mediacongo.net - Actualités - Jeanine Mabunda, une nouvelle voix qui dérange les extrémistes toutes tendances confondues



Retour Politique

Jeanine Mabunda, une nouvelle voix qui dérange les extrémistes toutes tendances confondues

Jeanine Mabunda, une nouvelle voix qui dérange les extrémistes toutes tendances confondues 2020-01-25
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/1-janvier/20-26/mabundalioko.jpg -

« Il faut garder les choses dans leur proportion et apprécier plutôt l’intelligente réponse de J. Mabunda à la sortie britannique du Président de la République. Rappeler le prescrit de la Constitution ne constitue aucune faute. Aux thuriféraires et opportunistes de tous bords de savoir que dans la République, il n’y a pas de monarque de droit divin ».

L’argument est du député national Ensemble Sam Bokolombe. Il est adressé à tous ceux qui font un procès à la speakerine de l’Assemblée nationale, accusée d’avoir outragé le Président de la République. Passée au peigne fin, cette réflexion de l’élu de Basankusu charrie deux enseignements.

Primo: il ne faut pas faire de Félix Tshisekedi un nouveau dictateur, l’UDPS n’ayant pas lutté pendant près de quatre décennies pour espérer à une élue, une intellectuelle, une compatriote sa liberté d’expression, sa contribution au débat démocratique.

Secundo: il ne faut pas confondre toute sortie du Président de la République à son adresse au Parlement réuni en Congrès, la seule qui n’appelle aucun débat, conformément à la Constitution.

D’où vient alors le problème? Pourquoi cette bronca dont Mabunda est victime? Un député national FCC et un jeune membre du mouvement citoyen ECCHA estiment avoir des explications.

Selon le premier, la polémique créée autour de la sortie médiatique de Jeanine Mabunda, lors de la cérémonie traditionnelle d’échanges de vœux organisée par le Bureau de l’Assemblée nationale avec la presse, au sujet de la prétendue dissolution de la Chambre basse par le Président de la République, dénote simplement d’une volonté de nuire à sa personne, surtout que cette dernière est en train de marquer positivement son début de mandat à la tête de cette institution.

« En effet, lors de son élection à la tête de la chambre basse du parlement de la République Démocratique du Congo, beaucoup ne pouvaient s’attendre de voir une femme forte de conviction et intelligente assumer ses fonctions avec abnégation et rigueur », argumente cet élu du peuple.

Plusieurs médias ont eu à reconnaitre en sa personne, un combat et un engagement politique ferme dans l’exercice de ses fonctions et pour ce, elle a été plébiscitée la femme d’influence politique 2019, soutient-il.

Le député affirme aussi que les valeurs éthiques, politiques et démocratiques qui guident le leadership de la speakerine de l’Assemblée nationale ont été reconnues par le Chef de l’État lors de son discours sur l’État de la nation devant le Congrès en ces termes: « je réitère mes vives félicitations à Jeanine Mabunda qui est une femme non seulement forte et dynamique mais aussi intelligente; elle incarne le visage de l’alternance et est parmi les femmes qui font la fierté de la nation ».

Cette reconnaissance ne pouvait, à l’en croire, plaire à certains acteurs politiques au sein de la Coalition. « Politiquement, la personne de Mabunda gène et ses dernières sorties publiques à côté du Chef de l’Etat notamment lors de l’inauguration du Musée national ainsi que sa gestion du bureau de l’Assemblée nationale déjouent tous les pronostics négatifs de ses adversaires politiques ».

Le député FCC croit dur comme fer que le leadership de Mabunda commence à déranger au point où ses détracteurs ont commencé à mener une campagne de diabolisation au sein de l’opinion l’accusant d’avoir dépouillé son vice-président, l’UDPS/CACH Jean Marc Kabund, de certaines de ses attributions en les confiant au 2ème vice-président Balamage, membre du FCC. N’ayant pas fait échos au sein de l’opinion nationale qu’internationale, les ennemis de Mabunda vont trouver l’occasion, d’utiliser une presse et des réseaux acquis à une certaine sensibilité politique pour déformer ses propos tenus, les sortir de leur contexte et ce, dans le but de nuire à sa personne et l’opposer au Chef de l’État, avec qui ils entretiennent de relations institutionnelles harmonieuses.

