mediacongo.net - Actualités - Trait d'histoire : Katumbi comme Kolelas ?



Retour Politique

Trait d'histoire : Katumbi comme Kolelas ?

Trait d'histoire : Katumbi comme Kolelas ? 2018-08-04
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/08-aout/01-05/katumbi_moise_18_012145.jpg -

Moise Katumbi n’a pas été autorisé à rentrer dans son pays. Son cas fait penser à celui de feu Bernard Kolelas en 2001 face au régime de Denis Sassou-Nguesso. Tant les similitudes semblent bien plus nombreuses que les dissemblances.

Humoristique, cynique, pitoyable, paradoxal, ….. Tous les qualificatifs ou presque furent utilisés en ce mois d’avril 2001 pour décrire le scénario qui se produisait au Congo-Brazzaville. Il s’agit de ce qu’on appelait à l‘époque « Affaire Kolelas » du nom de l’acteur politique Bernard Kolelas (1933-2009) qui voulait rentrer à Brazzaville pour purger la peine de mort à lui infligée par la justice congolaise en 2000 pour « viols, détention et séquestration ».

En 1993, Brazzaville est déchirée par une guerre civile sanglante. Elle oppose les milices de l’opposition dont les Ninjas de Bernard Kolelas appuyés par celle de Sassou-Nguesso (Cobras) aux partisans de l’ancien chef de l’Etat Pascal Lissouba. Selon de présumés victimes et/ou témoins, le président du parti Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral (MCDDI) avait des prisons privées où ses éléments violaient et torturaient leurs captifs.

Kolelas bloqué à Kinshasa

Et pendant la guerre de juin à octobre 1997, la milice de Kolelas combattit aux côtés de Pascal Lissouba contre Sassou-Nguesso. Mais, aidé par des armées étrangères dont celle de l’Angola, l’actuel président congolais gagna la guerre et revint au pouvoir qu’il avait quitté cinq ans auparavant à la suite des premières élections pluralistes du pays.

Se retrouvant dans les camps des vaincus, Kolelas fut jugé et condamné par contumace en 2000. Il résolut ainsi de rentrer à Brazzaville non seulement pour participer à la présidentielle de 2002, mais aussi pour « purger sa peine », comme il le déclara lors d’une réunion à Libreville en mars 2001.

Réagissant à son arrivée à Brazzaville, des membres du régime de Sassou-Nguesso promettaient de le jeter en prison dès son arrivée. Un avis partagé même par feu Omar Bongo Ondimba, alors médiateur de la Crise congolaise qui déclara que l’arrivée de Kolelas devrait être une aubaine pour le procureur de la République du Congo qui ne devrait pas avoir de difficultés à mettre aux arrêts une personne déjà condamnée.

Bernard Kolelas

Seulement voilà. Brazzaville s’opposa avec la dernière énergie à l’arrivée de Kolelas, menaçant même les compagnies aériennes d’interdiction de survol de son espace ou d’atterrissage à l’aéroport de Maya Maya de la capitale. Ayant contourné les airs, Bernard Kolelas tenta même d’emprunter la voie fluviale. Mais, il fut bloqué au débarcadère Ngobila de Kinshasa « à la demande des autorités brazzavilloises », selon des observateurs.

Incompréhensible paradoxe politico-judiciaire

Mais, laissons le Congo-Brazzaville et oublions un peu le passé. Examinons plutôt le jeu auquel jouent en ce moment les autorités de RDC et Moise Katumbi. Un Moise Katumbi à qui le régime de Kabila promet un châtiment très sévère. « Il se retrouvera entre les mains de la justice », déclarait récemment Léonard She Okitundu, ministre congolais des Affaires étrangères.

Or, « le gouvernement de la RDC a refusé à Moïse Katumbi même le droit de se faire arrêter », a ironisé Jean-Pierre Muteba, un membre de la société civile. Mais, d’où vient-il que Kinshasa veuille rater cette occasion quasiment unique d’arrêter l’opposant pour le placer en détention provisoire en attendant son procès prévu le 30 octobre prochain ? Sera-t-il jugé par contumace comme Kolelas ?

Si oui, comment peut-on préférer un jugement par contumace à la présence de l’accusé devant la barre ? Kinshasa, lancera-t-il un mandat d’arrêt international pour obtenir l’extradition de Katumbi ? Autant de questions qui mettent en lumière tout un paradoxe politico-judiciaire difficile à comprendre. Comme ce fut le cas pour feu Bernard Kolelas. Et qui dit que l’Afrique ne se répète pas dans le temps et dans l’espace ? En tout cas, ce n’est pas aux deux Congo de démontrer le contraire.


Africanews
6021 suivent la conversation
10 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

askots | AJTBIE6 - posté le 08.08.2018 à 01:43

Je souhaiterais savoir comment Moise Katumbi est sorti du pays? Combien de temps a t-il passé à l'étranger? Dans quels pays a t-il séjourné et pour quoi? Les réponses à ces questions orienteront nos commentaires.

