mediacongo.net - Actualités - Affaire Kamerhe : le président Félix Tshisekedi est-il le donneur d'ordre ?



Retour Politique

Affaire Kamerhe : le président Félix Tshisekedi est-il le donneur d'ordre ?

Affaire Kamerhe : le président Félix Tshisekedi est-il le donneur d'ordre ? 2020-06-11
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/06-juin/08-14/tshisekedi_kamerhe_20_000.jpg -

Vital Kamerhe et Félix Tshisekedi

En RDC, les audiences du « procès des 100 jours » continuent d'éclairer sur le processus du décaissement des fonds. 

C'est toujours à la prison centrale de Makala, à Kinshasa, en République démocratique du Congo, que se poursuit le procès de Vital Kamerhe, directeur de cabinet nommé en janvier 2019 et allié politique du chef de l'État Félix Tshisekedi – incarcéré depuis début avril. Les dernières audiences ont eu leurs lots de révélations alors que le suspense demeurait entier après le décès soudain du juge Raphaël Yanyi, remplacé par le juge Pierrot Bakenda Mvita. Ces séances consacrées essentiellement à l'audition des témoins ont marqué la fin de l'étape de l'instruction et les plaidoiries devraient se tenir le 11 juin.

Manque de transparence

Sur le banc des accusés Vital Kamerhe, 61 ans, directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi et deux autres co-accusés contre la République démocratique du Congo, qui s'est portée partie civile dans le dossier, pour un présumé détournement de plus de 50 millions de dollars destinés à l'érection des 1 500 maisons préfabriquées du programme d'urgence de 100 jours. Ces deux derniers jours de procès les 4 et 5 juin ont marqué un virage explosif avec des comparutions clés, mais surtout révélatrices de la gestion calamiteuse des deniers publics sous le régime de Félix Tshisekedi, chantre de la bonne gouvernance.

En effet, plusieurs témoins ont été auditionnés lors de ces deux jours d'audience-marathon de près de treize heures retransmise in extenso par la chaîne d'État RTNC. Des anciens ministres, experts et conseillers au cabinet du chef de l'État élu fin 2018, la famille de Vital Kamerhe, dont sa femme, Hamida Shatur, et la fille de celle-ci, Soraya Mpiana, née d'un précédent mariage avec le célèbre chanteur congolais JB Mpiana –, et des responsables des institutions de l'État ont été invités à témoigner pour ce procès anticorruption sans précédent et révélateur des anomalies dans la chaîne de commandement des dépenses publiques.

Accusations explosives

Le président Félix Tshisekedi est-il le donneur d'ordre ? C'est sans doute la question qui revient le plus dans les rues de Kinshasa après cette série de témoignages contradictoires et explosifs. Vital Kamerhe, chargé par la plupart de témoins d'entretenir une opacité dans cette affaire, s'est défendu en affirmant qu'il n'agissait que sur instruction expresse du chef de l'État : « Je ne peux pas prendre des responsabilités à l'insu du président de la République », a-t-il répété à plusieurs reprises.

À la question du tribunal de savoir si ce dernier disposait des annotations du président de République lui instruisant d'effectuer toutes ces dépenses, ce dernier a répliqué avec fermeté qu'il « préférerait rester à la prison [Makala] pour le prestige de l'institution que de leur livrer les annotations du président ».

Marcelin Bilomba, conseiller principal de Félix Tshisekedi en matière économique et financière, balaie d'un revers de la main l'affirmation selon laquelle Vital Kamerhe aurait agi sur instruction du chef de l'État : « Je pense que le nom du chef de l'État a été utilisé abusivement », avant de brandir un relevé qu'il a obtenu à la banque centrale du Congo prouvant que 66 700 000 dollars ont été payés à la société Samibo SARL du chevronné entrepreneur Libanais Samih Jamal, bénéficiaire du marché pour 1 500 maisons préfabriquées, contrairement aux 57 millions de dollars soutenus par Vital Kamerhe, le gouverneur de la banque centrale et l'ancien ministre des Finances.

Ces révélations du conseiller principal pour les affaires économiques du président Tshisekedi continuent à alimenter les débats et jettent de discrédit sur le processus de décaissement des fonds en RDC sous l'ère Tshisekedi.

Outre le dossier principal de détournement, l'entrepreneur libanais Jammal Samih, 78 ans, dont 52 au Congo, a aussi été interrogé sur un cadeau qu'il aurait fait à la belle-fille de Vital Kamerhe, Soraya, sous la forme d'un terrain immobilier au bord du fleuve Congo à Kinshasa. Le vieil entrepreneur et la jeune femme affirment tous deux ne pas se connaître. La femme de Vital Kamerhe, Hamida Shatur, a énuméré la liste de cadeaux reçus lors de leur mariage en février 2019 : 862 000 dollars, 33 000 euros, 10 millions de francs CFA (15 000 euros) et quatre voitures neuves. Pour le reste, la femme d'affaires a mis le tribunal au défi de trouver sur ses comptes bancaires « un transfert venant de je ne sais quelle planète ».

