Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 01 juillet
mediacongo
Retour

Politique

Guerre d’influence : jusqu’où Tshisekedi et Kabila sont-ils prêts à aller ?

2020-02-28
28.02.2020
2020-02-28
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/02-fevrier/24-29/fatshi_kabila_20_02145.jpg -

Depuis quelques mois, l’échiquier politique congolais est devenu le théâtre d’une guerre d’influence entre le fcc de Joseph Kabila et le cach de Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe. Quels en sont les enjeux ?

Qu’est-ce qui s’est passé ce soir du 30 janvier à l’aéroport de N’Djili ? Tout Kinshasa a entendu parler de l’incident : “dada” Jaynet, la très influente soeur jumelle de l’ancien président Joseph Kabila interpellée par les services de la Direction générale de migration (DGM). Derrière cette nouvelle inédite qui se propage d’abord de bouche-à-oreille, puis dans des groupes WhatsApp avant d’être reprise par des médias, un message à faire passer : c’est le début de la fin des privilèges des dignitaires du système politique précédent. Vraiment ? En tout cas, c’est ce que veulent croire alors les partisans du nouveau chef de l’État, Félix Tshisekedi.

Dans les faits, “Jaynet Kabila n’a jamais été interpellée” ce soir-là, jure un très proche collaborateur de Joseph Kabila, consulté par le Groupe d’étude sur le Congo (GEC). Il dénonce une “désinformation” concoctée par le Cap pour le changement (Cach), regroupement du président Félix Tshisekedi et de son directeur de cabinet, Vital Kamerhe, en coalition pourtant avec le Front commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila. Contacté, un cadre du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), formation politique de l’ex-président de la république, abonde dans le même sens. À l’en croire, si un incident a bien eu lieu ce 30 janvier à l’aéroport, “il ne s’agissait pas d’une interpellation”. “L’agent de DGM avait exigé tout simplement la présence physique de ‘dada’ au moment des formalités de voyage”, rectifie-t-il. On ne saura sans doute jamais ce qui s’était réellement passé. Même si l’opinion, elle, semble n’avoir retenu que la première version. Synonyme, pour beaucoup, de l’affirmation (souhaitée par eux) de Félix Tshisekedi comme le seul chef de l’État.

Quand tshisekedi veut avoir plus de pouvoirs

La démarche ici consiste à essayer de démentir l’idée que beaucoup se font de Félix Tshisekedi, celle d’un “président protocolaire” et sans réels pouvoirs. Félix Tshisekedi a en effet été proclamé, officiellement, vainqueur de la présidentielle du 30 décembre 2018, mais son parti, l’UDPS, sans ses alliés, n’a pas pu remporter qu’une trentaine de sièges sur les 500 que compte l’Assemblée nationale. Aussi, la formation politique présidentielle ne contrôle qu’une province sur 26.

« Félix Tshisekedi veut malgré tout être président comme l’ont été ses prédécesseurs »

Depuis des décennies pourtant, les Congolais ont été habitués à voir un chef de l’État avec les pleins pouvoirs. Il en a été ainsi de Mobutu Sese Seko, de Laurent-Désiré Kabila et de Joseph Kabila. Même si le pouvoir de ce dernier était assez fragmenté – rebellions armées, dissidences internes, manifestations dans les rues, … -, il a conservé tout de même, durant ces 18 ans de règne et à l’issue des dernières législatives, une écrasante majorité au Parlement et une mainmise sur les provinces et l’appareil sécuritaire. Ce qui prive d’ailleurs aujourd’hui son successeur de cette stature de président disposant des moyens de sa politique.

“Mais Félix Tshisekedi veut malgré tout être président comme l’ont été ses prédécesseurs : ce n’est pas possible !” tonne un conseiller de Kabila qui brandit l’article 91 de la Constitution. Une disposition qui charge le gouvernement (dirigé par un Premier ministre FCC) de définir la politique de la nation, “en concertation avec le président de la république”. “Faut-il rappeler qu’en vertu de notre Constitution, le président ne peut signer seul que quatre ordonnances – celles nommant son cabinet et le Premier ministre ainsi que celles relatives à la déclaration de guerre et à l’élévation aux ordres nationaux – et qu’un contreseing du Premier ministre est exigé pour toutes les autres ordonnances ?” poursuit notre interlocuteur.

Mais, peu importe. Dans sa rhétorique, le nouveau président ne cache plus sa volonté de s’affirmer. À Londres, devant les Congolais de la diaspora venus l’écouter le 19 janvier, Félix Tshisekedi a laissé entendre que lui, seul, disposait du “bic rouge”, allant jusqu’à évoquer l’éventualité de dissoudre l’Assemblée nationale, le cas échéant. Ce qui a provoqué la colère de ses partenaires de coalition, le menaçant à leur tour des poursuites pour haute transition s’il osait passer à l’acte.

Une coalition dans la tourmente et sous pression

De leur côté, des soutiens du nouveau chef de l’État n’ont jamais cessé de pousser ce dernier à s’émanciper de son coalisé, soupçonné d’être un blocage à la bonne gouvernance et à la mise en oeuvre d’une politique de lutte contre la corruption. Parmi les plus virulents sur ce terrain : les États-Unis d’Amérique. Par la bouche de Peter Pham, son envoyé spécial dans la région des Grands Lacs, Washington va en effet jusqu’à exiger de Kinshasa la mise à l’écart de certains généraux (Gabriel Amisi Kumba, John Numbi et Delphin Kahimbi).

La Belgique n’est pas en reste. Lors de la récente visite de haut-niveau des autorités belges à Kinshasa, le “message principal” a consisté à rappeler à Félix Tshisekedi une chose : Bruxelles ne peut le soutenir que s’il y a des “réformes profondes”, indique au GEC une source diplomatique.

Visiblement, 13 mois après l’investiture du nouveau président, les promesses de changement ne suffisent plus. Surtout lorsque les nouveaux dirigeants sont aussi soupçonnés de détournements de fonds publics et de mauvaise gouvernance. Voilà Félix Tshisekedi pressé de s’assumer. Mais l’éternelle question de marges de manoeuvre se pose : a-t-il les moyens, voire la volonté, de faire bouger les lignes ? Oui ! répond en choeur son entourage. Preuve : “N’est-ce pas que le président a décidé de reprendre une partie de stocks d’artilleries qui se trouvaient à la résidence privée de Joseph Kabila ?” avance un lieutenant de Félix Tshisekedi. Un retrait opéré tout de même une année après l’investiture du nouveau président.

Et “ce n’était que de l’artillerie légère placée à GLM à la veille des élections”, tente de minimiser un proche de l’ancien président. Traduction : Joseph Kabila n’en a pas été ébranlé et conserve toute son influence. “Joseph Kabila va bien et se trouve chez lui, à GLM”, poursuit-il, soulignant que le retrait de ces engins a été décidé “en accord avec le ‘Raïs’ [Joseph Kabila] et le Premier ministre [Sylvestre Ilunga]”.

“Il y a tout de même un malaise au sein de la coalition”, admet un haut-cadre du FCC. Dans la famille politique de Joseph Kabila, l’on dénonce même des “provocations” de la part de leur allié Cach. Sur la liste plusieurs griefs : des soucis de passeport qu’a connus Emmanuel Ramazani Shadary (le candidat malheureux de la dernière présidentielle a fini par avoir un nouveau passeport diplomatique en tant que époux d’une députée nationale), des soupçons de “déstabilisation” du pays qui pèseraient sur Kalev Mutondo, l’ex-numéro un de la redoutable Agence nationale de renseignement (ANR) sous Kabila, l’affaire dite des “200 millions” de la Gécamines dans laquelle serait impliqué Albert Yuma, argentier de la Kabilie, interdit de quitter le territoire national… “Jugez-en vous mêmes au regard des engagements démocratiques souscrits par les uns et les autres”, nous suggère sur WhatsApp un autre responsable politique du FCC, qui suit de près le dossier, s’abstenant de s’étendre sur le sujet. Laissant entendre que l’accord entre le FCC et le Cach relatif à la constitution de l’actuelle coalition au pouvoir serait basé sur les principes démocratiques et le respect des textes légaux, lesquels ne seraient plus respectés par le Cach, selon son partenaire.

Incidences sur le partage du gâteau ?

En tout cas, cette situation n’est pas sans conséquences sur les négociations en cours en vue du partage des responsabilités au sein des entreprises du portefeuille de l’État. “Nous avons tout de même avancé : nous avons bouclé la répartition pour 11 entreprises. Il ne reste qu’à proposer des noms de leurs futurs gestionnaires”, se félicite un cadre du PPRD. Comme lors de la formation du gouvernement, le FCC pourrait disposer d’une large part de gâteau : on parle de 65 % des futurs mandataires. Ce qu’aucun délégué aux tractations en cours n’a voulu confirmer ni infirmer au GEC.

Une source au sein du camp du président Félix Tshisekedi estime par exemple que tant que les ordonnances ne sont pas publiées, le travail n’est “pas finalisé”. Il appelle alors à la “patience”. D’autant qu’il reste encore plusieurs autres secteurs de responsabilité à se partager entre coalisés au pouvoir : nomination de nouveaux animateurs de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et affectation des ambassadeurs. D’autres âpres marchandages qui attendent Félix Tshisekedi.

Pour lui permettre de gagner en influence, l’idée de proposer une révision de l’article 91 de la Constitution ferait désormais partie des tractations. Sans majorité à l’Assemblée nationale, le Cach voudrait convaincre le FCC, “pour le bon fonctionnement de la coalition”, d’accepter le renforcement des pouvoirs du président de la république. Mais pas sûr que le camp Kabila ne l’entende de cette oreille. Visiblement, la guerre d’influence ne fait que commencer. La coalition en survivra-t-elle ?


Congo Synthese / MCP, via mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 18 commentaires
8715 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


Fils Mvutu @8Z6N9PT   Message  - Publié le 28.02.2020 à 15:34
Vous manquez à dire, pour le moment, Félix ne saura pas interpeller cette dame au risque de se faire humilier pour rien FATSHI, zela 2022 pour oser bousculer cette famille et pour ta prochaine élection même si avec toi tout est possible pour devenir (élire???) président!!!

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Mampuya @T6L7OKA   Message  - Publié le 28.02.2020 à 15:28
(Suite)C'est au moment difficile qu'on voit et les grands hommes se distingue. Nous avons donne l'exemple de Obama parceque,,alors senateur il avait obblige l'alors gouverneur de la Fed Volker et le President Bush de debloquer 700 milliards de dollars pour faire face a la crise financiere. Cela veut dire maitrise du dossier

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Mampuya @GFNVXBG   Message  - Publié le 28.02.2020 à 13:35
Immaginons la grande crise èconomique qui avait sécoué les USA, et le monde l'effondrement des banques. Juste en ce moment là, on élue le premier Président noirs des USA. Eh bien Obama vait su sauver l'économie de son pays et du monde entier. Aujourdh'ui il reste l'homme le plus écoute, si pas le plus influent du monde. Cela veut dire capacitè, compétence, chois des hommes justes eecc Il y'avait meme plus tuérie des Afro pour l'énerver, mais le gard avait tenu bon. Chez nous l'incopètence de Tshilombo est au grand, malgré cela nous perdons le temps, à vouloir sauver cette incopétence, en donnant la faute aux autres. Voir meme l'incopétence est devenue vertu. C'est au moment difficile, que les grands hommes se font noter.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Le Congo d'abord @U5W4GK2   Message  - Publié le 28.02.2020 à 13:13
Pour le bien du peule, Tshsekedi devra rompre cette coalition, les conséquences seront moins graves que celles pouvant découler de la continuité de leur mariage avec le FCC. Il n ' ya pas de la honte à reconnaître ses erreurs et à vouloir mieux faire ! FCC à la tete de plus de 65% d'entreprises de portefeuille, le fantôme des martyrs de l'alternance hantera toujours le Congo !

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Habib Soloh @33WTX4I   Message  - Publié le 28.02.2020 à 12:21
Petit à petit, la vérité parait au grand jour. La tricherie a des conséquences néfastes. Leur mariage contre nature, scellé par ce deal diabolique est en train de se compliquer davantage. On attend ! Les élections au Congo ont désormais leur vainqueur : MARTIN FAYULU MADIDI ! Le Congo décollera avec cet homme !

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
congo uni @PKLOZ8L   Message  - Publié le 28.02.2020 à 12:13
moi j attend l election 2023 on aura un nouveau courant et non la mediocrité que l udfess n amenait

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Kingakati @U2LCKSK   Message  - Publié le 28.02.2020 à 12:03
Francine Muyumba tacle l'ambassadeur des USA en RDC pour avoir salué la décision de suspension du général Delphin Kahimbi de ses fonctions car elle n'a jamais été violée Toutes les femmes de la RDC saluent cette décision et sont en fête car ce qu'elles connaissent et ce qu'elles ont connu n'ont rien d'humain sauf Francine Muyumba qui ne voit rien Il faudrait qu'un jour qu'elle soit violée pour qu'elle comprenne la douleur de la Femme congolaise par rapport à tout ce que Delphin Kahimbi a fait

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
TIIIII OKOLELA @3LUJNN3   Message  - Publié le 28.02.2020 à 11:38
Personnellement je me réjouis du fait que LE NOM TSHISEKEDI en train d'étaler et éclaircir la sautise faites en coulisse pendant 36 ans d'opposition pour le ventre des TSHISEKEDIS. Pour eux le seul point de chute était Dialogue et gouvernement D'UNION NATIONALE afin de se ressourcer financièrement. Aujourd'hui ils sont à la tête du pays multiplie des voyage bidon pour pouvoir empocher plus fric sans trop de bruit

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Emma @HVZ53G8   Message  - Publié le 28.02.2020 à 11:01
mediacongo est devenu media de la coallution toute fois à la question les deux peuvent aller jusqu' à tout foutre en l'air.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Mbok'Elengi 10e rue @TSWZGT3   Message  - Publié le 28.02.2020 à 10:57
Rêvez bien ! Le boss de la RDC c'est Shina Rambo et Fatshi est un simple masque, Elilingi ya pamba! Son objectif au pouvoir était de se ressourcer en finances.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
KILOBO @MGHOHM7   Message  - Publié le 28.02.2020 à 10:45
tshisekedi ou le pouvoir en carton

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
KALUMBA @TR57OBY   Message  - Publié le 28.02.2020 à 10:35
C'est grave les talibans, ils vont marcher pour soutenir NZALA OYO PROTOCOLAIRE AMEMELI BANGO, dans l'entre temps ils veulent divorcer avec le fabriquant, IMPOSSIBLE, SOKI OLONGOLI MBISI NA MAYI, AKOKUFA PO WANA NDE SOURCE NA YE. OLONGOLI BIDON NA KINGAKATI, AKOKUFA PO WANA NDE SOURCE NA YE. PROF CHIAKUDIA ALOBI AZA TSHINTUNTU, TSHIFWEBA kiekiekiekiekie je veux connaitre la signification de ces mots S V P les talibans.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Le livre ouvert @U7NPB7H   Message  - Publié le 28.02.2020 à 10:28
Dans tout ce développement de l'article, ce qui est malheureux, c'est le peuple qui ne réagit toujours pas. Qui ne sait pas que l'ancien régime avait des très fortes pressions pour briguer la Présidence ? La seule solution qui restait à ce régime comme il contrôlait la CENI, nommer dans les autres institutions. La population doit comprendre que FCC sa place est au fleuve pour l'apprentissage de la nage. Si l'on veut être serein dans ce pays.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
bob @65TAKTN   Message  - Publié le 28.02.2020 à 10:27
Ce pays est dans une situation très critique comment imaginer un régime qui a passé 18 ans à détourner, volé et tué aujourd'hui 90 % sont à la gestion vous vous attendez à quoi de bon? Kamerhe a amené TSHISEKEDI chez kabila , et dans l'entourage de TSHISEKEDI il y avait seulement les gens comme KABUND et KABUYA donc les gens qui n'ont jamais été dans un bureau un jour, soudainement kabila leurs fait des bonnes propositions sans sagesse ni intelligence alors ils se sont emporté sans pouvoir trouver le temps de tamisée les propositions de kabila, pour c'était d'abord la haine de ne pas voir FAYULU au pouvoir, voici les conséquences

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Mwana Congo @9EJ2677   Message  - Publié le 28.02.2020 à 10:16
On vous l'avait toujours dit : mariage contre-nature ! Nous, on vous observe à la loupe.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
Papa Jean Nt. @JH1LGQ2   Message  - Publié le 28.02.2020 à 10:07
Monsieur le journaliste,limites-toi à donner une information au lieu de nous étaler tes sentiments et tes points de vue sur Félix que tu detestes à la place de ton Kabila et le FCC qui t'ont donné ce travail que tu fais sans maitrise ni savoir faire!C'est malheureux pour des petits esprits comme toi et ton camps

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
LITOYI @X65XKXK   Message  - Publié le 28.02.2020 à 09:32
Écoutant l’Évêque MUKUNA ce matin,je crois que si FELIX était intelligent devrait actuellemnt s'arrêter et évaluer sa destination finale mais il me donne l'impression de conduire le pays à sa culpabilité ou ses ses envies. il est décidé de mourir pour kabila Quelle folie ?congolais votre homme à battre c'est FELIX.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
la perspicacité @5LBBWWK   Message  - Publié le 28.02.2020 à 08:52
MERCI POUR VOTRE IMAGINATION AULIEU D'UNE INFOFMATION

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
right
Article suivant Affaire détournement : “Nombreux ont chanté état de droit, voilà qu’on l’applique ils commencent à palpiter” (Lambert Mende)
left
Article précédent Antoine Gizenga : le Gouvernement s’engage à ériger un mausolée digne

Les plus commentés

Société Justice : Constant Mutamba annonce l'ouverture, ce mercredi, d'un procès public contre Corneille Nangaa et ses complices

23.07.2024, 12 commentaires

Société Judith Suminwa aux membres du gouvernement : « Nous devons bannir l’exposition d’une vie ostentatoire, d’un luxe isolent »

22.07.2024, 10 commentaires

Religion « Désormais aucune association confessionnelle ne peut s’installer dans un rayon de 500 mètres par rapport à une autre », ( Constant Mutamba)

21.07.2024, 7 commentaires

Politique Agression rwandaise : Vital Kamerhe obtient les assurances de l'Union européenne pour le retour de la paix dans l'Est de la RDC

20.07.2024, 5 commentaires

Ont commenté cet article



Ils nous font confiance