisage tous les cas de figure. Mais quel que soit au final le scénario retenu, le président RD congolais semble fermement décidé à choisir à cette occasion non seulement son dauphin, mais aussi et surtout son ou ses adversaires.

Prosper Bagondo
Lepoint
17036 suivent la conversation
37 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Anonyme | NY5VDP3 - posté le 05.04.2018 à 13:33

Voilà, ceci confirme la difficulté qu'a soulevé autrefois l'ex Président JKK qui disait:"il n'a pas 5 personnes pour l'aider".cette difficulté n'a jamais été résolue pendant tous ses mandats.Voilà la preuve.

Non 1
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Notre Congo_Rdc | D354S4K - posté le 05.04.2018 à 12:00

JKK n'a pas besoin d'un dauphin présentement. Les hommes de DIEU PERE ESPRIT SAINT qui prient ce dernier dans la vérité nous révélera le nom ou les caractéristiques du successeur de RAÏS sans beaucoup de gymnastiques car le pouvoir politique en RDC je ne cesserai de le dire est PROPHÉTIQUE.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?

J'ai hâte de voir combien de temps ses plans vont tenir.MOBUTU A TENU PENDANT 7 ANS ET APRES? On verra jusqu'où les congolais sont prêts à accepter ses monoeuvres......

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
#YEBELA | ISMRW4X - posté le 05.04.2018 à 02:01

Tous ses plans seront nuls et sans effet.Un illettré de haut niveau qui incarne la Médiocrité Rwando-congolaise au Pouvoir

Non 1
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
bana | E193X4C - posté le 04.04.2018 à 18:44

celui qui se trompe dans son choix, donc , c'est lui même qui doit être remis en cause.

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
AKKR | 5TNMFCZ - posté le 04.04.2018 à 18:01

C'est bon !!! Cet article vient de nous mettre la puce a l'oreille

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Christopher Columbus | VLQA7LZ - posté le 04.04.2018 à 17:57

Bien dit, VERITE' - 04.04.2018 13:56 !Mais batu ango nionso ba faces mabe boye pona nini ? Augustin, Aubain, et même l’Olive n’est plus que l’ombre d’elle même. Patriarche vieuv croulant les joues pendantes mais KITENDI OYO WAPI ??? Le fameux mouton à 5 pattes N’EXISTE PAS POUR LA SIMPLE RAISON QU’IL N’Y A PAS UN BILAN QUI PEUT FAIRE GAGNER UN CANDIDAT DE LA KABILIE; LE BILAN EST TROP MEDIOCRE ET LE PEUPLE CONGOLAIS N’EST PAS STUPIDE!!! Mr le journaliste, il faut dire clairement qu’il n’y a qu’une façon pour Hyppolite de garder la mainmise, C’EST DE TRICHER !!!

Non 0
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
mushikazi | G7WMMHR - posté le 04.04.2018 à 17:42

ce qui tourmente Kabila c'est le manque de confiance à ses compagnons. voila le sore de celui qui choisi à travailler avec les médiocres, les méchants, les matérialistes.

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Agence Ndjerlos | PQLY98Q - posté le 04.04.2018 à 17:25

Je pense que l'article est une réfléxion qui éveille les esprits déjà avisés, Azaria, abstien-toi des propos injuirieux. Ici, on émet ses avis on n'insulte pas. Le peuple finit toujours par avoir raison.

Non 0
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | GFNVXBG - posté le 04.04.2018 à 17:24

(suite), Katumbi est poursuivi par la justice congolaise pour une banale affaire de maison. Qu'il rentre, qu'il dépose sa candidature. C'est un messieur qui manque d'honetété intellectuele envers le peuple, ce n'est pas avec les medias occidentaux qu'on doit traiter les affaires du Congo. Le peuple souverain primaire, auquel on doit du respect et dire la vérité. Pour Badibanga, maitre Kampiamba n'a pas raison du moment ou il existe un acte juridique auprès du Ministère de l'interieur du RDC. C'est Badibanga qui risque une poursuite judiciaire de la part de la Belgique, au cas ou il veut faire prevaloir cette nationalité. Katumbi avait violé la loi et il le savait, se croiyant...

Non 10
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
mushikazi | G7WMMHR - posté le 04.04.2018 à 17:18

katumbi tu vois comment le destin de la RDC t'es approprié? Que Dieu t’accompagne mon futur président.

Non 1
Oui 9
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | GFNVXBG - posté le 04.04.2018 à 16:56

Un article trop bete pour donner la moindre credibilité. Comme d'habitudes on prend des ragots pour faits politiques. L'insufficience journaliste,de compréhension politique est éffreant. Quand nous parlons de la descrispation de l'espace politique, ces genres des journaliste passent le temps à y alimenter, ajouter toute connerie. Kabila est chef d'un parti politique, pourquoi il n'aurait pas le droit de voir les siens , de decider de stratégie? C'est l'opposition qui manque de candidat.Qui empeche Katumbi de publier en livre, un document contre Kabila sur sa persécution. Il est parti du pays de soit meme, qu'il rentre aussi de soit meme.

