mediacongo.net - Publireportage - NDEKO BASILE : « création d’emploi », une panacée pour l’essor économique



Retour PUBLIREPORTAGE : Stratégies

NDEKO BASILE : « création d’emploi », une panacée pour l’essor économique

NDEKO BASILE : « création d’emploi », une panacée pour l’essor économique 2012-02-25
Stratégies

Dans un clivage social où l’informel bat son plein faute d’emploi décent, un seul mot d’ordre : « création d’emplois ». La déception  est le seul mot qui  déclenche en lui le ras-le-bol.
OLONGO PONGO Basile mieux connu sous le pseudo  « ndeko Basile » fils de OLONGO Basile et de DONJA Charlotte expérimente pour la première fois cette mésaventure au cours de son cursus professionnel, alors enseignant en secondaire, il constate une injustice dans la rémunération : certains, comme lui sont mieux acquittés pendant que d’autres ne perçoivent que la moitié de leur salaire.

Au cours des années qui suivent, un autre constat amer : « pas de loi ayant un impact sur le social ». Réflexion faite, il se décide de créer une association en vue de promouvoir la création d’emplois face au chômage qui sévit le pays. Ainsi naît l’association Ndeko Basile (ANB), une ONG asbl qui fonctionne par le biais des cotisations des membres et qui a porté ses fruits en l’occurrence  2 centres hospitaliers dotés d’équipements de première nécessité ainsi qu’un personnel qualifié qui y travaille bénévolement.
A ce jour l’association Ndeko Basile répertorie 30.000 membres à Kinshasa et, pour une performance effective, l’idéal c’est de s’étendre au-delà de la capitale congolaise.


Parcours scolaire, académique et professionnel

Originaire de Lodja, du district de Sankuru dans la province du Kasaï Oriental, OLONGO PONGO Basile y voit le jour le 16 Avril 1964 d’un père comptable d’Etat. Quelques années plus tard, comme tout jeune enfant, il entame le cycle maternel à l’Institut Saint Jean Baptiste de la Salle ensuite inscrit à l’école primaire d’application à Mbuji-Mayi capitale de ladite province. À Kikwit dans le Bandundu, il débute le secondaire en biologie-chimie à l’institut de la Fraternité pour l’achever  à Kinshasa à l’Institut Salongo de Bandalungwa. Il ne s’arrête pas là. Bachelier,  il embrasse le campus de l’Université de Kinshasa, obtient une entrée aux facultés des sciences précisément au département de chimie et en décroche un diplôme de licence. Plongé dans la recherche d’emploi, il se retrouve enseignant dans les établissements tels : le Lycée Shaumba, le collège Lisanga dit autrefois Mgr Bokeleale où il n’en régurgite que des lauréats, signal fort car actuellement il en est un lui-même ; enfin l’Institut Losemola, jusqu’à « ladite déception ». Un virement dans le secteur privé en 1998 après l’invasion  de l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération (AFDL).

  • il approche dès lors  les affairés Zimbabwéens avec qui il travaille en collaboration
  • de 1999-2003, il évolue dans le gouvernement où il initie la création de la coordination minière
  • déjà jeune, il évoluait  au sein de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) mais de façon passive. En 2003, il rejoint le Rassemblement des Congolais Démocrates et Nationalistes (RCDN) où il est l’actuel secrétaire national. C’est son entrée dans la sphère décisionnelle. Simultanément à la Radio Lisanga télévision (RLTV) il fait ses pas dans le journalisme alors formé sur le tas, son savoir-faire fait de lui un jour Directeur de programme et à ce jour le General Manager.

 ANB : actions menées sur terrain

  • Octroie de biens en nature aux jeunes désœuvrés, comme début de commerce, en provenance de la ferme Basile
  • Création de coopérative d’épargne et de crédit en vue d’accroitre le revenu de ceux qui possèdent déjà un petit commerce et d’aider ceux qui n’en ont pas
  • Création des centres hospitaliers pour accueillir les plus démunis
  • Apprentissage artisanal de la conservation des poissons

Depuis qu’existent les 2 centres hospitaliers à savoir celui de Kintambo et de Limete industriel, respectivement en Avril et Mai 2011, le centre de Kintambo a accueilli plus des 30 femmes membres à accoucher gratuitement jusqu’en fin Novembre où désormais un montant forfaitaire est fixé pour des raisons d’entretien. Des œuvres sociales qui ne s’envolent pas en fumée car en tant que candidat aux législatives 2011, ces actions le hissent en tête des lauréats avec plus de 60.000 voix raflées !
A travers ce score remarquable, ndeko Basile voit les législatives comme une transition et vise d’ores et déjà l’Exécutif car, selon lui, « le gouvernorat lui sied pour réaliser davantage ! » et comme tour de manche «  un plan d’architecture pour Kinshasa ».


Initiatives personnelles

Alors qu’évoluant au sein du gouvernement, en 1999 Ndeko Basile initie la création de la coordination minière, structure qui n’existait pas. Et quelques temps plus tard, il initiait la rémunération des fonctionnaires par voies bancaires.

Perspectives

Tel un patriote, les hommes passent mais les structures demeurent. En définitive, créer un environnement favorable d’emploi et des structures pour le pérenniser.

  • Mise en place d’une structure de transport en commun
  • Construction d’au moins 300 centres hospitaliers à Kinshasa, des centres d’apprentissage des métiers, des écoles
  • Création d’au moins 3000 emploies d’ici mi-mars 2012
  •  Adhésion de 3 /4 de la population Kinoise et des personnes d’ailleurs via les technologies de l’information et de la communication (TIC) pour qui la cotisation se fera par voies bancaires.

La réussite de ce projet sera autant bénéfique à la population qu’à l’administration fiscale, le circuit bancaire sera davantage valorisé car toutes les transactions ne passeront pas outre ses services ce qui de toute évidence aura des conséquences positives sur la croissance économique.

 D’enseignant à affairé, de journaliste à acteur politique, ces transitions ont permis à Ndeko Basile de voir autrement le vécu des congolais et de ne pas garder les bras le long du corps. En leader d’opinion, Ndeko Basile gagne la confiance de son électorat, sait rendre visible ce qui est une conception de longue date « la création d’emploi » ce,  en dépit de la conjoncture et ne compte pas s’arrêter  à ce niveau : « plus d’emploi » demeure sa vision et n’en sera satisfait qu’après totale réalisation. Méticuleux dans ses entreprises, patient dans sa démarche, lui vaut aujourd’hui le respect et l’estime de ses compères et compatriotes.

Images à l'appui…

 

 


right
ARTICLE SUIVANT : Séraphin Ngoie Ilunga ou comment jouer dans la cour des grands
left
ARTICLE Précédent : Dr Paul Makan Mawaw : La Passion et la vocation de servir