mediacongo.net - Actualités - Commémoration du 17 mai: Shambuyi Kalala, ancien cadre de l’AFDL, replace les points sur les "i"

Retour Politique

Commémoration du 17 mai: Shambuyi Kalala, ancien cadre de l’AFDL, replace les points sur les "i"

Commémoration du 17 mai: Shambuyi Kalala, ancien cadre de l’AFDL, replace les points sur les "i" 2018-05-17
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/05-mai/14-20/kabila-laurent-revue-troupe-entree-afdl.jpg -

Figure politique très connue dans les milieux des progressistes tant au Congo qu’à l’extérieur du pays, Shambuyi Kalala a été, de l’avis de plusieurs témoins, parmi les têtes pensantes de l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération, AFDL. A l’époque, Secrétaire Exécutif chargé des Organisations des masses, Shambuyi Kalala a organisé la célébration du tout 1er Anniversaire de l’entrée de l’AFDL à Kinshasa, en 1998, qui restera gravée dans la mémoire collective en raison de la qualité et de la profondeur des débats et réflexions qui ont permis ont peuple congolais de comprendre les enjeux de la lutte de libération ainsi que les perspectives. Actuellement Président National du Congrès des Progressistes pour la Libération, CPL, Shambuyi Kalala parle de la commémoration du 17 mai. Il revient, à sa manière, su les succès et échecs de l’Afdl et met l’accent sur les apports des progressistes pour sortir le pays de la crise actuelle…

Nyota ya Afrika: Vous avez été l’artisan de l’organisation de la célébration du 1er anniversaire du 17 Mai en 1998 qui a été la plus marquante, avec un débat de qualité, très enrichissant sur le changement qui venait d’avoir Vingt ans après, comment appréciez-vous les autres commémorations qui s’en sont suivies ?

Shambuyi Kalala (S. B.): Le 1er anniversaire du 17 mai valait son pesant d’or, d’autant plus que l’Afdl était en train de prendre son essor. Elle avait en cette période la prétention de restructurer l’Etat et toute la société congolaise pour un nouveau départ.

Le Congo était dans une recherche permanente d’un cadre qui devait assurer la transition entre le chaos dans un pays à genoux où a régné, plus de trois décennies durant, un régime de la démission nationale, et le début de la construction d’un Etat démocratique et moderne, ainsi que son relèvement d’une situation de sinistre.

C’est pourquoi, l’accent mis à cette commémoration était sur le bilan du régime renversé et les perspectives pour un nouveau Congo, où la jeunesse jadis sacrifiée, pouvait rêver de retrouver le sourire.

Certainement que la commémoration du 17 mai poursuit son petit bonhomme de chemin, mais sans le même esprit. Le bateau de l’Afdl, ensemble avec ses rêves, avait fini par chavirer.

Le débat sur la transformation de la société a disparu, laissant place au débat sur les personnes.

Nyota ya Afrika:  Comment peut-on apprécier l’action de l’Afdl aujourd’hui ? Est-ce une réussite ou un échec ?

S. B.: La réponse à cette question ne doit pas être simpliste pour ne parler que d’échec ou de réussite, en absolue. L’avènement de l’Afdl marque à la fois la fin d’un processus et le début d’un autre. L’appréciation de son action doit tenir compte de ces deux faits.

Comme le drapeau des forces qui mettaient fin à l’agonie d’un régime qui ne voulait pas mourir, et dont l’existence ne faisait qu’enfoncer le pays dans le chaos, de ce point de vue, on ne peut parler que de réussite. Mais, comme cadre qui se prévalait de vouloir relever le pays de sa situation de sinistre et en faire un modèle de démocratie sur le continent africain, puisque elle a chaviré quelques mois plus tôt, l’action de l’Afdl ne peut être qu’un échec.

Ceci étant, on ne peut pas faire l’économie d’efforts pour étudier les forces et les faiblesses d’une organisation qui a représenté à un moment de l’histoire l’espoir de tout un peuple. Et surtout que sa noyade peut donner une somme d’enseignements sur la maturité politique et organisationnelle des progressistes congolais, la couche de la population la plus engagée sur la préparation de l’avenir du pays.

Nyota ya Afrika: Vous parlez du courant progressiste, comment peut-on le distinguer des autres courants au Congo?