Il sied de rappeler que dans son adresse à la presse, Madame Mabunda a rappelé l’importance de répondre aux besoins prioritaires des populations dont les élus sont les représentants à l’Assemblée nationale.

Pour le député en effet, en tant que citoyenne et, de surcroît responsable d’une institution citée dans une adresse du Chef de l’État aux compatriotes de la diaspora à Londres, la Constitution de la République ne lui interdit pas de donner un avis sur des questions d’actualité. Ensuite, le cadre dans lequel s’inscrit son intervention était une cérémonie d’échange des vœux au cours de laquelle elle a répondu aux questions de la presse.

Ce faisant, en tant qu’élue du peuple et présidente de la chambre législative, Madame Mabunda a rappelé simplement à tous l’importance de poser tous les actes en ne s’appuyant que sur la Constitution afin d’éviter toute forme de piège qui pourrait se refermer sur la première institution du pays. Faisant partie de la coalition, elle tient à ce que la paix règne et que les extrémistes trouvent des raisons de créer des crises ailleurs.

C’est ainsi qu’en cette qualité, « elle a rappelé à l’assistance et non au Chef de l’Etat, les conditionnalités pour arriver à la dissolution de la Chambre basse en appuyant son argumentaire sur les dispositions de l’article 148 de la Constitution. Elle a rappelé, outre les conditions, la procédure à suivre pour y parvenir. A cela, elle a signifié que toute autorité assumant les hautes fonctions ne peut déroger aux prescrits de la Constitution de peur de se voir sous le coup des dispositions de l’article 165 de la Loi mère ».

Démarche pédagogique

Analysée sous cet angle, la démarche de Jeanine Mabunda était plus pédagogique à l’endroit de l’assistance afin d’éviter au Chef de l’Etat de tomber dans le cas de violation intentionnelle de la Constitution, car dans toute démocratie, le principe veut que le pouvoir arrête le pouvoir et qu’en sa qualité de garant de la Constitution, le Chef de l’Etat doit veiller à ne pas suivre des personnes mal intentionnées autour de lui, qui veulent s’arroger ce droit de marcher sur les dispositions constitutionnelles. Ce qui justifie sa phrase « n’est juriste qui veut » adressée en réalité à toutes ces personnes qui s’improvisent en juriste autour des uns et des autres.

Il importe de savoir que le travail d’un député est de veiller à l’amélioration des conditions de vie de la population notamment à travers le contrôle de l’action gouvernementale.

Ainsi, au cours de cet échange, Mabunda a tenu à rappeler à la presse l’importance d’accompagner les institutions de la République de manière objective en jouant pleinement son rôle de 4ème pouvoir.

« Les prophètes de malheur ne réussiront pas à créer des lignes rouges imaginaires », estime un jeune compatriote membre du mouvement citoyen ECCHA. Il appelle, du reste, tous les acteurs politiques à privilégier l’intérêt supérieur de la nation en épargnant le peuple de leur guéguerre qui n’avance en rien le pays et qui risque de compromettre les acquis démocratiques obtenus au prix d’énormes sacrifices, en replongeant le pays dans le chaos.

« Ne nous reposons pas sur nos acquis, mais efforçons-nous de construire la paix, de vouloir que la paix soit dans le cœur et dans l’esprit de chaque congolais », conseille-t-il.

En conclusion, il y a lieu de retenir que seule la Constitution prévaut comme mécanisme de résolution des conflits sur les compétences des institutions.


Africa News / MCP, via mediacongo.net
6323 suivent la conversation
13 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Le sage | SD3Y66Q - posté le 26.01.2020 à 10:40

Les congolais, vous me tuez de rire: quel complexe face aux rwandais qui ne valent pas mieux que nous en tout aspect? Mabunda Jeanine devient aussi rwandaise selon vous. Qui est alors Congolais? Personnellement je ne crois pas a bid sottises: vous etes des minables complexes. Pour votre info meme Kabila que vous caricaturez comme rwandais ne l'a jamais ete. Il a ete forme comme militaire par les rwandais oui, ca c'est irrefutable.

Non 2
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Milord Kabengwa | DLI4Q6R - posté le 26.01.2020 à 07:36

Je salue la réflexion et je soutien Mabunda. Le Congo n'est pas une dictature. Kabila l'avait compris et il est bon que tshisekedi le comprends. Il n'a pas le pouvoir absolue, ni les compétences mateierielles sur toutes les matières touchant à la vie nationale...comprennes que pourra

Non 8
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Musa | G14FZFF - posté le 26.01.2020 à 00:12

Jeanine Mabunda quand ce pays sera liberer vous tous les infiltrer seront arreter et vous mettre a la Justice Internationale pour que vous soyez JUGER.

Non 3
Oui 40
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Musa | G14FZFF - posté le 26.01.2020 à 00:06

Jeanine Mabunda qui t' a NOMME' a ce Poste la d'etre Presidente de l'ASSEMBLEE' Nationale? Le Peuple ne t'avais pas VOTE'. C'etait Joseph Kabila ton frere Rwandais qui t'avais CHOISI'. Alors le peuple Congolais ne te connais pas et ne te considere pas comme la dirigeante de l'Assemblee' Nationale. Tu es instruit par Joseph Kabila pour DESTABILISER ce Pays. Loin de la, le peuple Congolais SOUFFRE a cause de votre FAUX gouvernement de l'occupation. Jeanine Mabunda, les Congolais ne connait pas ta NATIONALITE' et tu es la pour servir Joseph Kabila. Tu es la MISERE des Congolais et tu ne fais RIEN a ce Parlement corrompu. Quand ce pays sera liberer vous tous les infiltrer seront arreter et...

Non 7
Oui 35
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Linon | 477Y1R1 - posté le 25.01.2020 à 23:24

Comment pensez vous gérer la RDC? Comme Kamwina Nsapu de triste mémoire?

Non 2
Oui 18
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Linon | 477Y1R1 - posté le 25.01.2020 à 23:22

Quel est ce Président d'une République comme la RDC qui trouve toujours d'occasions de parler des questions si graves à chaque fois qu'il est en déplacement à l'extérieur du pays? Ce n'est pas commode. Monsieur le Président, beaucoup des choses doivent être muries dans votre camp, tenez: 1) Vous nommez Kyungu Dolivera sans la signature du Premier Ministre, acte anticonstitutionnel, 2) Madame la ministre relève les ambassadeurs alors que c'est vous qui devriez le faire, anticonstitutionnel, 3) Vous pensez dissoudre l'Assemblée Nationale et Mabunda vous rappelle dans quel cadre cela devrait se faire selon la constitution et vos combattants crient partout à bas Mabunda. Comment...

Non 4
Oui 14
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Serge Mputu | 8ZUB9AY - posté le 25.01.2020 à 22:56

Jeannine Mabunda: est devenue comme une future presidentiable! Ce qui paraissait comme d'anodin: ca commence a virer a du serieux! Puisque l'entourage opte pour une dissolution du parlement: qu'il y ait alors de nouvelles elections a tous les niveaux et moi je suis partant! Et je suis d'avis que le prochain president: sera une femme! Mabunda!

