mediacongo.net - Actualités - Modeste Mutinga appuie l’idée d’une 2ème Conférence nationale souveraine



Retour Politique

Modeste Mutinga appuie l’idée d’une 2ème Conférence nationale souveraine

Modeste Mutinga appuie l’idée d’une 2ème Conférence nationale souveraine 2020-10-31
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/10-octobre/26-31/mutinga_modeste_pdg_20_02145.png -

La situation de la RDC est grave. Le pays est bloqué à tous les niveaux. Le peuple se retrouve plongé dans un bourbier. Comble de tout, c’est que, dans cette cacophonie, l’allié FCC fait du chantage au président de la République. Mais la crise étant profondément politique, elle ne pourra être résolue que par une instance hautement politique.

Pour ce faire, il faut au chef de l’État imaginer un cadre approprié en vue de dénouer cette équation à plusieurs inconnues et mettre un terme à toutes les misères que lui imposent ses nihilistes partenaires. C’est ainsi que le président du Parti pour la démocratie et la bonne gouvernance (PDG), Modeste Mutinga propose la convocation d’une deuxième Conférence nationale souveraine (CNS) ; seul cadre pouvant dénoncer à haute voix le mal, identifier ses auteurs, faire le procès du régime précédent, prendre des décisions et les rendre exécutoires et opposables à tous.

À cet égard, la CNS 2020 est à même de faire plier les ardeurs obscures des caciques de la famille politique de l’ex-président Joseph Kabila. Ce faisant, toute autre solution envisagée pour contrecarrer le chantage du FCC ne produirait pas d’effet, y compris les consultations annoncées par le chef de l’État. Foi de Mutinga.

 « Dis-moi qui tu hantes, je te dirai qui tu es ». Ce proverbe français vaut toute une chandelle pour le président de la République en ce moment très critique où il partage des relations très tumultueuses avec ses alliés du Front commun pour le Congo (FCC).

En effet, depuis un certain temps, plus être précis, depuis la nomination de trois nouveaux juges à la Cour constitutionnelles et leur récente prestation de serment dans des conditions que l’on connait (boycottée par les membres du FCC), Félix Tshisekedi vit dans sa chair une anxiété déconcertante : faut-il continuer avec les mêmes ou changer le fusil d’épaule ?

Aucun esprit sensé n’a eu besoin d’un croquis pour décrypter le contenu de la dernière adresse du chef de l’État à la nation. En annonçant ouvertement la tenue prochaine des consultations avec les leaders politiques et sociaux de la RDC pour, enfin, créer une « Union sacrée », Félix Tshisekedi est en instance de divorce avec le FCC. Mais cette intention de « rompre » avec  l’« accord co-gestion » signé avec ses alliés du FCC ne passera pas comme un couteau dans du beurre.

Face à l’impossibilité d’avancer en solitaire ou de s’abriter, bon gré mal gré, sous un toit qui suinte de toutes parts, Modeste Mutinga estime que le président de la République a des choix à opérer. D’abord, sur le plan juridique, il lui est difficile de changer des députés en pleine mandature. Ensuite, réussir à débaucher plus de 100 députés nationaux pour s’octroyer une majorité parlementaire serait un exploit historique dans les annales politiques congolaises. Il lui faut, pour cette sale besogne, d’énormes sommes qu’il n’a pas, à moins de puiser ailleurs. Mais où ?

Enfin, sur le plan constitutionnel, là encore la tâche n’est pas du tout facile, tellement que les articles de la Constitution ont verrouillé et compliqué la procédure de dissolution du Parlement.

Buté à ce triple obstacle, il ne lui reste que la possibilité de former une « Union sacrée » à son image. « Ici encore, il faut compter sur l’unanimité des leaders d’une opposition parfois fissurée à l’interne », prévient l’ancien rapporteur du Sénat.

Selon lui, si avec les autres Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi ou l’UNC de Vital Kamerhe… les choses peuvent aller aussi vite, il n’est pas évident avec Martin Fayulu et Adolphe Muzito qui s’affichent dans une intransigeance à rompre le souffle.

Mais sur cette question d’Union sacrée pour la République, il y a bien plus que ceux-là : le FCC n’en veut pas. Non seulement qu’il refuse de s’embarquer dans une aventure dont ils ne maîtrisent ni les contours, ni les atours et ni même les rouages, les cadres de la famille politique de Joseph Kabila menacent ! Ils crient à qui veut les entendre qu’il existe bel et bien un accord qu’ils ont signé ensemble que Tshisekedi ne peut pas se permettre de violer comme une feuille morte.

La guerre ouverte du FCC

D’ailleurs, afin que nul n’en prétexte ignorer la teneur, le secrétaire permanent du PPRD et candidat malheureux à la présidentielle de décembre 2018, Emmanuel Ramazani Shadary l’a si bien exprimé, le mercredi 28 octobre 2020, devant les députés et sénateurs de son parti politique comme pour leur demander de resserrer les rangs.

« Ces consultations ne vont pas aboutir. Prenez date aujourd’hui il va revenir vers nous, il n’a pas d’autres choix », a-t-il averti. « Il y a d’abord l’Accord de Genève qu’ils n’ont pas respecté ; celui de Nairobi avec Vital Kamerhe ; puis notre Accord de GLM sur lequel ils sont en train de marcher dessus (…) Lorsque Tshisekedi et Kabila ont signé leur Accord, j’en ai été le témoin privilégié. Il n’y a eu qu’une seule copie qui est gardée par le président Kabila », a-t-il révélé.

Et de poursuivre : « Renvoyer 500 politiciens au chômage, c’est mettre le feu dans ce pays. Il ne le fera pas ; s’il le fait, on va faire ce qu’il faut faire ».

Le secrétaire permanent du PPRD a martelé que dans ce combat, « la CENI et la Cour constitutionnelle constituent une ligne rouge. Pour le moment, la communication du PPRD doit rester sur la violation de la Constitution. Nous n’allons pas changer », a-t-il dit.

Et d’ajouter : « C’est eux qui vont changer. Le jour où ils tenteront leur dissolution (du Parlement), ça sera la fin », a-t-il conclu.

À la crise politique, une solution politique

Craignant une hécatombe, Modeste Mutinga prévient que « ces discours belliqueux de terreur et de défiance ne sont pas innocents et donc pas à négliger. Ils s’adressent bel et bien au président de la République après son message à la nation du 23 octobre ». Est-ce un mot d’ordre venu de Kingakati, s’interroge-t-il.

De toute façon, le président du PDG affirme que la crise actuelle est profondément politique et qu’elle est difficile d’être résolue sur le plan juridique, avec des interprétations divergentes selon qu’on est de la Majorité ou de l’Opposition, mais surtout avec une Cour constitutionnelle boudée d’avance par certains acteurs politiques.

Et donc, face à la fougue de Kabila et sa bande, Félix Tshisekedi n’y peut rien tout seul, martèle Mutinga. Seule une deuxième Conférence nationale souveraine pourrait neutraliser cette machine du FCC. Le chef de l’Etat devra la convoquer, conformément aux prérogatives à lui reconnues dans l’article 69 de la Constitution.

Ainsi, les résolutions qui y sortiront seront exécutoires et opposables à tous. Bien avant, c’est elle (Conférence nationale souveraine) qui pourra dresser le bilan du régime précédent sur tous les plans, à travers les communications des participants venus de tous les coins de la République, comme il en fut le cas avec le procès du régime Mobutu lors de la 1ère Conférence nationale souveraine.

On se souviendra que la CNS avait élu un Premier ministre issu de l’Opposition et avait formé un Parlement très représentatif. Sans tomber dans un pessimisme béat, Modeste Mutinga ne croit pas à l’issue des consultations que va mener le chef de l’État.

Il rappelle que le président Mobutu est passé par-là, jusqu’au jour où, se voyant bloqué, il convoqua la Conférence nationale souveraine.

Des fanatiques du chef de l’État et bien d’autres qui gèrent leurs agendas cachés pourront faire un procès d’intention à Modeste Mutinga. Mais cet ancien sénateur s’aligne dans une logique simple : « Si tu m’aimes, dis-moi la vérité en face ». Ceci étant, le chef de l’État devra éviter de tomber dans un « juridisme pernicieux » et sans fin qui lui ferait perdre du temps.


MEDIA CONGO PRESS / mediacongo.net
3046 suivent la conversation
13 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

anaonyme | 92D3XD4 - posté le 31.10.2020 à 11:42

PARAGRAPHE FINAL DE L' ACCORD de KINGAKATI "Attendu que face aux résultats tels que révélés bureaux par bureaux et donnant la victoire à UN AUTRE CANDIDAT que Mr Tshisekedi" " Considérant que l"intérêt supérieur de la Nation EST SUPERIEUR A LA REALITE DES URNES"," en ce JANVIER 2019, en présence de..... et prenantà témoin par viséo conférence en direct les Présidents......" Il a été conclu entre le FCC représenté par ....et la cohalition CACH représentée par ....,l'accord ci après dénommé "Accord pour la stabilité au Congo"

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
TJB | 26JI5QT - posté le 31.10.2020 à 11:07

"L'Afrique n'a pas besoin d'hommes forts, mais de fortes institutions" Principaux extraits du discours prononcé par Barack Obama, samedi 11 juillet, au Ghana.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
TJB | 26JI5QT - posté le 31.10.2020 à 10:59

Nous avons une constitution,ce cadre là doit être préserver et surtout consolider.Les hommes passeront,les institutions doivent survivre aux hommes.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
TJB | 26JI5QT - posté le 31.10.2020 à 10:57

La Conférence Nationale sous Mobutu,c'était un autre contexte.Elle a d'ailleurs été un échec cuisant quand à l'application de ses résolutions,dont la première était l'organisation des élections sous la houlette du premier ministre qui en été issu.Après le discours du 24 Avril 90,discours qui consacrait la fin du Parti unique,il nous fallait non seulement faire le bilan du passé mais surtout définir le cadre pour bâtir une nouvelle République.Aujourd'hui,nous avons toutes ces choses là,Constitution etc.Aujourd'hui,la question n'est pas comment conforter le mandat de Félix,mais comment renforcer nos institutions,comment les consolider.Nous avons une Constitution,ce cadre...

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Azanga Mawa | 9AE4BIQ - posté le 31.10.2020 à 10:28

Renvoyer 500 politiciens au chômage? Cela est impossible. Mais avoir plus des millions de jeunes au chômage, c'est normal.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Vérité | 82TESU5 - posté le 31.10.2020 à 07:56

il n y a pas une crise politique en RDC mais les politiciens sont à la recherche de positionement politique . mais aussi il faut évité de trompé la population parceque le combat politique est normale mais celui qui va hors les lois de la république il va en prison comme le president de UNC. si le FCC bloque les choses en violation de la lois mais il faut aussi les arrêter! botika distration naba médiat le combats politique est normale en respectant les lois de la république

Non 6
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
MOMBEMBE | LUDGPAQ - posté le 31.10.2020 à 06:49

BAKENDE TIII NA SUKA BONGO TOTALA NINI EKOLEKA

Non 5
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Victor | KBDBF1B - posté le 31.10.2020 à 06:43

La première CNS n'a jamais été clôturée jusqu'à ce jour. Pourquoi parler d'une deuxième CNS. Distraction sur distraction. Il faudra seulement que le peuple et les partenaires de la RDC réduisent la capacité de nuisance du FCC, autrement le pays n'avancera jamais. Ils ont dirigé le pays pendant 18 ans et certains parmi eux étaient au pouvoir avec l'ancien président Mobutu, tel que Atundu. C'est un groupe d'amis très dangereux pour la République et qui ne voudra jamais que le pays avance sans eux. Seul le peuple reste sacrifié pour leurs intérêts partisans. Le président actuel ne devra que travailler pour des nouvelles réformes jusqu'à la fin de son mandant partant de la...