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Lwabeya Ntumba | LAAJN8T - posté le 05.08.2018 à 00:19

Ce sont des voyous qui dirigent la RDC

Non 2
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Salima | TTYVYQL - posté le 04.08.2018 à 23:34

LES MINDELE SE FROTTENT LES MAINS DE CE QUE SE FONT LES SAUVAGES AFRICAINS. DAN GETLER A RÉMI CELA SOUS L'EXPRESSION "IL A COMPRIS LES POLITIQUES DES NEGROS". CELA NE FINIRA JAMAIS ET ÇA A COMMENCÉ À KONGO DIA NTOTILA. LÀ MÊME OÙ CEUX QUI SE TIRAILLAIENT ETAIENT VÉRITABLES FRÈRES ET SOEURS DE SANG. LE SORT DE KONGO DIA NTOTILA FUT SCELLÉ PAR UNE SIMPLE NOTIFICATION MANUSCRITE DE LEOPOLD II AU ROI KONGO QU'UN MORCEAU DE SON ROYAUME ÉTAIT DEVENU DORÉNAVANT SIEN. LE GRAND CONGO FINIRA AINSI AVEC LES POLITIQUES DES NEGROS SAUVAGES.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 04.08.2018 à 22:27

Mampuya | T6L7OKA - posté le 04.08.2018 à 20:24 (suite) Laissons pour une fois le FCC de coté. La question à son importance du moment ou l'électorat radicale reste fidèle à son cadidat,l'éventuelle élimination de Bemba n'est pas à exclure il est trop facile d'accuser les autres. Les trafiquants d'influences nous parlent nuit et jour de Kabila, mais voyons aussi plus là. A qui les bénéfices?

Non 2
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 04.08.2018 à 22:10

Mampuya | T6L7OKA - posté le 04.08.2018 à 20:21 En bas notre commentaire de ce matin. Le parallelisme avec Kolela ne tient pas débout. Quand ta maison brule à Kinshasa, on va à Bruxelles chercher les pompiers?. On abandonne pas ses industries et ses usines ou ses grosses affaires pour se promener en Europe, seulement un trafficant qui fait des choses de ces genres. Loula ,Berlusconi,Sarkozy sont des gens avec déboires sans fuire leurs pays ils affrontent la justice. Dans une élection prèsidentielle il y'a un seul gagnant. Maintenant dans l'oppostion à qui profite les déboires de Katumbi? du moment où tous sont candidats, au delas de l'unitè de façade. Demain à qui...

Non 8
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 04.08.2018 à 20:24

(suite) Laissons pour une fois le FCC de coté. La question à son importence du moment ou l'électorat radicale reste fidèle à son cadidat. A qui les bénéfices?

Non 6
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 04.08.2018 à 20:21

En bas notre commentaire de ce matin. Le parallelisme avec Kolela ne tient pas débout. Quand ta brule à Kinshasa, on va à Bruxelles chercher les popiers?. On abandonne pas ses industries et ses usines ou ses grosses affaires pour se promener en Europe, seulement un trafficant qui fait des chises de ces genres. Loula ,Berlusconi,Sarkozy sont des gens avec déboires sans fuire leurs pays. Dans une élections prèsidentielles il y'a un seul gagnant. Maintenant dans l'opposition à qui profite les déboires de Katumbi? du moment où tous sont candidats, au delas de l'unitè de façade. Demain à qui profiterà eventuele exclusion de Bemba? voilà la vraie question. Laissons pour une fois...

Non 5
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 04.08.2018 à 20:08

Mampuya | GFNVXBG - posté le 04.08.2018 à 13:59 Accepter Katumbi au Congo c'est reconnaitre sa nationalité congolaise avec des documents falsifiés ( police douanière belge), et acceptation d'une façon indirecte que sa nationalité Italienne lui était attribuée par le gouvernement congolais. Donc c'est une question des principes juriques. Il peut entrer au Congo pour le moment sur grace du Président , naturellement que Katumbi ne demanderà jamais, ou clandestinement, surgir de quelque part au Congo

Non 6
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Milord KABENGWA | DLI4Q6R - posté le 04.08.2018 à 19:50

Errata: malgré qu'il y a..., Ils restent et demeurent... Le père des voisins montre.... On ne l'excusera pas...

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Milord KABENGWA | DLI4Q6R - posté le 04.08.2018 à 19:44

Toutefois, malgré qu'il a un précédent, il reste et demeure toujours des médiocres car il ne faut qu'être un médiocre pour imiter le mauvais ou défendre le mauvais exemple. Ce n'est pas parce que le père des voisins montrent son pénis à ses enfants lorsque ces derniers lui demandent de l'argent qu'il est incapable de donner que votre père devrait aussi le faire ou l'imiter. Par ailleurs,on m'excusera pas pour avoir imiter c mauvais comportement, ni le comprendre. Tel est le cas de ce régime aussi. Il n'y a pas que des mauvais exemple à imiter. Les bons exemples abondent.

Non 2
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa