mediacongo.net - Actualités - Justice : les leçons du deuxième round du procès Vital Kamerhe



Retour Société

Justice : les leçons du deuxième round du procès Vital Kamerhe

Justice : les leçons du deuxième round du procès Vital Kamerhe 2020-05-28
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/05-mai/25-31/kamerhe_vital_proces_prison_makala_20_00.png -

Le deuxième round du procès opposant le ministère public congolais à Vital Kamerhe a été beaucoup plus intéressant que le premier round. En regardant le film du procès, j’ai vu un Vital Kamerhe sûr de lui comme d’habitude, combattif, mais pas nécessairement porté à en découdre, comme il y a trois semaines. La « surdose » d’arrogance du premier face-à-face a laissé place à une petite dose de retenue qui, de temps à autre, a laissé libre cours à une certaine impudence.

Dans mon précédent billet, j’avais souligné que « Vital Kamerhe et son équipe vont articuler leur stratégie en fonction des signaux que le pouvoir va envoyer. » C’est ce qui a semblé se dessiner au regard du procès de ce 25 mai. À la nuance près que l’équipe de la défense a articulé sa stratégie en fonction de la posture affichée par la poursuite. Donc le ministère public.

En analysant la posture et le discours de Vital Kamerhe, on constate que le directeur de cabinet ne répond pas directement aux questions qui lui sont posées, se contentant d’épiloguer sur des points qui n’ont pas nécessairement de rapport direct avec celles-ci. On appelle ça la « stratégie de l’esquive ».

Ce qui est particulièrement intéressant dans le procès de ce lundi, c’est que Vital Kamerhe répondait aux questions sans vraiment s’adresser à la Cour. En fait, toute la stratégie argumentative du dircab était tournée vers le public. Il savait que le procès était filmé, que les Congolais le suivaient avec attention. Conscient d’avoir été crucifié sur la place publique avant même le début du procès, Vital s’est employé à démontrer qu’il est victime d’un acharnement injustifié. Et sur ce point, force est de reconnaître que son argumentation sur les raisons de sa détention à la prison de Makala a fait mouche.

En effet, quand Vital Kamerhe pose la question de savoir pourquoi il est toujours détenu à la prison centrale, le ministère public botte en touche. Aux yeux du public, le dircab marque un point. Quand, face à une équipe de l’accusation mal préparée, le même dircab épilogue longuement et avec assurance sans nécessairement répondre aux questions qui lui sont posées, il marque un autre point aux yeux des Congolais, lesquels sont mystifiés par son verbe et l’assurance qu’il affiche. Enchainer des mots savants qui ne veulent rien dire avec autorité impressionne toujours les masses populaires. Je suis persuadé que la plupart des Congolais, qui ont suivi le procès de ce lundi, ont été «mystifiés» par un Kamerhe, qui s'est amusé à «convoquer» les caméras de la RTNC pour filmer les «preuves» qu’il présentait. En voyant cela, le Congolais qui est devant son écran se dit une seule chose : « Ahh alakisi ba epreves na ye hein. Aza na ye innocent, batika ye kaka... ».

En outre, la stratégie de défense de Vital Kamerhe a comporté deux volets communicationnels : l’un destiné à faire comprendre aux Congolais qu’il est innocent et que son procès est politique, l’autre destiné à faire comprendre aux tenants du pouvoir qu’il ne tombera pas seul, au cas où...

Dans l’ensemble, le directeur de cabinet de Félix Tshisekedi s’est bien défendu, exposant au passage les lacunes du ministère public. À vrai dire, il a eu en face de lui des gens très mal préparés. Les procureurs se sont montrés tellement déterminés à avoir la tête de Vital Kamerhe qu’ils ont été très peu regardants dans leur manière de traiter le dossier. À travers leurs interventions, on peut bien voir qu’ils n’ont pas la maîtrise de certaines notions relatives au fonctionnement des institutions de la République. Et à chaque fois que l’occasion s'est présentée, Kamerhe n'a pas manqué de le leur faire savoir, à la manière d’un professeur qui corrige ses élèves.

Mais attention ! La poursuite n’a pas encore dit son dernier mot. À voir comment l’équipe Kamerhe s’est agitée lorsque le ministère public a annoncé la convocation à la barre l’épouse du dircab et de sa fille, on peut d'ores et déjà dire que ça promet...

Pour le reste, j’ai été très frappé par le caractère médiocre du procès. On a l’impression d’assister à un maboke, où des hommes en toges noires jouent leur partition... souvent de manière assez bizarre. On se croirait dans une République bananière...

Patrick Mbeko
La Nouvelle Afrique / MCP, via mediacongo.net
3943 suivent la conversation
9 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Emmanuel Miji Ngomi | 7T1YGSV - posté le 28.05.2020 à 11:57

Il doit répondre en s’adressant à la cour et non stratégiquement à la population congolaise. Cette diversion ne paie pas car c’est la cour qui statue. La population congolaise est paupérisée dans sa grande majorité. Elle n’a que faire d’un procès dans laquelle ses impôts sont détournés et mal utilisés. Elle n’a que hâte de connaitre le verdict de la cour contre les détourneurs en cette période de confinement ou la misère s’installe pour les gagne petits.

Non 0
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
bob | 65TAKTN - posté le 28.05.2020 à 11:43

VITAL KAMHERE maîtrise bien la politique, ces gens on convoqué VK sans se préparer et ils commencent à créer d'autres infractions paece que ils n'ont pas pu démontrer les preuves sur les 47 millions dont on l'accuse, ministère public, ne se prépare pas bien il va se faire ridiculiser parce qu'ils ont en face quelqu'un qui maîtrise la politique et l'administration

Non 2
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
la perspicacité | 5LBBWWK - posté le 28.05.2020 à 10:37

Un combatant | BE8KI5L - posté le 28.05.2020 à 10:19;Kamerhe, Jamal, Amida et ses enfants sont impliqué dans le detournement ou sont beneficier de ce detournement. ils doivent repondre devant le juge.Kabila ne cherche pas comment destituer FATSHI, car FATSHI est totalement impliquer dans beaucoup des betises(retrocommission de 15millions$,les 180millions du palais presidential,les projet de 100jours,...) passible de destitution.JKK obseve FATSHI et attent le moment opportune si ce necessaire pour le destituer.mais c'est a l'UDPS ou on cherche comment arreter JKK.

Non 7
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Raphaël Mbate | NOMWGVI - posté le 28.05.2020 à 10:22

Bofutaka impôt boni?

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Un combatant | BE8KI5L - posté le 28.05.2020 à 10:19

UN PROCES VISANT FELIX: Kamerhe, Jamal, Amida et ses enfants ne travaillent pas dans le gouvernement pour détourner les fonds. Kabila cherche a travers Kamhere d’obtenir des ‘documents confidentiels’ de programme de 100 jours. Ces documents permettront de démontrer le déboursement illegal du budget du gouvernement Ilunga par le Chef de l’Etat, donc la destitution de Félix. On vient de chasser Kabund sous base d’un cas bizarre. Pourquoi dire $7m mérite la revocation de Kabund? Pres Felix dors.

Non 6
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
bobo | T3DJ93C - posté le 28.05.2020 à 09:56

Papa un voleur c'est un voleur, on dit en lingala retené bien : " MOYIBI MONOKO MAKASI" ako zwama kaka c'est le sueur du peuple congolais, ekozonga meme avec ses fetiches DIEU EST GRAND.

Non 2
Oui 13
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Salima | TTYVYQL - posté le 28.05.2020 à 09:51

De quels congolais parlent l'article? Les contribuables dont les millions de leur sueur a disparu et qui regardent comme un cauchemar comment des soient disant gouvernants dépensent encore des millions pour monter cet spectacle télévisé? Si l'accusé dans ce procès veut faire du théâtre au lieu de se défendre, il fera sien le dicton selon lequel 'Dura lex, sed lex'(la loi est dure, mais c'est la loi) car la loi n'a que faire de qui veux jouer la victime.

Non 2
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Salima | TTYVYQL - posté le 28.05.2020 à 09:45

De quels congolais parlent l'article? Les contribuables dont les millions de leur sueur a disparu et qui regarde comme un cauchemar comment des soient disant gouvernants dépensent encore des millions pour monter cet spectacle télévisé?

Non 0
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
la perspicacité | 5LBBWWK - posté le 28.05.2020 à 09:36

Patrick Mbeko merci pour votre analyse correcte et objective

Non 4
Oui 11
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR
AUTOUR DU SUJET

Détournements au Foner : le procès en appel de Fulgence Bamaros s’ouvre ce vendredi

Société ..,

Procès en appel des 100 jours: l’UNC Bukavu projette une marche pacifique et un sit-in pour...

Provinces ..,

Le procès en appel de Kamerhe fixé le 24 juillet à la Cour d’appel de Kinshasa / Gombe

Société ..,

Sauts-de-mouton : JB Mayo évoque deux raisons à la base du retard des travaux

Société ..,