Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 01 juillet
mediacongo
Retour

Société

Surfacturation de la dot : « fille instruite, vache à lait », véritable casse-tête pour la jeunesse kinoise

2020-09-23
23.09.2020
Provinces
2020-09-23
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/09-septembre/21-27/dot_liste_20_0.jpg -

La dot est obligatoire avant toute célébration de mariage. Normalement censée être un geste symbolique, cette dernière perd de plus en plus son ultime but et retarde ainsi l'union de tourtereaux par les liens sacrés du mariage. La surfacturation de la dot est l'une des causes néfastes qui retarde la jeunesse kinoise, pourtant soucieuse de convoler en justes noces.



Si pour certains la surfacturation de la dot est logique suite aux qualités et valeurs ajoutées de la future mariée, pour d'autres par contre, elle est et reste un calvaire.

A ce sujet, Media Congo Press (MCP) a recueilli différents témoignages de quelques personnes selon leurs us et coutumes respectifs à travers quelques coins de Kinshasa.

À l’origine chez les topoke, dans la province de la Tshopo : "la dot versée pour la grande sœur, était gardée pour servir à son jeune frère d'aller, à son tour, la verser à sa future Belle famille", témoigne Jeanne Gesambelo.

Bwa Justin Maneno, originaire du Maniema, rencontré dans la commune de Ngaliema, raconte : "quand j'étais jeune, chez moi à Kasongo dans la province du Maniema, le montant de la dot était fixé par la localité ; c'était un montant assez raisonnable ! Quiconque surpassait ce montant fixé par la localité était poursuivi. De ce fait, nous, jeunes, avions la facilité de convoler en justes noces sans trop d'acrobaties comme c’est le cas actuellement. Pour mon compte, je me suis marié à 21 ans [âge relatif à la majorité à l’époque coloniale voire une décennie après, ndlr] alors que je n'étais que moniteur dans une école primaire et c'était en 1972", a-t-il indiqué.

Monsieur Nshagi, ressortissant de Kalehe au Sud-Kivu, rencontré dans la commune de N'djili a, quant à lui, martelé sur l'importance de ladite surfacturation en ces termes : "souvent les kinois racontent que nous bashi ou swahili en général, marions nos filles avec des vaches qui de nos jours sont inaccessibles à une bonne frange de la population ! Je tiens à souligner que selon ma tradition ‘shi’, toute fille n'est pas mariable à ces conditions ; seules les filles saines et vierges y sont concernées. c'était aussi une façon d'inciter les filles à conserver leur pudeur afin de faire honneur à leurs familles à travers le village", indique-t-il.

"En ce qui concerne la surfacturation de la dot, je dirai que le troupeau quoi qu'ensemble se vend suivant la qualité de l'espèce, allez y comprendre ! Une fille instruite est comparable à une vache à lait. Cela veut simplement dire qu'elle a une valeur ajoutée qui sera bénéfique pour son futur époux. Ce dernier profitera de son savoir ainsi que de son apport financier dans le foyer. C’est pourquoi la fille dite instruite ou épanouie est mariable à un prix haut de gamme", a-t-il ajouté.

Que dit la loi congolaise ?

Selon l'article 361 du code de la famille, il n'y a mariage que si la dot est remise auprès de la famille de la future mariée.

Dans son article 362, le code de la famille stipule que : "la responsabilité de la fixation de la dot revient aux différentes coutumes applicables au mariage". C'est là où les romains s'empoignent.

Cependant, les acteurs rencontrés lors de cette mini enquête plaident auprès du gouvernement pour la révision du code de la famille, précisément son article 362, afin de permettre aux jeunes de passer par la grande porte en se mariant officiellement.

Vu la crise économique que traverse le pays, la grossesse hors mariage permet à beaucoup de jeunes de sauter le pas. Ces derniers sont unis sous forme de "cas de force majeure". Et du coup, cela leur permet aux "personnes sérieuses" de réunir les moyens nécessaires en vue de régulariser leur situation.

Serge Maheme
MEDIA CONGO PRESS / mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 7 commentaires
12421 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


La Verité @E43G92M   Message  - Publié le 23.09.2020 à 22:05
Des prisons pleines de malfaiteurs violeurs! Seulement au prix et au nom de la dot. Seul DIEU avait raison. Il a offert à ADAM une femme sans prix d'achat.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
La Verité @E43G92M   Message  - Publié le 23.09.2020 à 22:01
Si jamais le ministère de genre et jeunesse y serait sensible!!! Ns aurions de moins à moins de cas de viol, des enfants abandonnés, des mères celibataires, des gars en fuite de leurs domiciles, des bandits et tant d'autres anti-valeurs. La verité est que les parents deviennent acteurs de malheurs de leurs enfants. Y compris l'état!

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
p&s @Q9731IZ   Message  - Publié le 23.09.2020 à 17:52
la dot aujourd'hui est simplement d'acheter votre femme. je comprendrais si c'est du folklore. si c'est quelque chose de traditionnel, il est dépassé. mais aujourd'hui ce n'est même plus ça c'est du pur business. Le fait que cela soit toujours indiqué dans la loi congolaise sur la famille est même en contradiction avec la constitution congolaise, qui stipule pourtant clairement que tous les Congolais sont égaux. et il est donc impossible de payer pour une personne la femme n'est pas une marchandise!

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Fils Mvutu @8Z6N9PT   Message  - Publié le 23.09.2020 à 15:59
Tout ce que produit la femme sous le toit conjugale, ne profite seulement à l'homme, mais beaucoup plus à la femme et son clan. Donc la qualité de la femme n'a rien avoir avec la surfacturation de dot La dot doit rester un symbole, et rien d'autre de plus! Sinon, nous allons demander à l’État de changer la loi quand à ce: "Que la femme devienne propriété privée de l'homme et que celui-ci peut gérer comme il veut, comme l'on gère sa voiture!!!"

Réagir

1
Répondre
@
Insérez un émoji
congolais @P9KBNBN   Message  - Publié le 23.09.2020 à 15:54
et après la famille de la dame viendra pour que j'offres d'autre service aahhhh chez moi non puis la dame demande d'aller en congé chez elle ahhhh moi non pas de congé parce que je t'avais acheté tu es ma propriété

Réagir

1
Répondre
@
Insérez un émoji
LE GLAS des imposteu @1XVY75Q   Message  - Publié le 23.09.2020 à 15:04
Si tu aimes ta femme, tu paiera ça coûte que coûte.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
OPINION LIBRE @6MS7AT2   Message  - Publié le 23.09.2020 à 14:28
Foutaise comme article

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
right
Article suivant Sit-in pour exiger le départ de l'ambassadeur rwandais : la police disperse les manifestants à coups de gaz lacrymogène
left
Article précédent Loi foncière : le PALU relance le débat

Les plus commentés

Politique Kabuya indéboulonnable, des aigris chapeaux à plumes confondus

12.07.2024, 9 commentaires

Politique Guerre à l’Est de la RDC : le silence de Kinshasa sur l’implication de l’Ouganda

12.07.2024, 6 commentaires

Société Justice : Koffi Olomide invité à la Cour de cassation ce lundi 15 juillet

12.07.2024, 6 commentaires

Politique L'Ouganda : allié des FARDC ou du M23 ?

11.07.2024, 5 commentaires

Ont commenté cet article



Ils nous font confiance