Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 01 juillet
mediacongo
Retour

Musique

Mort de Johnny Clegg, le « Zoulou blanc » qui combattait l’apartheid en chantant

2019-07-17
17.07.2019
Culture / Afrique
2019-07-17
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2019_actu/07-juillet/15-21/johnny-clegg-zulu-blanc-photo-archives-so-span.jpg -

Le chantre de Nelson Mandela, Johnny Clegg, surnommé « le Zoulou blanc », est décédé ce mardi des suites d'un cancer à l’âge de 66 ans.

Le Sud-Africain est décédé des suites d’un cancer, ont annoncé mardi les médias sud-africains. Il était devenu mondialement connu en 1987 en dédiant à Nelson Mandela sa plus célèbre chanson, Asimbonanga. Il fut l’inlassable défenseur de la culture africaine.

Le chantre de Nelson Mandela n’est plus. Johnny Clegg a marqué l’histoire contemporaine sud-africaine par ses chansons, mariage des sonorités africaines et des rythmes de la pop. Ardent défenseur de la culture africaine, il était surnommé « le Zoulou blanc », il est décédé mardi des suites de son cancer à l’âge de 66 ans. Né au Royaume-Uni d’une mère chanteuse dans les nightclubs et d’un père qui quittera rapidement le foyer, il débarque à l’âge de 6 ans en Afrique du Sud. Accompagnant son beau-père qui devait faire un reportage en Zambie, le jeune Johnny découvre un monde d’harmonieuse coexistence entre Blancs et Noirs qui le marquera durablement. Revenu à Johannesburg, l’adolescent arpente les rues des banlieues où vivent les travailleurs zoulous. Ils finissent par l’initier à leur langue, à l’isishameni - la danse traditionnelle - et à la guitare zoulou.

En parallèle à sa formation musicale, il suit des études sur la culture zoulou à l’université. Un peuple qui a été pour lui « un foyer, dira-t-il plus tard. Il y a eu une période de ma vie où j’ai regretté de ne pas être noir. Je le voulais désespérément ».

Le « Zoulou blanc »

À 17 ans, sa rencontre avec le musicien Sipho Mchunu est déterminante. Leur collaboration brise tous les principes de l’apartheid : un Blanc jouant avec un Noir dépasse ce qui est tolérable. Ils sont censurés dans tout le pays. « Nous devions faire preuve de mille et une astuces pour contourner la myriade de lois qui empêchaient tout rapprochement interracial », se souviendra avec un peu d’amertume Johnny Clegg. Désormais composé de six musiciens, leur groupe Juluka écrit Universal Men en 1979, un album qui les fait accéder à la célébrité.

Leurs chansons veulent prendre le contre-pied des valeurs professées par l’apartheid. « Je n’étais pas motivé politiquement mais culturellement », assurait pourtant Johnny Clegg à propos de sa lutte contre la ségrégation raciale. Johnny Clegg refusait toute affiliation à une idéologie particulière.

Il aura plutôt placé toute son œuvre sous le signe de la fraternité entre les êtres humains. « Réussir à rassembler des gens grâce à des chansons, surtout à un moment où cela semblait complètement impossible », se félicitait-il en 2017.

Le succès international

La musique de Johnny Clegg, censurée en Afrique du Sud, a un immense succès en Europe et en Amérique du Nord. En 1982, il accède, avec son nouveau groupe Savuka, au statut de star mondiale avec la sortie de son album, Scatterlings of Africa, « Les vagabonds africains », qui le catapulte en tête des hit-parades français et britannique. « Personne ne savait exactement de quoi parlaient nos chansons, juste qu’il y était question d’Afrique », racontait-il plus tard avec une pointe d’ironie.

Le premier titre de l’album est choisi pour être la bande originale du film Rain Man réalisé en 1983 par Barry Levinson, avec Dustin Hoffman et Tom Cruise. Le succès du chanteur est tel qu’en 1988, Michael Jackson est forcé d’annuler un concert prévu à Lyon le même soir que celui de Johnny Clegg.

Mariage des sonorités africaines et des rythmes de la pop, le style de Johnny Clegg est aisément reconnaissable. Sur scène, les chorégraphies de danses traditionnelles zoulou, les pieds nus levés très hauts qui martèlent le sol deviennent rapidement la marque de fabrique de celui qui se considérait lui-même comme un « Zoulou blanc ».

Symbole mondial de la lutte contre l’apartheid

Il devient un symbole mondial de la lutte contre l’apartheid en 1987 en écrivant et composant Asimbonanga (« Nous ne l’avons pas vu »). Le titre rend hommage à Nelson Mandela, incarcéré depuis plus de vingt ans. Les paroles font directement référence au leader de l’ANC. « Regarde de l’autre côté de l’île dans la Baie », y exhorte le chanteur. Nelson Mandela est alors emprisonné au large du Cap, sur l’île de Robben Island. Asimbonanga est une prise de position d’autant plus courageuse que la simple évocation du nom du prisonnier était strictement interdite par le régime de Pretoria.

Une décennie plus tard, à Francfort, Nelson Mandela montera par surprise sur la scène d’un concert de Johnny Clegg. L’image de Madiba, devenu président d’Afrique du Sud, dansant sur Asimbonanga, fait le bonheur du chanteur et le tour du monde.

En 1993, son album Heat, dust and dreams, nominé aux Billboard Music Awards et aux Grammy Awards est dédié à Dudu Zulu, un des danseurs du groupe Savuka, assassiné par des inconnus en 1992. Même après la fin de l’apartheid, Johnny Clegg reste un symbole de l’antiracisme et de la liberté d’expression dans le monde. En Afrique du Sud, il n’aura de cesse de soutenir la démocratie, rendue précaire par la corruption et les stigmates de la ségrégation raciale.