Non 4
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 25.01.2020 à 21:36

Mampuya | T6L7OKA - posté le 25.01.2020 à 21:34 Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 25.01.2020 à 19:00.Vos ècrits "Par conséquent, l'un des pouvoirs donné au chef de l'Etat pour garantir les intérêts du peuple et aussi tout ce qu'il pense peut bloquer la survie du peuple et leur développement est la dissolution du parlement". Vous savez ce que veut dire intéret du peuple ? Supposons que Tshilombo dèclare la guerre à l'Angola ou sont les intérets du peuple faire la guerre à l' Angola ? ou seulement faire la guerre au Rwanda ou sont les intérets du peuple.Vous raisonnez comme si le Congo était un bien privé de Tshilombo.

Non 3
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 25.01.2020 à 21:34

Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 25.01.2020 à 19:00. Par conséquent, l'un des pouvoirs donné au chef de l'Etat pour garantir les intérêts du peuple et aussi tout ce qu'il pense peut bloquer la survie du peuple et leur développement est la dissolution du parlement. Vous savez ce que veut dire intéret du peuple ? Supposons que Tshilombo dèclare la guerre à l'Angola ou sont les intérets du peuple faire la guerre en Angola ? ou seulement faire la guerre au Rwanda ou sont les intérets du peuple.Vous raisonnez comme si le Congo était un bien privé de Tshilombo.

Non 3
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 25.01.2020 à 19:01

...message du Président à Londres est justement pour remettre le FCC à l’ordre.

Non 3
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 25.01.2020 à 19:00

...Cette logique semble être la meilleure puisque la majorité n'est pas non plus automatiquement garantie pour le Président, pour ceux qui pensent comme ça. La meilleure situation serait pour le Président et le FCC que se dernier remette ses poulains à l'ordre une fois pour toute. C'est cela le sens qu’il faut donner aux consultations, car si le Président dissous, il pourrait aussi courir le risque de se retrouver dans la même situation de cohabitation avec d’autres parti. Le professeur de droit administratif de l’Université Catholique de Bukavu, Arnold Nyaluma est correct de soutenir que le Président peut dissoudre le Parlement s'il le veut et que le message du...

Non 2
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 25.01.2020 à 18:58

... prendre des avis et décider de la voie qu'il trouve appropriée dans l’intérêt du peuple en tant que garant de la nation si les autres n'arrivent pas à le convaincre ou ne peuvent rectifier la faute. C'est ce que le premier ministre Anglais vient de faire d'ailleurs. Par conséquent, l'un des pouvoirs donné au chef de l'Etat pour garantir les intérêts du peuple et aussi tout ce qu'il pense peut bloquer la survie du peuple et leur développement est la dissolution du parlement. Puisque que c'est de l'intérêt du peuple dont il s'agit, ce sera au peuple de lui donner ou pas la formule dont il a besoin pour avancer en votant un nouveau parlement. Cette logique semble être la...

Non 3
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 25.01.2020 à 18:53

Madame Mabunda n'a pas été sage du tout dans interprétation de la loi et dans sa réponse précipitée. Je ne pense pas que la loi a laissé a interprétation quelconque un sujet aussi important comme le sens du mot "consultation" dans la Constitution et a voulu dire comme certain veulent nous faire croire que consultation veut dire qu'il y aura vote entre le président du parlement, du sénat, le premier ministre et le président et qu'en cas de non-majorité de votes, la décision ne passe pas ou que le Président décide : Impossible!. Consultation veut bien dire consultation comme nous le connaissons et l'employons tous les jours, c'est a dire le que le Président va écouter,...

Non 6
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Assemblée nationale : Jeanine Mabunda ne peut plus organiser l’élection du nouveau bureau...

Politique ..,

Emmanuel Shadary : « Nous allons tout faire pour battre l’Union sacrée et reprendre le...

Politique ..,

Déchéance du bureau Mabunda: « Le FCC a perdu une bataille importante », reconnait Néhémie...

Politique ..,

Papy Tamba : “Devons-nous encore garder les mêmes autorités (FCC) qui nous ont fait perdre à...

Politique ..,