Non 12
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
AZARIAS RUBERWA | DQK5DYT - posté le 04.04.2018 à 16:26

CE COMMENTAIRE A ETE SUPPRIME (GROSSIERETES ET INSULTES ENVERS UN AUTRE INTERVENANT)

Non 2
Oui 9
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
bila123 | 17KYJ19 - posté le 04.04.2018 à 16:23

zua ngai ata dauphin na yo mais sache que soki omeki ko pona ngai nako changer face jv t'arrêter le fameux Kabila !!!

Non 2
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
bila123 | 17KYJ19 - posté le 04.04.2018 à 16:19

ZU

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
florent | DWIUQ7Z - posté le 04.04.2018 à 16:12

média des médiocres

Non 9
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
A bon entendeur | 74PQ24O - posté le 04.04.2018 à 16:10

Il est vraiment "démocrate", près de 2 ans après la fin de son mandat, il n'a pas choisi de dauphin. Et toute la MP attend que le "leader" et non le congrès du parti fasse le choix. Nous, peuple, voulons qu'il y ait élections et ceci à des périodes régulières.

Non 2
Oui 10
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Emma | HVZ53G8 - posté le 04.04.2018 à 16:03

ce sont des suppitations mediatiques, lui m^me n'est pas populaire et ne peut donc pas utiliser le terme, on n'en a pas besoin pour devenir pdt en rdc, 2001 en dit plus...

Non 5
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme! | ET86R2M - posté le 04.04.2018 à 16:00

MERCI POUR CETTE CAMPAGNE QUE VOUS FAITES À MOISE KATUMBI, PRÉSIDENT AIMÉ DES CONGOLAISES ET CONGOLAIS.

Non 1
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?

S'IL PEUT ÊTRE RECONNAISSANT À CE PAYS QUI LUI A TOUT DONNÉ MAIS QU'IL A DÉTRUIT AVEC SES AMIS MÉDIOCRES ET TRAITRES,il n'y a que MATATA PONYO OU MUZITO QUI PEUVENT REDRESSER CETTE SITUATION CATASTROPHIQUE DU COTÉ MANGORIIITÉÉÉ.Les autres médiocres doivent être balayer de nos instititions. CONGLOMERAT D'AVENTURIERS,des bradeurs,des assassins,des menteurs systemiques,des faux-patriotes ET DES TRAITRES.

Non 3
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Prof. Dr.Robert KIKIDI | WE8J2GQ - posté le 04.04.2018 à 15:49

Pour CHOIX DE SON DAUPHIN, SEM le Président Joseph Kabila devrait compter en premier lieu sur Adolphe Muzito du Palu, en deuxième lieu Augustin Matata Technocrate ou encore A.MINAKU de PPRD OU une Femme son épouse Olive Lembe Kabila LA MAMAN DE TOUS en dernier lieu.

Non 7
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Patriote B. | RM6X4SU - posté le 04.04.2018 à 15:42

Il existe des tabloïds qui parlent pour ne rien dire !!

Non 7
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Prof. Dr.Robert KIKIDI | WE8J2GQ - posté le 04.04.2018 à 15:41

Pour le CO DU DAUPHIN, SEM le Président Joseph Kabila devrait compte en premier lieu sur Adolphe Muzito du Palu, en deuxième lieu Augustin Matata Technocrate ou encore A.MINAKU de PPRD OU une Femme son épouse Olive Lembe Kabila LA MAMAN DE TOUS en dernier lieu.

Non 5
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Trop c'est trop | HOZFXY9 - posté le 04.04.2018 à 15:34

Katumbi fait trembler à tous égards

Non 2
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
zebu | MSRPVC1 - posté le 04.04.2018 à 15:32

Messieurs de mediacongo; vous savez que le traumatisme comme défini en médecine peut être causé par plusieurs faits:Un accident, des paroles, une image etc. ce que vous faites n'est pas bon pour le peuple congolais. c'est un peu comme vous prenez un enfant et vous le placez devant une personne qui a tué les membres de sa famille. vous avez l'obligation de veiller a la santé mentale des congolais. leur proposer de telles images ou photos, c'est augmenter le niveau de leur souffrance deja atroce.S'il vous plaît épargner nous.le sommeil sera perturbé aujourd'hui

Non 4
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Elyone Ndangi | 1QW5FRY - posté le 04.04.2018 à 15:27

En parlant trop de Moise Katumbi, en s'acharnant sur lui de cette façon, même les enfants comprennent la peur de Kabila envers Moise. Les média congolais battent campagne pour Katumbi sans s'en rendre compte, et le rendent chaque jour davantage célèbre. En outre, en ouvrant le dossier "Nationalité", c'est une boite de Pandore qu'on ouvre. Cette dernière va plus éclabousser le clan Kabila que l'opposition.Tel est pris qui croyait prendre.

Non 2
Oui 10
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
VERITE' | MYBMKJD - posté le 04.04.2018 à 14:24

J'aime beaucoup la publicite', surtout quand ca vient de la Mediocrite' au Pouvoir. Parlez Katumbi et vendez les journaux comme des arachides. TREMBLEZ TOUJOURS VOUS LES MEDIOCRES.