Non 3
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 31.10.2020 à 05:59

(suite) . La chance de Tshilombo est d'avoir un partenaire avec longue expèrience. Malheureusement, on a à faire avec un incopétent entouré des gens plein de soi et Ego, avec un programme et agenda obscures. Le Sénateur du FCC qui parlait de l'élection du Président au secondo tour comme en Angola , probablement n'avait pas tout les torts si on doit avoir affaire à la tete du pays des gens comme Tshilombo, et politiciens comme Muntingai. Combien de fois nous avons entendu Tshilombo élogé son prédécesseur ? plusieurs fois.

Non 2
Oui 10
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 31.10.2020 à 05:56

Les Français disent aussi " nous n'avons pas de petrole mais des idées". Au Congo, Tshilombo, n'a pas d'argent , et mais des idées néfastes. L'Argent qu'il avait trouvé il a tout gaspillé, jetté en l'air, il doit rendre compte au peuple de sa gestion. Kabila avait hérité un pays problématique,evec une caisse vide,un peuple sans direction, malgré cela il a conduit le pays pendant 18 ans jusqu'aux élections. Quand on est incapable, on est icapable, poin trait. Maintenant Mutinga suggère une nouvelle CNS, donc ramener le pays en arrière,non des années, mais parlons des siècles, au vue de la prècédente CNS de triste mémoire, voir meme la balkanisation du pays. La chance de...

Non 4
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Linon | 477Y1R1 - posté le 31.10.2020 à 05:05

...ça se programme comment et pendant combien de temps? Savez vous que le pays est déjà à l'arrêt? Le temps de préparer votre conférence nationale bis, le temps de trouver l'argent, le temps de faire voyager les participants, les loger et les nourrir à Kinshasa, et... ce pays qui est déjà à l"arrêt , va exploser. Croyez moi, vous avez produit l'irréparable sans vous rendre compte. Avec un autre qui s'appelle Basile Olongo qui mange partout et qui raconte n'importe quoi. Messieurs, savoir parler français ne veut pas dire être intelligent et sage. Réfléchissez.

Non 0
Oui 13
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Linon | 477Y1R1 - posté le 31.10.2020 à 04:54

..Ne rigolez pas, ne prenez plus à la légère cette situation explosive que vous avez créée et qui est devenue non maîtrisable, croyez moi car vous avez fait parler même JKK qui n'a pas l'habitude de parler. Ce que ce dernier a dit ne pourra plus jamais être retiré et ça constitue une base des données à exploiter par tous les congolais qui ne manqueront pas de marcher contre vous les jours à venir. Le problème était entre vous et le FCC et vous pouviez bien le gérer entre vous en se faisant des concessions, en sachant bien c'est quoi la coalition mais voila où vous avez conduit le pays. Vous parlez de la deuxième conférence nationale souveraine comme un bébé,ça...

Non 0
Oui 12
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Linon | 477Y1R1 - posté le 31.10.2020 à 04:36

Vous êtes des méchants apprentis sorciers. Vous semblez être des intellectuels, intellectuels qui ne savent pas comment fonctionnent un gouvernement de coalition. Vous signez un deal pendant vous savez que vous ne le respecterez pas car dans votre tête, vous savez que vous avez créer des faux fuyants. Modeste Mutinga,par votre volonté de devenir chacun, conseiller du Chef de l’État, vous avez plongé le pays dans le marasme, même un cousin venu fraîchement du village est devenu aussi conseiller. Cette situation au départ était maîtrisable, il avait fallu mettre un peu d'eau dans votre vin, mais non, vous avez même désorienté le N¨1 du pays en ne parlant que Tshiluba et...

Non 0
Oui 14
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Adhésion à l’Union sacrée : Après échange avec Tshisekedi, la CCU de Mende donnera sa...

Politique ..,

Qui de Tshisekedi ou Kabila détient vraiment les rênes du pouvoir ?

Politique ..,

Franck Diongo : "l'union sacrée ne sera pas une copie de la coalition CACH-FCC"

Politique ..,

Union sacrée : Tous les députés nationaux conduits par Kabund seront reçus dimanche par...

Politique ..,