Quand l'opposition récupère l'affaire…

Dans une tribune publiée le vendredi 5 juin, Steve Kivwata un des porte-parole de la coalition LAMUKA, plateforme regroupant les principaux leaders de l'opposition, dont Martin Fayulu, Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi, exige la « comparution du président Félix Tshisekedi » à la prochaine audience au risque « d'être poursuivi pour atteinte à l'honneur ».

Selon lui, le président de la République a été cité par son directeur de cabinet, Vital Kamerhe, comme auteur de ces instructions inconstitutionnelles et illégales qui pourront être retenus parmi les éléments ayant conduit à la commission des infractions que ce dernier ne se serait limité qu'à exécuter : « De ce fait, M. Félix Tshisekedi devrait être cité comme témoin sur demande de l'une des parties au procès par le juge, ou d'office par ce dernier, pour venir affirmer ou infirmer les allégations de son directeur de cabinet », a-t-il renchéri.

Pour le professeur Devos Kitoko, secrétaire général de l'ECIDE parti de l'opposant Martin Fayulu confiné aux États-Unis, les choses sont maintenant claires « le programme de 100 jours serait une mafia savamment montée par deux personnes présumées qui ont cloisonné tous les ministres sectoriels attitrés y compris leurs collaborateurs immédiats ». Et de poursuivre que « le procureur près de la Cour constitutionnelle doit se saisir de l'affaire ».

Aucune déclaration n'a été enregistrée du côté du FCC, méga plateforme de l'ancien président Joseph Kabila, majoritaire aux assemblées provinciales et nationales et la coalition pro-Tshisekedi Cap pour le Changement (CACH), qui a visiblement préféré rester sous les radars. Une discrétion également observée au moment de marquer l'anniversaire de leur autorité morale, Joseph Kabila, qui a fêté ses 49 ans le 4 juin dernier.

Il faut souligner que les débuts de Félix Tshisekedi au pouvoir avaient suscité une lueur d'espoir en République démocratique du Congo. Mais depuis quelque temps, tous les feux sont au rouge entre détournement des deniers, dépréciation historique de la monnaie locale face au dollar américain, incursions et tueries des civils par des forces négatives dans la partie est et surtout le tâtonnement dans la riposte de la pandémie du Covid-19.

Junior Malula
Le Point / MCP, via mediacongo.net
8353 suivent la conversation
20 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Elikya ya Bana Nzambe | GJS51PS - posté le 15.06.2020 à 12:16

De l'avis des analystes chevronnés, l'enjeu de tout ceci est en 2023. L'homme devenait gênant pour beaucoup, y compris pour son allié de décembre 2019. La meilleure façon de l'évincer anticipativement, c'était de le mettre au frais, profitant des erreurs administratives qu'il a commises. Il y a tout de même des questions à se poser sur le procès : Comment l'Etat Congolais peut-il crier au détournement avant l'expiration du contrat signé entre lui et Samibo??? Quel sera le sort des containers déjà commandés et qui d'après Samibo se trouveraient déjà sur le sol congolais dans certains ports??? Retour à l'expéditeur??? Pourquoi ne pas avoir laissé Samibo aller jusqu'au...

Non 3
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Okolela | V73Q7NS - posté le 12.06.2020 à 11:00

Le desous du carte est que, il faudrait que FELIX TSHISEKEDI se debarasse de VITAL KAMEREH. Tellement qu'il aime l'argent et le luxe, KAMEREH a mordu a l'amecon. Ceci permettra a FELIX TSHISEKEDI d'etre l'unique candidat a l'election Presidentielle de 2023 avec l'appui du FCC. Ce qui est vrai est que, FELIX TSHISEKEDI fera 2 mandats.

Non 9
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
SHAKA | 2ZKD172 - posté le 11.06.2020 à 23:41

ça ne pouvait que finir comme ça pour kamerhe d'un coté il avait oublier Kabila et le PPRD qui l'avait élevé de l'autre il vas se mettre avec Tshilombo allié de kabila, hors Tshilommbo a besoin de kabila et le FCC donc de deux cotés ils ne sont pas mécontent de ses débarrassés de lui c'est ça faute, il aurait due se mettre avec Shadari il paie ses ambitions débordantes,la politique est cruelle ,lui le jeune marié avec la belle Amida tout ses espoirs ,les ambitions,et le luxe c'est finie

Non 1
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Zacharie Bilenge Mwadi | 9FCEAM8 - posté le 11.06.2020 à 22:17