Son combat aura une résonance particulière en France. Après un long silence du chanteur sud-africain, il écrit en 2006 l’album One Life, produit par Renaud - qui lui avait déjà dédié sa chanson Jonathan en 1988. Ses apparitions se font de plus en plus rares. En 2017, Johnny Clegg se sachant malade met fin à une carrière au long de laquelle il aura vendu plus de 5 millions d’albums. Le chanteur tient alors, avec beaucoup de courage, à faire une dernière grande tournée mondiale pour dire adieu à son public : « Le voyage que j’ai commencé quand j’avais 14 ans touche aujourd’hui à sa fin », avait-il conclu avec simplicité.

Johnny Clegg disparait un an, quasiment jour pour jour, après le décès du photographe David Goldblatt, autre grand pourfendeur de l’apartheid et figure, comme le chanteur, de l’Afrique du Sud en révolte contre elle-même pendant des années.

Johnny Clegg (Feat. Nelson Mandela) - Asimbonanga, 1999


Le Figaro / MCP, via mediacongo.net

2019-07-17-03-12-04_Asimbonanga-Mandela.pdf (0.06Mb)

.pdf
C’est vous qui le dites : 9 commentaires
8849 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


Le Patriote Congolai @GBBRJT2   Message  - Publié le 23.07.2019 à 13:20
Que son âme repose en paix

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
kimbilikiti @HY4YZL1   Message  - Publié le 18.07.2019 à 09:03
RIP

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Hecantochires @HI783NZ   Message  - Publié le 17.07.2019 à 10:14
Mes condoléances à cette icône de la lutte contre l'apartheid, le titre "ASIBONANGA" nous réveillait le matin pour aller à l’école BONSOMI(PIE XII) tout en pensant à Nelson Mandela en Prison

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Anonyme @GRCKHWS   Message  - Publié le 17.07.2019 à 08:42
Quelle émotion, quelle perte, que son ame répose en paix Nous congolais rendons plutot hommage aux musiciens qui ont passé toute leur vie à vanter le regime brutal, à glorifier les dictateurs et à répandre des intivaleurs et insanités. Voilà des icones qui méritent des hommages.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Serge Mputu @8ZUB9AY   Message  - Publié le 17.07.2019 à 08:30
Johnnie Clegg s'en va Peut-etre qu'il s'en va avec cette vigueur qui a anime l'esperance des jeunesses noires! Sur le continent africain Peut-etre? Mais je salue sa memoire Sharp sharp!

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Serge Mputu @8ZUB9AY   Message  - Publié le 17.07.2019 à 08:19
C'est en Namibie en 1995, ou j'ai rencontre certains congolais qui m'ont fait comprendre comment le Zaire (RDC aujourd'hui): etait un soutien dans le regime de l'apartheid Je ne le savais pas! Mais je l'ai su lorsque j'avais sejourne a Rundu et Katima Mulilo, dans le Kavango, a l'epoque J'etais quand meme choque! Voila des souvenirs, que je garderai encore de cette Afrique post-apartheid Et il y en a beaucoup! Mais, puisse Dieu benir le continent.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Serge Mputu @8ZUB9AY   Message  - Publié le 17.07.2019 à 08:12
La periode post-apartheid en Afrique du Sud et l'Afrique australe en general: elle a beaucoup inspirer la jeunesse africaine de tous ses enfants dans la decennie 1970 Avec l'idee post-apartheid, reposant sur la rainbow nation: c'est-a-dire en tant que nation multicolore Qui va faire rever beaucoup de jeunesses noires, sur le continent africain surtout apres les vagues de democratisation, du continent, quu n'aboutissait pas Bref l'Afrique du Sud: etait comme un vivier d'espoir

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Pro développement @JXMDFJF   Message  - Publié le 17.07.2019 à 08:12
Que Dieu reçoive son âme!

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Serge Mputu @8ZUB9AY   Message  - Publié le 17.07.2019 à 08:06
J'ai vecu en Afrique du Sud a cette epoque-la, de la deuxieme decennie des annees 90 Et j'ai pu palper de pres l'aura de ce musicien sud-africain, tres connu et apprecie dans les milieux noirs sud-africains de l'epoque! Johnnie Clegg, c'est vrai A ete catapulte, sur la scene africaine, grace a sa chanson Asimbonanga C'etait en 1987 Je n'oublie pas aussi Lucky Dube Bon c'est quand meme une epoque qui passe! Cette epoque qu'on a connue, post-apartheid

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
right
Article suivant Zaïko Langa Langa lance un nouvel album pour célébrer ses 50 ans d'existence
left
Article précédent Ayant chanté son père le 24 janvier dernier, Péguy Tabu a épaté le public à la Halle de la Gombe

Les plus commentés

Société Koffi Olomide fait des victimes à la RTNC : Jessy Kabasele suspendu

10.07.2024, 16 commentaires

Politique Implication de l’Ouganda dans la guerre du M23 : Jonas Tshiombela dénonce l’attitude «timide» du gouvernement congolais

10.07.2024, 10 commentaires

Politique Kabuya indéboulonnable, des aigris chapeaux à plumes confondus

12.07.2024, 9 commentaires

Politique Révision ou changement de la Constitution: un vrai-faux débat

10.07.2024, 8 commentaires

Ont commenté cet article



Ils nous font confiance