S. B.: Les critères pour qualifier un progressiste, peuvent varier en fonction d’époque, mais pour le Congo, même soixante ans après, on a gardé la même matrice. Des années 60 jusqu’aux années 80, un progressiste, pour apprécier une force politique nationale, devait tenir compte du fait de la domination du pays par les puissances étrangères, et de la place qu’occupe les masses dans la lutte nationale et sociale. A partir des années 90, il s’est ajouté un troisième critère, considérer que le pays est sinistré.

Evidement qu’à cela il y a d’autres références qui sont universelles, notamment la position par rapport aux femmes, à la protection de l’environnement, ainsi de suite. Tandis que les autres courants sont caractérisés par une tendance à se vendre au plus offrant pour rejoindre le système de pillage afin de jouir comme notre évolué, du temps colonial, qui s’enorgueillissait de manger à la table du Blanc, et qui traitait ses semblables de non « civilisé ».

Nyota ya Afrika: Face à la crise actuelle, quels peuvent être les apports des progressistes ?

S. B.: L’apport que l’on attend du progressiste est, avant tout, d’imprimer à la lutte du peuple, une orientation claire et de l’aider à se concentrer sur l’essentiel. Avant de rêver de devenir une puissance, le Congo devait d’abord se soustraire de la dépendance esclavagiste qui dure déjà plus de 140 ans, de sortir de sa situation de sinistre et de l’arriération.

De tout temps, les forces négatives, pour assoir leur pouvoir, ont toujours eu recours à la confusion et la mystification. Moïse Tshombe, de retour de son exile, en 1964, sans rire, exhiba une mallette vide, et dire que celle-ci contenait l’indépendance économique.

A son tour, Mobutu est allé jusqu’à changer notre hyme national, « Debout congolais » censé enseigner aux multiples générations des jeunes congolais à ne pas baisser la garde et ne jamais permettre de nouveau une soumission destructrice et dégradante.

A la place, il a imposé la zaïroise, une véritable morphine destinée à endormir le peuple : «…Paix retrouvée…Peuple grand, Objectif 80, 3e place, NON.NON. ». Dans l’entretemps, on était saigné à blanc par les nouveaux et anciens maîtres.

Pour sortir son peuple du trou, le progressiste congolais doit surmonter, lui-même, la crise du groupe afin de se constituer en une force organisatrice et structurante.

Le Congolais qui deviendra le maître de son sol et de sa culture est un citoyen collectif, organisé. Si nous avons été une proie facile de la tragédie de la traite négrière et de la colonisation, c’est parce que notre société n’a été que sous la coupe des jouisseurs et des mystificateurs.

Les progressistes doivent faire confiance à l’intelligence humaine et laisser aux marchands des illusions s’enivrer de leur miracle.

Nyota ya Afrika:  En termes de conclusions, quel serait votre vœu à l’occasion de ce 20e anniversaire du 17 mai ?

S. B.: Malgré des ratés et d’autres dommages collatéraux qui sont liés à l’histoire du 17 mai, il n’en reste pas moins qu’il est une des séquences de la révolution nationale démocratique non encore achevée.

L’important aujourd’hui est d’apprendre de ses hauts et les bas pour les faire bénéficier au peuple qui en a encore tant besoin. Notre souhait est que dans 20 ans lorsqu’on célébrera le 40e anniversaire, que la priorité ne soit autre chose que la question de stabilité des institutions de l’Etat.

 


Nyota ya Afrika / La Prospérité / MCN, via mediacongo.net
4940 suivent la conversation
17 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Mampuya - 18.05.2018 16:03

Veritè Thsisekedi a beaucoup à avoir dans nos problèmes. Plus de 20 ans à monopoliser toute l'opposition congolaise, au nul ne vous dit rien?. Nous sommes en démocratie, mais il y'a des gens qui parlent, qui attendent, la soit disante démocratie selon le verbe de Tshisekedi, des soient disants combattants de l'udps qui font notre honte en Europe, et sur le net. Avril 1990 octobre 1996 ,6 ans de vide politique, pour les caprices des 2 complices Mobutu et Tshisekedi, deux pendeurs d'individus. Nous étions tellement dans un trou sans fond, q'un petit pays comme le Rwanda vient prendre le pouvoir, tout ça ne vous dit rien ?

Non 3
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Chemin de vie - 18.05.2018 13:16

Drôle de libération n'est-ce pas? Avions-nous vraiment besoin des génocidaires rwandais pour faire partir le Maréchal MOBUTU qui était mourant? C'était pour éviter que le peuple congolais ne s'organise après la mort certaine de Mobutu que la communauté internationale monté ce complot avec les assoiffés du pouvoir de l'AFDL dirigé par le génocidaires rwandais. C'est ce qui a permis à cette communauté internationale, aidée par le cheval de Troie des Rwandais, de garder la main basse sur les richesses du Congo. Drôle de libération n'est-ce pas? Mais l'heure de la vraie libération a déjà sonné, c'est question de temps.

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Omnia in bonum - 18.05.2018 12:57

On peut toujours regretter qu'on tâtonne encore dans la gouvernance d'un pays comme le nôtre. On se donne encore du temps pour commettre des erreurs et espérer en tirer des leçons.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Omnia in bonum - 18.05.2018 12:41

La première réponse de ce monsieur froisse l'histoire par son manque d'honnêteté analytique. La deuxième république n'était pas caractérisée par 3 décennie de démission nationale. Faux!!! C'est tjrs mieux d'être un peu objectif lorsqu'on veut avoir la confiance des autres. Ça ne coûte rien de subdiviser une longue période.

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Théoneste KIGIRA - 18.05.2018 12:11

20 ans encore? NON. 24 novembre 1965 et 17 mai 1997 sont des dates des coups d'Etat. Peu importe la manière dont ils ont été menés. On en parlera comme de l'histoire et non comme des faits de bravoure. 1965 : paix retrouvée 1997: Démocratie. En réalité, tout ceci n'a jamais eu lieu. Le peuple congolais doit appliquer à la lettre son hymne national (Debout congolais) rédigé par un digne fils, le P. Boka. Ne jamais compter sur qui que ce soit. Que chaque exécuté cet hymne dans sa vie et le monde verra le miracle congolais.

Non 1
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
VERITE' - 18.05.2018 11:19

Mampuya - 17.05.2018 18:55, je ne suis pas de l'UDPS, mais qu'est ce que Tshisekedi vient faire ici ???? Vous etes sous l'esclavagisme d'une personne etrangere dans votre propre pays. J'ai l'impression que ton cerveau est en marche arriere ou il faut laver ton cerveau avec le MANYUKA et VIM. kiekiekiekiekiekiekiekiekie quand tu leches trop tu as des vertiges.

Non 1
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Georges - 18.05.2018 10:06

Mzee kabila n'a jamais liberer ce pays. Avec quelle armee l' a t-il fait ? Les Plus grandes decisions provenait du Rwanda, Qui ne le sait ?Il avait Comme Chef d'Etat Major Kabarebe, Comme ministre des Affaires etrangeres, Bizima Karaha, Comme secretaire General Bugera...Il le savait. Comment parler de Liberation de l'AFDL est un mensonge. C'est qu'a commencer le Malheur du Congo que d'aucuns ne veulent pas du tout s'emenciper. Les Minaku, Shadari, Okitundu, Kalev, Naanga et j'en passe...endormis ou envoutes, s'excellent a pereniser. Shambuyi ne comprend rien du tout lorsqu'il parle de Liberation alors qu'en realite, il sait qu'ils s'etaient tous engouffres dans une avanture sans...

Non 1
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
nzombo.lejour - 18.05.2018 08:08

AFDL et L.D. KABILA, voilà ce que les Kongolais ne devaient pas connaître et vivre. C'est la pire de choses qui soit arrivée à ce pays et à son peuple. Les Congolais naïfs qui ont adhéré à ce mouvement qui en fait n'était qu'un complot international ourdi contre notre Chère Nation ont permis à nos ennemis envieux de nos richesses de prendre entièrement aujourd'hui le Congo et soumettre son peuple pire que ne l'avait fait le régime du Maréchal Dictateur. Pire qu'un libérateur L.D. KABILA est le plus grand traître que le pays a connu, ayant vendu le pays aux rwandais, ougandais, tanzaniens et zimbabwéens. Posez-vous la question pourquoi et comment les habitants de Bukavu,...

Non 1
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Monde - 18.05.2018 05:55

Pourquoi Mzee est mort si tôt ? , qui ont contribué à sa mort ? Pourquoi la justice n'en fait aucune lumière sur cette assassinat ? Qu'est ce qui explique qu'après sa mort, son fils prenne le pouvoir ? Pourquoi après avoir pris le pouvoir on a jamais mis en lumière les vrais commanditaire de la mort ? -le pays est meurtrie, sans espoir, pouvons-nous encore avoir un Mzee? Un Lumumba? Nous pensions que oui. Car comme le pouvoir ne laisse plus espoir, là probabilité est très grande que bientôt un vent impétueux va balayer tout les débris et nous laisser un Congo fort, unis et prospère..... alors debout congolais !!! Tout celui qui ne respecte pas des textes, même des petites...

Non 0
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme - 17.05.2018 22:14

A vrai dire,la libération prônée par Mzee Kabila n'a duré que l'espace d'un matin,soit le temps que celui-ci a passé à la tête du pays car,après sa mort,le PPRD,héritier de l'AFDL a totalement dévié des idées de Mzee,en s'illustrant dans des antivaleurs comme:les violations répétées des droits humains,le détournement des deniers publiques et autres biens matériels de l'Etat,l'impunité généralisée,l'insécurité permanente,le népotisme,le tribalisme,l'incompétence,etc. Donc pour moi l'AFDL nous a amené la pire calamité qui est le régime PPRD et alliés qui a réussi à paupériser les congolais,les réduisant à vivre en dessous du seuil de la pauvreté dans un...

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya - 17.05.2018 18:55

Une analyse pertinente interessante. Mais seulement les gens avec un palais fin de culture politique et de l'histoire di Congo qui peuvent comprendre ce qu'il dit. La vrai libératione commence par la création d'une conscience nationale et nationaliste. Naturellement un taliban de l'UDPS ne peut pas comprendre ça, incapable de réflechir sur l'échec de Tshisekedi sur tous les plans.

Non 10
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
serge - 17.05.2018 17:46

L'Afdl est la plus mauvaise ou encore la pire des choses qui soit arrivee a notre beau Congo.. au moin nous avons appris de nos erreurs..

Non 0
Oui 12
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Congo - 17.05.2018 16:27

Kabila appele"Mzee",avait dit la verite sur ce qu'etait AFDL. Shambuyi kalala fait parti de ces aventuriers...avec des cheveux blancs, barbe et tout, voila sa facon de voire les choses. Que voulez-vous, c'est un accident dans l'histoire de notre pays, un accident a ne plus jamais permettre. Les noms de gens comme Kabile, shambuyi kalala ....pas a enseigner plutard a nos chers enfants!

Non 0
Oui 9
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Zairois - 17.05.2018 15:42

L'Afdl est venue détruire le zaïre en remplaçant une dictature par une autre pour ceux qui ne le savent pas. Aujourd'hui les congolais sont devenus des esclaves dans leur propre pays.

Non 0
Oui 15
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
VERITE' - 17.05.2018 13:23

Voila votre probleme, Shambuyi: " Avant de rêver de devenir une puissance, le Congo devait d’abord se soustraire de la dépendance esclavagiste qui dure déjà plus de 140 ans, de sortir de sa situation de sinistre et de l’arriération ". Pourquoi allez plus loin 140 ans, l'esclavagisme dont vous parlez est celui de Hypo kanambe. Les hommes qui ont tue' celui qui lui a amener en RDC pour la premiere fois deviennent ses colaborateurs. Les enemis de mon pere(soit disant) deviennent mes amis, huuuuummmmm. Il ne faut plus feter le 17 mai encore comme liberation, parceque cette liberation avait duree 3 ans seulement et les 17 ans vous etes dans l'esclavagisme de Hypo kanambe...

Non 0
Oui 11
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
AZARIAS RUBERWA - 17.05.2018 11:33

hahahahaha, Mr, tu es malade, tu rève le 40 ème anniversaire de l'occupation de notre pays par les Rwandais de l'AFDL, détrompe toi, il n'y en aura pas le 40 ème anniversaire, car nous sommes dans l'obligation d'effacer dans la mémoires de nos enfants cette grosse erreur d'avoir accepter les assassins comme les libérateurs, qui est à la tête du pays, n'est ce pas un enfant soldat de l'époque ? vous êtes le plus maudit vous les AFDL, nos ancêtres ne vous pardonneront jamais , car vous avez tué MZEE pour nous donner cet opprobre, ce deuil que nous portons , c'est ça la malédiction nous apporter par AFDL et son serpent venimeux KANABE,

Non 1
Oui 17
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mutshima - 17.05.2018 11:14

Vous avez manqué le courage de dire la verité. 20 ans apres les enfants de l'AFDL ont plus detruit.Personne ne les empeche de bien traiter les congolais.

Non 0
Oui 18
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Service National: et si on avait pérennisé la philosophie de M’zee Laurent-Désiré Kabila ?

Société ..,

De Mobutu à Kabila en passant par... Machiavel

Société ..,

Il y a vingt ans, Kinshasa s'offrait à l'AFDL de Laurent Kabila

Politique ..,

Kinshasa: le rond-point Forescom en passe de porter le mémorial du soldat congolais

Culture ..,