L’Après la Révolution D’aucuns se rappelleraient qu’après le putsch du 24/11/1965, l’homme fort du Zaïre, alors Joseph Mobutu n’avait hésité un instant pour liquider systématiquement tous les auxiliaires congolais qui l’avaient aidé à s’emparer du pouvoir. Dans le même ordre d’idées, Laurent-Désiré Kabila paya une lourde tribu qui lui valut la mort catalysée par les mêmes personnes qui semblait assumer sa sécurité. Analogiquement parlant, peut-on conclure que la poursuite de Vital Kamhere s’inscrit dans le cadre d’une épuration révolutionnaire avec comme fin de donner la chance au nouveau locataire de la N’Sele d’asseoir son autorité ? Quelles...

Non 2
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
anaonyme | 92D3XD4 - posté le 11.06.2020 à 22:06

@0SHAKA à A PROPOS DE VIDEOS.Donc qd en Juin 2019, à peine 6 mois de sa nomination,il déclarait toutes honte et pudeur bues, qu'il n'avait dépensé jusque là QUE 50 Millions de dollars pour ses voyages,donc il ignorait que ces 50 Millions de dollars étaient aussi puisés dans les RESRVES DE CHANGE DE LA REPUBLIQUE!!

Non 1
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
anaonyme | 92D3XD4 - posté le 11.06.2020 à 21:50

Un " chef de l' Etat" qui ignore qu'on est entrain, en son nom, de piocher près de 370 millions de dollars DES RESERVES DE CHANGE de la République, et cela pour son plan 100JOURS, est soit COMPLICE ou alors totalement IRRESPONSABLE,INCOMPTENT et INAPTE à occuper cette fonction :que prévoit la Constitution ?.

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
SHAKA | 2ZKD172 - posté le 11.06.2020 à 21:49

la question ne se pose meme pas a moins être mulubas pour disculpé TSHILOMBO,comment un président fraîchement élus ne sait meme pas comment les fonds sont sortie a la banque centrale,quel DIRCAB peut signé la sortie des millions sans la signature du président ? TSHILOMBO il y a de vidéos encore de son interview ou il qualifier ce millions de rétro commission qu'on appelle COP en RDC

Non 0
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
NOUZO | SN5JCVF - posté le 11.06.2020 à 19:18

L'arrivée de FATSHI au pouvoir par un hold-up électoral (par un deal avec RAÏS) ne présageait rien de bon. FATSHI sans qualification, sans expérience et par sa trahison vis-à-vis des autres opposants en s'alliant avec le FCC, on ne pouvait rien espérer. Qui a bu boira. Trahir UNC, c'est dans la suite normale des choses.

Non 1
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
NOUZO | SN5JCVF - posté le 11.06.2020 à 19:17

L'arrivée de FATSHI au pouvoir par un hold-up électoral (par un deal avec RAÏS) ne présageait rien de bon. FATSHI sans qualification, sans expérience et par sa trahison vis-à-vis des autres opposants en s'alliant avec le FCC, on ne pouvait rien espérer. Qui a bu boira. Trahir UNC, c'est dans la suite normale des choses.

Non 1
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Le Patriote Congolais | GBBRJT2 - posté le 11.06.2020 à 17:08

Ce qu'il faut savoir, Mr Félix TSHISEKEDI avait la volonté d'amener le pays de l'avant mais, deux choses qui l’empêche, d'une part "le deal" qu'il a signé avec Mr Joseph KABILA, et d'autre part la confiance qu'il a mise en son allié Mr Vital KAMERHE, il faut savoir que ce dernier est habitué des régimes précédents avec lesquels "détourner" n'était pas un problème. Mais, avec Mr Félix TSHISEKEDI, sans expérience dans la gestion publique, a été roulé par son allié. Et Mr Vital KAMERHE en détournant l'argent, ne pouvait pas imaginer qu'un jour Mr Félix TSHISEKEDI pouvait l'abandonner malgré un défaut.

Non 14
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme | VQ8M5YK - posté le 11.06.2020 à 16:12

qu'est ce qu'un intellectuel fait des ordres qui apparemment l'amene à violer les lois de la republique? s'il les execute car ayant les retro-commissions,il est responsable penalement et civilement

Non 4
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Musa | G14FZFF - posté le 11.06.2020 à 15:43

Pour le professeur Devos Kitoko, secrétaire général de l'ECIDE parti de l'opposant Martin Fayulu confiné aux États-Unis, les choses sont maintenant claires « le programme de 100 jours serait une mafia savamment montée par deux personnes présumées qui ont cloisonné tous les ministres sectoriels attitrés y compris leurs collaborateurs immédiats ». Et de poursuivre que « le procureur près de la Cour constitutionnelle doit se saisir de l'affaire ».

Non 5
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Musa | G14FZFF - posté le 11.06.2020 à 15:39

Selon le peuple, Felix Trichekedi a été cité par son directeur de cabinet, Vital Kamerhe, comme auteur de ces instructions inconstitutionnelles et illégales qui pourront être retenus parmi les éléments ayant conduit à la commission des infractions que ce dernier ne se serait limité qu'à exécuter : « De ce fait, M. Félix Tshisekedi devrait être cité comme témoin sur demande de l'une des parties au procès par le juge, ou d'office par ce dernier, pour venir affirmer ou infirmer les allégations de son directeur de cabinet »,

Non 8
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Salima | TTYVYQL - posté le 11.06.2020 à 15:10

... s'appliquent au Grand Chef à lui, le président Fatshi, vis-à-vis de lui le subordonnée Kamerhe. AINSI, À MOINS QU'IL PRODUISE PEUT-ETRE UNE VIDÉO DE REMISE DES SACS D'ARGENT OU AUTRE DOCUMENT FORT PROUVANT LA MAIN VOLEUSE DU GRAND CHEF, LE GRAND CHEF FATSHI AURA TOUJOURS RAISON SELON LES RÈGLES DU CHEF. Ainsi le kamerheon pâtogeant dans le sable mouvant des marécages de la baie de la Gombe s'y noyera tout de même, n'ayant pas solidement accroché sa queue de préférence à un rocher qui ne fût pas d'argile. Vae Victis (malheur aux vaincus)!

Non 4
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Salima | TTYVYQL - posté le 11.06.2020 à 15:08

...entre dans le bureau du chef avec ses propres opinions doit en sortir avec celles du chef. Règle 10: Si vous avez un doute, conformez-vous à la Règle numéro 1. ('Anonymement Vôtre'). APPLIQUONS CES FATIDIQUES ET MACHIAVÉLIQUES RÈGLES DU CHEF À FATSHI ET KAMERHE. Ce dernier (Kamerhe) a fait siennes toutes ces Règles à ses subordonnés et assimilés quand il a ordonné qu'aucune dépense de l'argent du trésor public et aucun décaissement de cet argent ne pouvaient se faire sans son autorisation et quand il rejette sur touts ses subordonnés et assimilés comme tels la responsabilité des détournements des fonds publics. Les mêmes Règles du chef, malheureusement,...

Non 2
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Salima | TTYVYQL - posté le 11.06.2020 à 15:06

Le Chef Fatshi et ses Règles de base. Règle 1 : Le chef a toujours raison. Règle 2: Dans le cas fort improbable où un subordonnée aurait raison, l'idée du subordonnée devient automatiquement l'idée du chef. Règle 3: Le chef ne dors pas au travail. Il médite. Regle 4: Le chef n'est jamais en retard. Il est retenu ailleurs. Règle 5: Le chef ne quite pas son travail avant l'heure. On a besoin de lui ailleurs. Règle 6: Le chef ne lit jamais son journal au travail. Il s'informe sur l'actualité économique. Règle 7: Le chef ne prend jamais de liberté avec sa secrétaire. Il fait son éducation. Règle 8: Le chef est toujours le chef. Même en slip de bain. Règle 9: Quiconque...

Non 2
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Province du Kwango ezo kufa bozotala | XG2YWI8 - posté le 11.06.2020 à 14:54

Mais c'est le programme de qui? Esk un PR doit avoir un programme ? Est ce légal?

Non 3
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Lumumnba | QK7546S - posté le 11.06.2020 à 14:47

Vital Kamerhe dit avoir été instruit par son chef direct. Il semblerait injuste de condamner le relayeur de l'instruction au détriment de l'instructeur. Dans un état qui se dit de droits l'instructeur et le relayeur devraient passer à la barre. Do the other way, it will be a justice of double standard.

Non 7
Oui 11
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
avatar
OPINION LIBRE | 6MS7AT2 - posté le 11.06.2020 à 14:38

Donneur d ordre? Peut-être non mais le Chef ne pouvait pas être ignorant de ce qui se passait malgré ses multiples voyages

Non 8
Oui 13
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Rwanda, l’ultimatum des chefs coutumiers congolais
AUTOUR DU SUJET

Détournements au Foner : le procès en appel de Fulgence Bamaros s’ouvre ce vendredi

Société ..,

Procès en appel des 100 jours: l’UNC Bukavu projette une marche pacifique et un sit-in pour...

Provinces ..,

Le procès en appel de Kamerhe fixé le 24 juillet à la Cour d’appel de Kinshasa / Gombe

Société ..,

Sauts-de-mouton : JB Mayo évoque deux raisons à la base du retard des travaux

Société ..,