mediacongo.net - Actualités - USA: Les ravages du coronavirus chez les juifs hassidiques de New York



Retour Religion

USA: Les ravages du coronavirus chez les juifs hassidiques de New York

USA: Les ravages du coronavirus chez les juifs hassidiques de New York 2020-04-06
Monde
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/04-avril/06-12/juifsnewyork.jpg -

La pandémie s'est propagée plus rapidement dans les quartiers où se concentre cette communauté. Au point d'inquiéter les autorités sanitaires.

A New York, certains quartiers ont été davantage touchés par le coronavirus: ceux où se concentrent des communautés de juifs hassidiques. C’est le cas à Brooklyn, du côté de Crown Heights, Borough Park ou encore de Williamsburg. A tel point que les autorités sanitaires de la ville se sont publiquement inquiétées d’une propagation plus marquée du virus au sein de ces communautés.

Des relents d’antisémitisme

Plusieurs raisons peuvent l’expliquer. D’abord, un mode de vie essentiellement communautariste, avec un accès plus limité aux moyens de communication. Ensuite, des fêtes ont eu lieu après que les premières directives de distanciation sociale ont été émises. Des pompiers ont, par exemple, dû intervenir à Williamsburg pour interrompre un mariage, inquiets de la présence de 200 invités. Et à Crown Heights, où se trouve le siège mondial de la communauté Habad Loubavitch, la grande fête de Pourim, qui a eu lieu les 9 et 10 mars, a probablement été un facteur de propagation du virus.

Le sujet est délicat. Depuis le 22 mars, tout l’Etat de New York est placé en confinement. Les synagogues et écoles ont aussi fermé dans ces quartiers. Les rabbins ont multiplié les appels à respecter les consignes. Le 18 mars, les principaux rabbins de Satmar ont même souligné que les plus de 60 ans et ceux en mauvaise santé pouvaient être dispensés de la prière publique et des bains rituels. Mais les premiers reportages ont provoqué des relents d’antisémitisme. Un pompier s’est par exemple répandu en insultes sur les réseaux sociaux, qualifiant les juifs de « sales », convaincu qu’ils ne respectaient sciemment pas les directives sanitaires.

Faux, rétorque Meyer Labin dans une opinion publiée par la Jewish Telegraphic Agency. « Une rumeur vicieuse prétend que les juifs hassidiques ne prennent pas la pandémie au sérieux parce que nous sommes égoïstes. Mais en tant que personne née et élevée dans la communauté Satmar de Williamsburg, qui vit maintenant à Jérusalem et écrit pour des publications en yiddish, je peux dire que c’est faux. Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles l’épidémie a été plus grave dans des communautés comme la mienne, et la réaction malheureusement plus lente. Mais aucune d’entre elles n’est liée à un manque d’attention aux autres. »

Les traumatismes du passé

Pour lui, le premier problème majeur est bien l’accès à l’information: « Il n’y a pratiquement pas de télévision dans les foyers hassidiques, ainsi qu’un accès très limité à internet. » « La deuxième raison importante de la propagation rapide de la pandémie dans nos communautés est liée à l’espace physique et aux interactions sociales. Le juif hassidique moyen est en contact avec des centaines de membres de la communauté chaque jour, en commençant par les prières du matin et en continuant par l’apprentissage communautaire, les mariages et les célébrations.

C’est particulièrement vrai lors de fêtes comme Pourim, qui s’est déroulée cette année alors que l’épidémie commençait à peine à se répandre en Israël et aux Etats-Unis. » Enfin, Meyer Labin évoque aussi les traumatismes du passé: « La fermeture des synagogues et des écoles fait inévitablement remonter de sombres souvenirs dans une communauté qui se compose principalement de descendants de survivants de l’Holocauste et de la persécution. Il est donc naturel que les dirigeants soient extrêmement réticents à accepter de telles mesures. »

En 2018, la communauté juive ultraorthodoxe de New York avait déjà dû faire face à une autre crise sanitaire la touchant tout particulièrement: une épidémie de rougeole. Des familles refusaient alors de faire vacciner leurs enfants. Le maire a dû déclarer le quartier de Williamsburg en état d’urgence sanitaire le 9 avril 2018 et imposer la vaccination obligatoire, en brandissant la menace d’amendes jusqu’à 1000 dollars. Plusieurs crèches et écoles avaient dû être fermées, la United Talmudical Academy refusant de fournir des documents précisant que ceux qui n’étaient pas vaccinés avaient été écartés. La rougeole avait été officiellement éradiquée des Etats-Unis en 2000. 


Le Temps / MCP, via mediacongo.net
1023 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Moïse, prophète aux visages multiples
left
ARTICLE Précédent : Kongo Central : contribution de l’Assemblée provinciale à l’érection du musée de l’église Kimbanguiste à Nkamba
AUTOUR DU SUJET

Reprise des cours au Cameroun sur fond de critiques

Afrique ..,

Les conséquences économiques du Covid-19 et le déconfinement de la Gombe, parmi les sujets...

Société ..,

Nigeria, Ghana : des lieux de culte autorisés à rouvrir

Afrique ..,

Coronavirus en RDC : 13 nouveaux cas confirmés au Sud-Kivu, la province atteint 41 cas

Provinces ..,