Non 1
Oui 22
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
kawasaki | 8JMJEOW - posté le 04.04.2018 à 14:21

Les médiocres ne pensent que ainsi. L'heure a sonné, après les raisonnement, viendront les penses avant de piquer une crise seul dans sa chambre. Dieu va confondre tout le plan entrepris pendant la nuit comme la journée. Aucun de tes dauphin remplira un critérium pour convaincre les congolais. Jamais du tout. Médiocre avec les pense d'un logorrhée...

Non 1
Oui 14
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Bondekwe | 7Q9HYP3 - posté le 04.04.2018 à 14:10

Distraction simple. Katumbi avait deja dit un jour que s'il etait elu, il va mener une revolution pardon. Donc pas de poursuites judiciaires a l'encontre de ses amis de la MP. N'est-ce pas dire que l'impunite va continuer de plus belle ? N'est-il vraiment pas ce mouton a 5 pattes tant recherche ? Tout le bruit autour me semble etre une distraction alors que des conventions obscures sont mises en place.

Non 10
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Past DSK | T9DTBCG - posté le 04.04.2018 à 14:03

Bon article à lire. Mais Kamitatu ne peut que défendre la nationalité de Moïse car lui-même est étranger. Est-ce-que Kamitatu son soit-disant père et sa mère sont ils ou étaient-ils de teint claire comme il l'est? Pourquoi alors lui-même ne peut pas penser devenir Président de la RDC? Bande des étrangers à double nationalité!!!!

Non 18
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Néron | 5A9JHZW - posté le 04.04.2018 à 14:01

Merci monsieur le laboratain de la MP. Toute cette réflexion n'a pas de sens si l'on était vraiment convaincu de ce qui est écrit dans la constitution. Ce texte fondamental est clair Art 70 "Le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. A la fin de son mandat, le Président de la République reste en fonction jusqu'à l'installation effective du nouveau Président élu." Oui ou non l'actuel Président a fait ses deux mandats? Alors pourquoi doit-on passer du temps pour l'après son mandat de 10 ans?

Non 2
Oui 16
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
VERITE' | MYBMKJD - posté le 04.04.2018 à 13:56

kabila cherche ce qui n'existe pas. Il nous a dit lui meme qu'il n'avait pas trouve' meme un seule homme pour developer avec lui la RDC, Maitenant qu'est ce qu'il cherche ??? Il s'est fait entourer des mediocres pour mieux reigner sur eux, etre comme un petit dieu, il a reussi son coup, alors prend tes mediocres et degagez. Il faut nous vendres des produits perime's.

Non 1
Oui 16
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
myrene62@yahoo.fr | 4SO127A - posté le 04.04.2018 à 13:56

Le médiocre Kabila ne parviendra pas à ses fins et finira comme Dos Santos, par contre il sera traduit devant les tribunaux pour ses crimes et délits. Il n' y aura aucune pitié pour ce salopard.

Non 2
Oui 11
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
KANAMBE ALIAS H | XYHQLF1 - posté le 04.04.2018 à 13:50

C'est la la reflexion des mediocre.bloquer les autres pour confisquer le pouvoir malgres l'incompetence.Dans tout ca,bien que la mediocrite presidentielle taille des strategies satanique.Dieu createur du ciel et de la terre,des mediocres et de non mediocres a toujours le derniers mot.meme les machines a trichetr ca va leur trahir le jour du vote et nangaa et son patron vont plus emerger dans un niveau eleve de la mediocrite

Non 2
Oui 13
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Makila ya Peuple | BMIZRQ6 - posté le 04.04.2018 à 13:41

Tu es foutu mon cher ex-Président dans moins de 9 mois tu as franchi la porte de sortie. Comme tu n'as pas su maitriser le congolais tu as été incapable de comprendre que cela était du à ta mauvaise gérance de la chose publique. Quand un parent ne nourrit pas ses enfants ses derniers deviennent têtus et se rebellent.

Non 2
Oui 16
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Congolais débouts | TSWZGT3 - posté le 04.04.2018 à 13:39

Quelle etait la nationalité de Joseph Kabila quand il etait dans l'armée Rwandaise? Quand il etait en Tanzanie comme taximan, quelle etait sa nationalité? Ce type est entrain de reussir son plan de laisser la RDC à vide avant de partir....pitié pour les Atundu, Minaku, Boshab, Shadari, She Okitundu, Mende, Mova, ...qui ont un avenir sombre pour eux et leurs familles, quand l'ennemi du Congolais serait parti. Mediocre

Non 1
Oui 22
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
WWW | SPM37N1 - posté le 04.04.2018 à 13:22

Ainsi sonne le glas pour un médiocre.

Non 2
Oui 19
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Projet de société de Shadary: Rupture ou Continuité ?

Politique ..,

Présidentielle : Shadary déroule un programme quinquennal de 86 milliards $US

Politique ..,

Présidentielle : Emmanuel Shadary, un choix parfaitement calculé par Kabila (Analyse)

Politique ..,

Zoé Kabila plaide pour l’implication des jeunes dans la prise de décision des affaires de...

Politique ..,